Endométriose & repos

Article et liens très intéressants !

Mod.imaginaire

Les personnes atteintes d’endométriose ou plus généralement d’une maladie chronique doivent souvent se reposer.

Mais, en fait, comment on fait ??!

Je viens juste d’être opérée. Je suis en convalescence et me reposer c’est toujours compliqué. Car j’ai mal et ne trouve aucune position parfaite et sans douleur mais pas seulement. Car j’angoisse de ne pas pouvoir travailler, que ma dépendance physique me fait peur, que je n’ai pas la force de me concentrer longtemps sur quoi que ce soit et que j’ai du mal à m’ennuyer, beaucoup de mal ! J’aime beaucoup le site The Mighty (en anglais) pour les personnes atteintes de maladies chroniques et il y a cette vidéo géniale sur la réalité du repos pour ces personnes: Le repos en vrai!

En fait c’est un repos forcé, avec des douleurs, des cicatrices, une fatigue incroyable, et un état psychique pas vraiment au top. Pas franchement un…

View original post 1 179 mots de plus

Publicités

Hyperacousie et stress [Endométriose]

 

Artiste : Picolo-kun

Je sors d’un RDV avec l’ORL et je suis dépitée… Depuis plus de 6 mois, mes acouphènes ne cessent d’augmenter, ainsi que mon hyperacousie. A un niveau qui en devient gênant : je ne peux plus aller au cinéma sans boule quiès, les bruits de travaux dans le quartier me collent la migraine pour la journée, je supporte de plus en plus mal d’aller dans des cafés et magasins avec de la musique d’ambiance. Et cerise sur le gâteau, depuis quelques temps, j’ai carrément des douleurs quand je suis exposée au son : quand mes parents écoutent la radio ou regarde la télé, le volume du son est beaucoup trop fort pour moi.

J’en ai parlé à ma nouvelle médecin traitant qui m’a envoyé voir un ORL. Coup de chance, j’ai eu un RDV très vite grâce à un désistement (sinon compter 3 mois d’attente). Et mes acouphènes ne sont pas liés à une perte d’ouïe, ce qui est rassurant. Evidemment, j’ai oublié de poser la question à savoir « est-ce que des allergies peuvent les augmenter ? » mais j’en reparlerais à ma médecin. Après un check up total, le verdict est : « je ne peux rien pour vous ». Pas de problème physiologique. On pourrait dire que c’est positif, oui mais alors quelle remède ? Comment me débarrasser de ses douleurs provoquées par le son ? A priori, cela relève plutôt de la sphère psychologique avec le coupable fréquent : « trop de stress, trop d’anxiété ». Son conseil : prendre des anxiolytiques. Pas vraiment la solution rêvée…

Voilà la 2ème fois dans la semaine que j’entends une personne du corps médical me parler de « stress ». La première fois, c’était ma nouvelle kiné, qui a émis l’hypothèse que ma sciatique serait provoquée par le stress que l’endométriose me cause, physiquement et psychologiquement. Donc, 2 personnes du corps médical qui appuie sur ça.

Sauf que jusque-là, je ne me sentais pas psychologiquement si stressée que ça. Le stress de mon ancien boulot et de mon supérieur ont disparu. J’ai un toit sur la tête et à priori je suis protégée des soucis financiers pour quelques mois à venir. Depuis que j’ai déménagé, ce souci-là a disparu aussi. Le problème c’est que j’ai du mal à voir pourquoi je serai stressée ! Ou alors, si je le suis, je ne m’en rends plus compte, tellement je suis habituée (et dans ce cas-là la source de stress remonterait à loin ?). Enfin, tout du moins habituée mentalement, car mon corps lui semble protester de tous les bords.

Et le résultat de la prise sang tombe : anémie. Comment ça anémie ? Je n’en ai plus eu depuis mon arrêt du gluten il y a un an ! Et ça revient quand je rentre en métropole ? Alors que je n’ai pas eu de perte de sang depuis plus de 4 mois ? Et qu’en plus ma consommation de viande a augmenté depuis mon retour ? Qézako ? Franchement, je ne comprends rien du tout…

Tout ça m’exaspère. Stressée moi ? Je le suis pourtant bien moins que mes parents avec leur boulot. Je me lève quand je veux, je ne cours nulle part, j’essaye de prendre mon temps. Je médite, passe du temps au contact de la nature. Comment je pourrais être stressée ?

Bon, c’est vrai… Je suis stressée à cause de la maladie. Rien que les douleurs physiques et les crampes sont sources de stress interne biologique (défini comme un stimulus à un niveau inhabituel sur une durée de temps trop longue). Et puis, il y a la part psychologique : comment intégrer les contraintes causées par la maladie à ma vie professionnelle, sociale et sentimentale ? La peur du rejet aussi, à cause de ces contraintes, que ce soit au boulot ou dans les relations… Celle de l’incompréhension, de la solitude générée. Et blablabla. C’est une réalité. Mais comment je suis censée désamorcer ce stress de fond, qui est là depuis des années et ne fait qu’augmenter avec le temps et l’apparition de nouveaux symptômes ? Erk, c’est un cercle vicieux…

Et puis, peut être que je suis stressée par l’incertitude de mon futur professionnel, étant donné que je n’ai aucune idée de ce que j’ai envie de faire : reconversion partielle ? Reconversion totale ? Formation ? Sortir du circuit classique de l’emploi ? Est-ce possible de trouver un poste de travail dans une ambiance de respect et d’épanouissement dans ce contexte de crise sociale (bonne pour les chantages et autres ambiances pourries de boulot) ?

A l’heure qu’il est, je m’interroge vraiment sur le type de modèle de travail qui me conviendrait le mieux : quel type de structure ? Quel fonctionnement managérial ? Quelles relations d’autorité ? Travail à mon compte ? À domicile ? Quelle politique d’entreprise ? Quelle philosophie derrière ? Quelle utilité sociale ou environnementale ?

Qu’est-ce qu’il me conviendrait le mieux, à moi personnellement ? A ma santé fragile, à ma soif d’apprentissage, à mon ennui facile et à mon besoin de créativité ? Mais aussi à mon besoin d’humanisme, de respect, de partage, d’écoute et de compréhension ? Et puis aussi : comment une médium, hypersensible, empathe, peut-elle s’intégrer dans le monde du travail et y trouver une place pour elle en valorisant ses qualités ? Et dernière question cruciale : comment conjuguer le boulot et vivre au mieux l’endométriose (souvent source de précarité professionnelle) ?

Franchement, je suis sûre que vous êtes d’accord, ça fait beaucoup de questions. Ah, cela me rappelle mon dernier post « tu réfléchis trop avec la tête et pas assez avec le cœur ». Mais que me dit mon cœur, les élans de mon âme ?

Et bien j’ai récupéré quatre dessins d’enfant avec mon âme. Qu’est-ce que j’en fais maintenant ? Deux indiquent une voie de cheminement spirituel, mais ce n’est pas quelque chose qui peut se développer directement dans un environnement professionnel. Et les deux autres : qézako ? Ça veut dire quoi des fleurs qui n’existent pas et un soleil ? Franchement, mes guides, je suis censée en faire quoi ? C’était juste pour me pousser à me remettre en lien direct avec mon âme ? Ce n’est pas une réponse ça !

Ce sont des réponses métaphoriques. Le soleil c’est l’épanouissement, la joie et la chaleur. Tes fleurs inconnues ce sont la subtilité ; la sagesse et la…

La quoi ? La médiumnité ? C’est ça que j’ai capté ? Ou la créativité ?

La créativité est une forme de médiumnité. La notion que recouvre ce dernier concept n’a pas de mot concret dans ton esprit, tu ne peux pas la traduire.

D’accord, donc la « … » me voilà bien avancée ! Ce terme recouvre aussi une notion de magie non ?

Comme la magie de l’émerveillement, mais aussi de celle qui lie toutes choses entre elles. C’est plus un concept qu’un mot, tu ne peux pas chercher à le résumer comme ça. Il te faudrait pleinement le ressentir en toi pour pouvoir vraiment bien le décrire.

Ah… De toute façon, je me sens paumée, alors un peu plus ou un peu moins. Avoir les élans de mon âme, c’est bien. Mais je ne vois aucunement comment les transcrire dans le monde du travail. Je veux dire, cela a peu à voir avec la réalité concrète de ce monde. Je sais, je me suis déjà cassée les dents dessus… Ça veut dire quoi, que ce n’est pas le moment de chercher un boulot et que je suis censée développer d’autres choses ? Je veux bien, mais comment je suis censée subvenir à mes besoins matériels et construire une vie matérielle ?

Chaque chose en son temps. Pour l’instant, tu n’as pas besoin de « subvenir à tes besoins matériels ». As-tu faim ? Es-tu frustrée ? Manques-tu d’argent ?

Non, mais cette situation ne sera pas éternelle.

Concentrons-nous sur le présent.

Il n’y a pas besoin d’un travail pour que le soleil brille dans ton cœur. Il n’y a pas besoin d’une direction professionnelle pour te connecter aux éléments.

Me connecter aux éléments ?

Essaye de rentrer un peu plus en contact avec les esprits des fleurs. Tu seras surprise. Elles ont peut-être des choses à t’apprendre « en attendant ».

En attendant quoi ?

Le reste.

Et bien, vous êtes bien cryptiques…

Un pas après l’autre. Pas plus vite. De toute façon, tu ne le peux pas.

Je vais être malade longtemps comme ça ?

