Patience et créativité

cobweb_by_kuvshinov_ilya-dbdm7pb

Artiste : Kuvshinov-Ilya

Il y a de ces sujets où écrire dans mon journal intime ne suffit pas à résoudre les conflits émotionnels qui m’agitent. C’est dans ces moments-là qu’écrire avec mes guides me manquent le plus. J’aimais avoir leur éclairage, leurs conseils et leur aide pour rendre du recul. Je ne saurai dire pourquoi pendant tant de mois ils ne se sont pas manifester directement auprès de moi.

Suis-je trop déconnectée de moi-même et de mon étincelle intérieure pour les entendre ? Suis-je trop tourmentée par mes émotions et mon mental pour avoir la clarté nécessaire de canaliser ? Ai-je une hygiène énergétique insuffisante et un canal encrassé ? Ou bien est-ce une de ces périodes de « débrouille-toi », où mes guides décident de rester là, mais à distance, pour que j’apprenne les choses par moi-même ?

C’est un mystère pour moi… Je ne comprends pas toujours, voire rarement, les aléas de ma guidance personnelle. Cela m’a beaucoup affecté au départ. J’aime écrire et partager les guidances reçues sur mon blog. Mais j’ai fini par accepter. Peut-être est-ce une histoire de cycle. Ou de ressources intérieures. Peut-être ai-je tourné les miennes vers d’autres horizons et ce n’est pas forcément plus mal. En tout cas, c’est comme ça… Les messages passent autrement par moment, via les rêves, les « synchronicités », les cartes et les rencontres. Je ne pense pas qu’on « arrête d’être connectée », on l’est peut être juste d’une autre façon.

Je n’ai plus écrit avec mes guides depuis des mois. Mais j’ai le plaisir de m’être remise à la peinture et des images de tableaux « me viennent ». C’est irrépressible, j’ai envie de les peindre. Elles me restent en tête jusqu’à ce que cela soit fait. Et j’avoue que j’aime ça. Même si je n’avance pas très vite et de façon sporadique. Mais quel sentiment de complétude quand la toile est terminée.

Et puis, je me suis mise à une autre forme d’écriture, celle d’un roman. Et là aussi, je sens que c’est un processus hautement spirituel, autant par le sujet que je traite, que par la façon inspirée dont j’écris. C’est très instructif et cela me permet d’explorer le processus de création depuis l’intérieur. Car après tout, je trouve que pour l’art, « c’est en forgeant que l’on devient forgeron ». Alors je me laisse porter par cette vague de créativité géante et irrésistible. « Créé ! » « Ecris ! » « Dessine ! ».

Plus j’ouvre mes oreilles et mon cœur à cette créativité et plus je ressens cet appel de façon forte et irrépressible. Impossible de l’ignorer, sinon une frustration démesurée s’abat sur moi et rien n’y fait. Et même quand je l’écoute et que je sors mon crayon pour dessiner, il m’arrive quand même d’être écrasée sous le poids de cette frustration inconnue. Pourquoi ?

L’art a cette chose de frustante qu’il est long à créer. Ecrire un roman, cela prend des mois… Peindre une toile, cela prend des heures, et parfois le processus s’étale sur des mois (parce qu’il englobe d’autres réalités énergétiques derrière). Et cela me frustre. Le plus dur pour moi, c’est d’apprendre la patience. Ce n’est pas pour rien que je n’ai jamais eu envie d’apprendre à peindre à l’huile. Il faut des mois pour que la toile sèche ! Je préfère nettement l’acrylique, qui sèche bien plus vite. On peut même tricher en utilisant un sèche-cheveux pour accélérer le processus. Alors vous imaginer ? Faire des courbes de constructions et des dessins par étape… trop long ! Cela me semblait impossible. Force est de constater que parfois, en prenant son temps, on « réussit » plus vite. Une bonne préparation, même longue, est parfois la meilleure clé pour arriver au résultat souhaité. Donc je tente d’apprendre à prendre mon mal en patience…

Mais que faire de ce sentiment de frustration qui me met mal à l’aise et me rend parfois franchement de mauvaise humeur ? D’où vient-il ? Qu’essaye-t-il de me dire ? A creuser…

 

11 octobre 2017

Publicités

Des nouvelles

Artiste : Rossdraws

Cela faisait longtemps que je n’avais pas ressenti l’élan pour écrire sur mon blog, alors je n’avais pas voulu me forcer. A quoi bon écrire sans conviction ou sans infos claires à canaliser ? Malgré ça, oui je suis toujours vivante et non je ne compte pas arrêter ce blog. Parfois des temps de pause sont nécessaires. Plus ou moins longs, plus ou moins fructueux. Certains parlent de « passage à vide », d’autres de « creux » ou de zone de transition. Quel que soit l’appellation qu’on leur donne, autant dire qu’ils ne sont jamais agréables. Ils sont toujours inconfortables, comme un pull en laine qui gratte et qui donne trop chaud, mais que l’on ne sait pas comment retirer. Elles sont passées où ces putains de manches ? Il n’y a pas une fermeture éclair quelque part ?

C’est un peu comme cela que je me sens en ce moment. Cette période de creux n’aura jamais été aussi longue de toute ma vie, et j’ai le sentiment de ne pas en voir le bout même à des kilomètres. Malgré des efforts et des efforts. Comme un col de montagne infranchissable à gravir. Vous savez que même si vous atteigniez un sommet, il vous en attend toute une série par la suite. Que faire ?

Rester là et attendre mon bâton de marche à la main ? Tiens, je n’avais pas remarqué ce truc avant. Est-ce vraiment une aide et pas plutôt un handicap ? Qu’est-ce que j’en fais ? Comment ça marche ce truc ? Et si je me prenais les pieds dedans et que je dégringolais de la montagne ? Non décidément, ce n’est vraiment pas confortable. Alors je fais quoi ? J’admire la vue ? Je m’endors au risque que mourir de froid dans ces sommets glacés ? Je m’acharne à marcher dans la tempête ? J’attends une aide providentielle qui ne viendra jamais ?

Bon, parce que oui, avec les années, j’ai fini par comprendre qu’il ne servait à rien d’attendre un sauveur ou une sauveuse inconnu(e). « Aide toi d’abord, et le ciel t’aidera ensuite » comme disent certains. Dans mon cas, c’est on ne peut plus vrai, étant donné ma reliance au Milieu, qui rend ma guidance assez capricieuse, et où on me dit souvent « débrouille-toi toute seule ». Rah, franchement, c’est toujours dans ces moments-là que je regrette de ne pas avoir une reliance à la Lumière. Ou encore la douceur suffisante envers moi-même pour recevoir une guidance affable et progressive. Mais bon, au bout d’un moment, j’ai finis par lâcher le morceau et me résigner. Ce n’est pas comme si quand je pestais contre mes guides cela changeait quelque chose, pas comme Camille Fraise en tout cas.

Alors tout ça pour dire quoi ? Que les médiums sont simplement comme tout le monde, ils galèrent, avec leur santé, leur vie professionnelle, leur avenir… Mais qu’ils doivent gérer une couche en plus quand tout se casse la figure, celles des énergies du bas astral, des entités en tout genre, des gens qui trouvent intéressant de s’en prendre énergétiquement aux autres, ce genre de conneries… Ce qui me met en rogne. Me coller aux basques des entités du bas astral, des âmes errantes et j’en passe pour me polluer et exercer une pression psychologique (ou lire « tenter de pousser au suicide »), pas une fois, mais deux, ça suffit !

Je ne vais pas m’attarder sur ces pratiques peu recommandables. Je vais simplement affirmer que quoi que l’on tente de me faire, je ferai toujours face. Je trouverai toujours une parade. S’il faut que je réaffirme ma puissance vingt fois, et bien je le ferais vingt fois. Vous perdez votre temps les mecs. Ce n’est pas demain que je serai morte et enterrée, même si j’ai parfois du mal à comprendre en quoi mes capacités en gênent certains. Toujours est-il que, me pousser dans mes retranchements ne fait que m’apprendre à être plus forte. Alors finalement, qui est le gagnant ici ? Surtout que réveiller mon côté sombre n’est pas franchement une bonne idée…

Suite à cette petite mise au point, je tenais à dire à mes « gentils » lecteurs (ceux qui ne sont pas concernés par cette mise en garde) que mon silence récent porte des fruits intéressants et qu’il me permet d’explorer d’autres facettes de l’écriture et de la créativité, que j’espère pouvoir bientôt partager avec vous !

Suite au prochain épisode ;)

La première des médecines

Artiste : Piccolo-kun

La première des médecines est d’avoir un bon sommeil, me souffle-t-on à l’oreille.

Mais, pour moi qui lutte à trouver le moyen de faire des nuits complètes, qu’est-ce que cela veut dire « un bon sommeil » ? Qu’est-ce que c’est ? Et comment est-ce qu’on y parvient ?

Evidemment, il y a tous les conseils de bon sens que vous pouvez trouver à divers endroits : se coucher à heure fixe, faire une activité calme avant d’aller au lit, éviter les stimulants (caféine, etc). Mais cultiver un bon sommeil va au-delà de ça. Dans un monde où l’on dort de moins en moins, cultiver un bon sommeil est un peu comme aller à contrecourant. Au lieu de chercher à faire plus, produire plus, être plus pour répondre aux exigences énormes de cette société de consommation, chercher à avoir un bon sommeil est un état d’esprit qui appelle au ralentissement. Ralentir pour donner un repos réel et efficace à son corps, et pas juste un minimum vital dont on doit s’accommoder.

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé dormir. Petite, j’aimais que mes parents me lisent des histoires au coucher avant de m’endormir. J’adore la sensation d’une couette chaude et moelleuse alors qu’il fait froid en dehors du lit. Et puis cet engourdissement bienfaisant de l’esprit, où tout est léger et irréel. J’ai toujours beaucoup rêvé et j’adorais ça, car je sentais un esprit bienveillant veiller sur mes nuits. Ainsi enfant, je n’ai, il me semble, jamais subit d’attaques astrales dans mon sommeil.

Comment en suis-je passée à avoir peur d’aller dormir et à repousser l’heure du coucher ? A passer des nuits longues et difficiles, où la douleur physique me réveille et m’empêche de dormir ? Où le mental en profite pour tourner en rond et me harceler de doutes et de questions ? Où les attaques astrales se faufilent par moment dans mes rêves ? Où mes rêves deviennent pénibles, fatiguant et où le travail énergétique qui se fait me rend plus fatiguée au réveil qu’au coucher ?

C’est de cette façon il me semble que l’on tombe dans une spirale vicieuse. Le manque de sommeil entraine une fatigue sur tous les plans, corporel, émotionnel, mental et énergétique. Je deviens fatiguée, alors je dors dès que j’en sens l’envie, cassant ainsi ma dynamique et mes cycles de sommeil. La fatigue s’accumule, avec elle, je suis plus irritable et plus sensible à la douleur. La douleur augmentant et restant continue, je dors de moins en moins bien… Et la boucle est bouclée… La seule solution : casser le cycle.

 

La première des médecines est d’avoir un bon sommeil.

