Amour inconditionnel

Artist : Alyphoto

Je suis surprise.

Ce we, nous avons gardé A. le bébé de mon cousin, qui a 2 mois et demi. Je ne m’attendais pas à ressentir un tel vide dans la maison après son départ. Ce n’est pas comme s’il était bruyant. Non, au contraire, il a été très calme et très sage, une vrai crème. En plus, il a dormi les 2/3 du temps qu’il était là, et je n’ai pas été tant que ça dans la même pièce que lui. C’est fou alors, que je ressente son départ aussi fort, comme un vide énergétique que je n’avais jamais ressenti avant.

D’habitude, je n’aime pas trop les bébés. J’en ai gardé, j’ai passé du temps aussi chez des amies Maman, avec des tous petits, puis avec une plus grande. Mais je n’ai jamais été fan, à courir après pour les voir, les prendre dans mes bras. Je n’ai jamais non plus été emballée à l’idée de devenir maman, ce n’est juste pas mon truc, ni mon objectif dans la vie. Vous savez un peu comme « c’est mignon, mais chez les autres ».

Mais avec A., c’est différent et je ne sais pas pourquoi. C’est comme si, en le regardant dans les yeux, il réveillait ma capacité à ressentir l’amour inconditionnel et à aimer inconditionnellement. Vous me direz, avec sa frimousse attendrissante, ses sourires et ses gazouillis, ce n’est pas difficile. Mais d’habitude, cela ne me suffit pas. Nombreux sont ceux qui ressentent également cela avec leurs animaux domestiques, chiens, chats, chevaux… Mais cela n’avait jamais vraiment été mon cas.

Cela ne me donne pas spécialement envie d’avoir mon propre enfant. Cela me donne juste envie de le revoir lui, et de l’observer grandir lui. Il y a quelque chose dans ses yeux… je suis curieuse de voir comment son âme va grandir et apprendre à s’exprimer dans ce monde. Je suis presque sûre que ce n’est pas une âme toute jeune. En tout cas, je ressens une très grande pureté en lui, et c’est tellement Beau. Oui, avec un grand B. Comme l’amour de la Source, une passerelle directe qui va droit en plein dans votre cœur, et pouf !

C’est fou l’effet qu’un être d’une telle pureté peut avoir sur son entourage. La première nuit où il a dormi à la maison, c’était la première fois de ma vie que j’enchainais des rêves lucides, et lui c’était la première nuit complète qu’il faisait. Rigolo comme coïncidence, non ? La deuxième fois qu’il est venu à la maison, j’ai ressenti un puissant besoin de faire un nettoyage et une purification en profondeur de mon espace, sans savoir où j’ai réussi à trouver une telle énergie pour trier, ranger et nettoyer pendant tout une journée.

Il y a des tas de manière d’être touché en plein cœur et de ressentir l’amour inconditionnel de la Source. Mais je crois que c’est une des plus belles façons que j’ai expérimenté. Je comprends mieux pourquoi tant de gens veulent devenir parents et expliquent combien c’est une expérience extraordinaire. Je ressens que ce n’est pas ma voie, pas pour l’instant et les années qui viennent tout du moins. Mais c’est beau de pouvoir l’observer.

C’est beau aussi de se rappeler qu’on est tous aimé inconditionnellement par la Source.

2 septembre 2018

Publicités

Trouver sa voix

Artiste : Kuvshinov-Ilya

Je ne sais même pas par où commencer tellement c’est le bazar dans ma tête.  Au message reçu par Sylvie « On me dit de te rappeler que la foi est une flamme qui s’entretient et qui part de la foi en soi avant toute chose », je me sens profondément découragée. Pourquoi ?

Pourquoi certains jours, la foi en la vie semble couler de source et j’arrive à ressentir une forme de sérénité ? Et pourquoi d’autres jours, je ne sais même plus ce que veut dire le mot « foi » ? Et encore moins comment m’y connecter et raviver cette flamme ? Comme si je n’en avais plus la force, tellement je me sens parfois fatiguée et découragée. Comme si ce mot s’était vidé de son sens, à force d’errer dans cette nuit de l’âme et ce brouillard sans fin. Comme si l’absence d’amélioration face à la maladie malgré mes efforts l’avait vidé de sa substance.

Comment faire face quand on est submergé par un raz de marée de souffrance, de fatigue, de désespoir et de doutes ? Où trouver la matière pour entretenir cette flamme quand tout s’est écroulé autour de soi ? La perte de repères physiques, la perte d’un partenaire, la dégradation de ma santé, l’arrêt de ma vie professionnelle, l’altération de mon cercle social ?

