Endométriose & repos

Article et liens très intéressants !

Mod.imaginaire

Les personnes atteintes d’endométriose ou plus généralement d’une maladie chronique doivent souvent se reposer.

Mais, en fait, comment on fait ??!

Je viens juste d’être opérée. Je suis en convalescence et me reposer c’est toujours compliqué. Car j’ai mal et ne trouve aucune position parfaite et sans douleur mais pas seulement. Car j’angoisse de ne pas pouvoir travailler, que ma dépendance physique me fait peur, que je n’ai pas la force de me concentrer longtemps sur quoi que ce soit et que j’ai du mal à m’ennuyer, beaucoup de mal ! J’aime beaucoup le site The Mighty (en anglais) pour les personnes atteintes de maladies chroniques et il y a cette vidéo géniale sur la réalité du repos pour ces personnes: Le repos en vrai!

En fait c’est un repos forcé, avec des douleurs, des cicatrices, une fatigue incroyable, et un état psychique pas vraiment au top. Pas franchement un…

View original post 1 179 mots de plus

Publicités

Hyperacousie et stress [Endométriose]

 

Artiste : Picolo-kun

Je sors d’un RDV avec l’ORL et je suis dépitée… Depuis plus de 6 mois, mes acouphènes ne cessent d’augmenter, ainsi que mon hyperacousie. A un niveau qui en devient gênant : je ne peux plus aller au cinéma sans boule quiès, les bruits de travaux dans le quartier me collent la migraine pour la journée, je supporte de plus en plus mal d’aller dans des cafés et magasins avec de la musique d’ambiance. Et cerise sur le gâteau, depuis quelques temps, j’ai carrément des douleurs quand je suis exposée au son : quand mes parents écoutent la radio ou regarde la télé, le volume du son est beaucoup trop fort pour moi.

J’en ai parlé à ma nouvelle médecin traitant qui m’a envoyé voir un ORL. Coup de chance, j’ai eu un RDV très vite grâce à un désistement (sinon compter 3 mois d’attente). Et mes acouphènes ne sont pas liés à une perte d’ouïe, ce qui est rassurant. Evidemment, j’ai oublié de poser la question à savoir « est-ce que des allergies peuvent les augmenter ? » mais j’en reparlerais à ma médecin. Après un check up total, le verdict est : « je ne peux rien pour vous ». Pas de problème physiologique. On pourrait dire que c’est positif, oui mais alors quelle remède ? Comment me débarrasser de ses douleurs provoquées par le son ? A priori, cela relève plutôt de la sphère psychologique avec le coupable fréquent : « trop de stress, trop d’anxiété ». Son conseil : prendre des anxiolytiques. Pas vraiment la solution rêvée…

Voilà la 2ème fois dans la semaine que j’entends une personne du corps médical me parler de « stress ». La première fois, c’était ma nouvelle kiné, qui a émis l’hypothèse que ma sciatique serait provoquée par le stress que l’endométriose me cause, physiquement et psychologiquement. Donc, 2 personnes du corps médical qui appuie sur ça.

Sauf que jusque-là, je ne me sentais pas psychologiquement si stressée que ça. Le stress de mon ancien boulot et de mon supérieur ont disparu. J’ai un toit sur la tête et à priori je suis protégée des soucis financiers pour quelques mois à venir. Depuis que j’ai déménagé, ce souci-là a disparu aussi. Le problème c’est que j’ai du mal à voir pourquoi je serai stressée ! Ou alors, si je le suis, je ne m’en rends plus compte, tellement je suis habituée (et dans ce cas-là la source de stress remonterait à loin ?). Enfin, tout du moins habituée mentalement, car mon corps lui semble protester de tous les bords.

Et le résultat de la prise sang tombe : anémie. Comment ça anémie ? Je n’en ai plus eu depuis mon arrêt du gluten il y a un an ! Et ça revient quand je rentre en métropole ? Alors que je n’ai pas eu de perte de sang depuis plus de 4 mois ? Et qu’en plus ma consommation de viande a augmenté depuis mon retour ? Qézako ? Franchement, je ne comprends rien du tout…

Tout ça m’exaspère. Stressée moi ? Je le suis pourtant bien moins que mes parents avec leur boulot. Je me lève quand je veux, je ne cours nulle part, j’essaye de prendre mon temps. Je médite, passe du temps au contact de la nature. Comment je pourrais être stressée ?