Pour cela, il est nécessaire d’apprendre à se connaitre. Quels sont mes besoins en sommeil ? Plutôt 6h, 8h ou 10h ? Suis-je du matin ou du soir ? Ces facteurs dépendent de notre capital génétique mais aussi de notre âge, ils évoluent au cours du temps avec nous et notre corps. Autant vous dire que rien ne sert d’appliquer le miracle morning, si vous êtes du soir comme moi. Il est parfois difficile d’accepter un besoin en sommeil important (9h ou plus) quand la société tend à imposer un rythme 23-7h, voire moins. Pourtant, à un moment, il est nécessaire de poser une priorité.

On ne sait pas que l’on vit en dette de sommeil, tant que l’on n’a pas mis en place des nuits de sommeil suffisamment longues et ce de façon quotidienne. C’est le jour et la nuit. Je m’en suis rendue compte lorsque j’avais changé d’études, de ville et de cercle social. J’étais passé d’un état de zombie qui s’ignorait, à une personne enfin en pleine possession de ses moyens intellectuels, de sa capacité d’observation et de sa faculté à s’ouvrir aux autres. Tout ça parce que je dormais plus.

Manquer de sommeil, c’est comme survivre la tête dans un bocal. Les idées sont confuses sans qu’on le sache, on passe son temps à courir après la compréhension des choses, des gens, des situations, et cela rend le quotidien encore plus fatiguant. On ne pense qu’à se reposer, sans en avoir le temps, puisqu’on accumule le retard car la fatigue nous rend plus lent. C’est bien un cercle vicieux.

Pour avoir un bon sommeil, il ne suffit pas de se coucher suffisamment tôt, bien que cela aide. Vous pouvez le faire, et ne pas forcément réussir à vous endormir. Je pense qu’une bonne nuit de sommeil se prépare, comme une bonne journée avec un petit dej’ adéquat. J’imagine que c’est pour cela que l’on trouve des articles de blog du type « mon rituel du soir avant de me coucher », décrivant ce que la personne fait pour se mettre dans un état d’esprit propice au sommeil.

De mon expérience, la préparation à un bon sommeil passe par plusieurs points :

  • Mettre en place un environnement adéquat : certains ne supporteront pas la lumière (fermer les volets), ou bien le bruit (mettre des boules quiès), d’autres peuvent avoir besoin d’une chambre rangée, d’un lit bien fait, d’une porte fermée ou ouverte, d’une température fraiche ou chaude, d’une moustiquaire, d’une veilleuse ou pas, d’un talisman ou d’une peluche de « protection ». Selon votre histoire et vos blessures, vous aurez besoin d’identifier quelles sont les conditions dans votre chambre qui vous permettent de vous sentir en sécurité pour relâcher votre vigilance.

Par exemple, dans mon cas, j’ai besoin de savoir que la porte d’entrée de ma maison est fermée à clé, et que je connais les gens qui dorment dans cette maison, pour rassurer ma peur d’être violée dans mon sommeil.  Pour d’autre, ce sera la peur du noir, etc…

Précisons que pour certains, il sera indispensable d’avoir une confiance absolue en son (sa) partenaire, même passager(e) pour bien dormir à côté.

  • Nettoyer l’émotionnel : difficile de bien dormir quand des émotions nous pèsent sur le cœur, notamment à cause d’évènements vécus au cours de la journée. Prendre un temps le soir pour identifier ses émotions et les extérioriser permet de se sentir plus léger. Pour ma part, c’est là que j’aime bien sortir mon journal intime et que celui-ci m’aide grandement à faire un peu de ménage. Mais vous pouvez utiliser le dessin, le chant, le sport…
  • Apaiser le mental : de la même façon, il est difficile de s’endormir lorsque l’on ressasse des pensées, ou que le mental turbine à cent à l’heure. Il existe de nombreuses façons pour le calmer, là encore écrire dans un journal peut aider. Pour ma part, j’évite également de stimuler trop mon mental avant de me coucher : un roman trop prenant me maintiendra en haleine, je me suis rendue compte que les films et ciné du soir avaient tendance à polluer la qualité de mon sommeil, car mon mental s’y raccrochait durant la nuit. On peut aussi tenter de déconnecter le mental en faisant des exercices de respiration, de méditation, ce qui rejoint le point suivant…
  • Tenter de détendre le corps physique : pour moi, c’est un des points les plus difficiles avec mes douleurs chroniques. J’essaye de le rendre confortable au maximum, en calant avec des cousins, utilisant une bouillotte sur les zones douloureuses. Des exercices de respiration et de décontraction peuvent aider. Et quand la douleur est trop forte, j’essaye de m’échapper de mes sensations physiques jusqu’à m’endormir. Je visualise une prairie verte où coule un ruisseau agréable. Ou bien encore un lac de lumière dorée où je peux laver mes zones douloureuses et voir la douleur se dissoudre dans l’eau. Si vous avez un partenaire volontaire, un massage décontractant peut aider… Une bougie parfumée, des draps tout doux, etc.
  • Entretenir des énergies « propres » : comme vous ne dormiriez pas dans un lit infecté de puces ou plein de déjections, vous préférerez probablement dormir dans un lieu « sain » au niveau des énergies. C’est là que le rangement et le ménage peuvent aider, lorsqu’ils sont faits en conscience et avec l’intention, à assainir les énergies de votre chambre. Il existe également diverses techniques de purification des énergies, dont la fréquence est à adapter selon ce que vous ressentez. Etes-vous bien dans votre chambre ? Est-ce un lieu où vous pouvez vous détendre en journée ? Où n’y allez-vous que pour « l’obligation de dormir » ? Vous y sentez-vous mal en journée ?
  • Protéger énergétiquement son sommeil : ce volet-là est un sacré volet, qui variera grandement d’une personne à l’autre. Selon que vous êtes médiums ou pas, sensibles aux entités ou âmes errantes ou pas, ce point sera plus ou moins à prendre au sérieux. Pour certains, les guides sont là pour faire le boulot, ou une demande d’aide et d’accompagnement peut suffire. Pour d’autres, l’entretien régulier des énergies sera suffisant pour décourager les petites entités. D’autres (bénis des Dieux dirons-nous) n’auront jamais aucun soucis, soit qu’ils n’attirent pas les problèmes, soient qu’ils sont naturellement protégés.

Alors, vous l’aurez deviné en lisant ce blog, je ne fais malheureusement pas partie de cette dernière catégorie. Car il y a aussi le groupe de ceux qui se font plus ou moins harcelés durant leur sommeil, parfois sans le savoir. Je ne dirais pas qu’il y a une méthode générale pour régler ce problème, c’est faux car cela dépend de chaque cas. Mais ce qu’il faut savoir, c’est que cela n’arrive pas par hasard. Jamais. Si vous êtes attaqués dans l’astral durant votre sommeil, ce n’est pas parce que vous êtes une pauvre victime prise au hasard (ou alors c’est vraiment très très rare). En général, c’est parce que vous présentez des failles émotionnelles ou énergétiques qui permettent à diverses entités de se frayer un chemin et de se nourrir de vos énergies. Ces failles, souvent inconscientes, peuvent être des blessures de diverses origines. Dans tous les cas, c’est à vous de faire le boulot de prise de conscience et de guérison, qui permettra la fermeture des failles et donc condamnera l’accès à des entités extérieures. Je ne dis pas que c’est facile. C’est un travail parfois long et ingrat, mais il n’y a pas vraiment beaucoup d’autres solutions durables… Mettre des protections énergétiques en place autour de vous marchera un temps, mais cela vous fatiguera et ne tiendra pas sur le long terme, mieux vaut aller à la source du problème.

  • Prendre en considération vos rêves. Je sais, certains rêves, d’autres pas. En réalité, plus l’on accorde de l’attention à ses rêves, mêmes les plus banaux, et plus ceux-ci deviendront au fil du temps un canal d’expression. La manière façon pour cela est de les écrire dans un carnet à rêve, tous les matins, dès le réveil. Et ne me dites pas « oui mais mes rêves sont nuls ou ne veulent rien dire… » Oui, peut être que cela sera le cas au départ, et même moi, j’en ai encore. Mais en tendant l’oreille, vous ouvrez une porte aux messages. Ceux-ci peuvent vous donner des indications sur la qualité de votre gestion émotionnelle, mentale ou énergétique qui peut faire obstacle à un bon repos. Vous donner des conseils comme chez Camille Fraise. Ou bien, comme moi, vous renseigner sur des tentatives d’intrusion par des entités.

Voici pour le tour d’horizon de quelques pistes afin d’améliorer son sommeil. Quand il y a un réel problème de fond derrière, il faut s’attendre à ce qu’une telle démarche prenne du temps et ne soit pas effective dès les premiers jours. Mais ce travail de fond peut être vraiment bénéfique. Bien dormir, c’est avoir les ressources nécessaires pour bien vivre sa journée.

Trouver sa voix

Artiste : Kuvshinov-Ilya

Je ne sais même pas par où commencer tellement c’est le bazar dans ma tête.  Au message reçu par Sylvie « On me dit de te rappeler que la foi est une flamme qui s’entretient et qui part de la foi en soi avant toute chose », je me sens profondément découragée. Pourquoi ?

Pourquoi certains jours, la foi en la vie semble couler de source et j’arrive à ressentir une forme de sérénité ? Et pourquoi d’autres jours, je ne sais même plus ce que veut dire le mot « foi » ? Et encore moins comment m’y connecter et raviver cette flamme ? Comme si je n’en avais plus la force, tellement je me sens parfois fatiguée et découragée. Comme si ce mot s’était vidé de son sens, à force d’errer dans cette nuit de l’âme et ce brouillard sans fin. Comme si l’absence d’amélioration face à la maladie malgré mes efforts l’avait vidé de sa substance.

Comment faire face quand on est submergé par un raz de marée de souffrance, de fatigue, de désespoir et de doutes ? Où trouver la matière pour entretenir cette flamme quand tout s’est écroulé autour de soi ? La perte de repères physiques, la perte d’un partenaire, la dégradation de ma santé, l’arrêt de ma vie professionnelle, l’altération de mon cercle social ?

J’imagine que la mort de tout ce que l’on croit connaitre,  de tout ce que l’on croit désirer, n’est là que pour mieux nous aider à renaitre à nous-même, nous pousser à l’introspection pour apprendre à vraiment se connaitre, et à ainsi mieux pouvoir suivre la voix de son âme.

Mais où est la mienne ? Pourquoi je ne l’entends plus ? Elle s’est soudain tût et je me retrouve dans un silence assourdissant, où seuls mes acouphènes me tiennent compagnie. Ne plus entendre la voix de ses guides quand on se sent plus perdue que jamais est difficile. Sentiments d’abandon, de douleur et d’incompréhension face aux appels à l’aide qui semblent rester sans réponse.

Comment prendre du recul sur ce que l’on vit lorsque l’on est constamment submergé de vagues émotionnelles douloureuses ? De tristesse, de solitude, de peurs et de doutes ? L’esprit cherche à rationaliser, à comprendre. Pourquoi ? D’où cela vient ? Quels sont les déclencheurs ? Mémoires émotionnelles qui remontent ? Travail d’épuration de la Kundalini ? Ou que sais-je d’autre ? Et pourquoi pourquoi pourquoi pourquoi pourquoi ? Comme s’il fallait que tout ait un sens pour supporter cette souffrance, une finalité, un objectif « ainsi je n’aurais pas vécu ça en vain ». Qui supporterait de vivre de la souffrance gratuite sans aucune utilité ?