Tu verras.

Bon, merci… ?

17 mai 2017

« Trop de questions dans la tête »

Artiste : Kuvshinov-Ilya

Cela va faire plus d’une semaine que je me traine comme une lamentable chaussette. Crise de fatigue chronique ? Crise d’endométriose ? Virus ? Allergies ou autre chose ? Processus énergétique ? C’est quoi ce bazar, j’aimerais bien comprendre pour mieux savoir comment réagir ! On ne se comporte pas pareil si on a attrapé la grippe, que si on a une montée de Kundalini par exemple…

On commence par aller chez le médecin pour vérifier que tout va bien au niveau physique.

Ah, j’aimerais bien ! Dire que j’ai mis un mois entier avant de trouver un médecin traitant ! Entre le fait de chercher quelqu’un d’un minimum compétent et recommandé face à l’endométriose, et des « on ne prend plus de nouveaux patients », des congés et des délais… J’ai rdv la semaine prochaine et cela va faire plusieurs semaines que j’ai posé le RDV, alors que j’étais juste fatiguée…

Franchement, dans ce genre de cas, je suis vraiment désespérée. Que suis-je censée faire si je n’arrive pas à trouver un fichu médecin traitant ? La même pour le kiné avec des délais de 3 semaines… Et je ne parle même pas du gynéco, pour lequel j’ai encore de l’attente et où je vais devoir me déplacer à 1h30 de route… Je ne pensais pas me heurter à un tel désert médical, alors que pourtant la ville où je suis est une des principales du département ! C’était plus facile à la Réunion, ce qui est un comble vu qu’on me disait « tu seras mieux suivi en métropole ». Que dalle, préjugés à la c**. Ça me donnerait presque envie de repartir, tiens ! Sauf qu’il n’y a pas de centre de cure thermale spécialisé en gynéco à la Réunion. Mais je me demande si je vais réussir à la faire cette cure…

Ah, ça me décourage tout ça. Ça m’énerve aussi. J’ai l’impression d’être laissée sur le bord de la route, d’être à la ramasse et de ne rien comprendre. Je demande guidance et soutien, des explications aussi et que dalle… J’aimerais savoir ce qu’il se passe, parce que je sens que ce n’est pas habituel. J’aimerais savoir pour mieux accueillir et m’adapter dans la façon de le gérer. C’est trop demander ? Qu’est-ce que vous faites mes guides ? Yoooouuuuhou c’est le moment de vous manifester !

J’en ai marre d’être larguée. Marre de devoir lâcher prise sans rien comprendre. Je suis rentrée pour prendre soin de ma santé, et celle-ci ne fait que se dégrader depuis, c’est de pire en pire ! Qu’est-ce que je fais mal au juste ? Je fais bien attention à mon régime sans gluten et sans lactose. Je n’ai même pas craqué alors que je vois mon père manger mon ancien fromage de chèvre préféré. Je prends bien mon traitement. J’essaye de soigner mon sommeil du mieux que je peux. D’alléger mes douleurs à coup de bouillote. Je me suis remise à méditer comme vous me l’aviez conseillé.

Je ne comprends pas, ça m’énerve, ça me désespère (oui, oui, je me répète, je sais). Ça me fait me sentir impuissante et bientôt je vais péter un câble ! Comble de l’ironie, alors que je me dis que j’aurais besoin d’une aide, une amie m’appelle pour m’en demander, car elle est à peu près dans le même état. C’est quoi, c’est les énergies du moment ? C’est pour ça que je ne fais que rêver de tempêtes dehors et de devoir fermer mes volets ?

Putain de bord** ! Pourquoi vous ne me répondez pas ? Il va falloir encore que je râle longtemps pour que vous vous manifestiez ? (oui, oui, ça s’adresse à mes guides, l’exaspération me pousse à la grossièreté, mais je vous rassure, c’est plutôt rare). Ça vous fait rigoler de rester en retrait sans rien me dire pendant que moi je galère toute seule ?

Franchement, il y a des moments comme ça où je me sens bien seule, même si je suis censée pourvoir parler avec mes guides, recevoir des messages, blablabla… Si je pouvais être médium uniquement sur commande, quand j’ai besoin d’explications, ça m’arrangerait bien tiens. Au lieu de ça, mon hypersensibilité me fait faire l’éponge face à mes parents, et ma médiumnité me fait capter des infos désagréables dont je me passerais bien.

Comme celle de ce soir. En descendant, j’ai remarqué que le bon de réduction, que j’avais laissé sur la marche de l’escalier pour le monter plus tard, avait disparu. Et j’ai su tout de suite. Ma mère l’avait embarqué en le prenant pour le sien (qui était pourtant rangé à l’autre opposé de la maison) et l’avait utilisé. En soi, absolument rien de dramatique. Mais ce geste inconscient m’a fait capté l’info que ma mère n’a toujours pas intégré que je VIS dans cette maison, et pas que je suis juste de passage. Elle se comporte encore sans le vouloir, par moment, comme si tout ce qui était dans cette maison était à elle, sans faire attention à distinguer ce qui m’appartient, de ce qui est à elle. Alors pour les objets très différents, ça se voit (et encore…) mais pour ceux qui sont identiques…

Je ne peux pas lui en vouloir, après tout, cela fait des années que je ne vivais plus à la maison. Et cela ne va faire bientôt qu’un mois que je suis de retour. Mais je sens qu’elle a beaucoup de mal à intégrer cette réalité. Pour elle, je ne suis de passage que quelques mois, je vais bientôt re-déménager. Alors que ce n’est pas mon intention, je ne me vois pas partir avant la fin de l’année, et je lui ai bien dit. Et la réaction émotionnelle de mon côté est disproportionnée. Parce que cela me renvoit à ma blessure de rejet par la mère. Une part d’elle n’arrive pas à intégrer l’idée que je vais rester, une part d’elle est pressée de me voir repartie. Même si c’est une part totalement inconsciente, cette réalité subtile me fait mal, parce que je la « sens », je la « sais ».

Je mets des mots dessus parce que j’y ai réfléchi et que j’ai essayé de retracer le chemin me menant à cette émotion et cette connaissance. Mais en vrai, elle a été instantanée. Dès que j’ai vu le coupon manquant, j’ai capté tout ça. Evidemment, il m’a fallu un peu de recul pour décrypter pourquoi j’ai eu une réaction émotionnelle si forte. Evidemment, j’ai vérifié la véracité de ce que j’ai capté : était-ce bien elle qui avait pris le bon ? L’avait-elle utilisé ? Etait-ce une confusion ? Oui, oui et re-oui. Elle m’a donné le sien à la place. Alors pourquoi cela n’a-t-il pas suffi à apaiser ces émotions violentes de tristesse ?

Parce que cela n’efface pas l’information que j’ai capté, et que je suis sûre qu’elle refoule elle-même. Une part d’elle n’a pas envie que je reste vivre à la maison. Je peux le comprendre. Dans son conditionnement, enfant à la maison = responsabilités, travail en plus, restriction de sa liberté gagnée. Ma mère a eu l’habitude de tout sacrifier pour nous quand nous étions petites. Pourtant, ce n’est pas ce que je souhaite. Je n’ai plus 9 ans, je participe aux tâches domestiques communes, je peux rendre des services, je suis autonome pour mes repas ou j’ai un plan B pour les repas communs s’il y a du gluten. Alors c’est vrai, quand je suis malade et coincée au lit, je suis d’une moins grande aide et mes parents écopent de mes courses à faire car je ne peux pas sortir. Mais je compte bien veiller à ne pas être un poids financier, à participer au paiement des charges.

Cela m’a frappé que ce petit « accident » ait eu lieu après leur avoir demandé à combien ils pensaient estimer ma part aux frais d’électricité et d’eau, pour que je leur fasse un virement mensuel. Alors que je tiens à leur montrer ma volonté de ne pas être une surcharge (au moins financière, à défaut de malade à aider de temps en temps) en tant qu’habitante de la maisonnée, voilà ce message incongru que je capte. Je suis censée en faire quoi au juste ?

Lui laisser du temps. Ta mère a besoin de temps pour s’adapter à la situation et pour comprendre que ses peurs et préjugés sur ton retour à la maison ne sont pas fondés. Elle n’est pas dans une période propice à la réceptivité. Ton père l’est bien plus, et tu as vu qu’il commence à prendre le pli. Il commence à lire toutes les étiquettes pour vérifier s’il y a du gluten ou du lactose.

Oui, j’ai vu et cela me touche. Je sais bien que les changements ne se font pas du jour au lendemain. Et j’ai bien noté ce que vous m’avez dit sur le fait de subvenir à mes propres besoins par moi-même. Qui sont en grande partie des besoins immatériels, de l’attention, de la bienveillance, de la douceur, du soutien moral, etc…

Je me rends compte que je porte des attentes sur eux, et qu’en plus, je ne fais pas forcément pour eux, ce que j’attends moi-même d’eux. Comme leur demander comment c’est passé leur journée. A vrai dire, je n’en ai pas vraiment besoin. Il suffit de les écouter et de les observer, et mon hypersensibilité fait le reste. Mais leur poser la question ouvre aussi la porte aux plaintes ou aux pensées formulées de façon négatives, surtout chez ma mère. Et ça, j’ai du mal à gérer… Vraiment du mal. Je suis déjà touchée de plein fouet par leurs énergies sans qu’ils parlent, alors avec… Quand elles sont positives, cela ne me gêne pas. Mais après une journée de boulot, c’est rarement le cas. C’est plutôt épuisement, stress, déception, anxiété, préoccupation pour les futures tâches à faire, dévalorisation, etc. Ma mère n’attend qu’une chose, c’est d’être à la retraite. Plus le temps passe et plus le travail devient difficile, car elle fatigue, mais aussi parce que les conditions de travail se dégradent dans son entreprise. Franchement, ça ne fait pas envie…

Ça ne fait pas envie, et au milieu de tout ça et de mes soucis de santé, je suis convoquée à un entretien par Pôle emploi ! Franchement, qu’est-ce que je vais bien pouvoir y dire ? SOS ma vie est en bordel, je ne sais plus du tout ce que je veux faire, et ma santé est pire qu’une roulette russe ?