Bon, c’est vrai… Je suis stressée à cause de la maladie. Rien que les douleurs physiques et les crampes sont sources de stress interne biologique (défini comme un stimulus à un niveau inhabituel sur une durée de temps trop longue). Et puis, il y a la part psychologique : comment intégrer les contraintes causées par la maladie à ma vie professionnelle, sociale et sentimentale ? La peur du rejet aussi, à cause de ces contraintes, que ce soit au boulot ou dans les relations… Celle de l’incompréhension, de la solitude générée. Et blablabla. C’est une réalité. Mais comment je suis censée désamorcer ce stress de fond, qui est là depuis des années et ne fait qu’augmenter avec le temps et l’apparition de nouveaux symptômes ? Erk, c’est un cercle vicieux…

Et puis, peut être que je suis stressée par l’incertitude de mon futur professionnel, étant donné que je n’ai aucune idée de ce que j’ai envie de faire : reconversion partielle ? Reconversion totale ? Formation ? Sortir du circuit classique de l’emploi ? Est-ce possible de trouver un poste de travail dans une ambiance de respect et d’épanouissement dans ce contexte de crise sociale (bonne pour les chantages et autres ambiances pourries de boulot) ?

A l’heure qu’il est, je m’interroge vraiment sur le type de modèle de travail qui me conviendrait le mieux : quel type de structure ? Quel fonctionnement managérial ? Quelles relations d’autorité ? Travail à mon compte ? À domicile ? Quelle politique d’entreprise ? Quelle philosophie derrière ? Quelle utilité sociale ou environnementale ?

Qu’est-ce qu’il me conviendrait le mieux, à moi personnellement ? A ma santé fragile, à ma soif d’apprentissage, à mon ennui facile et à mon besoin de créativité ? Mais aussi à mon besoin d’humanisme, de respect, de partage, d’écoute et de compréhension ? Et puis aussi : comment une médium, hypersensible, empathe, peut-elle s’intégrer dans le monde du travail et y trouver une place pour elle en valorisant ses qualités ? Et dernière question cruciale : comment conjuguer le boulot et vivre au mieux l’endométriose (souvent source de précarité professionnelle) ?

Franchement, je suis sûre que vous êtes d’accord, ça fait beaucoup de questions. Ah, cela me rappelle mon dernier post « tu réfléchis trop avec la tête et pas assez avec le cœur ». Mais que me dit mon cœur, les élans de mon âme ?

Et bien j’ai récupéré quatre dessins d’enfant avec mon âme. Qu’est-ce que j’en fais maintenant ? Deux indiquent une voie de cheminement spirituel, mais ce n’est pas quelque chose qui peut se développer directement dans un environnement professionnel. Et les deux autres : qézako ? Ça veut dire quoi des fleurs qui n’existent pas et un soleil ? Franchement, mes guides, je suis censée en faire quoi ? C’était juste pour me pousser à me remettre en lien direct avec mon âme ? Ce n’est pas une réponse ça !

Ce sont des réponses métaphoriques. Le soleil c’est l’épanouissement, la joie et la chaleur. Tes fleurs inconnues ce sont la subtilité ; la sagesse et la…

La quoi ? La médiumnité ? C’est ça que j’ai capté ? Ou la créativité ?

La créativité est une forme de médiumnité. La notion que recouvre ce dernier concept n’a pas de mot concret dans ton esprit, tu ne peux pas la traduire.

D’accord, donc la « … » me voilà bien avancée ! Ce terme recouvre aussi une notion de magie non ?

Comme la magie de l’émerveillement, mais aussi de celle qui lie toutes choses entre elles. C’est plus un concept qu’un mot, tu ne peux pas chercher à le résumer comme ça. Il te faudrait pleinement le ressentir en toi pour pouvoir vraiment bien le décrire.

Ah… De toute façon, je me sens paumée, alors un peu plus ou un peu moins. Avoir les élans de mon âme, c’est bien. Mais je ne vois aucunement comment les transcrire dans le monde du travail. Je veux dire, cela a peu à voir avec la réalité concrète de ce monde. Je sais, je me suis déjà cassée les dents dessus… Ça veut dire quoi, que ce n’est pas le moment de chercher un boulot et que je suis censée développer d’autres choses ? Je veux bien, mais comment je suis censée subvenir à mes besoins matériels et construire une vie matérielle ?