J’imagine que la mort de tout ce que l’on croit connaitre,  de tout ce que l’on croit désirer, n’est là que pour mieux nous aider à renaitre à nous-même, nous pousser à l’introspection pour apprendre à vraiment se connaitre, et à ainsi mieux pouvoir suivre la voix de son âme.

Mais où est la mienne ? Pourquoi je ne l’entends plus ? Elle s’est soudain tût et je me retrouve dans un silence assourdissant, où seuls mes acouphènes me tiennent compagnie. Ne plus entendre la voix de ses guides quand on se sent plus perdue que jamais est difficile. Sentiments d’abandon, de douleur et d’incompréhension face aux appels à l’aide qui semblent rester sans réponse.

Comment prendre du recul sur ce que l’on vit lorsque l’on est constamment submergé de vagues émotionnelles douloureuses ? De tristesse, de solitude, de peurs et de doutes ? L’esprit cherche à rationaliser, à comprendre. Pourquoi ? D’où cela vient ? Quels sont les déclencheurs ? Mémoires émotionnelles qui remontent ? Travail d’épuration de la Kundalini ? Ou que sais-je d’autre ? Et pourquoi pourquoi pourquoi pourquoi pourquoi ? Comme s’il fallait que tout ait un sens pour supporter cette souffrance, une finalité, un objectif « ainsi je n’aurais pas vécu ça en vain ». Qui supporterait de vivre de la souffrance gratuite sans aucune utilité ?

Mais les émotions ne peuvent pas se rationaliser, car elles se vivent dans le cœur. Elles émergent et me submergent, peu importe leurs origines et le chemin qu’elles prennent. Elles effacent toute la sagesse et les guidances reçues, toute la patience et la foi en moi. Elles me retournent, et me laissent vidée, dans l’incompréhension, la solitude et le sentiment d’être impuissante. Impuissante à contrôler mon hypersensibilité, mes nuits et rêves agités, mon état de santé totalement aléatoire et fortement impacté par mes nuits.

Comment dans ces conditions trouver le calme et la foi pour prendre des décisions par rapport à mon orientation professionnelle ? Comment avoir le courage et la foi d’imaginer un chemin professionnel dans la relation d’aide à autrui ou la thérapie, quand je ne semble pas capable moi-même de faire face à la maladie, à l’hypersensibilité et surtout à mes propres doutes ?

J’ai une liste de métiers potentiels établie avec la psychologue du travail qui m’accompagne dans la démarche de réorientation demandée auprès de Pôle Emploi. Après de nombreux échanges et questionnaires, il est temps d’appliquer la méthode de « l’entonnoir », resserrer les possibilités pour mettre au point un projet professionnel cohérent, me renseigner sur le métier et les formations.

Mais je regarde cette liste et je me demande où est ma voie. Où est ma voix ? Je me sens comme paralysée, face à l’idée de choisir et de m’engager dans une direction, et ma peur de me tromper ressurgit. Ma peur de mal choisir, de ne pas en être capable, de ne pas réussir. Pourquoi rien ne résonne-t-il comme une évidence ? Pourquoi toutes les options ne me semblent que de longs parcours du combattant, pour lesquels je ne me sens pas prête ? Ma confiance en moi semble s’étioler plus que jamais, les doutes me submerger et la clarté me fuir.

Comment dans ces moments-là peut-on entretenir sa foi en soi-même ? Quel acte concret et quotidien peut-on poser chaque jour pour nourrir cette flamme, quand tout à l’extérieur semble peser pour l’étouffer ?

Parfois, j’aimerais bien que l’on me donne « la bonne réponse ». Peut-être est-ce pour cela que ma guidance s’est tût, c’est à moi de la trouver par moi-même. Personne ne peut choisir à ma place. C’est à la fois un beau cadeau et en même temps une lourde responsabilité. Comment choisir quand je ne sais pas ce que je veux ? Ni ce dont je suis capable ? Ni vers quoi je veux aller concrètement ?

Faire un pas au hasard ? Avoir la foi que je ferais le bon choix quel qu’il soit ? Je sais qu’en vérité, peu importe le chemin, c’est la façon dont on le vit qui importe. « Tous les chemins se valent », il n’y en a pas un bon ni un mauvais, ce ne sont que des expériences. Et comme la vie est évolution, rien n’est jamais figé, on peut changer d’avis, rebondir, évoluer. Alors pourquoi ai-je si peur de me tromper ou de ne pas être capable ? Comment guérit-on ce genre de manque de confiance en soi ?