Peut-être que les deux sont liés.

Méchant ! Ce n’est pas ce que j’ai envie d’entendre ! Tu es en train de me dire qu’il faut que je retrouve un boulot pour retrouver la santé ?

Non, ce que nous sommes en train de te dire c’est qu’il ne sert à rien d’attendre de retrouver la santé pour commencer à faire des projets et te projeter. Tu auras toujours une santé fragile, comme l’a si bien décrit Sylvie dans son article, que tu aurais pu copié-collé pour parler de ta propre santé. Ce n’est pas une raison pour t’arrêter dessus, suspendre indéfiniment ton futur professionnel. Si tu as le bon projet et que c’est le bon moment, il se fera, bonne santé ou pas. Tout ça, ce n’est qu’une excuse pour reculer des quatre fers.

Ouah, super… C’est moi qui vient pour pousser un coup de gueule et c’est vous qui m’engueuler parce que je ne me bouge pas assez pour mon projet professionnel ?

Il est temps que tu te remettes en mouvement, si ce n’est extérieur, au moins intérieur. Tu as créé de l’espace pour semer une nouvelle graine, il serait peut-être temps maintenant de la semer.

Et semer quoi comme graine ? Parce que je veux bien moi, réfléchir tout ce que tu veux. Mais je suis comme une girouette avec mille directions possibles. Comment en choisir une quand je ne sais pas ce dont j’ai envie ? C’est un casse-tête sans fin pour moi.

Tu n’as pas besoin d’y réfléchir, pas pour l’instant. Tu as besoin de le ressentir, au fond de toi, au fond de ton cœur. Tu as besoin de te laisser guider par ton âme. D’où les messages que tu reçois de rester en retraite, de t’occuper de toi, de te connecter à ton esprit intérieur. Ce n’est pas par plaisir que nous te coupons en grande partie du monde extérieur. C’est pour te pousser à te tourner vers l’intérieur et à écouter le message de ton âme. Il n’y a pas de meilleure guide qu’elle.

Et je suis censée deviner ça toute seule ? Vous ne croyez pas que ça serait plus efficace avec les sous titres ? Parce que franchement, laissez tomber, je peux être malade pendant 3 piges si vous ne m’aidez pas à comprendre l’origine du problème.

L’origine du problème. Et bien tu te réveilles chaque matin avec un fort mal de gorge : problème d’expression. Tu es épuisée et tu n’as plus d’énergie vitale : tes activités ne sont pas suffisamment nourrissantes. Ton hyperacousie s’est accentuée, d’après toi, ça veut dire quoi ?

Je ne sais pas, je me suis posée la question, mais je n’arrive pas à trouver la réponse.

Nous allons t’aider : tu entends trop de plaintes au sujet du monde du travail. A la télé, à la radio, dans la bouche de ta famille, mais globalement de toute la société. Le travail est associé à une corvée, pour beaucoup de gens, la grande majorité. Ce n’est pas ce que tu veux dans ta vie. Ce n’est pas ce que tu peux te permettre avec ta maladie.

Oui, ce dernier point, je l’ai compris. J’ai peu d’énergie et une santé fragile. Avec l’endométriose, j’ai besoin de beaucoup de repos et de récupération. Le peu d’énergie que j’ai passe souvent au quotidien dans le boulot. Si ce boulot n’est pas régénérant, qu’il me pompe tout, je m’épuise et je ne tiens pas le coup dans la durée… Mon équilibre est fragile et il faut vraiment que je trouve un moyen de le préserver au quotidien (enfin commençons déjà par le restaurer, ça serait bien).

Mais c’est une sacrée contrainte. Je ne me vois pas la remplir dans le monde classique du travail actuel. Je sais bien que certaines personnes arrivent à se créer le job qui leur convient sur mesure. Mais il faut quelque chose : une idée, un talent ou une facilité, une passion ou une forte motivation. Un élément moteur et surtout un concept, quelque chose qui donne une ossature.

Moi je suis à des années lumières de tout ça. Je ne sais même pas dans quel domaine je veux évoluer : la recherche, l’enseignement, le journalisme, le bien être ? Formation ou pas formation ? Vers quoi aller ? Comment ? Pfuit, c’est le vide absolu !

Il est trop tôt pour faire de telles projections. Si déjà tu essayais de capter l’élan de ton âme, ça irait mieux. Tu te poses trop de question avec la tête et pas assez avec le cœur.

Facile à dire dans notre société… « Tu te poses trop de question avec la tête et pas assez avec le cœur. » Et comment je fais pour poser des questions à mon cœur et à mon âme, hein ? Elle semble bien en standby cette dernière.

Parce que si tu ne l’écoutes pas, elle ne prend pas la peine de s’égosiller pour rien. C’est comme une plante qu’on arrose. Plus tu en prends soin, plus tu apportes de l’attention, plus elle se fait expressive.

Oui, je comprends l’idée, merci. Et concrètement ?

*sourire mystérieux* Demande à te connecter à elle et tu verras bien.

Bon, vois par toi-même, quoi. Ok, merci.

13 mai 2017

 

Lettre à l’univers

Auteur :

Auteur : Les Rêves de Celia, octobre 2016.

Je me sens très instable émotionnellement. Je me rends compte que je suis en colère. En colère contre mes proches, en colère qu’ils ne me semblent pas se soucier de moi et du fait que je n’aille pas bien. Mais pourquoi suis-je en colère ? Parce que mon mental pose l’interprétation que ce silence est égal à de l’indifférence. Mais je vois qu’en réalité, je ne fais que reporter cette colère, sur des personnes qui ont un visage, parce qu’ainsi, j’ai l’impression de pourvoir me « venger » en les ignorant à mon tour. Cela me donne l’illusion de ne pas être impuissante face à cette colère et ce sentiment d’indifférence.

Mais la réalité, c’est que ces personnes ne m’ont absolument rien fait. Elles sont égales à elles-mêmes, vive leur propre vie, à un rythme souvent soutenu, celui de la société. Le temps peut parfois paraitre bien long lorsqu’on est en arrêt maladie, et la journée bien solitaire.

La vérité, c’est que ma colère a commencé en réaction à ma souffrance. Lorsqu’on m’a répondu à Pôle emploi « non, nous ne pouvons pas vous accorder un entretien avec un conseiller (pour demander de l’aide sur mon orientation professionnelle) car vous êtes en arrêt maladie. Tant que vous serez en arrêt, vous êtes considérée comme non disponible à la recherche d’emploi et cette catégorie-là n’a pas le droit à des entretiens. Essayez auprès de la mission locale. » Je suis allée à la mission locale « non, on ne peut pas vous conseiller, vous avez plus de 26 ans révolus ».

Je n’en veux pas à ces conseillères, elles font leur job, et à priori elles ne sont pas payées pour me conseiller. Restriction de budget, règles à appliquer, blabla, toute la machine administrative. Mais je n’ai pas pu m’empêcher de me sentir abandonnée, laissée seule à me débrouiller par la vie.

Ma psychologue, comme mon psychiatre, m’ont conseillé de me renseigner sur une réorientation professionnelle, de faire un bilan de compétences, bref de trouver un fil à suivre, une nouvelle envie et remotivation professionnelle pour lutter contre les troubles anxio-dépressifs. Tout le monde n’avait que ce mot à la bouche « bilan de compétences », et je me suis dit qu’au vu de la répétition, c’était une piste envoyée par l’Univers. Pourquoi cela tombe à la l’eau ?

Je suis en colère que la réponse soit « on ne peut pas vous aider ». Je suis en colère de ne pas trouver l’aide pour identifier une porte de sortie. Est-ce que c’est une blague ? M’orienter vers une piste pour me retrouver face à un mur ?  J’ai vu mes espoirs se casser en petits morceaux à la réponse de la conseillère. Pour être aidée, je ne dois plus être en arrêt maladie, mais pour m’aider à aller mieux, il faudrait que je trouve une piste sur ce que je veux faire de ma vie. C’est le serpent qui se mord la queue ! Et voilà, j’ai de nouveau l’impression d’être abandonné par l’univers, de faire face à une indifférence générale. Sauf que l’univers n’a pas de visage sur qui on peut crier sa colère, pas pour moi. Alors c’est plus facile de la reporter sur ses proches, injustement.

Sauf que c’est nul. Parce que c’est moi-même que je punis en m’isolant de mes proches. Parce que c’est moi-même que je rends malheureuse en laissant mon mental me convaincre que ces personnes sont indifférentes à moi…  Et parce que je suis fatiguée de répéter ce même schéma mental de « silence = indifférence » qui me fait tellement mal. C’est comme remuer le couteau dans la plaie encore et encore, de cette blessure de l’abandon maternel.

