Trouver sa voix

Artiste : Kuvshinov-Ilya

Je ne sais même pas par où commencer tellement c’est le bazar dans ma tête.  Au message reçu par Sylvie « On me dit de te rappeler que la foi est une flamme qui s’entretient et qui part de la foi en soi avant toute chose », je me sens profondément découragée. Pourquoi ?

Pourquoi certains jours, la foi en la vie semble couler de source et j’arrive à ressentir une forme de sérénité ? Et pourquoi d’autres jours, je ne sais même plus ce que veut dire le mot « foi » ? Et encore moins comment m’y connecter et raviver cette flamme ? Comme si je n’en avais plus la force, tellement je me sens parfois fatiguée et découragée. Comme si ce mot s’était vidé de son sens, à force d’errer dans cette nuit de l’âme et ce brouillard sans fin. Comme si l’absence d’amélioration face à la maladie malgré mes efforts l’avait vidé de sa substance.

Comment faire face quand on est submergé par un raz de marée de souffrance, de fatigue, de désespoir et de doutes ? Où trouver la matière pour entretenir cette flamme quand tout s’est écroulé autour de soi ? La perte de repères physiques, la perte d’un partenaire, la dégradation de ma santé, l’arrêt de ma vie professionnelle, l’altération de mon cercle social ?

J’imagine que la mort de tout ce que l’on croit connaitre,  de tout ce que l’on croit désirer, n’est là que pour mieux nous aider à renaitre à nous-même, nous pousser à l’introspection pour apprendre à vraiment se connaitre, et à ainsi mieux pouvoir suivre la voix de son âme.

Mais où est la mienne ? Pourquoi je ne l’entends plus ? Elle s’est soudain tût et je me retrouve dans un silence assourdissant, où seuls mes acouphènes me tiennent compagnie. Ne plus entendre la voix de ses guides quand on se sent plus perdue que jamais est difficile. Sentiments d’abandon, de douleur et d’incompréhension face aux appels à l’aide qui semblent rester sans réponse.

Comment prendre du recul sur ce que l’on vit lorsque l’on est constamment submergé de vagues émotionnelles douloureuses ? De tristesse, de solitude, de peurs et de doutes ? L’esprit cherche à rationaliser, à comprendre. Pourquoi ? D’où cela vient ? Quels sont les déclencheurs ? Mémoires émotionnelles qui remontent ? Travail d’épuration de la Kundalini ? Ou que sais-je d’autre ? Et pourquoi pourquoi pourquoi pourquoi pourquoi ? Comme s’il fallait que tout ait un sens pour supporter cette souffrance, une finalité, un objectif « ainsi je n’aurais pas vécu ça en vain ». Qui supporterait de vivre de la souffrance gratuite sans aucune utilité ?

Mais les émotions ne peuvent pas se rationaliser, car elles se vivent dans le cœur. Elles émergent et me submergent, peu importe leurs origines et le chemin qu’elles prennent. Elles effacent toute la sagesse et les guidances reçues, toute la patience et la foi en moi. Elles me retournent, et me laissent vidée, dans l’incompréhension, la solitude et le sentiment d’être impuissante. Impuissante à contrôler mon hypersensibilité, mes nuits et rêves agités, mon état de santé totalement aléatoire et fortement impacté par mes nuits.

Comment dans ces conditions trouver le calme et la foi pour prendre des décisions par rapport à mon orientation professionnelle ? Comment avoir le courage et la foi d’imaginer un chemin professionnel dans la relation d’aide à autrui ou la thérapie, quand je ne semble pas capable moi-même de faire face à la maladie, à l’hypersensibilité et surtout à mes propres doutes ?

J’ai une liste de métiers potentiels établie avec la psychologue du travail qui m’accompagne dans la démarche de réorientation demandée auprès de Pôle Emploi. Après de nombreux échanges et questionnaires, il est temps d’appliquer la méthode de « l’entonnoir », resserrer les possibilités pour mettre au point un projet professionnel cohérent, me renseigner sur le métier et les formations.

Mais je regarde cette liste et je me demande où est ma voie. Où est ma voix ? Je me sens comme paralysée, face à l’idée de choisir et de m’engager dans une direction, et ma peur de me tromper ressurgit. Ma peur de mal choisir, de ne pas en être capable, de ne pas réussir. Pourquoi rien ne résonne-t-il comme une évidence ? Pourquoi toutes les options ne me semblent que de longs parcours du combattant, pour lesquels je ne me sens pas prête ? Ma confiance en moi semble s’étioler plus que jamais, les doutes me submerger et la clarté me fuir.

Comment dans ces moments-là peut-on entretenir sa foi en soi-même ? Quel acte concret et quotidien peut-on poser chaque jour pour nourrir cette flamme, quand tout à l’extérieur semble peser pour l’étouffer ?