Mais les émotions ne peuvent pas se rationaliser, car elles se vivent dans le cœur. Elles émergent et me submergent, peu importe leurs origines et le chemin qu’elles prennent. Elles effacent toute la sagesse et les guidances reçues, toute la patience et la foi en moi. Elles me retournent, et me laissent vidée, dans l’incompréhension, la solitude et le sentiment d’être impuissante. Impuissante à contrôler mon hypersensibilité, mes nuits et rêves agités, mon état de santé totalement aléatoire et fortement impacté par mes nuits.

Comment dans ces conditions trouver le calme et la foi pour prendre des décisions par rapport à mon orientation professionnelle ? Comment avoir le courage et la foi d’imaginer un chemin professionnel dans la relation d’aide à autrui ou la thérapie, quand je ne semble pas capable moi-même de faire face à la maladie, à l’hypersensibilité et surtout à mes propres doutes ?

J’ai une liste de métiers potentiels établie avec la psychologue du travail qui m’accompagne dans la démarche de réorientation demandée auprès de Pôle Emploi. Après de nombreux échanges et questionnaires, il est temps d’appliquer la méthode de « l’entonnoir », resserrer les possibilités pour mettre au point un projet professionnel cohérent, me renseigner sur le métier et les formations.

Mais je regarde cette liste et je me demande où est ma voie. Où est ma voix ? Je me sens comme paralysée, face à l’idée de choisir et de m’engager dans une direction, et ma peur de me tromper ressurgit. Ma peur de mal choisir, de ne pas en être capable, de ne pas réussir. Pourquoi rien ne résonne-t-il comme une évidence ? Pourquoi toutes les options ne me semblent que de longs parcours du combattant, pour lesquels je ne me sens pas prête ? Ma confiance en moi semble s’étioler plus que jamais, les doutes me submerger et la clarté me fuir.

Comment dans ces moments-là peut-on entretenir sa foi en soi-même ? Quel acte concret et quotidien peut-on poser chaque jour pour nourrir cette flamme, quand tout à l’extérieur semble peser pour l’étouffer ?

Parfois, j’aimerais bien que l’on me donne « la bonne réponse ». Peut-être est-ce pour cela que ma guidance s’est tût, c’est à moi de la trouver par moi-même. Personne ne peut choisir à ma place. C’est à la fois un beau cadeau et en même temps une lourde responsabilité. Comment choisir quand je ne sais pas ce que je veux ? Ni ce dont je suis capable ? Ni vers quoi je veux aller concrètement ?

Faire un pas au hasard ? Avoir la foi que je ferais le bon choix quel qu’il soit ? Je sais qu’en vérité, peu importe le chemin, c’est la façon dont on le vit qui importe. « Tous les chemins se valent », il n’y en a pas un bon ni un mauvais, ce ne sont que des expériences. Et comme la vie est évolution, rien n’est jamais figé, on peut changer d’avis, rebondir, évoluer. Alors pourquoi ai-je si peur de me tromper ou de ne pas être capable ? Comment guérit-on ce genre de manque de confiance en soi ?

21 juin 2017

Science sans conscience ?

Artiste : Yuumei

Comme vous avez pu vous en rendre compte, je ne suis plus très présente sur mon blog depuis quelques temps. Il y a maintes raison, mais globalement, je ne ressens pas l’élan ni le besoin d’écrire ici, et je ne souhaite pas forcer la chose. Mes guides sont aux abonnés absents, tout du moins, ne se montrent-ils pas et ne souhaitent pas se manifester quand je les appelle. On dirait que je traverse une de ces phases du style « on ne te répondra pas, c’est à toi d’apprendre par toi-même et de trouver d’autres solutions ». Soit, j’ai décidé de lâcher l’affaire, comme dit Camille, ça ne sert à rien de chercher à se prendre un mur.

Voilà pourquoi j’ai parfois le sentiment que la guidance que je reçois est très instable et aléatoire. Certains me répondront peut-être que, j’ai déjà de la chance de pouvoir écrire avec mes guides ponctuellement. Mais la réalité, c’est que ce n’est pas moi qui décide. Quand eux le veulent, ils vont trouver les moyens pour m’en donner envie ou m’y pousser. J’ai cette impression illusoire que c’est moi qui décide, quand écrire ou pas, mais c’est une construction totalement fausse de mon égo pour me rassurer. Car dans ces périodes de silence, il m’arrive mainte fois de penser à mon blog, ou d’avoir envie que quelque chose s’écrive, mais je ne ressens pas cet élan, cette énergie nécessaire pour le faire. Alors qu’aujourd’hui oui.

Est-ce une question de ressources énergétiques ? Peut-être. Il est vrai que, malgré mes méditations, mes nuits de repos, etc, j’ai souvent bien du mal à avoir le sentiment de réussir à me ressourcer. Ma santé est très chaotique, et mes expériences spirituelles semblent beaucoup l’impacter. Je n’ai toujours pas trouvé le moyen de corriger ça, de l’influencer, ni même de le comprendre ou de le prédire avant un travail énergétique spécifique. Des fois cela me rend chèvre. J’ai beau lutter, essayer de comprendre, de rétablir mon état, de demander guidance ou aide énergétique, et bien que dalle.

Alors j’ai décidé de lâcher l’affaire. Parce que tout ça, ça me fatigue. Ça me fatigue de ne rien comprendre, de chercher à comprendre et encore plus de n’avoir aucune réponse ou des bribes incompréhensibles. Certaines personnes vivent très bien leur vie sans avoir conscience des réalités énergétiques cachées derrière notre monde physique. Je devrais bien y arriver aussi non ? Prendre les choses comme elles viennent, profiter des signes qui peuvent pointer leur nez quand mes guides le veulent. Ou bien des rêves ou messages à la volée. S’il y en a, tant mieux, sinon tant pis. Envoyer valdinguer les bouquins de théorie et de pratique en spiritualité.

J’ai décidé de ressortir ma console de jeux, de reprendre la guitare. Bref de faire d’autres choses. Parce que ça m’énerve de constater que quoi je fasse, mon intérêt se tourne toujours vers le spirituel. Pourquoi les boutiques qui m’attirent le plus sont quasiment toujours des librairies ésotériques ? Pourquoi quoi que je fasse, je me retrouve toujours à acheter des oracles, des bouquins en lien avec les plantes et/ou la spiritualité ? Quand je regarde ma bibliothèque, ça me fatigue aussi. De quoi donc sais-je parler au-delà de ça ? Pourquoi est-ce que j’ai le sentiment de m’ennuyer avec mes amis au bout de tout un we, si des questions spirituelles, philosophiques ou en lien avec la nature et les plantes, ne sont pas soulevées ? Des fois, cela me fatigue moi-même, cette faim insatiable de quelque chose dans ce domaine, mais quoi ?

Mes amies m’ont fait remarquer que j’apportais parfois des indices et des réponses intéressantes – qui à moi me semblent évidents, mais ne le sont pas pour tout le monde, en lien avec leur développement personnel. Peut-être, tant mieux pour elles, ça me fait plaisir de les aider. De mon côté à moi, je me sens tourner en rond. J’ai l’impression d’être inculte sur un grand nombre d’autres sujets – histoire, musique, cinéma, politique, fonctionnement de la société, etc… Et pourtant, bien que je sois confrontée à mon ignorance et que cela m’énerve, je n’en ai pas pour autant l’énergie ou l’envie d’aller me cultiver dans ces domaines-là. En soi, ce n’est pas grave, on ne peut pas tout connaitre. Mais j’ai parfois l’impression d’être une totale inculte dans une conversation banale de culture générale. Et là, je ne parle même pas du fait que suivre les actualités me plombent trop le moral, et donc que je suis rarement à la page sur ce sujet-là aussi.

Peut-on vivre dans une bulle coupée du monde ? De sa réalité sociétale, politique et scientifique ?

Depuis que je suis revenue de la Réunion, je me suis mise à lire les 2 ans de Science et Vie engrangés en mon absence. Et nombre d’articles me semblent carrément effrayants… Nanotechnologie pour contrôler des libellules et s’en servir de mini drone, culture de cellules humaines dans des embryons de porcs, projet pour cloner la personnalité et conserver le cerveau en vie après la mort, recherche sur les animaux génétiquement modifiés pour la production animale… Tout ça ne sont que quelques exemples piochés au hasard. Mais les chercheurs vont toujours plus loin, et se sont souvent ceux qui travaillent dans les Start Up ou des équivalents de Silicone Valley.

Alors, je ne critique pas en soi la recherche scientifique, la soif de progrès et de découvertes. Après tout, j’ai suivi une formation scientifique et je suis moi-même avare d’une meilleure compréhension de la physiologie végétale. La science est un de mes intérêts principaux.

Mais « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Et j’observe que toutes ces innovations et ces projets, qui questionnent notre moral, notre éthique, notre sens du « naturel » et du « normal » sont issus de travaux poussés par un fonctionnement capitaliste. C’est à la première Start Up qui aura l’innovation la plus efficiente et rentable, que reviendront les gains. D’où une course à l’innovation sans prise réelle de recul, sans étude des questions éthiques et morales. Et l’état (principalement les USA) et la législation, en charge de ses questions-là, sont évidemment à la ramasse, au vu de la vitesse d’évolution des technologies et des recherches.

Moi qui ai de base un esprit scientifique, j’avoue être de plus en plus gênée et dégoûtée par certains travaux scientifiques. Cela fait des années que je lis Sciences et Vie, mais je ne me souviens pas, par le passé, avoir lu des articles sur des thèmes de recherche si sensibles, écrit de façon aussi banalisée. Est-ce moi qui ai changé de regard ? Ou la science prend-elle réellement un tournant « capitalistique » alarmant (attention, je ne parle pas de la recherche publique ici) ? Est-ce simplement que je commence à me sentir dépassée, maintenant que je suis sortie du circuit de formation et que je deviens réfractaire aux nouveautés radicales ? Ou ai-je pris du recul sur la machine toute puissante que représente la Science dans notre société ?

Oui, la science est nécessaire et utile. Oui la science permet d’améliorer notre santé, nos conditions de vies et notre espérance de vie. Mais la science est-elle la réponse à tout ? De plus en plus, je suis persuadée que science sans « spiritualité » reste une science « superficielle ». Et quand je parle de « spiritualité », je ne parle pas de croyance ou de religion, mais de connaissances des systèmes énergétiques, des différents plans (éthérique, astral, mental, émotionnel, …), d’une autre vision de l’organisation de la vie, de l’existence d’êtres subtils, de l’existence de liens énergétiques et subtils invisibles qui impactent les choses entre elles. Comment comprendre réellement un système quand on ne prend en compte que la moitié de ses éléments, sous prétexte que les autres sont invisibles ? Comme si on ne regardait qu’une seule face d’une pièce. Grâce à la physique quantique, on n’a pu se rendre compte que les choses ne sont pas toujours si simples à l’échelle quantique qu’à l’échelle macro, que la réalité est trompeuse et qu’elle diffère de par la présence même d’un observateur.