Alors j’ai plutôt envie de dire à l’Univers que je suis en colère ! J’en ai marre d’être perdue, de me sentir mal, de ne rien comprendre, de ne pas savoir où je veux aller, ni comment y arriver ! Et cette colère n’est qu’un masque à une souffrance, plus profonde, celle de me sentir abandonnée dans ma guidance au moment où j’ai le sentiment d’en avoir le plus besoin…

« Il est possible d’éviter certaines embûches. Encore faut-il pouvoir se faire confiance lorsque volontairement, la guidance devient plus floue afin que vous écoutiez votre propre cœur. » disait Elémiah sur le blog de Sylvie ici.

Mais comment puis-je écouter mon propre cœur quand je suis submergée par tant d’émotions ? Que je suis perturbée par tant de rêves choquants et de cauchemars qui me laissent dans un malaise profond au réveil ? Que la guidance apportée lors de mes voyages chamaniques fait ressurgir tant de choses lourdes et tristes dont ne j’arrive pas à gérer les énergies dans le monde matériel ?

Je pense aller mieux physiquement, et j’envisage de reprendre le travail, mais mes insomnies reviennent en force et me laissent dans un état lamentable. Je ne comprends toujours pas ce qui se passe dans mon ventre, et je me demande s’il n’y a pas d’autres choses en plus que le lactose qu’il faut que j’arrête. Mes douleurs sacro-iliaques explosent et conduire devient difficile… Mon acné est revenue en force, preuve que quelque chose ne va pas avec mes hormones et mon traitement hormonal. Mais je ne comprends rien, je ne sais plus où donner de la tête et quoi faire… Devrais-je retourner chez le médecin un millionième de fois pour lui réclamer des tests d’allergie alimentaire ? Le fera-t-elle seulement si je lui demande ?

Prends RDV lundi si cela peut te rassurer…

Je ne sais pas quoi faire sur le plan professionnel. Je ne sais pas si mon arrêt maladie va être prolongé ou pas ? Je n’arrive même pas à estimer si je suis en état de reprendre le travail…

Pas avec les bouleversements émotionnels que tu traverses.

Combien de temps ?

Tant que tu n’auras pas pris les bonnes décisions.

Mais c’est quoi les bonnes décisions ?

Celles que tu refuses d’envisager. Pourquoi ne veux-tu pas quitter ton travail sans avoir trouvé autre chose ?

Parce que je n’ai pas d’argent de côté, et que je ne toucherai pas le chômage si je démissionne. Parce qu’alors je n’aurais pas les moyens de payer mes charges. Parce que je n’ai pas envie de retourner vivre chez mes parents. Parce que j’ai peur de ne pas savoir quoi chercher et encore combien de temps je mettrais pour retrouver du travail. Parce que quitter un CDI dans les conditions actuelle d’emploi…

Mais quoi que je dise, j’ai l’impression que tout cela sonne creux. Je ne connais pas la réponse.

Parce qu’il n’y en a pas. Ce sont tes peurs qui te retiennent de partir.

Mais enfin, réussir à subvenir à ses besoins, ce n’est pas juste une chiquenaude. C’est la réalité matérielle. Payer le loyer, l’assurance, l’essence de la voiture, etc…

Qui te dit que tu seras sans le sou, que tu ne pourras pas toucher le chômage le temps de retomber sur tes pieds ?

Je ne suis pas sûre que mon supérieur accepte de signer une rupture conventionnelle…

As-tu essayé ?

Non. Parce que je ne sais pas ce que je veux.

As-tu envie de retourner y travailler ?

Non, je n’ai plus envie de travailler dans ces conditions-là. Je n’ai plus envie de m’infliger ça…

… par peur de le quitter et d’aller vers l’inconnu ?

C’est vrai… C’est vrai aussi que j’ai accepté ce travail par défaut d’avoir autre chose. Parce qu’il me donnait une sécurité matérielle, en même temps que je m’offrais l’opportunité de travailler sur mon féminin à la Réunion.

Tu n’es plus obligée d’y rester. Un cycle s’est achevé, un nouveau va commencer. Il faut t’ouvrir aux possibilités, tu ne peux pas le faire en gardant ce travail comme un boulet à tes pieds.

J’ai peur de partir, j’ai peur de la réaction de mon supérieur et de la façon dont cela va se passer. J’ai peur que la situation que j’ai vécue dans mon travail précédent se répète.

Comme tu le dis, c’est une peur, tu n’as pas à t’identifier à elle. Est-ce une raison valable de rester ? Par peur, alors que peut être d’autres magnifiques et enrichissantes expériences t’attendent ailleurs ?

Mais où ? C’est difficile pour moi de partir sans avoir une idée de destination à court terme…

Parfois il faut laisser un peu de temps pour que les choses apparaissent. Parfois il faut dissiper la brume présente avant de pouvoir se projeter dans un avenir proche. Ton travail ne t’apporte plus aucune satisfaction, ni aucun épanouissement. Pire il t’apporte du stress et des désordres psychosomatiques. En plus de cela tu es payé avec 3 semaines de retard. Dis-moi quels avantages il y a à rester ?

« La paix des ménages ». La paix auprès de mes parents, éviter l’angoisse étouffante que ma mère projette sur moi. Eviter les regards et les jugements de la société.

Encore une fois, est-ce une bonne raison ?

Non, bien sûr que non…  Il n’y a pas de bonne raison à rester à cet endroit, quand cela n’a plus de sens.

Alors il est temps de partir.

Mais comment ?

Renseigne-toi bien sur les conditions de rupture conventionnelle. Essaye d’expliquer honnêtement la situation à ton supérieur, dans la mesure de ce qu’il est capable d’entendre. Que tes problèmes de santé vont nécessiter une réorientation professionnelle, que tu ne pourras plus aller sur le terrain comme il le souhaite. Essaye de voir et de négocier avec lui. Tu sais déjà ce qu’il va attendre de toi, essaye de t’en servir comme arguments pour le rassurer.

Oui, la rédaction de ces rapports… et la transmission. J’ai peur de ne pas réussir à négocier. Je ne sais pas non plus si je vais être capable de le faire. Cela suppose quand même d’y retourner. Avec mon état physique instable, ça risque d’être compliqué…

Commence par te renseigner, puis tu verras.

Merci.

4 novembre 2016

Les transferts émotionnels dans nos relations

Artiste :

Artiste : Tara Mc Pherson, Waterfall

J’essaye d’intégrer ce que m’a dit le gynécologue, au sujet du suivi de mon endométriose, mais plutôt que me rassurer, cela m’angoisse et me décourage… Je me demande bien pourquoi ? Après tout, selon lui, les résultats sont encourageants, mes ovaires sont autant « sous contrôle » que possible vu mon problème de dystrophie ovarienne (produisant trop de follicules). J’ai même un endométriome qui a réduit de taille.

Malheureusement, les effets secondaires sont encore bien trop présents : fatigue chronique, impact sur le système digestif, sciatique, etc. Et j’ai l’impression que bien que j’ai enfin un traitement pour cette pathologie, je suis quand même bien trop souvent malade par ailleurs.

Mais pour lui, cela ne serait pas forcément dû à l’endométriose. J’ai constamment dans mes analyses de sang une composante dont les résultats sont trop élevés. Mon médecin traitant avait écarté ces résultats gênants en supposant que c’était dû à l’endométriose. Mais lui me dit que ce n’est pas l’origine. Et qu’il faut rechercher les causes. Et m’a questionné sur mes antécédents de problèmes articulaires… Il suspecte une autre pathologie. Et je ne sais pas quoi penser. J’ai bien eu le pressentiment que quelque chose n’allait pas avec mes analyses, mais le médecin traitant les a écarté, probablement fatigué de la complexité de mon cas…

En tout cas, je suis contente que mon gynéco n’ait pas fait la sourde oreille. Heureuse aussi qu’il ait pris le temps de me répondre. En sortant, j’ai entendu les secrétaires et infirmières se moquer et dire « olala, il a passé 2h avec une patiente, vous vous rendez compte ? ». Même si ce n’était pas exact, il a en effet pris du temps avec moi. Mais comment faire autrement, face à une maladie si mal connue et mal informée ? Face à la difficulté d’avoir un RDV avec ce spécialiste et de ne le voir qu’1 à 2 fois par an ? Face aux angoisses générées par des tas de questions sans réponse ? Alors que l’endométriose a tant d’impact sur ma santé, mon moral et ma vie quotidienne ?

J’essaye d’en faire moins cas qu’autrefois, de ne pas m’enfermer dans la maladie en me définissant comme « la fille avec de l’endométriose ». Mais, il n’est pas faute de constater que, même si je fais attention à mon alimentation, que j’ai repris le sport, que j’ai décidé d’avoir plus d’ouverture sociale, quoique je fasse, et même d’arrêter de me focaliser mentalement sur ma maladie, celle-ci revient. Sous diverses formes, de façon inattendue et inconsciente. Notamment, via l’interprétation de mes rêves, que si la psy ne m’aidait pas à décrypter pour certains, je ne verrais pas le lien, pourtant il est bien là, souvent caché profondément, mais présent. Ou bien encore via une crise physique aigüe après 1 mois en pleine forme. Ou encore via le poids sur le moral, qui se manifeste avec la crise anxio-dépressive que je traverse actuellement.

Comment cohabiter avec la maladie ? Sans lui laisser avoir le dessus, sur le moral et sur le physique ? Mais sans l’ignorer et engendrer une crise inattendue et violente ? Comment l’écouter et l’accueillir sans lui laisser toute la place ?

