La nuit de l’âme ?

Et si sous le couvert apparent de lumière, je n’étais que chaos ? Trop marquée par eux, par le passé pour toujours briller ? Et si ma lumière portait le germe de la noirceur qui corrompt ? Implanté il y a tant d’années dans la souffrance et les lacérations ?

Tout s’écroule. Tous disparaissent. Un à un.

Je me retrouve seule face  au chaos de mon âme. Comme une mer déchaînée, sans fond, grise sous l’orage et instable sous les remous. Peut être n’est ce que ma conscience étroite qui se déchaîne…

C h a o s                        C            H              A                 O                       S

Et si tous ces liens n’étaient voués qu’à être brisés ? Telles les dernières chaînes me rattachant au port de la réalité.

Le sol semble s’effriter sous mes pieds. Et plus aucun repère n’est sûr. Les évidences si cristallines ont disparu au petit matin, sans laisser un seul indice. Mon cœur s’est tu. Tout à coup il n’y a plus rien de certain. Et l’avenir m’apparaît comme un mur d’eau grise prêt à s’abattre. À me trahir à tout instant après tant de peines pour le semer…

Ma boussole semble avoir explosée, ne laissant que des bribes de poussières passées exposées aux quatre vents. L’étau se resserre, étouffant comme une eau abyssale. Mon cœur s’affole en un dernier battement avant de sombrer dans la léthargie des profondeurs…

Comment, tout ce qui hier était mes aspirations, se peut-il ne plus résonner en mon cœur, si brusquement ? Et ne laisser que du vide…

Publicités