21 juin 2017

La puissance du coeur

Artiste : Serafleur

Je n’ai franchement pas aimé mes rêves de cette nuit… Encore au sujet d’attaques énergétiques. Je me suis réveillée une nouvelle fois de très mauvaise humeur, ne sachant pas comment comprendre ces rêves. Attaques réelles ? Avertissements ? Je déteste ce genre d’énergie collante qui me reste après… Et évidemment, je n’ai pas envie de me pencher dessus, au contraire, mon réflexe premier est plutôt de fuir cette réalité déplaisante et ces informations dont je ne sais pas quoi faire.

C’est vrai, je suis censée en faire quoi ? J’ai revu exactement le même chat que lors de la première attaque dans mes rêves inconscients, qui s’en prenait de nouveau à moi dans mon sommeil, en aspirant quelque chose par mon oreille droite… Dans mon rêve, je me réveillais et le mettais violemment à la porte en le menaçant de mort cette fois-ci s’il recommençait encore une fois…

Et pas un rêve, mais deux. Deux avertissements la même nuit. Dans le second rêve,  une femme prêt de chez moi, venait récupérer des déchets avec mon sang dans mes poubelles, pour s’en servir afin de créer des sorts contre moi, qu’elle enfouissait autour de chez moi. Encore et encore… Je devais les déjouer encore et encore…

Franchement, qu’est-ce que je suis censée faire de telle infos ? Comment je suis censée réagir à de tels avertissements ? Pourquoi ces gens veulent-ils s’en prendre énergétiquement à moi ? Les premiers, je sais, j’en ai déjà parlé avec mes guides. Mais la bonne femme de mon rêve, elle sort d’où ? Pourquoi ? Pourquoi dépenser tant d’énergie à me nuire ? Dans quel but ? C’est stupide, surtout que dans mon rêve, je déjouais toutes ses attaques.  Alors je préviens gentiment. Cela ne sert à rien. Ce n’est pas la peine…

De toute façon, tu as fait ce qu’il fallait concernant le premier type d’attaque.

Oui, je me demandais pourquoi ces rêves venaient juste après le stage chamanique d’initiation à des techniques de soin…

C’est justement parce que tu as fait ce stage que ces rêves sont venus.

Pour que je puisse appliquer certaines techniques… J’ai extrait quelque chose au niveau de mon oreille droite, quelque chose qui était profondément ancré dans mes énergies. Il m’a fallu l’aide d’animaux totems pour l’extraire tellement c’était « attaché ». Je ne suis pas bien sûre de ce que c’était…

De quoi ça avait l’air ?

Une espèce de clochette, un peu comme ce que l’on peut trouver sur certains colliers pour animaux. Ça m’a fait penser à un traceur. Un traceur énergétique.

Qui permet aux personnes de te retrouver n’importe où dans l’astral, et de pénétrer plus facilement dans tes énergies, parce qu’ils y ont un ancrage.

Hum, ce dont nous avions déjà parlé ? C’était vraiment profondément ancré dis donc. J’en ai encore mal à l’oreille.

Mais tu l’as extrais.

On dirait.

Tu ne devrais donc plus avoir à te soucier que ces personnes t’attaquent dans ton sommeil. Cela va être beaucoup plus compliqué d’avoir une prise sur toi, maintenant que tu as retiré leur traceur énergétique.

Mais comment a-t-il été possible d’en implanter un dans mes énergies aussi profondément ?

Cela fait longtemps qu’il a été placé en toi, et entre temps, il a pu développer toutes ces attaches noires que tu as vu, creuser son trou, en se nourrissant en partie de tes énergies sombres refoulées. Voilà pourquoi il s’est si bien maintenu et ancré en toi. Cela n’aurait pas été possible s’il n’avait pas trouvé de « nourriture ».

Cela m’aurait paru un peu fou comme idée avant… Mais…

Il existe de nombreuses réalités énergétiques invisibles à vos yeux normaux. En revanche, en utilisant les techniques que tu as appris ce we, il est possible de les détecter et d’agir dessus. C’est un des rôles des chamanes et des guérisseurs en règle générale. Le tout étant d’apprendre à développer cette capacité de perception ainsi que votre confiance en vous.