Parfois je me sens vraiment impuissante et dans un flou absolu. Je ne comprends pas les messages de mon corps ni de la maladie. J’essaye de soigner ma qualité de vie pour limiter les impacts négatifs sur ma santé…

Alors même que ta situation au travail est toxique ?

J’ai conscience maintenant que cette situation ne me convient pas. Que l’organisation (ou son manque si vous préférez) ne correspond pas à ma façon de travailler. Que celle-ci, ainsi que la mauvaise ambiance et les soucis financiers, génèrent beaucoup trop de stress en moi, plus que je ne le pensais, plus que mon corps ne peut en supporter. Mais devrais-je changer la situation (en cherchant à changer de travail)  ou changer mon regard et ma façon de réagir à cette situation ?

Pourquoi as-tu peur de partir ?

J’ai peur d’être dans la fuite. Et par là même de répéter le même schéma encore et encore. Je ne veux pas revivre ça une 3ème fois. Je préfère encore essayer de régler ça maintenant…

Mais le problème c’est que tu n’es pas en état, ni physiquement, ni moralement. Il te faut apprendre à l’accepter. Il te faut apprendre à lâcher prise. Tu ne peux pas tout contrôler, tu ne peux pas être parfaite. Tu ne peux pas imposer ta volonté à ton corps, au-delà d’une certaine limite physique.

J’ai l’impression que tout s’écroule et que plus rien n’a de sens… C’est ça, ce que ça fait de tomber en dépression nerveuse ? D’un seul coup, le corps craque, il est épuisé, il ne veut plus rien entendre, il ne veut même plus dormir malgré la fatigue. Le mental ne suit plus, impossible d’avoir les idées claires, de réfléchir, de prendre du recul, d’analyser et de se projeter dans un projet pour rebondir. Les émotions deviennent encore plus ingérables. Tout est source de stress, de tension, de peur, le moindre imprévu, la moindre stimulation trop forte. Les émotions habituelles prennent des proportions énormes, balayent mon hypersensibilité et me laissent à terre, comme ça, sans prévenir.

Et je me sens si seule à traverser tout ça…

Pourtant tu ne l’es pas. On est là. Monia aussi. Tes autres amies aussi, même si à distance. Ta famille est là pour te soutenir par la pensée, malgré les 11 000km qui vous séparent.

Je me sens tellement dans le brouillard, tellement perdue. Je ne comprends pas, cette chute d’un seul coup…

Parfois il vaut mieux chuter dès le départ, pour se relever toute seule et plus forte. Préfèrerais tu que cela t’arrive dans 10 ans alors que tu pourrais être en couple ?

Non, bien sûr que non. De toute façon, on ne choisit pas vraiment le moment où cela nous tombe dessus.

Tu serais surprise de voir les signaux inconscients que l’être peut mettre ne place quand il est prêt à faire face à un nouveau défi, censé l’aider à grandir.

Mais vais-je vraiment sortir grandie de cette expérience ? Et en sortir tout court, alors que j’ai le sentiment de tourner en rond ?

Ça dépend. As-tu l’envie de vivre ?

En ce moment, pas vraiment. Mais je n’ai pas pour autant l’envie de mourir. Et je me rappelle de ces moments où j’avais l’envie de vivre. J’ai simplement envie d’aller mieux. De pouvoir sourire doucement et sentir le soleil briller dans mon cœur, quel que soit l’orage dehors.

Ce que tu cherches à atteindre n’est pas si simple. Regarde, il a fallu des années et bien des épreuves à Sylvie. Tu ne peux pas t’attendre à y arriver du jour au lendemain.

Mais cela fait déjà des années… Cela fait déjà 7 ans que je fais face à ma maladie, à mes blessures, aux aléas de la vie…

C’est le jour où tu arrêteras de compter que tu auras « réussi ». Parce qu’en vérité, les épreuves ne s’arrêtent jamais, la vie est faite de challenges et d’opportunités. Mais c’est le jour où tu arriveras à les regarder tranquillement, sans les voir comme des obstacles insurmontables, que tu pourras sentir le soleil briller quel que soit le contexte extérieur.

Merci… Mais cela ne m’éclaire pas sur la situation extérieure actuelle. Comment suis-je censée savoir si quitter mon travail actuel représente une fuite ? Que faire pour améliorer mon état de santé ?

Les pistes et les clés te seront données en temps voulu. Prends les choses une par une, et aie confiance. Les choses se dessinent petit à petit, mais tu ne peux pas les contrôler. Chercher à le faire ne serait qu’une source d’angoisse inutile. Concentre toi sur ton intérieur, recherche cet espace de paix en toi, qui ne dépend ni de ton état de santé, ni de ton environnement matériel, ni de ta réussite au travail. Libère toi des jugements et des regards extérieurs. Tu es en arrêt de travail, et alors ? Tu es en dépression, et alors ? Est-ce que cela fait de toi un être moins humain ? Une personne moins aimable ? Est-ce que cela change tes caractéristiques intérieures profondes ?

Tu as besoin de temps pour toi. Tu as besoin de temps pour guérir et cicatriser. Le monde ne s’arrêtera pas de tourner parce tu ne vas pas travailler et ne remplis plus ta mission de parfait petit soldat productif dans cette société capitaliste. Tu sais que j’ai raison.

Que va-t-il arriver si tu ne vas pas au travail ?

Il n’y aura personne pour recevoir et conseiller les agriculteurs…

Et est-ce grave ? Sachant que de toute façon, au fond, tu n’as rien de très utile à leur conseiller, puisque tu ne peux pas les encourager à planter s’il n’existe aucun débouché viable. C’est toi-même qui l’as dit.

Oui… C’est malheureusement la loi du marché. Et ça, je n’y peux rien, mieux vaut s’y conformer. Au final, mon travail a perdu de son sens, et je ne me sens pas utile… Je sais bien que finalement, personne ne va en pâtir, sauf mon supérieur…

Et pourquoi donc ?

Parce qu’il n’aura personne pour justifier le travail fait, pour rédiger les rapports pour les subventions… Et aussi qu’il se sentira obligée de gérer partiellement mon poste en mon absence, peut-être ?

Est-ce ma mission ?

Non.

Mais l’a fait-il déjà ?

Partiellement, il aime se mêler de tout, tout savoir et tout décider. Cela lui donne une illusion de contrôle. Parfois, il reçoit même les agriculteurs « importants » sans me prévenir et sans moi, alors que c’est mon poste… Et puis derrière, me dit de poursuivre l’encadrement, alors que j’ai loupé la 1ere étape importante…

Incohérent, n’est-ce pas ?

Oui, mais j’ai arrêté de chercher à comprendre pourquoi. Ce qui m’agace, c’est qu’il se positionne en « sauveur » et « donneur de service » alors que je ne lui ai rien demandé. Et qu’il suffisait qu’il me retransmette la demande pour que je m’en occupe.

Mais en réalité, il préfère le faire lui-même. Parce qu’il n’a pas confiance en toi. Ce n’est rien de personnel, il n’a confiance en personne. Pour lui, tout le monde à un moment ou un autre le déçoit, par son « incompétence » et pour l’absence de décision. Tu ne peux pas réussir à atteindre son niveau d’attente et de satisfaction. C’est impossible. Personne ne l’a jamais fait, ou s’il le pensait, il est déçu après coup, comme avec Sophie. Ce qui le rend méfiant. En réalité, il est en permanence frustré, car il veut atteindre un niveau d’idéal irréaliste. Ce qui le pousse à être contrôlant, à vouloir tout faire par lui-même, ou à défaut contrôler et prendre les décisions à la place des autres, pour s’assurer qu’elles soient les bonnes.

Tu n’as pas à te sentir dévalorisée ou incompétente face à lui. Car il te pousse à toujours plus, il veut toujours plus, il n’est jamais satisfait. Et il ne le sera jamais, ce dont il ne se rend pas compte, et ce qui va le mener face à de grosses déceptions envers lui-même. La faillite de la structure est inéluctable, que tu sois là ou pas. Cela aurait été quelqu’un d’autre à ta place, cela aurait été pareil, voir même plus rapide. Tu ne peux pas prendre sur toi la responsabilité et la culpabilité de ses échecs à lui.

Et surtout, tu dois apprendre à te détacher émotionnellement. Si tu ne veux pas partir et si tu culpabilises à être en arrêt maladie, c’est parce que tu as peur de le décevoir lui. Bien que tu ais la preuve de son manque de compétences dans certains domaines, de ces décisions parfois contestables, de son comportement colérique, tu te comportes avec lui comme avec un père. Tu ne veux pas le décevoir, à tout prix. Cela ne tient pas de la raison et de la logique, mais de l’émotionnel et des blessures non guéries que tu portes en toi.

Nous t’invitions à réfléchir en douceur sur ta relation avec ton père. C’est ce côté-là que tu devrais explorer avec la psychologue, si tu veux parvenir à surmonter ce blocage dans le cadre du travail. Tu ne peux pas exprimer pleinement tes compétences et ton potentiel, si tu reproduis des schémas type sauveur/victime, sauveur/bourreau, mais bien plus encore le schéma père/enfant. Tu réalises un transfert de blessures de la relation père/fille dans le cadre de tes relations à l’autorité.