Des fois, j’ai le sentiment que l’être humain se sent de plus en plus puissant et sûr de lui-même grâce aux progrès de la science, mais qu’il en oublie l’essentiel. Qu’est-ce que la vie ? Qu’est-ce que le respect de la vie ? Comment vivre en harmonie entre nous-même et avec notre environnement ? Quelle est le principal ? Notre confort, notre mode de vie, notre compréhension et notre contrôle du monde ? Ou notre joie de vivre, notre amour, notre présence au monde dans chaque instant ?

Serions-nous capable de couper un arbre, si nous avions rencontré son esprit et été touchés et soignés par lui ? Serions-nous capable de polluer un fleuve si nous avions joué avec les esprits de l’eau qui y vivent ? Serions-nous capable de traiter les animaux comme des objets à disposition s’ils nous avaient apporté leur sagesse et leur aide ?

J’ai toujours aimé la nature, et surtout les végétaux. Depuis toute petite. Mais je n’ai jamais posé un tel regard sur elle que depuis que je pratique le chamanisme et que je suis entrée en contact avec les esprits de la nature, récemment. Ils sont là, autour de nous, et à ceux qui savent les aimer et les respecter, ils sont capables d’apporter enseignement, sagesse et soins.

Et je suis triste de me sentir aussi écartelée entre ce monde humain moderne, notre société, et cette Nature et ses réalités subtiles. Comment trouver ma place dans cet entre-deux inconfortable ? Comment répondre aux réalités de ma société (gagner de l’argent pour vivre) tout en respectant mes valeurs profondes (respect de la nature et de la vie) ?

Par moment, ce monde humain me semble devenir fou. Et je me sens schizophrène : la paix dans mon jardin et auprès des esprits de la nature ; à l’opposé de la violence (psychologique, monétaire, physique…) et la lutte (pauvreté, lutte des classes, pour l’éducation, etc..) dans ma société, ma ville, ma vie professionnelle…

A choisir entre les deux, je préfère encore m’isoler dans mon jardin. J’ai plus de mal que jamais avec les choses superficielles, les discours négatifs, alarmistes ou insidieusement violent, les conversations mondaines, les exigences de la société. Je me sens comme en train de décrocher de cette réalité humaine. Mais est-ce vraiment la réalité ? Est-ce que le modèle que nous propose notre société – travailler pour consommer – est celui qui nous permet de Vivre, d’être et d’aimer sans entraves ?

Je n’ai pas de réponses à ces questions, et mon avenir professionnel me semble parfois bien noir dans un tel contexte sociétal – où je me sens comme un mouton noir. Je serais probablement prise pour une folle si j’avançais de tels propos auprès de la communauté scientifique, et même par la majorité des gens. Il est sûr que mon discours ne peut toucher qu’un petit nombre de gens, déjà avertis ou ouverts d’esprit. Devrais-je pour autant sacrifier mes valeurs et ma perception du monde ? Hors de question ! Plutôt mourir…

Il ne me reste donc plus qu’à trouver une forme de compromis… un pont entre les deux ?

6 juin 2017

Restaurer ses énergies

Artiste : Yuumei

Je me sens vraiment épuisée… Je ne sais pas si c’est à cause de la scintigraphie, ou bien de la séance d’acupuncture, mais je n’étais bonne à rien faire aujourd’hui. Pas l’énergie, impossible de rassembler ma volonté et d’avancer dans mes cartons. Mon corps est tellement lourd… Mais c’est une sensation bizarre, pas comme quand je suis ancrée au sol par le poids des énergies. Non c’est très différent. Comme une sensation de vide énergétique, seulement de densité de matière. Mais en même temps avec la sensation de ne pas du tout être ancrée à la Terre. Assez contradictoire et déroutant.

C’est parce que tu assimiles la remise en route de tes énergies.

Du coup je suis complétement déconnectée ? Je ne comprends pas comment mon Qi peut être si affaiblie, alors que je n’ai pas arrêté de brasser des énergies, notamment de soin, avec les pratiques chamaniques. Cela n’aurait-il pas dû me nourrir ?

Brasser des énergies et les assimiler sont deux choses bien différentes. Tu peux canaliser des énergies sans forcément qu’elles ne s’imprègnent en toi et impactent au niveau de ton corps.

Pourtant, ce processus est censé fatiguer non ?

Cela dépend, plus ton canal est pur, plus l’énergie transite de manière fluide, moins il y a d’accrochage dans le canal, de remous et de travail en toi au passage.

Est-ce que c’est le travail en chamanisme que je fais qui m’a épuisé autant ?

Pas vraiment. En soi, cela aurait pu être le chamanisme, comme le travail ou bien la randonnée qui aurait pu t’épuiser. Le problème ne réside pas dans ce que tu fais, mais plutôt dans ce que tu ne fais pas.

Ce que je ne fais pas ? Tu veux dire des choses qui me restaurent ?

Oui, comme méditer dans la nature, peindre ou bien faire quelque chose de créatif.

Mais quand je vais peindre à l’atelier, je me sens plus vidée qu’autre chose après une séance de peinture… Je n’ai pas du tout la sensation de me restaurer.

Et quand tu as peint ton arbre intérieur ?

C’était différent, c’est vrai…

Tu as besoin d’un cadre précis pour mener des activités artistiques qui te feront du bien. Déjà le calme, du silence ou les bruits de la nature. Du temps, tu as besoin de ne pas te sentir pressée, ni stressée. Enfin un environnement neutre au niveau des émotions et des énergies. Parce que quand tu crées, tu es en mode plus réceptive, aussi les émotions des personnes autour de toi peuvent te « polluer » et te gêner. L’atelier n’est pas l’endroit le plus approprié pour toi, car il y a trop de paramètres autour que tu dois gérer et supporter. Ainsi le bénéfice est bien moindre, même si la fatigue engendrée est différente de celle avec laquelle tu arrives.

Alors la solution idéale serait que je peigne chez moi ?

La solution idéale serait que tu peignes dans un environnement calme et serein, voire si possible dans la nature. Quand tu auras acheté ton chevalet, tu pourrais t’installer à l’ombre des arbres dans le jardin de tes parents. Tu essayeras ? Tu verras, ce sera surprenant et rafraichissant de peindre dans cet environnement, tu pourrais même être surprise des résultats.

Ah, j’aurais la visite de fées ? C’est à ça que je pense quand je me vois peindre dans le jardin. Ça me semble rigolo en effet.

Tu verras bien, mais tu devrais essayer, surtout que les beaux jours se rapprochent chez tes parents.

Et en attendant, qu’est-ce que je peux faire pour nourrir et restaurer mes énergies ?

La même chose. Prends ton carnet et tes feutres et va faire des croquis dans la nature. Tu n’as pas besoin d’aller loin, il te suffit de trouver un endroit calme, comme la ravine où tu es déjà allée.

Ce que je ne comprends pas, c’est que pourtant, je dors mieux qu’avant, j’ai moins d’insomnies. Mon sommeil ne devrait-il pas me permettre de restaurer mes énergies ?

Non, ton sommeil n’est pas suffisant. Il permet de maintenir les énergies qu’ils te restent, mais c’est très loin d’être suffisant pour les développer à nouveau.

Sont-elles tombées à un niveau si bas que ça ?

Nous ne te le dirons pas, parce que cela ne sert à rien d’en parler ici. Mais sache qu’elles ne se rétabliront pas pleinement sans intervention volontaire et consciente de ta part.

Mais pourtant, je fais des méditations et des visualisations dans ce sens… Notamment la pluie de lumière et même le bain de lumière. Pourquoi cela n’aide-t-il pas ?

Ton corps est trop fatiguée pour transmuter ces énergies d’un niveau purement éthérique à un niveau plus incarné.

Ça veut dire quoi ça ? Il n’existe pas une seule source d’énergie ? Celle de la Source, du tout, du Qi ou de ce que vous voulez comme nom ? L’énergie qui circule dans notre corps est différente ?

Elle est adaptée afin d’être accessible à vos cellules. L’énergie de la Source doit descendre à travers différentes couches et corps éthériques, et à chacun d’un, elle est un peu modifiée pour pouvoir mieux s’incarner. Il y a donc un travail « d’affinage » si l’on peut dire. Voilà pourquoi tout soin énergétique ou chamanique nécessite un temps d’intégration, plus ou moins long selon l’impact du travail.

Pfff… Alors ça ne sert à rien que j’aille à la prochaine journée de pratique de voyages chamaniques ? Puisque que mon corps est trop fatigué pour intégrer les énergies ?

Pour cette fois-ci nous allons t’y aider. Parce que ça ne sert jamais « à rien » d’apprendre de nouvelles techniques et de s’ouvrir à de nouvelles expériences.

Ouais, ouais… je me sens poussée à mort par mes guides à pratiquer le chamanisme au maximum avant de repartir de la Réunion. Pourquoi donc ?

Parce que c’est le bon moment et le bon endroit, avec la bonne personne. La conjonction est parfaite, aussi nous t’encourageons à en profiter au maximum.

Ouais… mais comme vous dites, je suis fatiguée. J’ai aussi ma santé à soigner, mon déménagement à gérer. Et je ne reçois pas d’aide sur ce dernier point… Mes cartons et démarches ne vont pas se faire tout seul. Alors est-ce une bonne idée de dépenser le peu d’énergie que j’ai dans du travail spirituel ? Franchement ? Je me dis que je commence à en avoir marre. Parce que je ne vois pas les bénéfices arriver… Cela fait des mois que je travaille sur ça, que je voyage dans mes profondeurs et tout et tout, que j’apprends à donner des soins, que j’en reçois. Pour quelle évolution ?

Tu ne la vois pas pour l’instant. Mais nous t’encourageons à continuer. Tu devrais y aller, cela te fera du bien. Tu devrais continuer, cela va t’apporter beaucoup de choses, même si tu n’es pas encore capable de le voir.

Mouais… Ben désolée, mais ce soir, je suis sceptique.

Tu es fatiguée.

Et vous ne pouvez pas m’aider, vous, à restaurer mes énergies ? Vous ne pouvez pas intervenir, dans mes rêves ou pendant mes méditations ? S’il vouuuuuuuuuuuuus plait ? *regard épuisé de chaton*

Nous pouvons t’aider à trouver ce qui te permet de restaurer tes énergies. Mais non ne voulons pas intervenir directement.

Vous ne voulez pas ou vous ne pouvez pas ?

Il n’est pas dans ton intérêt que nous intervenions directement. Tu dois apprendre toi-même à comprendre pourquoi tu en es arrivée là et comment rétablir la situation.

Et pourquoi j’en suis arrivée là ? Franchement, je ne comprends pas. J’ai quitté mon job qui était toxique et me pompait. J’ai essayé au maximum de prendre soin de ma santé. Je me suis remise à des activités créatrices. Qu’est-ce que j’ai fait au juste pour en arriver là, à ce stade d’épuisement ? Franchement, dites le moi ! Parce que je ne comprends vraiment pas là ! Alors comment ?

Nous allons te laisser méditer sur cette question. Nous n’allons te donner qu’une piste : le mot « amour ».

Super… ça me fait penser à Camille Fraise et l’histoire de ces mots lâchés comme des steaks à mâchouiller. Pfff, franchement, vous n’êtes pas cool comme guides dans le milieu. Et si moi je vous répondais « douceur », hein ? J’en ai marre des trucs chiants, fatiguants et preneurs de tête. Je suis trop fatiguée pour ça…

C’est la bonne réponse.