Chaque chose en son temps. Pour l’instant, tu n’as pas besoin de « subvenir à tes besoins matériels ». As-tu faim ? Es-tu frustrée ? Manques-tu d’argent ?

Non, mais cette situation ne sera pas éternelle.

Concentrons-nous sur le présent.

Il n’y a pas besoin d’un travail pour que le soleil brille dans ton cœur. Il n’y a pas besoin d’une direction professionnelle pour te connecter aux éléments.

Me connecter aux éléments ?

Essaye de rentrer un peu plus en contact avec les esprits des fleurs. Tu seras surprise. Elles ont peut-être des choses à t’apprendre « en attendant ».

En attendant quoi ?

Le reste.

Et bien, vous êtes bien cryptiques…

Un pas après l’autre. Pas plus vite. De toute façon, tu ne le peux pas.

Je vais être malade longtemps comme ça ?

Tu verras.

Bon, merci… ?

17 mai 2017

Se sentir soutenue

Artiste : Weewill

Cela m’a fait bizarre de retomber sur de vieilles lettres et mot échangés avec mes copines de collège et de lycée. Pas si surprenant, étant donné que je trie mes affaires d’adolescente laissées chez mes parents dans la chambre d’ado que j’ai quitté. Et j’ai un sacré rangement et ménage à faire. C’est fou ce que l’on peut accumuler avec le temps, et encore je ne parle même pas des personnes « qui gardent tout », dont c’est malheureusement mon cas. J’imagine que le parallèle émotionnel et énergétique est plutôt vrai. Il est certain que je suis du type éponge, et que j’ai du mal à me délester du passé et de ses blessures. Je me demande quel processus subtil est mis en branle dans un tel chantier physique…

Tout dépend de ton intention.

Et bien… Il est vrai que je n’avais pas formulé d’intention précise jusqu’à maintenant. Mais c’est simple. Je veux me délester des énergies et objets de mon passé qui ne me sont plus utiles. Je veux créer de l’espace pour y installer mes énergies telles quelles sont devenues, laisser une ouverture aux projets et aux possibles. Je veux me sentir respirer dans ma chambre aussi. Parce que pour l’instant, elle est encore pleine comme un œuf. Et optimiser le rangement, en imbriquant tout, je ne suis pas sûre que cela me satisfasse.

Tu as fait des progrès. Tu arrives maintenant à jeter ou à donner. A te poser la question « vais-je honnêtement reporter ce vêtement ? » Mieux encore « ai-je envie de reporter ce vêtement ? ».

Oui, je me suis rendue compte qu’il y a certains fringues que j’avais gardés depuis plus de 10 ans en me disant « et si jamais un jour, j’avais envie de les reporter ? ». La vérité c’est que, pour la majorité, ce n’est pas le cas. Pour quelques rares pièces, toutefois, il y a exception. Vu que j’ai arrêté de porter du noir, je peux remettre quelques vêtements.

Et c’était déjà tes préférés à l’époque.

Oui, c’est vrai. D’ailleurs, je suis dégouté, mon T-shirt préféré est trop petit, parce qu’entre temps, j’ai pris de la poitrine. Mais j’adorais ce motif rétro. D’ailleurs j’ai gardé le tissu pour tenter de faire quelque chose avec. Dire que je rentre de nouveau dans certains hauts que je portais à 13 ans… J’hésite entre trouver cela flippant et m’ébahir de ma nouvelle minceur !

Tu as perdu quelques kilos.

Oui, sans « rien faire ». Enfin, « à part » arrêter le lactose. Je suis revenue à un poids idéal, je dirais. Celui au début de mes études, avant que je ne commence à passer toutes mes frustrations sur la nourriture, ou bien à me récompenser pour mes efforts d’étudiantes… Je me trouve bien comme ça, mais je me demande si ce poids, enfin cette minceur va se maintenir. J’aimerais vraiment. Perdre des cuisses sans perdre des seins, c’est un miracle !

Peut-être est-ce aussi lié à ton changement de traitement hormonal.