C’est une réalité. Certes douloureuse et déstabilisante, mais une réalité à accepter avec douceur et gentillesse envers toi-même. Pourquoi répètes-tu ce schéma ? Qu’attends-tu de ce père dont tu cherches si avidement la reconnaissance et la fierté ? Pourquoi cette peur de la crise de colère ? D’être source de déception chez l’autre ?

C’est vraiment un travail difficile pour moi… C’est faire tomber de son piédestal mon propre père. Je sais qu’il n’est pas parfait. J’ai compris qu’il était impliqué dans un certain nombre de blocages sur ma féminité engendrés à l’adolescence. Mais en accepter encore d’autres… Comment croire qu’il peut m’aimer si fort et en même temps avoir provoqué tant de souffrances en moi ? Comment est-ce possible, comment est-ce seulement compatible ?

Alors admettre que ton père a commis des fautes envers toi revient à admettre qu’il ne t’aime pas ? Je ne te demande pas de réfléchir, mais seulement de laisser tes émotions sortir.

Oui, peut-être, je ne sais pas ! Comment pourrait-il m’avoir tant marquée et blessée sans en être conscient ? Ce n’est pas l’image que j’ai de lui. L’image que j’ai de lui, c’est que s’il savait combien il m’a fait du mal inconsciemment par ses comportements, il en serait absolument atterré, déprimé et il en culpabiliserait à mort. Il a un cœur tellement bon, qu’il serait incapable de se pardonner à lui-même… Je ne veux pas qu’il sache.

Alors tu cherches à le protéger lui ? En refusant d’admettre tes blessures, tu penses le préserver de la culpabilité et de la tristesse ?

Peut-être, on dirait… Pourtant, je ne suis pas obligée de lui dire… Je trouve ça extrême comme comportement : refuser inconsciemment d’admettre ses peurs et ses blessures par peur de faire souffrir la personne qui les a déclenchés…

Les méandres du mental sont complexes. Tant que tu ne les mets pas en lumière, il est difficile de les dépasser, et tu peux longtemps rester à errer et être perdue. Voilà pourquoi je suis intervenue. Maintenant que ce mécanisme est porté à ta conscience, je t’invite à l’explorer et le travailler avec ta psychologue. Elle saura t’aiguiller en douceur pour comprends son origine. Tâche de faire preuve d’ouverture et d’accepter de dépasser tes résistances sur le sujet.

Rappelle-toi que c’est pour toi-même que tu fais ce travail, et juste pour toi. Que c’est pour sourire et sentir le soleil briller, comme tu l’as dit. Tu n’as pas de compte à rendre, pas de peur des jugements à avoir. Le travail que tu fais est difficile, mais tu es courageuse. Il te faut croire un peu plus en toi. Tout doucement, pas à pas, « tu vas y arriver ». Tu es déjà sur le chemin, il est sous tes pas. Tu n’as nulle part où aller, tu y es déjà, tu as seulement à le réaliser…

Merci…

21 octobre 2016

 

Victime VS Bourreau dans les relations de travail

Artiste : Kuvshinov-Ilya

Artiste : Kuvshinov-Ilya

Je suis choquée. Le médecin m’a mise en arrêt maladie, en laissant entendre que je faisais un trouble anxio-dépressif. Comment en suis-je arrivée là ? Je ne comprends plus rien à ce que me dit mon corps. Je suis épuisée, mais je me réveille la nuit et n’arrive pas à me rendormir. Mon corps est tendu, mais il est trop faible pour que je puisse évacuer la pression en faisant du sport.

Tout cela a commencé avec une bête crise d’endométriose. Comme d’habitude, de la fatigue, des douleurs aux ovaires, le système digestif bloqué, etc. Mais je me suis reposée, j’ai fait attention à mon alimentation, la crise aurait dû passer. Pourquoi ne passe-t-elle pas ?

Parce que j’ai trop tiré sur la corde physiquement, sans m’en rendre compte, pendant le mois dernier alors que je me sentais en forme et que j’ai repris le sport ? Parce que j’ai pris moins de soin à gérer mon hypersensibilité au quotidien, notamment à cause du travail ? Ou bien est-ce le stress et l’ambiance explosive au travail qui se répercute sur ma santé ?

Je ne comprends absolument rien… Tout allait mieux, j’étais en forme, j’avais repris le sport, j’avais le moral, j’avais recommencé à sortir et m’ouvrir aux autres. Et maintenant, me voilà à avoir une boule de stress au plexus, des crises d’angoisse sans raison, des envies de pleurer imprévisibles. Et le pire, un découragement total.

Qu’est-ce que j’ai mal fait ? Qu’est-ce que je peux faire pour moi-même, pour aller mieux ? Je veille pourtant à bien éviter le gluten, limiter la viande et le lactose. Je travaille à bien rester ancrée, à manger en conscience, à rester alignée. Je me couche pour avoir des nuits de 8 à 9h. J’ai arrêté de m’imposer des choses le we, j’en profite au feeling. Je parle de mes problèmes au travail avec ma psy, pour essayer de les surmonter.

J’ai bien compris que je me laisse trop atteindre au travail, par le stress de n’être payée que le 20 du mois suivant, par la mauvaise humeur de mon supérieur qui la décharge sur ses employés, par la mauvaise ambiance qui règne à cause des problèmes financiers, par l’absence totale de reconnaissance de mon travail, par la perte de sens de mon poste vu que rien n’avance sur le projet de débouchés commerciaux. A quoi bon accompagner et encourager les agriculteurs à planter, si à la fin ils ne peuvent pas commercialiser et retirer des fruits de leurs investissements ?

J’ai pu observer mon supérieur : par manque de gestion de ses émotions, mais aussi de son personnel, ainsi que des flux financiers, il met en place une situation invivable. Mais il est incapable de se remettre en question, j’ai essayé de lui parler, de lui faire comprendre que c’était très stressant de travailler dans une ambiance où l’on ne sait pas quand la personne va exploser de colère… Pour se défendre, et se dédouaner de la responsabilité de ses prises de décisions, il se place systématiquement en victime. « Mais tu comprends, c’est un tel qui n’a pas fait ceci… un tel a fait cela… ». Alors que pour nous autres employés, il joue vraiment un rôle de bourreau, qui pour certaines personnes de l’entreprise pourrait être comparé à du harcèlement moral. Finalement, le rôle de bourreau VS victime est vraiment subjectif, selon le regard et le ressenti de chaque personne.

Ainsi, si je décide de quitter l’entreprise, je sais que mon supérieur va se poser en victime : « elle part alors que je n’aurai personne pour la remplacer.. ; c’est sa faute si… » et me mettre dans le rôle du bourreau « c’est à cause de son départ que c’est la merde… ».

Pourtant, quelles solutions j’ai ? Je ne veux pas me positionner dans un rôle de victime.

C’est moi qui ai choisi d’accepter ce poste fixe, alors que j’avais pu voir que mon supérieur était colérique et qu’il défoulait ses émotions sur les autres. Je ne peux donc pas m’en plaindre outre mesure sur ce point là. J’ai appris à poser des limites et lui faire comprendre que s’il hurlait sur moi, il ne ferait que me braquer, que cela ne ferait rien avancer et que je n’hésiterais pas à partir à cause de ça. Alors oui, ça a marché. Il n’a quasiment plus haussé la voix directement envers moi et ne m’a plus jamais hurler dessus. Mais cela ne l’empêche pas d’essayer de se décharger de ses autres émotions sur moi : frustration, découragement, etc… J’ai beau essayer de ne pas compatir et de ne pas le conforter dans sa situation, de couper ses plaintes avec des questions professionnelles terre à terre, sur ce point-là, c’est râpé. Parce que j’aurais du instaurer cette distance émotionnelle dès le départ, comme avec ses crises de colère. Mais au début, je n’avais pas conscience de tout ça, et j’étais la bonne oreille qui écoute et compatis. Alors que tout ça, ce ne sont pas mes problèmes à moi, ce sont les siens à lui, ce sont ses choix de s’investir dans telle et telle et telle et telle structure qui font qu’il est débordé. Mais voilà, quand on veut être partout, tout savoir et tout contrôler, on se fait engloutir sous ce besoin de contrôle. Et l’égo ne veut pas lâcher le morceau, quitte à couler une structure plutôt que de laisser des personnes extérieures réussir là où il a échoué.

Ce que je dis peut ressembler à un jugement. Je l’interprète plutôt comme de l’observation, de ce que l’égo et le besoin de contrôle peuvent engendrer. Je ne le juge pas lui en tant qu’être humain : ça doit être horrible de se retrouver dans cette situation, car il y est enfoncé jusqu’au cou. Et vraiment, je n’aimerais pas être à sa place, j’arrive même par moment à compatir.

Est-ce que pour autant, je dois laisser cette réalité m’affecter au point d’en perdre la santé ? La réponse semble évidente : bien sûr que non ! La mettre en pratique, beaucoup moins. Comment puis-je faire pour m’extraire de cette situation ? Parce que mon objectif n’est pas non plus de plomber la structure. Avec les départs récents et prévus, on sera peu et je possède certaines maigres connaissances que personne d’autre n’a. Il faudrait donc que je les transfère : mais à qui ? Dès que je vais vouloir partir, je sais que mon supérieur va essayer de me retenir. Si je pars malgré tout, me harcèlera-t-il durant la durée de mon préavis comme mon patron précédent ? J’ai envie de partir, mais j’ai peur du comment et de la façon dont cela pourrait se passer.