Ah, ouais ? Ben ça me fait une belle jambe ! Vous avez vu comment je deviens cynique quand je suis épuisée ? Vous ne croyez pas que vous pourriez au moins me donner un coup de pouce ?

Nous le faisons déjà.

Ah, ben je ne le sens pas… Alors je vais allez me vautrer dans mon lit pour la peine. Et puis tant pis pour le reste, hein. Je reviendrais vous causer quand vous aurez envie de m’aider de façon un peu plus efficace… *boude* Moi aussi je peux avoir un sale caractère par moment !

24 mars 2017

Espace et famille d’âmes

otherworld_by_erisiar-d7ejx7c

Artiste : Erisiar

Je n’aurais pas pensé que la dernière série que j’ai regardée m’ait tant travaillée. Ah, c’est pour ça que j’évite souvent les livres, films ou jeux autour des questions de l’intelligence artificielle… Entre les « dérapages » de logique et de raisonnement des IA, la déshumanisation des rapports aux êtres vivants, ou bien encore les humains évoluant eux même de façon cruelle et purement logique… Il y a de nombreux sujets épineux, que je ne trouve vraiment pas drôles.

Tu préfères les histoires de guerres entre espèces différentes, tel que mutants et humains, ou bien trolls et humains ?

Et bien… Pas vraiment que la guerre soit mon sujet de prédilection. Mais il faut avouer que dès que tu y ajoutes technologies, robots, IA, vaisseaux spatiaux… Et bien, plus la puissance est grande, plus la violence et les dégâts le sont aussi. Je trouve ça encore plus effrayant.

Alors que les histoires avec de la magie, de la sorcellerie comme outils de guerre, tu ne trouves pas ça effrayant ?

Ce n’est pas que ce n’est pas effrayant. Mais en règle générale, c’est limité à une planète, même si parfois cela concerne plusieurs univers parallèles. Je pense qu’en fait, j’ai du mal dès que les histoires se passent dans l’espace, où sur plusieurs planètes. J’ai déjà remarqué ça, surtout avec les films. C’est comme si cela me faisait perdre mon ancrage. Cela me déstabilise complètement… Ce n’est pas que je n’aime pas la science-fiction, notamment spatiale, c’est plutôt que j’ai du mal après à gérer mon ancrage là sur terre dans le quotidien.

Hier soir, après avoir regardé plusieurs épisodes de cette série, j’ai vraiment très mal dormi. Je ne me souviens plus de mes rêves, mais j’ai l’impression qu’une part de moi a fait la navette entre ici et ailleurs. Vraiment, l’effet est désagréable. Et quand je suis mal ancrée, je ne me sens pas concernée par ce qui m’entoure, que ce soit mon environnement physique, comme également mes proches, ou bien la liste de choses matérielles nécessaires à faire. Perchée, ça me rend vraiment perchée. Je me demande pourquoi cela a un effet aussi fort pour moi ? Alors que j’ai travaillée sur mon ancrage, qu’il s’est amélioré, et que vous m’avez dit qu’il était suffisant pour un certain nombre de choses.

Mais pas encore pour des voyages fréquents dans l’espace. Cela te rappelle trop d’où tu viens. Cela perturbe en effet ton ancrage terrestre. Parce que tu te rappelles d’où tu viens, et tu as envie d’y retourner. Ce genre de films, c’est comme un appel inconscient pour toi, cela réveille des mémoires et stimulent des zones cérébrales spécifiques.

Hum ? Et alors, je suis censée faire quoi ? Eviter ce genre de films ?  Eviter les histoires qui se passent dans l’espace ?

Pas forcément, du moment que tu te rappelles que dans cette vie-là tu es une terrienne. Et que tu es là pour vivre et expérimenter cette matière, cette planète et ces énergies. Aussi, après ce genre de choses, te reconnecter à la nature et ses énergies est nécessaire. Va marcher, sentir le vent sur ta peau, respirer les odeurs de la terre, observer les arbres et les végétaux. Rappelle-toi que tu es terrienne, et que tu n’as pas besoin de retourner vivre dans l’espace pour l’instant.

Ça veut dire quoi ? Que mon essence correspond à celle d’une autre planète ? Comme Camille Fraise qui a une essence plutonienne ?

En quelque sorte. Disons que tu as beaucoup voyagé au cours de tes vies.

Pourquoi l’espace et les IA me feraient flipper alors ?

Parce que, comme tout, vous gardez des mémoires. Si tu es effrayée par les guerres spatiales, c’est parce que tu as déjà témoigné de certaines dans d’autres vies. Tu as vu leur puissance destructrice et cela a laissé une trace en toi.

J’ai un peu plus de mal avec ce genre de mémoires là… accepter les mémoires de vies antérieures sur la Terre, ça ok je le comprends. Mais d’autres vies sur d’autres planètes ? A quoi cela sert de s’en souvenir ?

Cela ne sert pas ou peu, c’est pour ça qu’en général vous ne vous souvenez, une fois incarnés sur Terre, que des mémoires de vos vies passées sur Terre.

Mais il y a des exceptions ?

Vous venez tous « d’ailleurs » comme vous dites, et vous en gardez tous la mémoire inconsciente. Mais certains le sentent plus que d’autre. C’est lié à votre essence. En règle générale, on évite de laisser remonter trop de mémoires en lien avec d’autres planètes, parce que cela ne vous aide pas à vivre ancrés dans le présent sur Terre. Mais parfois, ces connaissances sont utiles, voire nécessaires (comme pour « Camille Fraise »).

Du moment que vous êtes capable d’accepter au niveau de l’égo que vous n’êtes qu’un grain de poussière, et pas seulement au niveau de la Terre, mais à celui de l’Univers, sans toutefois vous noyez dans ce tout, c’est-à-dire en gardant votre individualité ; alors votre conscience humaine peut s’ouvrir à cette vérité.

Ben avec la quantité de films et de livres, il y a un paquet de gens qui ont cette ouverture, alors ?

Avoir l’ouverture d’esprit intellectuelle est une chose différente du fait de ressentir en soi une réalité énergétique. Cela n’est pas comparable, donc ne cherche pas à comparer.

Alors à quoi ça me sert, à moi, d’avoir ces infos-là ?

A comprendre que « le monde est vaste ».

Et ?

Que tu as fait appel à ta famille d’âme. Tu as bien été entendue. Un certains nombres d’entre eux sont également de la même essence que toi.

Mais « famille d’âme » et essence d’âme, ce sont deux choses différentes, non ?

En effet, mais connaitre ton essence aide à mieux comprendre ta propre place au sein de ta famille d’âme.

Alors c’est vrai que ma famille d’âme c’est celle des Passeurs ?

Qu’en penses-tu ?

Je ne sais pas, je suis un peu confuse. Je m’attendais à autre chose, Guérisseur, Chaman… voire même Enseignant. Oui, vraiment à autre chose. De toutes les capacités que j’ai, ce n’est franchement pas d’après celle-là que j’aurai déduit ma famille d’âme. Je ne sais pas, cela me laisse un goût amer ?

Ou plutôt un sentiment de peur ?

On ne peut pas dire que le passage d’âmes errantes soit ma tasse de thé, vois-tu. Je me souviendrais toujours de combien j’ai eu peur quand je me suis mise à être sentir et être harcelée par des âmes errantes la première fois…

Ce n’était pas la première fois. Mais tu avais trop peu de connaissances pour le comprendre quand cela t’est arrivé avant.

Mais, contrairement à d’autre, je ne me souviens jamais avoir senti ou vu des défunts quand j’étais enfant. Pas non plus de cauchemars en ce sens. Franchement, c’est arrivé tardivement…

Vers la fin de ton adolescence. Au premier décès qui a compté pour toi.

Oui, je vois. C’est pour ça qu’il était si désolé ? Parce qu’il avait réveillé ça chez moi ?

C’était le moment juste, mais tu n’étais pas prête à comprendre, alors cela a été rude pour toi. Il s’en ait voulu, parce qu’il a pensé que s’il avait attendu un peu plus, tu aurais été prête. Mais son intervention t’a permis de prendre conscience, par l’expérience, de la réalité de l’âme après la mort. Et des guidances qu’elle peut envoyer…

Enfin, passeuse d’âme ? A quoi ça sert à part pour aider les âmes errantes ? Je t’avoue que la description de la famille dans le livre de Marie Lise Labonté m’a franchement laissé sur ma faim. Une ou deux petites pages, cela ne dit vraiment pas grand-chose ! Ce n’est pas suffisant. J’aimerais bien avoir plus d’infos, svp.

Il existe plusieurs sortes de « passage ». Le passage des âmes errantes en est une. Il peut être simple, telle que mis en place dans ton environnement astral. Et plus compliqué, où il nécessite une intervention précise pour aider les âmes à transmuter, voire libérer certaines énergies, ou bien se défaire de certains liens.

Ouais… C’était quoi ce que j’ai expérimenté la dernière fois ? J’ai repêchée des âmes dans une mer… Et elles étaient complètement embourbées dans une sale énergie grise… Qu’est-ce que c’était que cette mer affreuse ? Comment ça se fait qu’une zone de mon astral débouche sur ça ?

C’est un accès qui t’a été créé temporairement pour aider les âmes que tu as repêchées. Ce n’est pas un accès normal et constant. Pas de risque que cela déborde chez toi, t’es guides y veilleront.

Ouais, mais… cette mer ? Pourquoi vous ne voulez pas me dire ce que c’est ?

Ce n’est pas nécessaire pour l’instant, l’information te sera donnée plus tard.

Ahah, alors c’est que ça me ferait flipper ! C’est sûr que cela ne me donne pas envie d’en savoir plus. Plusieurs types de passage tu disais ? Quels autres types existent ?

Les passages dimensionnels, pour permettre de faire descendre ou monter des énergies entre différents plans, différentes dimensions. Cela peut valoir pour différents types d’énergies, également des informations.

Comme faire passer des infos du plan de l’inconscient au conscient chez quelqu’un ?

Cela peut, même si là le passage est limité et facile. On dira que c’est plutôt une conséquence de tes vibrations qu’un objectif en soi.

En quoi, le passage d’info est différent du rôle de Messager ?

En quoi, permettre le passage d’une énergie de soin est différent du rôle de Guérisseur ?

Euh… Je n’en sais fichtrement rien à vrai dire. J’aimerais bien là réponse à cette question-là aussi.

Quelle est la différence entre un passeur d’énergie et un utilisateur d’énergie ?

Je ne le sais pas non plus. Car pour moi, les guérisseurs ou même les enseignants, ce sont des canaliseurs aussi, et pas forcément des « utilisateurs ». Ils canalisent l’énergie de guérison, ou bien le « fluide de la connaissance ». Mais en fait, les limites entre familles sont ambiguës pour moi. Je ne comprends pas les distinctions.

Ce n’est pas parce que tu es d’une famille d’âme précise, que tu ne peux pas exercer des fonctions d’autres familles. La différence entre passeur et utilisateur réside dans la finalité de l’énergie. Un passeur ne fait que la transmettre à autrui. Alors qu’un utilisateur, certes il la transmet aussi, ce n’est pas lui qui la créée, mais il la transmute au passage pour l’incarner. Que ce soit en rendant des cours accessibles par la parole ou l’écrit, ou bien en apportant une guérison au niveau physique.

