Perdue


Que pleure la nuit
Que s’éteignent les étoiles
Qu’hurlent les cieux et tremblent les mers

Que s’efface brutalement la vie
Que la mort recouvre tout de son voile
Du fond de mes yeux
A disparu l’étincelle

Feu et glace
Rage et frayeur
Brasier et décadence
Cataclysme destructeur

La vie n’a de sens
Le monde n’a de couleurs

Sans la flamme de m a g i e

Qui animait autrefois mon cœur

© Witchlight Dreams
Juillet 2012

Epuisée

À l’aube de ce jour nouveau
Elle frémissait déjà
Comme absorbée par l’écho
D’un autre au-delà

Que disent les morts ?
Que dit le vent ?

Qui portera leurs ardeurs
Jusqu’au mont des sens,
En apaisant leurs peurs
D’une tendre connivence ?

Toujours elle cherche
Comment tourner cette page
Sans cesse sans effroi
Pour ne plus être esclave

Elle cherche le chemin
Vers un autre au-delà

Celui où les vivants
_ ne sont pas _
Les pantins des cieux tyrans
Quand bon leur plaira

© Witchlight Dreams
Août 2012

Qui suis-je ?

Vierge d’encre et de tracas
Je m’offre toute entière à toi

Dans ma pureté d’albâtre
Nait les plus profondes voluptés
Inspirées de mon bellâtre
À la caresse passionnée

Je suis ta promise et ton oubliée
Si vite lasse et presque fanée
Quand le temps m’oublie égarée
Si l’eau ne dissout notre ballet

Je suis ta gardienne et ta mémoire
Et tes yeux d’or me parcourent
Plus précieuse que l’ivoire
Plus tendre que la douceur du velours

Que serais tu sans moi ?
Qui sème sous tes doigts
La pierre du partage
À l’ombre d’une page

Car je t’offre la liberté
Oh pOète insensé

QUI suis-je ?

La page blanche de l’écrivain…

© Witchlight Dreams
Août 2012

 » je  » n’est plus

L’absurdité
Le vide reposant
La fraicheur du silence
Le détachement total
La plénitude absente

 » j e  » n’est plus

« je » est fardeau encombrant
plein de prétentions et d’idéaux brisés
débordant de souffrances à n’en plus respirer
pompeux de sa hauteur
qui n’est que poussière
désirs inavoués corrompant la lumière

« je » se hait lui même
et se condamne à l’enfermement

Peut être dissimuler ses peines
dans le plus sombre firmament
sera un début de fin
à son errance

« je » se libère
de son néant
en épousant la terre
retournant
à la source
d’antan
.

derrière lui
reste une coquille
si insignifiante de vide
qu’il l’a perdu dans l’oubli

.
fin de l’ego asservi
.
reNaissance à la vie
.

© Witchlight Dreams
Mars 2011

Qui sont tes mots ?

Les mots remplissent-ils ta solitude
Aussi fort que des bras chaleureux ?
T’offrent-ils la plénitude
Quand couvrent l’orage sur tes cieux ?

Sont-ils ton tout et ton rien, toujours avec toi ?
Un stable soutien, qui te surprend de désarroi
Quand l’aube vient, et que tu en as oublié de te glisser dans tes draps ?
Trop absorbé par leur musique chantante
Perdu dans leur mélopée envoûtante ?

Sont -ce tes lendemains rêvés sur papier
Ou bien l’exorcisme d’un sombre passé ?

Crachent-ils ta plus ardente terreur
Ou coulent-ils d’une mielleuse douceur ?

Dis-moi, qui sont tes mots ?

Dans l’ombre de ta voix
Et la lumière de tes lettres
Que révèlent-ils de toi
Au-delà du paraître ?

©  Witchlight Dreams

Août 2012