Peut-être… Je ne m’explique pas trop cette fonte. Parce que je mange peut être un peu moins gras, mais pas tant que ça. Les graisses animales (beurre, fromage) ont été remplacées par des graisses végétales, mais j’en mange encore une certaine quantité. Mais bon, autant à la Réunion, cela allait. Autant depuis mon retour de métropole, il va falloir que je revois mes menus, que je cherche des recettes et que je trouve comment manger plus de fruits et de légumes de saison. Ça c’était plus facile là-bas. Et j’en ai déjà marre de ne manger presque que des pommes, même si je sais que c’est la saison qui veut ça, il est encore tôt pour le reste… En tout cas, j’ai faim, j’ai le sentiment de ne pas manger assez « solide ». Mais en même temps, je n’ai pas envie de cuisiner. Et sans envie, c’est galère…

Qu’est-ce qui pourrait te faire plaisir ?

Un super plateau de fruits frais en tout genre ? De la mangue fraiche ? Oh non, je sais !!! Des supers avocats de la Réunion, c’est la pleine saison là-bas et c’est une tuerie. Ici avocats et bananes sont bien fades. Je le savais en rentrant. Je savais que ça serait comme ça, mais j’ai du mal à rebondir, à remplacer les aliments, à me motiver pour aller faire des courses et cuisiner.

Tu devrais aller au marché avec ta mère ce samedi, cela te donnerait des idées sur les fruits et légumes de saisons. Et de là tu pourrais chercher des recettes adaptées.

Ouais, c’est une bonne idée… Même si cela ne me motive pas plus que ça. J’ai du mal à cuisiner chez mes parents. Je ne sais pas pourquoi, j’ai besoin de me sentir « chez moi ». Et ce n’est pas « au calme », parce que la journée, ils travaillent. Mais j’aime utiliser mes ustensiles de cuisines, mes ingrédients, avoir mes placards. Et même si j’ai négocié de récupérer un peu de place pour ranger mes affaires, je suis bien loin d’avoir l’espace que j’avais à la Réunion. Je suis limitée pour ranger mes ingrédients, donc pour les acheter. D’autant plus que comme j’ai un régime sans gluten et sans lactose, je dois utiliser un certain nombre de choses spécifiques.

Mes parents ne semblent pas du tout être prêts à s’adapter à ce genre de régime. Je ne leur en veux pas, si ma santé ne l’exigeait pas, je n’aurais jamais arrêté moi aussi. Mais ce n’est pas forcément évident tous les jours de les voir manger « normalement », ou encore de voir que ma mère a peur de tester des recettes sans gluten communes (même si je l’aide à cuisiner).

Alors je peux cuisiner pour moi-même. Mais ils vont forcément avoir envie de gouter et donc je vais partager. Sauf qu’eux, ils ne pourront jamais partager leurs plats, et cela va me frustrer… Échanges dans un seul sens…

Mais les échanges ne se limitent pas uniquement aux plats cuisinés.

Non je sais… Pourquoi est-ce que je me sens blessée qu’ils ne veuillent pas faire d’efforts pour cuisiner sans gluten et sans lactose ?

Ils en font à leur manière…

Pourquoi suis-je frustrée qu’ils ne se sentent pas concernés ?

Parce que tu as envie de te sentir soutenue au quotidien.

Pourquoi ai-je ces attentes auprès d’eux ?

C’est humain d’avoir des attentes.

Mais qu’est-ce que ça veut dire ?

Ça veut dire que tu attends de l’extérieur ce que tu dois t’offrir de l’intérieur. Tu ne te sens pas soutenue par rapport à ton régime alimentaire et par rapport à la maladie. Pourquoi ? Pourquoi faudrait-il que ce soutien vienne de l’extérieur ? Ne peux-tu pas te l’offrir toi-même ?

Comment peux-tu te l’offrir toi-même ? Que faudrait-il que tu fasses pour te sentir soutenue de l’intérieur ? Que ne fais-tu pas qui ferait que tu te sentes prise en considération, par toi-même, à travers tes actes ? Réfléchis-y.

Alors oui, cela demande des efforts. Cela demande que tu te bouges et que tu agisses pour ton propre bien être, plutôt que d’attendre que cela vienne de l’extérieur. Les gens préfèrent attendre passivement, parce que cela est moins fatiguant, c’est moins de responsabilités également. Mais pourtant, tu es la mieux placée pour satisfaire tes propres besoins. Réfléchis-y.

Fais la liste des actions « pour me sentir soutenue face à la maladie ». Qu’attendrais-tu de la part d’une personne extérieure ? Que peux-tu faire par toi-même ?

Réalise également une liste d’actions « pour me sentir soutenue dans mon régime sans gluten et sans lactose ». Ecris cette liste comme si c’est ce que tu attendais des autres, de tes parents, de tes amis. Apprends à discerner les attentes que tu as, et derrière décrypter les besoins réels, afin d’apprendre à les satisfaire par toi-même.