Oui… La confiance en soi et ses perceptions, c’est une des choses les plus dures je trouve avec les soins énergétiques. Faire confiance à ses ressentis. Quand je passe en mode « automatique » et que mon corps agit tout seul, guidé par les esprits ça va. C’est fluide, c’est évident. Mais dès qu’il s’agit juste de détection et de confronter des ressentis face à la personne, là tout de suite, c’est plus compliqué. Le mental revient au galop, il veut comprendre, il veut expliquer. Il veut faire des liens entre les perceptions et la réalité physique…

Pendant l’exercice, ma binôme – qui était une inconnue et ne savait rien de mes problèmes de santé – m’a surprise par la pertinence de ces ressentis. Elle a bien vu : mon problème de bassin, mon ovaire gauche stérile, même mon genou…

Et elle t’a aussi dit qu’elle avait senti quelque chose soit au niveau des yeux, soit au niveau de l’oreille droite. Mais tu n’as pas compris sur le coup.

Je pensais que c’était lié à mon hyperacousie. Mais maintenant, je me dis qu’elle a dû ressentir cet implant énergétique. Et je suis assez épatée…

Parfois, vous percevez des choses qui n’ont pas de réalité physique, ou bien qui ne se traduisent pas encore en symptômes physiques. Parce que soit le problème se situe sur un autre plan subtile, soit il n’est pas encore descendu dans les couches du corps physique. C’est là qu’il est le plus difficile de faire confiance à vos ressentis, parce que vous n’avez pas de corrélation à une réalité corporelle, vous n’avez pas de « validation » par la personne.

Hum… Et encore, c’est plus facile face à une personne « ouverte », prête à recevoir. Mais face à une personne réticente ? Qu’est-ce que tu dis ?

Tu ne dis pas forcément, c’est pour ça que lors de la phase d’échange avec la personne, après le soin, il est bien aussi de vous laisser guider par les esprits alliés de la personne, afin de transmettre ce qui est juste, et surtout, ce qui peut être reçu par la personne en fonction de son avancée spirituelle. Aurais-tu accepté que l’on te dise que tu avais un implant énergétique placé en toi pour te tracer dans l’astral ? Si tu n’avais pas fait ce travail d’initiation avec tes guides de l’ombre ?

Non. Et je t’avoue, que même en l’ayant fait, c’est un peu dur à accepter. Cela reste flippant pour la conscience humaine. Il y a tellement de choses qui nous dépassent dans toutes ces réalités énergétiques. Tellement de choses… Je me sens vraiment dépassée parfois. Vraiment perdue aussi, comme une petite coquille de noix perdue au milieu d’un grand océan agité.

Alors tu fuis la réalité dans des mondes de fictions imaginaires ?

Dans ces livres, les héroïnes sont souvent confrontées à des situations irréelles, qui sortent de leur conception du monde. Mais elles arrivent à les accepter, et même à en retirer des bénéfices. Moi, je ne sais pas trop ce que je retire de tout ça… A part me faire balloter par mon âme.

Je veux dire, ce n’est pas comme si je décidais. La majorité de ce que je fais en spirituel est plutôt une conséquence : conséquences de mon hypersensibilité aux énergies, conséquences de mon empathie, conséquences des messages que je reçois en rêve ou par ailleurs, etc… Si j’ignore ce que je ressens, ce qui vient ou ce qui se passe subtilement, je finis par être malade ou me prendre un mur en pleine face. Donc je n’ai pas vraiment l’impression de faire un choix. C’est un peu comme une rivière, si on cherche à lutter contre le courant, on s’épuise, on finit par avoir une crampe et couler, ou bien se cogner contre un rocher. Alors que si on suit le flot, cela coule mieux, on slalome entre les obstacles. Je ne pense pas qu’on décide consciemment de devenir chamane ou guérisseuse. Je pense que c’est « la vie » qui nous y amène. Pourquoi, ça je n’en sais rien. Je me demande bien, moi, où je vais atterrir…

Mais ce que j’aimerais savoir ce soir, c’est pourquoi ce deuxième rêve ? Qu’est-ce que je suis censée faire avec cette information ? J’imagine qu’elle n’est pas venue pour rien, et que je dois agir en conséquence. Mais dans quel sens ?

Ça dépend. Qu’as-tu envie de faire ?