Parfois, j’aimerais bien que l’on me donne « la bonne réponse ». Peut-être est-ce pour cela que ma guidance s’est tût, c’est à moi de la trouver par moi-même. Personne ne peut choisir à ma place. C’est à la fois un beau cadeau et en même temps une lourde responsabilité. Comment choisir quand je ne sais pas ce que je veux ? Ni ce dont je suis capable ? Ni vers quoi je veux aller concrètement ?

Faire un pas au hasard ? Avoir la foi que je ferais le bon choix quel qu’il soit ? Je sais qu’en vérité, peu importe le chemin, c’est la façon dont on le vit qui importe. « Tous les chemins se valent », il n’y en a pas un bon ni un mauvais, ce ne sont que des expériences. Et comme la vie est évolution, rien n’est jamais figé, on peut changer d’avis, rebondir, évoluer. Alors pourquoi ai-je si peur de me tromper ou de ne pas être capable ? Comment guérit-on ce genre de manque de confiance en soi ?

21 juin 2017

Publicités

6 Replies to “Trouver sa voix”

  1. Bonsoir Célia,
    Je comprends ta détresse j ai vécu la même chose il y a 18 mois quand ma vie a explose.Je dénonçait a l époque une personne soutirant un peu trop facilement de l argent a ma grand mère maternelle ,ma grand mère a pris fait et cause pour cette personne et le reste de la famille l a suivi dans ce jugement. J ai été insulte sans fondement, la femme de ma vie m a laisse tomber et j ai du affronter la mort de mes deux chattes .je m en suis relève heureusement. J ai adopte deux nouvelles chattes et ai trouve un équilibre financier. Tu veux un conseil: le passe est mort, concentre toi sur ce qui te reste . Si ta famille te soutient appuie toi sur elle. Dans mon cas, c est une amie qui m a aide a m en sortir ainsi que mes deux nouvelles chattes.Commence par un petit pas le reste suivra aie confiance en la vie bises

    1. Bonsoir Alexandre,
      Je pense que le passé est riche d’enseignements, si on a le courage de se pencher dessus, car rien n’arrive par hasard. Mais vivre dans le présent est important, je suis d’accord.
      Bise

  2. Chère Cel !

    Coucou … C’est bon de te relire. Je commençais à m’inquiéter :)

    Dis, est-ce que tu connais la série de SF « Les Princes d’Ambre » de Zélazny ? (Un grand vieux classique des années 70-80) Je t’invite à trouver au moins le premier à la bibliothèque du coin, c’est vraiment un bon roman de détente… Il y a une belle idée dans cet roman. Je te raconte, tu veux ? Pour le plaisir :)

    Il était une fois…..une cité magique et enchanteresse nommée Ambre. Cette cité avait un tel pouvoir qu’elle génèrait dans l’espace-temps des « dimensions parallèles », nommées Ombres … des cercles concentriques de possibles de plus en plus divergents… Il y a une infinité de ces univers parallèles, et leurs habitants vivent prisonniers de leur Ombre de naissance. Pour Zélazny, La Terre est une de ces Ombre par exemple.
    Dans cet univers seuls les Princes de la lignée royale du sang d’Ambre ont le pouvoir de voyager d’une Ombre à l’autre. Pour cela, ils doivent modeler leur environnement avec la force de leur imagination et « créer » le chemin pour retourner à Ambre.
    Tu me vois venir ? :)

    Lorsqu’un Prince d’Ambre veut rentrer chez lui, il n’y a pas qu’un seul chemin ! Il peut partir de n’importe quelle porte, route, rivière. Il lui suffit de projeter d’infimes modification avec la force de sa volonté et de sa clairvoyance, pour ouvrir la porte et le chemin, d’Ombre en Ombre, vers une image de plus en plus proche de son souvenir d’Ambre…

    Alors.. peut-être que tu peux partir de n’importe quel choix professionnel initial ! Si tu as la force de la clairvoyance d’écouter tes guides et ton ame, tu vas pouvoir te construire un chemin de vie rapide vers ta Mission de vie, ton être profond, ta place à toi…quel que soit la porte d’entrée apparente que tu vas choisir.
    Autrement dit, peut importe le point de départ, peut-être qu’il faut juste commencer à marcher.. et que « tous les chemins mènent vers Ambre » :)

    J’adore cette image. Elle m’aide beaucoup. J’avais envie de partager…

    Bises ++ Et belle semaine à toi !
    Lara

    1. Bonjour Lara,

      Cela fait plaisir de te lire. Merci pour ces belles images et cette belle métaphore.
      J’ai beaucoup entendu parler des princes d’Ambre, mais je n’ai pas encore eu l’occasion de les lire.

      Belle semaine à toi aussi,
      Bisous

      1. Coucou Celia,

        Je te souhaite une belle continuation sur ton chemin cet été..
        Je décroche avec bonheur pour 5 semaines « off »;

        bises
        Lara

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s