Ok, merci des conseils. Mais là tout de suite, cela n’apaise pas ma tristesse.

Accueille là. Tu as le droit de te sentir triste, parce que tu te sens seule face à la maladie et ses conséquences. Alors même que tu es rentrée au sein de ta famille. Tu espérais que ce serait différent. Mais chacun donne ce qu’il peut, et tes parents sont occupés par ailleurs à gérer leur travail et leur propre santé. L’autonomie c’est apprendre à satisfaire ces propres besoins, même si tu vis en communauté. L’un n’empêche pas l’autre. Quand vous vivez seuls, vous êtes obligés d’apprendre à le faire. Pourtant, c’est tout aussi important de savoir le faire en communauté.

Oui… Merci.

3 mai 2017

Vivre ensemble

Artiste : Sylar

Je vais finir par croire que je suis abonnée au réveil de mauvaise humeur depuis que je suis de retour au domicile familial… Et je ne peux m’empêcher de me demander « pourquoi ça ne va pas ? » chaque matin de plus que je me lève avec une envie de pleurer…

Et bien pleure.

Et ensuite ? Je n’ai pas envie de rester dans cet état et cette morosité… Mais j’ai bien du mal à le lever.

Est-ce que méditer t’a fait du bien hier ?

Oui, ça a rempli mon cœur de soleil. C’était agréable de sentir le vent dans mes cheveux courts, d’écouter le bruit des oiseaux. Mais il fait froid ce matin pour aller dehors…

Tes hormones ont besoin d’un peu d’aide pour se réguler. Tu es en phase d’acclimatation et ton corps a du mal à se réadapter à ton environnement. La méditation permet de libérer de la sérotonine et des hormones de bien être, d’où l’effet apaisant et euphorisant. C’est pourquoi nous t’invitons à méditer dans la nature tous les jours, pour un temps donné cela va t’aider dans ta transition.

Mais pourquoi je me sens comme ça ?

Parce qu’il y a de nombreuses choses qui remontent, au contact de tes parents, mais également de toutes les affaires et énergies que tu as laissé en plan en partant. Ce n’est pas forcément facile de « revenir » et de se confronter au contact de tout ce que tu as accumulé comme bagages avant ton départ à la Réunion.

Qu’est-ce que ça t’a fait, quand ce policier t’a demandé, lors de ta demande de procuration, si tu avais été à tel collège, pour te dire ensuite qu’il était de la promo juste en dessous de toi ?

Ça m’a fait bizarre. Je me suis dit « ah, alors il a presque le même âge ? Et lui, il est là, à travailler derrière un bureau de police, alors que moi je suis là, sans travail, revenue vivre chez mes parents… » Une partie de moi même n’a pas pu s’empêcher de m’auto-juger et de me rabaisser. Et je me suis demandée « qu’est-ce qu’il pense de moi ? »

Il aurait pu croire que tu étais en vacances au domicile familial. Qu’est-ce qui t’a poussé à croire qu’il savait que tu étais au chômage ?

Rien, c’est vrai… Parfois j’ai l’impression d’avoir cette étiquette sur le front « inutile à la société ».

Pourquoi cela te dérange-t-il tant ?

Ce n’est pas tant que cette étiquette me dérange, plutôt que celle de ne pas avoir le sentiment d’être à ma juste place. Même si je ne sais pas laquelle c’est… Si même elle existe. C’est peut-être simplement un sentiment intérieur à développer « où que je sois, je suis à ma juste place ». Mais pourquoi est-ce que je n’arrive pas à me sentir comme ça ? Ou plutôt, comment est-ce que je peux faire pour dépasser ce sentiment ?

C’est mieux. Toujours préférer les comment au pourquoi. Un « pourquoi » ne te donnera pas forcément la solution, alors qu’un « comment » te permet d’agir, d’être active et de ne pas rester dans une position de victime à attendre que les choses s’arrangent. La journée d’hier t’a prouvé que même en te levant de très mauvaise humeur, avec une nuit incomplète à cause de la sciatique, tu peux trouver un sentiment de paix intérieure et te sentir mieux. Et même finir la journée avec des fous rires.

C’est vrai que rire fait du bien, cela faisait longtemps que je n’avais pas eu une crise de rire comme ça à en avoir mal aux abdos, même si c’était au détriment de ma mère.