Franchement, je n’en sais rien. Je ne suis pas du genre à contre-attaquer à tout va. Mais je n’aime pas pour autant être embêtée et avoir à supporter ça. Je veux dire, moi j’ai envie d’être tranquille dans mon coin, je ne demande rien à personne. J’imagine que j’aimerais comprendre : pourquoi ? Qu’est-ce que j’ai fait à cette personne pour qu’elle veuille s’acharner comme ça sur moi ? Je ne suis même pas sûre de la connaitre, je n’ai pas reconnu ces énergies dans mon rêve.

Parce qu’elle se masque. Sa raison principale est la jalousie.

Je ne suis même pas sûre qu’elle en soit consciente…

Penses-tu vraiment que l’on peut décider de lancer des sorts inconsciemment ?

Et bien, c’était un rêve, donc symbolique. Je sais aussi que certaines personnes ne sont pas conscientes de l’impact énergétique de leurs pensées, émotions et médisances dans le dos des gens. Qui peuvent se manifester inconsciemment dans l’astral.

Mais là, dans ton rêve, l’action était clairement ciblée et voulue, puisque la personne allait même jusqu’à récupérer de ton sang pour chercher à te nuire.

C’est quelqu’un qui me connait, il semblerait. Et cela me met mal à l’aise. Je ne vois pas qui dans mon entourage ferait ce genre de chose.

C’est quelqu’un qui te connait, mais que tu ne connais pas. D’où l’avertissement, car il aurait été difficile pour toi de le percevoir, sans aucun lien réel avec elle.

Bon, en fait, je ne veux pas savoir qui c’est. Je veux juste que la personne se calme. Je veux qu’elle arrête, un point c’est tout. Si pour ça, elle doit se prendre dans la tronche ce qu’elle essaye de m’envoyer et bien tant pis pour elle. Ce n’est pas mon problème. Elle n’a qu’à déployer toute cette énergie à travailler sur elle-même pour progresser.

Pourquoi j’ai cette pensée horrible qui m’a traversé la tête ? Je ne la connais pas, mais elle me connait et elle est jalouse. Le sang, c’est rouge. Rouge comme le symbolisme de l’amour. Ça pourrait être une compagne ou ex-compagne de mon ancien compagnon ? Ou bien mon cerveau part en sucette ?

Cela se pourrait. Ou bien, c’est quelqu’un qui est jaloux de tes « pouvoirs » et de ta puissance spirituelle.

Ouais, franchement, ça, ça me fait rire. A la limite dans 10 ans, je ne dis pas, mais je ne fais qu’à peine commençait mon apprentissage ! Comment être jalouse de quelqu’un qui ne fait que découvrir son potentiel ? C’est comme être jaloux de quelqu’un qui commence à apprendre à lire et écrire, alors qu’il ne maitrise pas encore. Je trouve ça inconcevable.

Pourtant l’égo peut être très fort chez les personnes « évoluées spirituellement ».

Oui, j’en ai eu un rappel ce we, avec une des participantes qui est devenue super agressive à cause de son égo… C’est dur à percevoir quand on est soi-même dedans. Je ne sais pas si elle s’en est rendue compte… Mais avec moi, ça ne passe pas. Hors de question de travailler en binôme avec elle quand elle est comme ça. Même si je la respecte. Je me demande si moi aussi, ça m’arrive d’être comme ça… Et si je ne m’en rends pas compte ?

Nous t’avons déjà dit que nous serions là pour remettre ton égo à ta juste place si cela arrivait. Et les miroirs extérieurs seront là pour te le rappeler. Mais ce n’est pas ce qui tu as ressenti ce we.

Oui, c’est la première fois que je ressentais une humilité aussi profonde. Le guide qui est venu m’accompagner ce we m’a beaucoup ému. Il était tellement simple, humble. Et même si son enseignement porté sur mon propre pouvoir, ma propre capacité d’auto-guidance, je me suis sentie tellement humble, tellement rien dans ce grand tout qu’est la Vie. En réalité, on ne fait vraiment que se laisser guider, lâcher prise et transmettre ce qui ne nous appartient pas. Rien que d’en parler, je sens mon cœur plein d’amour et de gratitude pour ce guide. Il ne m’a même pas donné son nom, comme si cela n’avait pas d’importance, et il est reparti comme il est venu, accompagné de son grand oiseau.

