Le cadavre de ton âme

Je me demande parfois où git le cadavre de ton âme, celle que tu as écorchée, ignorée, laissée pour morte sur la route de tes illusions. La route était elle plus facile sans elle ? Sans le poids de ton être et la conscience que tu te fourvoyais ?

Je me demande combien de temps encore tu resteras sur ce chemin sans issue, égaré à toi-même sans l’ombre d’un espoir, celui d’être, être Toi. Crois tu que demain sera meilleur sans identité ? Sourd à ton cœur et tes passions vespérales, comme tu dois avoir soif. Soif de repos et d’oubli pour la torture que tu infliges à ta chair et à ton cœur bafoué.

D’où jaillissait le ruisseau de ton inspiration, autrefois si fécond ? Qui a tari la source de ton incroyable Être si ce n’est ton abandon de toi-même ?

Je me demande et j’attends, aussi impuissante qu’une montagne à mouvoir les océans.

J’attends. Demain peut être la pluie réveillera tes paupières pour ouvrir ton regard sur un monde neuf.

© Witchlight Dreams
9 decembre 2012

Publicités

Les yeux sont le miroir de l’âme

Et soudain ces yeux furent un abîme sans fond, un gouffre appelant mon âme à s’y précipiter de toute force. Ils brillaient d’un éclat de désespoir mêlé à la rageuse force de l’amour.
Un autre monde avait pénétré en elle, et je percevais le changement si subtil et pourtant si gigantesque d’énergie que j’en étais déstabilisée à seulement la regarder.

Les yeux sont le miroir de l’âme, et en cet instant, il le fût plus vrai que jamais. Hypnotisée par cette porte grande ouverte sur son Esprit, je ne pouvais détacher mon regard. Je me trouvais alors projetée dans le tourbillon de ses émotions intérieures sans pouvoir m’en décrocher.
Hypnotisée par l’appel de son âme, qui criait à l’aide, je restais décontenancée. Que pouvait-ton faire pour aider une âme qui s’ignore elle-même à sa conscience ?
Que faire pour répondre à cet appel impérieux, quand cette belle femme ne semblait pas connaître les mystères de son propre Être intérieur ?

Vaincue par mon impuissance présente à incarner la guérison de l’âme sur la terre ferme, je restais muette. Tétanisée par mon immaturité à soigner l’âme, sans l’aide d’esprits bienveillants, je ne pouvais que regarder immobile.
Quel cruel don que de voir sans pouvoir transformer !
Qu’il est parfois dur d’apercevoir au-delà de la réalité !

© Witchlight Dreams
9 décembre 2012