Donc un passeur ne sert à rien sans un « utilisateur », quelqu’un qui va ancrer l’énergie dans la matière ?

C’est plus complexe que ça.

Ok, je fatigue… La suite une autre fois, merci.

17 mars 2017

 

La puissance du coeur

Artiste : Serafleur

Je n’ai franchement pas aimé mes rêves de cette nuit… Encore au sujet d’attaques énergétiques. Je me suis réveillée une nouvelle fois de très mauvaise humeur, ne sachant pas comment comprendre ces rêves. Attaques réelles ? Avertissements ? Je déteste ce genre d’énergie collante qui me reste après… Et évidemment, je n’ai pas envie de me pencher dessus, au contraire, mon réflexe premier est plutôt de fuir cette réalité déplaisante et ces informations dont je ne sais pas quoi faire.

C’est vrai, je suis censée en faire quoi ? J’ai revu exactement le même chat que lors de la première attaque dans mes rêves inconscients, qui s’en prenait de nouveau à moi dans mon sommeil, en aspirant quelque chose par mon oreille droite… Dans mon rêve, je me réveillais et le mettais violemment à la porte en le menaçant de mort cette fois-ci s’il recommençait encore une fois…

Et pas un rêve, mais deux. Deux avertissements la même nuit. Dans le second rêve,  une femme prêt de chez moi, venait récupérer des déchets avec mon sang dans mes poubelles, pour s’en servir afin de créer des sorts contre moi, qu’elle enfouissait autour de chez moi. Encore et encore… Je devais les déjouer encore et encore…

Franchement, qu’est-ce que je suis censée faire de telle infos ? Comment je suis censée réagir à de tels avertissements ? Pourquoi ces gens veulent-ils s’en prendre énergétiquement à moi ? Les premiers, je sais, j’en ai déjà parlé avec mes guides. Mais la bonne femme de mon rêve, elle sort d’où ? Pourquoi ? Pourquoi dépenser tant d’énergie à me nuire ? Dans quel but ? C’est stupide, surtout que dans mon rêve, je déjouais toutes ses attaques.  Alors je préviens gentiment. Cela ne sert à rien. Ce n’est pas la peine…

De toute façon, tu as fait ce qu’il fallait concernant le premier type d’attaque.

Oui, je me demandais pourquoi ces rêves venaient juste après le stage chamanique d’initiation à des techniques de soin…

C’est justement parce que tu as fait ce stage que ces rêves sont venus.

Pour que je puisse appliquer certaines techniques… J’ai extrait quelque chose au niveau de mon oreille droite, quelque chose qui était profondément ancré dans mes énergies. Il m’a fallu l’aide d’animaux totems pour l’extraire tellement c’était « attaché ». Je ne suis pas bien sûre de ce que c’était…

De quoi ça avait l’air ?

Une espèce de clochette, un peu comme ce que l’on peut trouver sur certains colliers pour animaux. Ça m’a fait penser à un traceur. Un traceur énergétique.

Qui permet aux personnes de te retrouver n’importe où dans l’astral, et de pénétrer plus facilement dans tes énergies, parce qu’ils y ont un ancrage.

Hum, ce dont nous avions déjà parlé ? C’était vraiment profondément ancré dis donc. J’en ai encore mal à l’oreille.

Mais tu l’as extrais.

On dirait.

Tu ne devrais donc plus avoir à te soucier que ces personnes t’attaquent dans ton sommeil. Cela va être beaucoup plus compliqué d’avoir une prise sur toi, maintenant que tu as retiré leur traceur énergétique.

Mais comment a-t-il été possible d’en implanter un dans mes énergies aussi profondément ?

Cela fait longtemps qu’il a été placé en toi, et entre temps, il a pu développer toutes ces attaches noires que tu as vu, creuser son trou, en se nourrissant en partie de tes énergies sombres refoulées. Voilà pourquoi il s’est si bien maintenu et ancré en toi. Cela n’aurait pas été possible s’il n’avait pas trouvé de « nourriture ».

Cela m’aurait paru un peu fou comme idée avant… Mais…

Il existe de nombreuses réalités énergétiques invisibles à vos yeux normaux. En revanche, en utilisant les techniques que tu as appris ce we, il est possible de les détecter et d’agir dessus. C’est un des rôles des chamanes et des guérisseurs en règle générale. Le tout étant d’apprendre à développer cette capacité de perception ainsi que votre confiance en vous.

Oui… La confiance en soi et ses perceptions, c’est une des choses les plus dures je trouve avec les soins énergétiques. Faire confiance à ses ressentis. Quand je passe en mode « automatique » et que mon corps agit tout seul, guidé par les esprits ça va. C’est fluide, c’est évident. Mais dès qu’il s’agit juste de détection et de confronter des ressentis face à la personne, là tout de suite, c’est plus compliqué. Le mental revient au galop, il veut comprendre, il veut expliquer. Il veut faire des liens entre les perceptions et la réalité physique…

Pendant l’exercice, ma binôme – qui était une inconnue et ne savait rien de mes problèmes de santé – m’a surprise par la pertinence de ces ressentis. Elle a bien vu : mon problème de bassin, mon ovaire gauche stérile, même mon genou…

Et elle t’a aussi dit qu’elle avait senti quelque chose soit au niveau des yeux, soit au niveau de l’oreille droite. Mais tu n’as pas compris sur le coup.

Je pensais que c’était lié à mon hyperacousie. Mais maintenant, je me dis qu’elle a dû ressentir cet implant énergétique. Et je suis assez épatée…

Parfois, vous percevez des choses qui n’ont pas de réalité physique, ou bien qui ne se traduisent pas encore en symptômes physiques. Parce que soit le problème se situe sur un autre plan subtile, soit il n’est pas encore descendu dans les couches du corps physique. C’est là qu’il est le plus difficile de faire confiance à vos ressentis, parce que vous n’avez pas de corrélation à une réalité corporelle, vous n’avez pas de « validation » par la personne.

Hum… Et encore, c’est plus facile face à une personne « ouverte », prête à recevoir. Mais face à une personne réticente ? Qu’est-ce que tu dis ?

Tu ne dis pas forcément, c’est pour ça que lors de la phase d’échange avec la personne, après le soin, il est bien aussi de vous laisser guider par les esprits alliés de la personne, afin de transmettre ce qui est juste, et surtout, ce qui peut être reçu par la personne en fonction de son avancée spirituelle. Aurais-tu accepté que l’on te dise que tu avais un implant énergétique placé en toi pour te tracer dans l’astral ? Si tu n’avais pas fait ce travail d’initiation avec tes guides de l’ombre ?

Non. Et je t’avoue, que même en l’ayant fait, c’est un peu dur à accepter. Cela reste flippant pour la conscience humaine. Il y a tellement de choses qui nous dépassent dans toutes ces réalités énergétiques. Tellement de choses… Je me sens vraiment dépassée parfois. Vraiment perdue aussi, comme une petite coquille de noix perdue au milieu d’un grand océan agité.

Alors tu fuis la réalité dans des mondes de fictions imaginaires ?

Dans ces livres, les héroïnes sont souvent confrontées à des situations irréelles, qui sortent de leur conception du monde. Mais elles arrivent à les accepter, et même à en retirer des bénéfices. Moi, je ne sais pas trop ce que je retire de tout ça… A part me faire balloter par mon âme.

Je veux dire, ce n’est pas comme si je décidais. La majorité de ce que je fais en spirituel est plutôt une conséquence : conséquences de mon hypersensibilité aux énergies, conséquences de mon empathie, conséquences des messages que je reçois en rêve ou par ailleurs, etc… Si j’ignore ce que je ressens, ce qui vient ou ce qui se passe subtilement, je finis par être malade ou me prendre un mur en pleine face. Donc je n’ai pas vraiment l’impression de faire un choix. C’est un peu comme une rivière, si on cherche à lutter contre le courant, on s’épuise, on finit par avoir une crampe et couler, ou bien se cogner contre un rocher. Alors que si on suit le flot, cela coule mieux, on slalome entre les obstacles. Je ne pense pas qu’on décide consciemment de devenir chamane ou guérisseuse. Je pense que c’est « la vie » qui nous y amène. Pourquoi, ça je n’en sais rien. Je me demande bien, moi, où je vais atterrir…

Mais ce que j’aimerais savoir ce soir, c’est pourquoi ce deuxième rêve ? Qu’est-ce que je suis censée faire avec cette information ? J’imagine qu’elle n’est pas venue pour rien, et que je dois agir en conséquence. Mais dans quel sens ?

Ça dépend. Qu’as-tu envie de faire ?

Franchement, je n’en sais rien. Je ne suis pas du genre à contre-attaquer à tout va. Mais je n’aime pas pour autant être embêtée et avoir à supporter ça. Je veux dire, moi j’ai envie d’être tranquille dans mon coin, je ne demande rien à personne. J’imagine que j’aimerais comprendre : pourquoi ? Qu’est-ce que j’ai fait à cette personne pour qu’elle veuille s’acharner comme ça sur moi ? Je ne suis même pas sûre de la connaitre, je n’ai pas reconnu ces énergies dans mon rêve.

Parce qu’elle se masque. Sa raison principale est la jalousie.

Je ne suis même pas sûre qu’elle en soit consciente…

Penses-tu vraiment que l’on peut décider de lancer des sorts inconsciemment ?

Et bien, c’était un rêve, donc symbolique. Je sais aussi que certaines personnes ne sont pas conscientes de l’impact énergétique de leurs pensées, émotions et médisances dans le dos des gens. Qui peuvent se manifester inconsciemment dans l’astral.

Mais là, dans ton rêve, l’action était clairement ciblée et voulue, puisque la personne allait même jusqu’à récupérer de ton sang pour chercher à te nuire.

C’est quelqu’un qui me connait, il semblerait. Et cela me met mal à l’aise. Je ne vois pas qui dans mon entourage ferait ce genre de chose.

C’est quelqu’un qui te connait, mais que tu ne connais pas. D’où l’avertissement, car il aurait été difficile pour toi de le percevoir, sans aucun lien réel avec elle.

Bon, en fait, je ne veux pas savoir qui c’est. Je veux juste que la personne se calme. Je veux qu’elle arrête, un point c’est tout. Si pour ça, elle doit se prendre dans la tronche ce qu’elle essaye de m’envoyer et bien tant pis pour elle. Ce n’est pas mon problème. Elle n’a qu’à déployer toute cette énergie à travailler sur elle-même pour progresser.

Pourquoi j’ai cette pensée horrible qui m’a traversé la tête ? Je ne la connais pas, mais elle me connait et elle est jalouse. Le sang, c’est rouge. Rouge comme le symbolisme de l’amour. Ça pourrait être une compagne ou ex-compagne de mon ancien compagnon ? Ou bien mon cerveau part en sucette ?

Cela se pourrait. Ou bien, c’est quelqu’un qui est jaloux de tes « pouvoirs » et de ta puissance spirituelle.