Comment face à cette conscience-là de l’humilité, puis-je concevoir qu’une personne soit jalouse de moi au point de chercher à m’attaquer énergétiquement ? Cela me semble tellement vain. Nous sommes tous une flamme de la Source, nous possédons tous nos propres richesses intérieures. Alors pourquoi aller chercher à voler ou abimer celle de son besoin ? C’est le partage de toutes nos flammes ensembles qui les fait briller encore plus fort et révèlent leur éclat. Pas le combat, pas le fait de chercher à étouffer la flamme de son voisin. « Ce qui est pour soi est pour soi. » « Un temps pour chaque chose, et chaque chose en son temps. »

Cette personne devrait plutôt déployer son énergie à cultiver sa propre flamme, à apprendre à la partager avec autrui pour la faire rayonner. En voyant le trésor qu’elle possède en elle, et la façon dont elle peut le partager, alors elle ne sera plus jalouse. Elle n’aura plus besoin de se comparer à autrui, et de chercher à étouffer leur flamme pour se sentir exister. Il y a tellement de façon de rayonner… Je lui souhaite sincèrement de trouver la sienne, plutôt que de se focaliser sur la mienne.

Alors tu choisis de répondre par la compassion ?

Je ne peux pas répondre par l’agressivité. Ce n’est pas dans ma nature, à moins que cela ne me soit indispensable pour me protéger des attaques. Mais mon rêve m’a bien fait comprendre que je ne suis pas atteinte par ces énergies. Je n’ai pas besoin de l’agresser en retour. En réalité, j’ai de la peine. De la peine que cette personne ressente le besoin de m’attaquer, alors que je ne lui ai jamais fait de mal, et que je ne la connais même pas. Qu’elle manque de confiance en soi cela dénote ? Quelle rage de se faire remarquer cela témoigne ? Cela me rend triste pour elle. Je ne souhaite à personne de se sentir ainsi au fond de soi.

Moi aussi, je manque de confiance en moi, mais cela ne m’a jamais poussé à attaquer ou me moquer d’autrui. Au contraire, cela me pousse à l’humilité. On a toujours quelque chose à apprendre. De la terre, des brins d’herbe, du vent même. De tout ce qui nous entoure. C’est pour ça que souvent je préfère observer que parler. Comment peut-on apprendre et accueillir en soi les enseignements de la vie, si on ne crée pas un espace pour les recevoir en soi ?

Une des premières leçons spirituelles que j’ai reçu, c’est qu’il faut créer un vide en soi pour pouvoir évoluer. Il faut déconstruire, perdre, lâcher ses croyances et ses connaissances, afin de laisser la place au nouveau et à l’évolution. C’est inconfortable, parfois même douloureux. Mais c’est le prix à payer pour créer cet espace d’accueil, qui permettra de recevoir de nouveaux enseignements. En allant à chaque fois un peu plus loin.

Je souhaite à cette personne d’être capable de se remettre en cause, et de déconstruire les croyances qu’elle possède au sujet de la « puissance spirituelle ». Ce n’est qu’alors qu’elle pourra s’ouvrir à sa propre puissance, celle du cœur. Car c’est la puissance du cœur qui permet réellement tout. L’accueil, la perception et la transmutation des énergies. Tout passe par le cœur. Et seule l’ouverture du cœur permet de retrouver notre puissance réelle et immuable.

Je choisis donc la voie du cœur. Car l’amour sincère et la compassion permettent de transmuter toutes les énergies. J’ai confiance en la capacité de mon cœur à me protéger et à transmuter toutes les énergies négatives de ces attaques. Et en mes guides pour m’accompagner dans ce qui est juste pour moi.

Ainsi as-tu parlé, ainsi sera-t-il fait.

Merci.

13 mars 2017

Plan astral

Artiste : source inconnue
Artiste : source inconnue (merci de vous manifester si vous connaissez l’artiste)

Cela a été une sacrée journée. Premier cercle de femmes en co-création, où pour une fois je ne me laissais pas simplement portée en simple participante. C’est bizarre de se retrouver dans la position d’impulser et de proposer. J’ai ressenti beaucoup de brassage, beaucoup d’émotions remontées dans le cercle, qui faisaient également écho aux miennes. J’ai eu envie de pleurer, mais je n’ai pas réussi, ce n’est pas sorti, comme si je n’arrivais pas à me le permettre dans cette position-là.

Comme si aussi, ce qui me pesait sur le cœur était trop lourd et trop gros à accueillir dans ce tout début de cercle à peine formé. J’ai senti que ce n’était pas le lieu. Mais où est le lieu pour déposer ces émotions qui me pèsent ? Où est cet espace ?

Tu peux le créer, dans ton environnement astral protégé. Tu peux choisir un endroit où enterrer ces émotions pesantes, au pied d’un arbre et lui demander de s’en nourrir et de les recycler. Tu pourrais voir des choses y pousser dessus, des choses que tu pourrais te réapproprier sous une autre forme, plus accessible, plus compréhensible.