Et avant même de décider d’une date de départ, ne faudrait-il pas que je sache ce que je fais par la suite ? Est-ce que je serre les dents et tiens jusqu’à la date objectif fixée avant de peut-être rentrer en métropole ? Ou est-ce que je cherche à changer de travail sur place, ou en métropole ?

Pour faire quoi ? Le problème se situe dans le fait que mon travail a perdu son sens à mes yeux. Même mes études et mon diplôme ont perdu leur sens. Je ne sais plus ce que je veux faire et je n’ai pas d’envie. Alors sans savoir comment avancer, il faut probablement que je reste sur place et que j’observe.

Il y a bien des choses que cette expérience doit certainement m’apprendre. Après tout, je n’ai pas dû m’attirer cette situation par hasard, surtout après mon travail précédent où j’étais déjà face à un supérieur tyrannique. Mais quoi ?

Que le besoin de contrôle rend tyrannique. Qu’une mauvaise gestion de ses émotions peut pourrir la vie des autres au travail. Qu’oublier de traiter l’aspect humain des employés ne les rend pas plus efficaces, au contraire. Que l’objectif d’atteindre un certain but ne justifie pas tous les moyens. Que se placer en position de victime en n’assumant pas ses responsabilités ne fait qu’aggraver la situation.

Tous ces écueils, je pourrais probablement tomber dedans si j’étais à la place de mon supérieur. Je sens que je peux avoir une tendance autoritaire, je sais que je peux parfois être trop fixée sur mon objectif et du coup devenir contrôlante. Je sais aussi que ma tendance à séparer vie privée et vie professionnelle peut me rendre parfois très maladroite sur le plan humain avec mes collègues, quel que soit leur niveau dans la hiérarchie, alors même que je suis très empathique dans ma vie personnelle. Je prends conscience que la gestion de mon hypersensibilité est un élément fondamental dans mon lien aux autres, pour ne pas me décharger de mes frustrations sur autrui et autres émotions négatives. Et même si je ne suis pas quelqu’un de colérique ni de violent, je ne veux pas que les futures personnes que je côtoierai aient la boule au ventre de peur ou de stress face à moi, la même  que je ressens face à mon supérieur actuel.

Je crois que la différence fondamentale entre mon supérieur et moi se situe dans la prise de conscience de ses différents éléments. Je ne pense pas que mon supérieur ait réellement conscience de l’impact qu’il a autour de lui dans son travail, que tout le monde a du mal à le supporter et à travailler avec lui. Il donne l’image que son comportement est tout à fait normal, que parfois il dérape « oups désolé… mais je suis humain ». Il se place même dans le rôle de sauveur par moment « si tu savais tous les sujets d’emmerde que je t’épargne » alors que ces sujets-là ne font simplement pas partis de mon poste et que ce sont ces problèmes à lui, via ses engagements dans d’autres structures. On dirait qu’il n’a simplement pas conscience d’être tyrannique, mauvais gestionnaire humain et financier, etc. Probablement parce qu’il ne se remet jamais en question (« c’est lui la victime, donc le problème ne vient pas de lui »), et que son égo est trop fort pour accepter les critiques extérieures ou les dialogues pour le pousser à revoir sa vision. Il ne les comprend simplement pas. Il ne peut pas les accueillir.

Je me demande quels sont mes écueils à moi ? Sur quels points mon égo est tellement fort que je m’illusionne, me place en position de victime et refuse les critiques constructives ? Pour être face à un tel miroir qu’est mon supérieur, il doit bien y avoir des choses qui font écho et qui sont là pour me faire avancer, non ? Quand je réfléchis à ça, je suis contente de faire un travail de cheminement spirituel, car celui-ci me pousse à prendre conscience de mes défauts, et par exemple à éviter de devenir comme lui.

Mais parfois, à force de soulever les défauts et les écueils, on perd la conscience des points positifs et constructifs. On peut oublier ce qui fait nos forces, et ne voir que la montagne à gravir. C’est dans ces moments-là que je me sens dans un désert plus que jamais. Quand je me rends compte que je suis aux pieds de ruines, et que je n’ai nulle direction (volonté) pour avancer, nulle envie pour simplement prendre soin de moi et créer un oasis. Alors j’ai le sentiment de tourner en rond. Je me demande ce qui me rend prisonnière des mirages négatifs du désert ? Ce qui m’empêche de trouver une oasis ? Suis-je seulement capable de créer une source ?

[PS : à ceux qui se poseraient la question de la référence au désert et à la source, je vous invite à lire cet article de Sylvie]

12 octobre 2016

Profession et plantes médicinales

Artiste : Eaphonia

Artiste : Eaphonia

Je viens de tomber, sur quelques articles de blogs bien sympas (Plantes Magiques (30/07),  Pharmacie de sorcière) concernant les plantes médicinales, leurs propriétés magiques et leur utilisation. Je suis toujours étonnée de découvrir des petites perles, qui clairement montrent le travail et/ou l’expérience des personnes qui l’ont écrit, et de voir qu’elles ont appris et fait tout ça dans leur temps libre. Je me sens souvent alors bien ignare, moi qui suis supposée dans ma professions être « spécialiste des plantes médicinales » d’un point de vue agronomique.

Et j’ai cette dualité constante. De savoir que je travaille dans une structure qui se consacre en grande partie à ces plantes, de savoir que j’ai fait des études agronomiques, que j’ai fait plein de stages dans la production de plantes médicinales ou la recherche agronomique à leur sujet. Que « je suis spécialisée dans les plantes médicinales »…

Et qu’à côté de ça, je ne les utilise finalement que peu dans mon quotidien. Je n’ai pas de jardin ou de culture de ces plantes. Je ne sais pas en reconnaitre énormément, comme je ne connais que très peu d’usages. Finalement, je ne sais rien quoi. Ou des choses qui ne me servent pas dans mon quotidien.

A quoi ça me sert de connaitre la législation sur les plantes médicinales ? La pharmacopée et son fonctionnement ? Les outils industriels de séchage ? Les méthodes de production de l’huile essentielle ? L’analyse du coût de production ? Les méthodes de récolte mécanique ? Les outils de traçabilité ? Les méthodes d’analyses de la composition chimique des plantes ?

Tout ça ne me fait pas connaître ni leurs propriétés médicinales,  ni leur méthode de culture dans le jardin à petite échelle, ni leurs énergies et leurs propriétés magiques. N’est-ce pas ironique que j’ai décidé d’étudier l’agronomie pour pouvoir travailler en lien avec les plantes médicinales ? Et que je constate finalement que je ne leur suis liée que par la théorie, que je ne suis pas en contact avec elles dans mon quotidien, que cela ne me permet pas de mieux les connaitre.

Alors, on pourrait penser que si j’étais « vraiment passionnée » par les plantes médicinales, et bien, je passerais une partie de mon temps libre à les étudier, à les cultiver, à les récolter et à les utiliser. Pourtant, ce n’est pas le cas. Alors certes, j’accumule les bouquins sur les plantes médicinales, j’en récolte de temps en temps, il m’arrive de faire une huile solaire ou deux. Mais vraiment rien au niveau de ma soit disant « passion ».

Et je ne comprends pas ce décalage. Tout ce qui me vient au jour d’aujourd’hui, c’est qu’il est la source d’une souffrance importante. Peut-être explique-t-elle pourquoi mon travail me pèse tant et pourquoi je ne me sens pas « au bon endroit » dans mon job.

Pourtant, quand je me suis réorientée, cela a été comme une évidence. Je voulais travailler en lien avec les plantes et la nature. Et mon école me semblait parfaite. J’ai adoré les premières années d’études, celles où l’on a fait de la botanique, de la physiologie végétale, de la reconnaissance de végétaux, un projet de jardin, des sorties botaniques et entomologiques sur le terrain, de l’écologie végétale. J’ai tellement aimé tout, j’ai senti que cela me nourrissait. Tout comme j’adore la connaissance de manière générale, apprendre et étudier.

Mais comment cela se fait-il que toute mon énergie disparaisse quand il s’agit de s’intéresser à ça comme loisir ? Me balader en forêt, méditer dans l’herbe, regarder les feuilles des arbres agitées par le vent, prendre des photos de plantes dans les jardins botaniques pendant les vacances, ça oui. Mais apprendre à reconnaitre les plantes, à connaitre leurs propriétés, à les utiliser, pffuit… Même lire tous ces livres achetés ou faire des recherches internet, rien. Pas de motivation, pas d’envie, pas d’énergie. Suis-je donc fainéante ? Ou pas vraiment passionnée ? Ai-je besoin que l’on me serve tout sur un plateau ?

Ou ai-je ce « dégoût » à cause de ma profession ? Comme si décidément, les plantes médicinales, c’est le boulot et si je m’y intéresse pendant mon temps libre, alors j’ai l’impression de travailler, et cela ne me fait plus envie, surtout que mon boulot me pèse en ce moment. Un peu comme mon ex, écrivain, qui a eu une période où il était dégouté de la lecture à cause de son métier, car cela s’apparentait trop pour lui au travail.

Je ne sais pas quoi en penser. Vraiment. Tout ce que je sais, c’est que je ne suis pas heureuse dans mon travail, alors que je suis censée avoir « un job rêvé pour une passionnée de plantes médicinales ». Parce que oui, j’ai une opportunité fabuleuse de voir de l’intérieur tout le travail qui est fait pour essayer de créer une filière de plantes médicinales sur le bout de caillou où je suis. Mais quelle est la réalité derrière ? Beaucoup de gens idéalisent mon travail, peut être moi la première, parce qu’il y a les mots « plantes médicinales ». Ce n’est pas parce que je travaille avec certaines plantes que je suis capable de bien les reconnaitre en forêt tropicale, encore moins que je connais leurs propriétés médicinales et leur posologie. Ni que j’en ai chez moi (difficile sans jardin) !