Mais ce n’était pas méchant comme moquerie.

Non, la situation était simplement cocasse, et elle ne l’a pas si mal pris que ça.

L’aurais-tu aussi bien pris à sa place ?

Je ne sais pas. Je me serai probablement offusquée avant de me joindre à la crise de rire.

L’auto dérision est importante. Savoir rire de tout et de rien, c’est important. Surtout quand vous êtes chamboulés par vos émotions et vos hormones. Le rire apporte un bien être, comme la méditation, il permet la libération d’hormones favorables à celui-ci. Nous n’inventons rien, tu l’as déjà lu dans des revues scientifiques.

Oui, mais c’est vrai que le lire et l’expérimenter aussi concrètement sont deux choses différentes.

Vivre en communauté, c’est aussi avoir cette possibilité. Il est bien plus difficile de rire tout seul.

Surtout, quand comme moi, on n’aime pas spécialement regarder des vidéos d’humoristes ou de chats qui se cassent la figure. Je sais qu’on peut trouver plein de choses sur internet pour rigoler. Mais je n’aime pas trop ça, je préfère le rire spontanée, issu d’une situation vécue.

A chacun sa façon de faire. Cela n’a pas tellement d’importance, à partir du moment où tu as identifié ce qui est bon pour toi. Alors dis-moi, qu’est ce qui est bon pour toi ?

Pouvoir passer du temps avec les gens que j’aime, à profiter et à rire des petites choses du quotidien.

Penses-tu donc que vivre seule est ce qui te correspond le mieux ?

Je ne sais pas… On va dire que je suis « farouche », j’aime mon indépendance, ma liberté, avoir mon espace, être seule aussi pour me poser, méditer, écrire.

Mais est-ce que vivre ensemble empêche de faire ces choses ?

Ça dépend… cela impose des contraintes, c’est sûr. Mais finalement, je me rends compte qu’au-delà des tâches communes, c’est surtout moi qui ai du mal à m’écouter. A oser m’isoler quand j’en ai besoin, à faire ce qui me plait, même si l’autre fait autre chose. J’ai toujours cette espèce de déformation, cette plasticité qui me fait m’adapter à l’environnement qui m’entoure. Parfois c’est bien, parce que cela me permet de faire des choses que je n’aurai pas faites seule et qui finalement sont agréables. Mais parfois aussi, je me retrouve à ne pas faire ce dont j’avais envie et à être grognon.

Comme ce matin, un exemple stupide. Moi je voulais regardais les dessins animés du dimanche matin et glander sur le canapé. Parce que c’est dimanche, et que je n’ai pas fait ça depuis des années, vu que je n’ai jamais eu la télé dans mes apparts (par choix ceci dit). Mais mon père devait travailler son mémoire, et il a installé son bureau dans le salon, donc je n’ai pas pu regarder la télé pour ne pas le gêner. Si je comprends bien son besoin de travailler (après tout, j’ai passé du temps à le conseiller et le relire), je me rappelle que moi, quand je devais étudier, j’allais dans ma chambre. Or il existe dans cette maison une pièce appelée bureau utilisée quasiment exclusivement par mon père pour ses loisirs. Je ne comprends pas pourquoi il ne va pas dans cette pièce pour obtenir la tranquillité qu’il souhaite… Je n’ai rien osé dire parce que c’est « leur maison » mais cela n’a vraiment pas participé à ma bonne humeur…

Pourquoi n’es-tu pas allée dans la lingerie, où il y a une 2ème petite télé ?

Parce qu’il n’y a pas de canapé, seulement une chaise de bureau très inconfortable pour ma sciatique. Et je suis désolée mais le glandage du dimanche matin, cela se fait sur le canapé, sinon ce n’est pas du « glandage »… Je sais que c’est un exemple futile, mais c’est typiquement un exemple anodin de cas où je dois faire passer mes propres besoins et envies au second plan, alors qu’il y aurait d’autres solutions pour que tout le monde ait ce dont il a besoin… Voilà pourquoi je préfère souvent vivre seule.

Et as-tu demandé à ton père pourquoi il ne travaillait pas dans le bureau ?

Non…

Il va te falloir faire des efforts de communication.