Il y a tellement de choses que je ne comprends pas en ce moment. Tellement de choses qui ne font aucun sens au niveau de ma conscience humaine. Des choses trop lourdes à accepter, à intégrer, et je me sens découragée et déboussolée.

Cette initiation de l’Ombre est comme un virage inattendu, un tournant à 90° auquel je ne m’attendais pas. Je ne l’ai pas vu venir, je ne m’y suis pas préparée. J’ai l’impression d’avoir changé de paysage et de ne plus m’y retrouver.

Pourtant ton nouveau paysage astral est devenu beaucoup plus agréable ?

Oui. Cet espace brumeux et tout gris a cédé la place à une grande prairie verte. Et c’est fou, depuis que Kalinda le garde, il n’y a plus la moindre entité. Pouf, c’est comme si cet espace s’était vidé d’un seul coup, il est totalement désert maintenant !

Les énergies de Kalinda ont augmenté le niveau vibratoire de ton espace astral et les entités qui s’y trouvaient et qui s’en nourrissaient ne le supportent pas.

Mais comment ça marche au juste ? Maintenant, je ressens ce plan astral comme immense et vide de présence. Mais aussi comme s’il m’appartenait tout entier. Un plan astral ne peut pas m’appartenir ? Ce n’est pas possible ?

Ce n’est pas « un » plan astral. C’est « ton » plan astral. Donc si, il t’appartient tout entier. C’est la zone de projection de tes énergies et de tes intentions. Celle aussi où tu peux laisser des âmes en transit, comme tu l’as vu.

Oui, j’ai remarqué. Mais c’est bizarre toutes ces âmes en attente qui font la queue devant ce passage de lumière. Je n’ai plus besoin de les faire passer volontairement ? C’est possible ça ? Je n’ai plus à les prendre en charge de façon consciente ?

Non, tu n’as plus à le faire. Maintenant que tu as nettoyé ton plan astral de toutes ces entités parasites, elles peuvent transiter sans soucis.

Donc je n’ai plus à les prendre en charge comme je le faisais juste avant ? Comme vous m’aviez encouragé à le faire ?

Ce n’est plus nécessaire, c’était une étape indispensable à la réappropriation de tes énergies, mais ce n’est plus nécessaire. Nous te le ferons savoir si une âme a besoin d’un accompagnement spécifique, nous l’accompagnerons vers toi. Mais cela devrait rester rare.

Ce que je ne comprends pas c’est la connexion entre plans astraux. Tout le monde a son propre plan astral, si je vous suis ? Une zone plus ou moins définie où sont projetées les énergies de la personne.

Le plus souvent cette zone est peu ou mal exploitée. Vous y laissez vos émotions refoulés, vos déchets énergétiques. C’est dans cette zone que s’accrochent les âmes errantes et les entités qui peuvent vous pomper.

Mais elles viennent bien de quelque part non ? Il existe bien des plans astraux communs ? C’est différent des corps énergétiques ? Comment ça marche ? Comment ça s’emboite ? C’est différent des émotions ?

Le mieux pour que tu le comprennes, c’est que tu l’expérimentes. Que tu essayes de sortir de ton propre plan astral, pour aller dans d’autres.

Mais comment je fais ?

Exactement comme quand on crée des passages en rêves lucides, avec des portes, des tunnels, des appels. Mais nous te conseillons de voyager accompagnée.

Oui, hors de question que je m’aventure je ne sais où toute seule, sans rien y comprendre.

Tu peux demander à Kalinda de t’appeler et de t’emmener, comme tout à l’heure. Mais cette fois ci en quittant ton plan.

Ah. Et ça ne le laisse pas vulnérable ?

Pas si tu décides d’en verrouiller l’accès lors de ton absence. C’est ton plan astral, c’est toi qui a les clés. Tu peux tout y projeter, tout y créer, tout y appeler. Du moment que tu as foi en ce que tu crées.

Hum… Bon, ok. Mais… à quoi ça sert ? A quoi ça sert d’avoir un plan astral ?

A quoi ça sert d’avoir un corps physique ?

Euh, à être incarné.

Et à créer dans la matière.

Un plan astral, cela permet de créer des « formes pensées » pour ensuite pourvoir les manifester dans le plan matériel.

Mais ça ce n’est pas au niveau du mental ça ?