Ouais, franchement, ça, ça me fait rire. A la limite dans 10 ans, je ne dis pas, mais je ne fais qu’à peine commençait mon apprentissage ! Comment être jalouse de quelqu’un qui ne fait que découvrir son potentiel ? C’est comme être jaloux de quelqu’un qui commence à apprendre à lire et écrire, alors qu’il ne maitrise pas encore. Je trouve ça inconcevable.

Pourtant l’égo peut être très fort chez les personnes « évoluées spirituellement ».

Oui, j’en ai eu un rappel ce we, avec une des participantes qui est devenue super agressive à cause de son égo… C’est dur à percevoir quand on est soi-même dedans. Je ne sais pas si elle s’en est rendue compte… Mais avec moi, ça ne passe pas. Hors de question de travailler en binôme avec elle quand elle est comme ça. Même si je la respecte. Je me demande si moi aussi, ça m’arrive d’être comme ça… Et si je ne m’en rends pas compte ?

Nous t’avons déjà dit que nous serions là pour remettre ton égo à ta juste place si cela arrivait. Et les miroirs extérieurs seront là pour te le rappeler. Mais ce n’est pas ce qui tu as ressenti ce we.

Oui, c’est la première fois que je ressentais une humilité aussi profonde. Le guide qui est venu m’accompagner ce we m’a beaucoup ému. Il était tellement simple, humble. Et même si son enseignement porté sur mon propre pouvoir, ma propre capacité d’auto-guidance, je me suis sentie tellement humble, tellement rien dans ce grand tout qu’est la Vie. En réalité, on ne fait vraiment que se laisser guider, lâcher prise et transmettre ce qui ne nous appartient pas. Rien que d’en parler, je sens mon cœur plein d’amour et de gratitude pour ce guide. Il ne m’a même pas donné son nom, comme si cela n’avait pas d’importance, et il est reparti comme il est venu, accompagné de son grand oiseau.

Comment face à cette conscience-là de l’humilité, puis-je concevoir qu’une personne soit jalouse de moi au point de chercher à m’attaquer énergétiquement ? Cela me semble tellement vain. Nous sommes tous une flamme de la Source, nous possédons tous nos propres richesses intérieures. Alors pourquoi aller chercher à voler ou abimer celle de son besoin ? C’est le partage de toutes nos flammes ensembles qui les fait briller encore plus fort et révèlent leur éclat. Pas le combat, pas le fait de chercher à étouffer la flamme de son voisin. « Ce qui est pour soi est pour soi. » « Un temps pour chaque chose, et chaque chose en son temps. »

Cette personne devrait plutôt déployer son énergie à cultiver sa propre flamme, à apprendre à la partager avec autrui pour la faire rayonner. En voyant le trésor qu’elle possède en elle, et la façon dont elle peut le partager, alors elle ne sera plus jalouse. Elle n’aura plus besoin de se comparer à autrui, et de chercher à étouffer leur flamme pour se sentir exister. Il y a tellement de façon de rayonner… Je lui souhaite sincèrement de trouver la sienne, plutôt que de se focaliser sur la mienne.

Alors tu choisis de répondre par la compassion ?

Je ne peux pas répondre par l’agressivité. Ce n’est pas dans ma nature, à moins que cela ne me soit indispensable pour me protéger des attaques. Mais mon rêve m’a bien fait comprendre que je ne suis pas atteinte par ces énergies. Je n’ai pas besoin de l’agresser en retour. En réalité, j’ai de la peine. De la peine que cette personne ressente le besoin de m’attaquer, alors que je ne lui ai jamais fait de mal, et que je ne la connais même pas. Qu’elle manque de confiance en soi cela dénote ? Quelle rage de se faire remarquer cela témoigne ? Cela me rend triste pour elle. Je ne souhaite à personne de se sentir ainsi au fond de soi.

Moi aussi, je manque de confiance en moi, mais cela ne m’a jamais poussé à attaquer ou me moquer d’autrui. Au contraire, cela me pousse à l’humilité. On a toujours quelque chose à apprendre. De la terre, des brins d’herbe, du vent même. De tout ce qui nous entoure. C’est pour ça que souvent je préfère observer que parler. Comment peut-on apprendre et accueillir en soi les enseignements de la vie, si on ne crée pas un espace pour les recevoir en soi ?

Une des premières leçons spirituelles que j’ai reçu, c’est qu’il faut créer un vide en soi pour pouvoir évoluer. Il faut déconstruire, perdre, lâcher ses croyances et ses connaissances, afin de laisser la place au nouveau et à l’évolution. C’est inconfortable, parfois même douloureux. Mais c’est le prix à payer pour créer cet espace d’accueil, qui permettra de recevoir de nouveaux enseignements. En allant à chaque fois un peu plus loin.

Je souhaite à cette personne d’être capable de se remettre en cause, et de déconstruire les croyances qu’elle possède au sujet de la « puissance spirituelle ». Ce n’est qu’alors qu’elle pourra s’ouvrir à sa propre puissance, celle du cœur. Car c’est la puissance du cœur qui permet réellement tout. L’accueil, la perception et la transmutation des énergies. Tout passe par le cœur. Et seule l’ouverture du cœur permet de retrouver notre puissance réelle et immuable.

Je choisis donc la voie du cœur. Car l’amour sincère et la compassion permettent de transmuter toutes les énergies. J’ai confiance en la capacité de mon cœur à me protéger et à transmuter toutes les énergies négatives de ces attaques. Et en mes guides pour m’accompagner dans ce qui est juste pour moi.

Ainsi as-tu parlé, ainsi sera-t-il fait.

Merci.

13 mars 2017

Arbre de vie

df5b36bb0ced4a8f9da046409f95456d-d5k5ar7

Artiste : source perdue, merci de me la préciser si vous la connaissez !

Dimanche, je m’étais dit que j’allais peindre. C’était l’envie que je ressentais la veille. Mais le jour J, bizarrement, j’avais de l’énergie pour faire tout un tas d’autres choses : rangement, ménage, réponses à mes emails, liste de meubles à vendre, estimation du prix de vente de ma voiture, etc… Bref, tout sauf l’état d’esprit pour m’assoir devant une toile. Alors c’est bien, j’ai avancé sur plein de détails matériels qui me tracassaient.

Je ne sais pas pourquoi je me sentais aussi agitée intérieurement. Peut-être à cause du rêve très perturbant de ma nuit dernière, concernant encore une fois mon ex compagnon, mais avec un scénario assez inédit cette fois. Encore un rêve bizarre au message incompréhensible et probablement dérangeant pour qu’il ne passe pas.

J’ai eu vraiment du mal à me poser. Mais une fois cela fait, une fois le calme intérieur retrouvé, j’ai eu cette image qui est venue, celle d’un coquelicot sur un fond de ciel bleu. Et j’ai eu envie de la peindre, là comme ça, tout de suite, à 23h du soir. Pourquoi pas ? Finalement, cela a été beaucoup plus rapide que ce à quoi je m’attendais.

Mais face au résultat, je me sens mal à l’aise, je n’aime pas les énergies que je ressens. Pourquoi cela me noue le plexus solaire, alors que l’image qui m’est venue pendant ma méditation était si calme et apaisante ? J’ai même la nausée…

Bon, après un exercice d’accueil de ces énergies dans mon cœur et de transmutation en énergie de lumière, cela va mieux… Mais je n’aime pas trop cette façon de faire remonter des énergies enfouies… Ce n’est pas agréable. Je préfère quand ce que je crée me donne tout de suite un sentiment de « justesse » ou de bien-être. Comme cette création avec des jeux de matière autour d’un cœur. Celle-là, je ne me lasse pas de la regarder, et je l’aime un peu plus à chaque fois, même si au départ je n’en étais pas entièrement satisfaite.

Tu as appris à l’aimer comme elle est, même si elle n’est pas parfaite. Mais tu aimes les jeux de textures et de couleurs.

Oui, c’est vrai. J’ai adoré découvrir en atelier les médiums qui existaient pour donner diverses textures. C’est une des choses que j’ai très envie d’acheter en rentrant aussi. Parce que là, même en peignant au couteau, la peinture a « ramolli » et les bords nets et acérés sont en train de fondre, snif. Ça change quand même beaucoup le rendu. Et puis en séchant, l’acrylique ne brillera plus. Il faut que je m’achète aussi un vernis brillant, pour faire ressortir certains éléments de la toile, ça serait chouette !

Fais une liste, de tout ce dont tu as envie et que tu sais déjà utiliser.

Oui ! Ahaha, ça sera la chose la plus amusante à faire en rentrant, faire les magasins de fournitures artistiques. Ça me fait envie !

C’est une bonne chose que tu ais des projets agréables en rentrant. Et pas seulement celui de trier tout le tas de cartons que tu as laissé en partant à l’improviste. Parfois, se concentrer sur le côté agréable des choses aident à avancer, petit à petit. Et sans que tu t’en rendes compte, pouf ! Tu as déjà monté une marche, passé une porte, découvert une nouvelle prairie devant toi.

Comme pour ton arbre intérieur. Etait-ce agréable de peindre ce petit oiseau tout doux sur une de tes branches ?

Oui. Je ne sais pas, j’ai eu comme un déclic « ah, c’est ça peindre ! ». Une énergie agréable m’a enveloppé, comme le plumage de cet oiseau rosé et blanc, tout doux, tout doux. Tout à coup, peindre ne m’a plus semblé difficile, technique ou fatiguant. Peu importe la précision et la réalité du rendu, du moment que je ressens les énergies et que je les pose sur la toile. Le reste n’a pas d’importance. Même si on ne distingue pas son aile de son corps, même s’il n’a pas d’yeux, et même si je n’ai pas pris la bonne couleur pour le bec, lol !

Et ces fleurs alors ? Elles étaient drôles aussi à peindre ?

Oui, j’ai fait les pétales extérieurs roses, celles du cœur blanches, je me suis même amusée à faire les étamines. Le rendu donnait du relief. J’ai été surprise de constater qu’une de mes branches portées des fleurs !

Alors même que le cœur de l’arbre est noir comme la suie et creux, ton arbre est capable de fleurir, vois-tu. Il est même capable de donner vie à une nouvelle pousse, à proximité de ce cœur. Et le plus important, c’est que tu constates qu’il n’y a pas que cette affreuse branche brulée.

Oui, encore cette histoire de brûlure de l’âme qui revient…

Elle est là. Mais elle ne te définit pas. Elle n’est qu’une branche parmi d’autres sur ton arbre. Qui par ailleurs à un tronc et des racines solides, bien dessinées. C’est ça qu’il faut que tu remarques. Ton arbre intérieur est capable de continuer à pousser et à générer de nouvelles branches. Certes, il ne peut pas régénérer celle qui est calcinée par la foudre. Mais d’autres branches pousseront, et quand le moment sera venu, cette branche s’élaguera d’elle-même. Elle tombera pour former à la place une cicatrice et laisser un espace de développement pour les autres branches.

Tu le sais, c’est comme ça que les arbres fonctionnent dans la nature. Et c’est en parti pour ça qu’ils te fascinent. Pour leur capacité à survivre à la perte d’une branche maitresse, à se renouveler, à croitre en dépit des pertes subies, des blessures et des hivers traversés. La sagesse des arbres est profonde, et ils peuvent t’apporter beaucoup. Tu le sais, mais tu ne sais pas comment.