J’ai exprimé à mon père mon envie de regarder la télé. J’étais même prête à couper le son et mettre des sous titres, mais évidemment, il n’y en avait pas pour l’émission que je voulais… Il m’avait parlé d’un casque pour le son, mais quand je lui ai demandé où il était, il a été incapable de répondre… et je ne l’ai pas trouvé.

Si tu ne proposes pas de solution ou de compromis de façon explicite, cela ne sera pas suffisant. Il va falloir que tu fasses un effort d’adaptation.

Des fois, je n’en ai pas envie… Des fois, je suis trop fatiguée ou trop de mauvaise humeur pour faire preuve de tact… Voilà pourquoi, encore une fois, vivre seule est plus facile par moment.

Mais fuir le vivre ensemble par facilité n’est pas une solution durable. Tu dis que tu ne t’imagines pas vivre en couple avec quelqu’un, et en même temps tu te sens profondément triste par ce constat. Mais peux-tu vivre avec quelqu’un d’autre, si déjà tu n’es pas capable de cohabiter avec tes parents, qui sont, par définition, censées être les personnes les plus aimantes et les plus tolérantes de ton environnement incarné ?

… Que veux-tu que je réponde à ça ?

Fais un effort, pas pour faire plaisir à l’autre, mais pour respecter tes propres envies et besoins. A défaut de trouver une solution, être au moins sûre qu’ils ont été exprimés et entendus. C’est pour toi que c’est important sur le long terme, pour ne pas faire naître et accumuler de la frustration, ce qui te rendra agressive et difficile à aborder. Le vivre ensemble se cultive au quotidien. Faire preuve de bienveillance avec ses amies et les personnes rencontrées dans un cadre concis, tel que les cercles de femmes, c’est une chose. Mais faire preuve de la même bienveillance, au quotidien, dans son cadre de vie, avec ses proches, c’est autre chose. Surtout quand on est fatiguée, de mauvaise humeur, chamboulée par les hormones…

Je sais, je garde un souvenir terrible de ma dernière cohabitation en couple, sous un traitement hormonal complètement inadaptée…

Est-ce pour ça que tu as peur de vivre avec quelqu’un ?

C’est plutôt pour cela que je doute d’être vivable au quotidien pour autrui… C’est un peu un des effets secondaires de l’endométriose… Pics d’humeur, fatigue chronique, irritabilité… et je ne parle pas des insomnies. C’est déjà dure à vivre pour moi, alors quelqu’un à coté ? Je n’ai pas de bouton magique pour « tadam » tout à coup me sentir bien et être agréable avec autrui.

Pourtant il existe, il te suffit de le trouver. Au-delà de l’influence de tes hormones, il existe des façons de les contrebalancer et de chercher à les équilibrer. Ton état n’est pas une fatalité. Je le rappelle, la maladie n’est pas une fatalité, ni une excuse pour se complaire dans la facilité. C’est vrai, cela va te demander plus d’efforts qu’une personne lambda. Mais qu’importe ? Si ces efforts-là t’apportent un mieux-être, pourquoi ne pas les entreprendre ? C’est avant tout pour toi que tu dois faire les choses et les efforts. Pas pour « être vivable pour autrui », mais pour toi te sentir bien et ne plus te réveiller avec l’envie de pleurer.

Je comprends, merci. Mais j’ai toujours envie de pleurer, lol.

Va parler avec ton père, va essayer de trouver une solution qui satisfasse tout le monde. Tu verras que cela va te soulager et que tu comprendras que tes besoins peuvent être pris en compte.

Et s’il ne m’écoute pas ou balaye ma demande parce qu’elle est « futile » ?

Rien n’est « futile », si tu en as vraiment envie et si l’absence d’une chose crée une réelle frustration, alors ce n’est pas futile. Même si cela le semble d’un regard superficiel. Regarder les dessins animés le dimanche matin sur le canapé, c’était un rituel familial de ton enfance et de ton adolescence. Par cette envie, tu as besoin de renouer avec et de comprendre quelque chose d’important par rapport à ton propre passé. Il y a une raison derrière, même si tu ne peux pas encore la saisir. Nous te disons simplement de suivre tes envies. D’elles découleront des enseignements intéressants, dont tu as besoin. Les envies profondes ne sont pas un hasard. Aussi diverses, surprenantes et incompréhensibles qu’elles soient, nous te demandons de les accueillir, car elles sont là pour te permettre d’expérimenter et d’apprendre. Il serait vraiment dommage de t’en priver.

Merci.

23 avril 2017