En réalité, je passe 80% de mon temps derrière un bureau, à exécuter les ordres de mon supérieur, rédiger ceci, rechercher cela, essayer de prendre mon poste en main, récupérer les données essentielles, tenir des réunions avec les autres structures, faire des comptes-rendus de réunion, déchiffrer des textes officiels régionaux ou nationaux, saisir des données, remplir des fiches, analyser des données, répondre aux agriculteurs qu’on n’a pas beaucoup de données… Rien de très palpitant en réalité. Et aller sur le terrain n’est pas forcément agréable, car c’est souvent physique avec ma maladie ; c’est sous le cagnard ou la flotte, après une route qui peut être bien pénible (montagneuse) avec ma sciatique ; une contrainte de temps etc. Et j’ai l’impression de ne faire que me plaindre en écrivant ça, ce qui me déprime…

Alors certes, pour moi, c’est mieux que de vendre des concombres (y a rien de mal à ça, mais je n’aime vraiment pas la vente). Mais on est à des années lumières de ce que je pouvais imaginer sur « travailler avec les plantes médicinales »…

Et qu’est-ce que tu imaginais au juste ?

Et bien, j’ai toujours cette image dans ma tête de la guérisseuse qui vit dans sa chaumière dans une clairière de forêt, qui cultive, connaît et sait cueillir ses plantes médicinales, qui sait les préparer et les utiliser. Je sais bien que cette vision n’est pas compatible avec notre société moderne. Qu’elle date d’une autre époque, très vieille. Que j’en suis à des années lumières. Mais pourquoi cette idée me revient-elle sens cesse encore et encore ?

J’ai déjà réfléchi à la transposer à notre société moderne. A être botaniste. A faire des études de pharma, mais trop de chimie dans le programme à mon goût. A aller dans un autre pays européen pour faire des études d’herboristerie. A faire une formation de naturopathie. J’ai déjà envisagé des tas de choses, je me suis renseignée sur des tas de choses. Car depuis que ma formation a évolué vers la production (normal, c’est une formation agronome), je sens un décalage, quelque chose qui me fait me dire que je ne suis pas à ma place.

Mais quelle est ma place ? Quel est mon lien avec les plantes ? Et comment puis-je le vivre dans mon quotidien ? A travers ma profession ? En tant que loisir ?

Tellement de questions… Et si peu de réponses… Je crois que c’est un sujet sans fin, que je n’ai pas fini d’explorer. Mais je vais en rester là pour ce soir.

1er aout 2016

Tomber de haut…

Artiste : Guweiz

Artiste : Guweiz

Je suis découragée. Aujourd’hui mon supérieur a eu une « petite conversation » avec moi pour m’expliquer que mon dernier email était très mal passé et que de façon globale, j’étais trop autoritaire dans mes formulations à l’écrit. Autant dire que je suis tombée de très très haut, que je ne l’avais pas vu venir et que je ne m’en rendais absolument pas compte…

Je suis capable d’entendre la critique, d’admettre que je me suis trompée. J’ai envoyé un email d’excuses et j’ai reformulé le contenu.  Il est vrai que j’ai écrit ce mail en urgence avant de partir en RDV chez le médecin, que j’étais fatiguée et avec l’esprit pas clair, que c’était à rendre au plus vite. J’admets à la relecture que mon email était en effet très mal rédigé. J’ai conscience que mon état de santé n’est pas une excuse. Mais cela me pose un terrible problème, celui de l’impact de ma santé et de mon endométriose sur la qualité de mon travail…

Clairement, j’ai fait une erreur, mais ces temps-ci je suis perpétuellement dans cet état de fatigue. Alors comment y faire face au travail ? Parce que je prends conscience d’à quel point la fatigue altère mon jugement, me rend négligente et surtout sabote mon sens critique. C’est ce dernier point le pire je crois. Je n’arrive pas à prendre de recul sur ce que je fais, ce que j’écris, la pertinence des choix à faire… Et cet après-midi encore, j’ai pris conscience une fois de plus de toute mon ignorance au sein de mon nouveau poste. Pour combler ça, il faut travailler plus, apprendre plus : mais comment apprendre quand je n’arrive déjà pas à gérer les sujets que je connais à cause de la fatigue ? Il faudrait également que j’aille beaucoup plus sur le terrain, car finalement, il n’y a que comme ça qu’on apprend la connaissance réelle des plantes et de leurs conditions de développement. Mais qui dit terrain, dit beaucoup d’heures et des journées physiques. Et alors je ne tiens pas le rythme au niveau corps et santé.

Et je me demande « suis-je faite pour ce travail » ? Y a-t-il seulement un poste qui peut me convenir avec mon état de santé ? Et je suis profondément découragée. Parce que ce que m’a dit mon supérieur ne m’a pas mise en colère, ni révoltée (même si une part de mon égo en a envie). Je reconnais que j’ai des tendances autoritaires inconscientes avec ma forte personnalité et mon envie de faire avancer les choses. Mais je ne pensais pas qu’elles ressortaient dans mon poste actuel, outre les discussions sur les heures supplémentaires et les plannings… Et finalement tout ça me rend profondément triste. Ce que cela a soulevé en moi, c’est une terrible envie de pleurer. J’essaye de faire les choses bien et je n’y arrive pas. Pire, j’ai l’impression de faire énormément d’efforts pour m’assouplir auprès de mon supérieur, accepter les ordres, les tâches et les missions sans intérêt qui ne sont pas vraiment de mon niveau de compétence officiel, pour constater qu’à priori mes efforts ne payent pas, et que malgré tout ça je suis « autoritaire » sans m’en rendre compte. J’ai l’impression qu’au final, je n’ai pas avancé.

Je me sens coincée dans un boulot où finalement les tâches que je fais ne me stimulent pas intellectuellement. Alors que je suis chargée de mission, c’est mon supérieur qui prend toutes les décisions et décide de mon emploi du temps. Cela me convenait quand j’étais volontaire, de n’être qu’une petite main, mais je pensais que cela allait évoluer en passant sur un vrai poste… Parce que quelque part c’est déresponsabilisant, on s’habitue à laisser l’autre décider, orienter etc. Du coup j’ai l’impression de perdre mon sens critique et mes capacités de réflexion et je déteste ça. J’ai le sentiment de ne faire que réaliser une liste de tâche sans vraiment apporter quelque chose, gérer ma mission.

Mais en même temps, quand je vois la journée d’aujourd’hui, je me demande : mais serais-je réellement capable de gérer seule ma mission au vu de mon état de santé ? De mon manque de connaissances du terrain ici ? Ne suis-je pas prétentieuse de penser que je ne fais pas des tâches à la hauteur de mes compétences ? Quand je ne suis pas capable pendant certaines périodes de faire face à cause de la fatigue ?

J’ai ce tiraillement entre l’ennui intellectuel qui me pousse à dire que je pourrais faire mieux et utiliser mes capacités de réflexion de façon plus épanouissante, et cette réalité concrète de voir qu’en réalité je ne suis pas au niveau de mon corps physique. D’un côté cette soif de connaissance scientifique, de challenges et de défis intellectuels, et de l’autre ce manque total de confiance en moi et mes capacités à faire face aux situations actuelles. Et je n’arrive pas à concilier les deux. Je me sens démunie, impuissante, prétentieuse, incompétente et en même temps tellement frustrée par cette situation où j’ai le sentiment de ne pas être à ma place et de ne pas réussir à apporter ce que je pourrais.

Je suis découragée de me heurter encore et encore à ces problèmes d’autorité, de devoir se plier aux ordres, etc etc. Même quand j’essaye de faire des efforts conscients, cela ressort inconsciemment. Et mon thème astro qui me dit que c’est un de mes défis, d’apprendre à assouplir mon égo et plier comme le roseau pour être capable de développer ma créativité différemment.  Je me dis que si je suis si peu consciente de l’autorité que je renvoie sans le vouloir, comment étais-je réellement dans mon poste précédent ? J’ai toujours parlé de mon patron comme quelqu’un de manipulateur pour toujours en avoir plus, et qui mettait une forte pression. Mais n’avais-je pas finalement une réaction inconsciente de contestation de son autorité et un braquage dans mon comportement face à lui ?

Je ne sais plus rien. Evidement que je me remets en question quand on me fait remarquer des éléments qui ne vont pas. Evidement que je vais essayer de prendre du recul pour voir si c’est fondé et si tel est le cas essayer de rectifier les choses, de faire des efforts. Mais pourquoi à chaque fois cela m’ébranle-t-il autant dans mes fondations ? Me fait perdre totalement confiance en moi et en mes capacités ? Pourquoi cela provoque-t-il en moi une telle vague de souffrance et de désespoir ? Pourquoi cette réaction émotionnelle disproportionnée ? J’ai juste envie de me rouler en boule, de tout abandonner, de rentrer à la maison, de quitter l’île et mon travail… Pourquoi ?

Je n’ai pas de réponse rationnelle. Juste une blessure béante on dirait. J’essaye alors de faire preuve de douceur avec moi-même, de me laisser le temps de digérer. Mais peut-on s’auto-consoler d’une souffrance irrationnelle dont on ne comprend même pas la cause profonde ?

3 juin 2016