Et bien concentre-toi sur ton arbre intérieur. Observe le vivre, grandir, évoluer, perdre des branches et en laisser d’autre pousser. Observe comment tes actions permettent de le nourrir ou bien de l’affamer. De le faire fleurir et peut-être même de donner des fruits et des graines. Accueillie le cycle de la vie en toi, comme l’arbre l’accueille tranquillement en restant sur place. Après l’hiver, viens le printemps…

Merci.

5 mars 207

Incompatibilité physique

Artiste : Picolo-kun

Artiste : Picolo-kun

Ce matin, je me suis encore réveillée d’une terrible mauvaise humeur. Pas envie de me lever, pas envie de faire quoi que ce soit, alors que la liste de chose à faire pour mon déménagement est longue comme mon bras. Des tas de choses à faire, mais pas l’envie, pas la force. Pas concernée, comme si après tout, tous ces détails n’avaient aucune importance en comparaison de la façon dont je me sentais à l’intérieur.

Cette nuit, j’ai encore rêvé de mon ex. Ou plutôt cauchemardé. J’étais avec mes parents à une librairie, où son nouveau livre était sorti. Mes parents voulaient l’acheter, ils voyaient qu’il y avait une séance de dédicace de l’auteur, et voulait y rester car ils l’aimaient bien. Moi je ne voulais pas le voir, mais je ne pouvais m’empêcher de les rejoindre dans la ligne d’attente à l’approche de leur tour. Je voulais le voir… Et là, je sentais la présence de sa nouvelle compagne avec lui, derrière lui, les mains sur ses épaules. Mais ma vue s’estompait dans la lumière et mon ouïe aussi, comme un vertige. C’est comme si mon esprit était incapable de supporter sa vue, je l’entendais, lui, dire son nom « Emilie… », mais je ne pouvais ni voir, ni entendre cette femme, seulement sentir sa présence. Et moi j’étais là figée, le regard caché derrière mes lunettes de soleil, désarçonnée. J’étais incapable de parler, il ne me reconnaissait pas, et me traitait comme une inconnue.

C’était terrible comme rêve… Alors que je me pose la question de savoir s’il pense encore à moi, s’il est en couple, s’il est réellement passé autre chose, mon rêve vient me montrer que oui. Et que pire, je suis incapable de voir et de supporter cette situation. Incapable de le voir avec une autre femme, comme si j’étais une étrangère et que je n’avais jamais existé.

Et je comprends maintenant comment je me suis sentie au réveil. Exactement comme après la rupture, dans les mêmes énergies… Lui d’office est passé à autre chose, il me l’avait dit lui-même 3 mois après, mais je ne le croyais pas. Pourtant les messages sont clairs, c’est bien le cas. Il est passé à autre chose.

Pourquoi pas moi ? Pourquoi est-ce que je n’y arrive pas ? Pourquoi est-ce que je tourne toute seule en rond dans mon coin ? Incapable de passer à autre chose ? Incapable de me projeter dans une autre relation ? Je sais bien que je ne peux pas rencontrer quelqu’un avec qui cela marchera vraiment, si j’ai toujours dans mon cœur l’espoir de me remettre avec lui. C’est impossible, c’est comme si mon cœur était déjà pris. C’est évident que je ne suis pas disponible pour rencontrer quelqu’un dans ces conditions-là. Je n’en ai même pas envie…

Mais pourquoi est-ce que je n’arrive pas à renoncer à ce putain d’espoir ? Pourquoi est-ce qu’il revient encore et encore ? Pourquoi est-ce qu’il ressort toujours dans mes moments de faiblesse et de doutes alors que je pensais avoir lâcher prise ?

J’ai envie de hurler de rage tellement cela me désespère ! Et je le déteste pour avoir une telle emprise sur moi. Pourquoi ? Pourquoi est-ce que je n’arrive pas à faire ce foutu deuil de notre couple ? Pourquoi est-ce que j’ai toujours cet espoir complètement absurde ?

Parce que tu ne comprends pas pourquoi cela n’est pas possible. Tu ne comprends pas pourquoi, avec une telle compatibilité émotionnelle, intellectuelle et spirituelle votre couple n’a pas marché. Alors même que vous aviez une très forte attirance physique.

Mais justement cette attirance était très forte et ne pouvait pas pleinement se concrétiser. D’où l’incompatibilité au niveau physique. L’article de Sylvie l’explique très bien :

« Le seul cas de figure dangereux que je perçois c’est compatibilité intellectuelle et spirituelle mais pas physique. Parce que les gens tombent amoureux parfois sans comprendre la profondeur ni la réalité des sentiments. Il manque la dimension physique pour pouvoir apprécier la relation et ils ne peuvent pas tomber amoureux de quelqu’un d’autre. Et ils tournent en rond, en rond, en rond… »

Oui, je comprends mieux ça grâce à Sylvie… Mais je ne comprends toujours pas pourquoi on s’est rencontré, pourquoi on a eu cette opportunité d’être en couple, si de base il était impossible que cela marche. Et ne me dites pas que c’est nos âmes qui l’ont décidé ! Parce qu’elles sont masochistes alors !! Pourquoi ? A quoi ça sert, si ce n’est provoquer de la souffrance ?

Sais-tu pourquoi vous étiez incompatibles sur le plan physique ?

Et bien, parce qu’au niveau sexualité, j’opposais de nombreux blocages, en lien avec mon endométriose et ma blessure de viol…

Mais pas que. Tu culpabilises parce que tu penses que tu es responsable de votre incompatibilité physique, à cause de vos problèmes de sexualité.

Pourtant, il n’y avait pas que des problèmes… Il y avait aussi des moments magiques…

Imaginons que tu ais résolu tous tes blocages au niveau de la sexualité. Que tu ais trouvé une solution à tes endométriomes sur tes ligaments utérosacrés et derrière l’entrée du col de l’utérus. Et que tu n’ais plus de douleurs durant les rapports sexuels. Imaginons que tu ais guérie tes blessures psychologiques en lien avec le viol. Imaginons que tu ais été capable de te sentir en pleine sécurité et que la sexualité ne soit plus une problématique. Crois-tu pour autant que vous auriez dépassé votre incompatibilité physique ?

En réalité, non. Le problème vient des deux côtés. Toi tu as des blocages au niveau de la sexualité. Lui en a au niveau de l’alimentation. Cela serait resté et cela t’aurait frustrée toi aussi. Quelqu’un qui ne cuisine jamais, qui ne mange que des plats surgelés et des plats tout prêts. Quelqu’un qui n’aime pas les légumes et pas les fruits. Qui mange de la viande rouge et de la charcuterie à gogo. Quelqu’un qui ne prend aucun soin de son alimentation. Alors que toi tu viens de découvrir que tu es intolérante au gluten et au lactose. Crois-tu que vos modes d’alimentation auraient été compatibles ?

Non… J’avais en partie identifié le problème, et j’avais essayé de le soulever… Il a fait quelques efforts. Mais globalement, les excuses portaient sur ses soucis de santé dans sa jeunesse et sur ses problèmes de dentition. Il n’avait pas envie de changer sa façon de fonctionner. A moins que ce soit moi qui cuisine tout, qui cherche les recettes, les prépare et lui fasse gouter…

Exactement comme toi tu n’avais pas envie de faire des efforts volontaires pour aller vers lui sur le plan de la sexualité. Tu le laissais venir à toi et faire les efforts pour te faire apprécier ce domaine. Deux blessures miroirs et deux comportements identiques. La sexualité d’un côté, la nourriture de l’autre. Les deux plateaux d’une même balance dans l’équilibre que constitue l’incarnation dans un corps physique.

Toi tu compensais tes lacunes au niveau sexuel dans l’alimentation. Et lui ses lacunes alimentaires dans la sexualité. Tu en as pris conscience après coup, grâce à Sylvie et un de ses articles. Mais sur le moment, tu n’en avais pas fait grand cas dans ton couple. Une fois, tu t’es sentie vraiment fatiguée, énervée et découragée d’être la seule à faire des efforts pour votre alimentation commune. Tu as piqué une crise, tu lui as demandé s’il pouvait faire un effort, au moins montrer de la bonne volonté. Tu lui as expliqué que tu avais envie de partager ce plaisir ensemble. Il a fait un effort, mais c’est rester pour lui quelque chose d’assez superficiel. Il n’a jamais pris cette problématique aussi au sérieux que celle de votre sexualité, pour laquelle là il a été près à déployer des efforts également.

Mais toi non plus, tu n’as pas pris au sérieux cette problématique. Crois-tu qu’elle se serait résolue d’elle-même ? Crois-tu qu’au jour d’aujourd’hui tu ne serais pas frustrée de manger avec lui ?

Si, c’est vrai. Même si les problèmes en lien avec la sexualité étaient résolus, je ne serais pas épanouie sur ce point-là, et je suppose qu’avec le temps, cela me frustrerait encore plus. Je préfèrerais de loin que mon compagnon soit à la fois un bon amant et à la fois un bon cuisinier, capable de s’adapter à mes contraintes alimentaire, sans en être malheureux lui-même.

Et en disant ça, l’image d’une de tes connaissances te vient en tête.

Oui… Je sais qu’il est les deux à fois, que nous avons une bonne compatibilité intellectuelle, à priori physique. Quant à la compatibilité spirituelle… Je peux discuter avec lui de spiritualité, dans certaines mesures, mais il n’a pas conscience et n’a pas foi en la Source.

Malgré qu’il la cherche inconsciemment. De toute façon, le temps n’est pas à te projeter dans un nouveau couple. Laisse faire ce qui doit se faire. Laisse votre amitié se développer à nouveau. La vie est pleine de surprises, et tu ne sais pas ce qui t’attend. Peut-être que si tu n’arrives pas à lâcher prise sur ton espoir d’être en couple avec ton ex-compagnon, c’est parce que tu n’es pas capable de placer ton espoir dans la vie et les surprises qu’elle peut t’amener.

Pourtant, Sylvie et ses guides ont raison « ce qui est pour toi est pour toi ». Et ton ex-compagnon n’est plus pour toi. Il n’est plus ce dont tu as besoin au sein d’un couple. Est-ce plus facile à comprendre de cette façon ? Auras-tu ainsi moins de regret à tourner la page ?

Ça je ne sais pas, mais oui… je comprends mieux que je ne suis pas la seule responsable de notre incompatibilité physique… Et qu’elle n’est pas prête d’évoluer rapidement dans cette vie… Peut-être pas non plus dans les prochaines.

Ainsi, tu devrais travailler à gagner de la maturité spirituelle, pas pour le retrouver lui, mais pour toi-même. Pour être capable de comprendre ce qui te correspond, ce dont tu as besoin, et d’être capable de reconnaitre le moment venu la rencontre qui te rendra vraiment heureuse. Même si le bonheur est avant tout une question de vision intérieure et ne nécessite pas d’être en couple.

C’est pourquoi, ce soir, tu devrais simplement savourer un de tes cheesecakes sans gluten et sans lactose, en regardant un bon film. Le bonheur c’est aussi savoir prendre soin de soi. Et apprendre à apprécier les efforts que l’on fait pour soi-même.

Merci.

1 mars 2017

Artiste :

Artiste : Picolo-kun