Le plan astral lie le mental, l’émotionnel et l’énergétique. C’est un point de liaison qui permet la mise en place des intentions créatrices. Vous dites que la pensée est créatrice. Mais comme on te l’a expliqué, elle doit être liée à une émotion en adéquation, un peu comme une « charge énergétique »  que l’on insuffle pour donner vie à l’intention.

Car les émotions sont des énergies ?

C’est plus complexe que ça, mais les émotions sont véhiculées par des énergies. Et les énergies peuvent véhiculer des émotions, dirons-nous. Ce que vous appelez des « charges émotionnelles ».

Ah, et combinées à l’intention, c’est comme une flèche que l’on tire dans une certaine direction.

C’est le principe des actes magiques. Réunir une certaine charge énergétique et lui donner une cible par l’intention. Tout le symbolique et les rituels servant à permettre ces différentes étapes.

Oui, je vois l’idée. Donc c’est dans le plan astral que l’on fait ça ? Sans le savoir ?

C’est par le plan astral que passent vos énergies pour descendre de façon orientée dans la matière. Tu comprendras donc que si ton plan astral est dans un état très négligé, cela sera très difficile. Comment mettre en forme des intentions et les charger en énergies, si ces énergies sont pompés par des entités qui attendent sagement mais surement d’être nourries sans que tu en aies conscience ?

Oui, je vois le problème… C’est pour ça que je suis incapable de donner une direction et une impulsion globale à ma vie ?

Au-delà de savoir quelle impulsion donner, oui. Mais le problème est réglé.

Est-ce aussi simple que ça ?

Bien sûr que non. Il va falloir qu’à partir de maintenant tu veilles consciemment à prendre soin de ton espace astral, afin d’y maintenir des énergies confortables et de ne pas y attirer de nouveau toute sorte d’entités opportunistes.

Oui, lol, je me disais bien que sinon ça serait trop facile.

Ton espace astral est aussi un peu comme un tremplin. Il te permet d’avoir accès à certaines dimensions, à d’autres plans astraux, à d’autres informations. Il peut t’être très utile si tu apprends à naviguer à l’intérieur.

Mais quel intérêt aurais-je à le faire ?

Je vois que tu commences à adopter la façon de penser de l’Ombre. Quel effort à faire pour quelle récompense ? C’est une bonne question.

Disons que naviguer dans l’astral peut permettre d’identifier certains nœuds énergétiques, de voir à quoi ils sont reliés, comment et pourquoi. De remonter les fils de ces nœuds à travers l’espace et le temps, qui n’existent pas dans l’astral. C’est cela le principal intérêt. Tu te libères de cette contrainte-là. Tu te libères aussi de la lourdeur de la matière. Beaucoup plus de choses sont possibles, car tu peux les impulser par la volonté et les émotions, franchir les barrières de l’espace et du temps.

Disons que tu aies un nœud énergétique qui remonte à une vie antérieure. Tu peux aller naviguer pour remonter à l’origine de ce nœud, voir comment il s’est créé, pour mieux le dénouer.

C’est un sacré travail ça, dis donc. Et qui ne doit pas être très agréable.

Voilà pourquoi votre âme navigue souvent dans l’astral durant votre sommeil et dans votre inconscient. Pour aller chercher des informations et ramener une meilleure compréhension de certains problèmes, de certains évènements passés ou à venir.

Mais il est aussi possible de faire ce travail de façon consciente et volontaire. Pour une raison spécifique et avec un accompagnement adéquat. L’objectif n’est pas de forcer. Mais parfois, amener du sens et de la compréhension au niveau du mental peut soulager la personne, et aider son âme à avancer dans le travail inconscient qu’elle fait.

Oui, ça je le comprends bien. Donc tu veux dire qu’en voyageant dans l’astral, je serais capable d’aller chercher la compréhension du choix de mon âme à vivre dans cette vie des expériences répétées de harcèlement ?

Entre autre, selon certaines conditions et à un certain rythme. Ce n’est pas non plus instantané. Tu ne peux pas forcer la compréhension et surtout l’acceptation par ton mental. Cela doit se faire de façon progressive. Pour ne pas péter un câble. Comme Camille Fraise a eu accès de façon progressive à un certain nombre d’informations et d’expériences, afin de maintenir sa santé mentale intacte.

Oui, c’est clair, je comprends ça… Merci pour ces informations. Souhaites-tu me communiquer un dernier message particulier ?

Non, nous en reparlerons.

19 février 2017