Entre Deux [vécu chamanique]

Artiste : Yuumei

Artiste : Yuumei

Parfois il est dur de suivre son cœur, de comprendre où notre âme veut nous mener, en nous faisant traverser toutes ses épreuves, ses montagnes russes d’émotions, ses processus de purification et de guérison. La vie n’est qu’un cycle, vie-mort-renaissance, encore et encore. Tout est évolution, transformation. Et dans ces moments entre deux états, entre l’enfance et l’adolescence, entre la nuit et le matin levant, il y a tous ces espaces de transition, ces Entre-Deux. On n’est ni l’un, ni l’autre. On flotte dans cet espace de battement, sans plus savoir qui on est, où l’on va.

Cela va faire maintenant un mois que je suis coincée dans cet espace d’Entre Deux, ni employée, ni au chômage – en arrêt maladie. Ni seule, ni entourée. Ni en bonne santé, ni avec des symptômes identifiés. Sans repères, sans savoir où aller, sans plus savoir qui je suis.
Je ne suis Rien. Seulement processus de purification, encore et encore, sans savoir jamais à quel point le Vide peut prendre encore plus de place. Il n’y a plus rien, ou presque. Le silence, la solitude, l’incertitude. La remise en question de tout ce qui fait ma vie, mon quotidien, la société dans laquelle je vis. Et plus rien n’a de SENS.
Dans ces moments, le vide total peut aussi devenir opportunité. Il crée un nouvel espace où peut éclore de nouvelles choses, autrefois enfouies dans nos ténèbres intérieures.

Mais dans ce vide, je n’entends que mon cœur pleurer, encore et encore. Sans comprendre ce qu’il veut m’indiquer. Peut-être a-t-il soif de liberté, d’espaces et de verdure ? Peut-être a-t-il faim de spiritualité, de sacré et surtout de SENS dans une vie qui ne veut plus rien dire ? Peut-être hurle-t-il à mon mental de capituler, de laisser la foi me guider, par de là la raison ?
Je ne comprends pas le message de mon cœur. Alors je l’écoute pleurer, encore et encore, dans une tristesse qui semble infinie.

« Je veux rentrer à la maison. »
« Je veux retrouver le cocon maternel. »
« Je veux retrouver mon foyer chaleureux et aimant. »
« Je veux retrouver les arbres, les prairies et les paysages que je connais. »
« Je ne veux pas faire face à la vie toute seule. »
« Je ne veux pas devenir adulte. »
« Je veux me reposer hors du temps, et effacer les duretés de la vie. »
« Je ne veux pas vivre dans cette société, qui efface la magie et les rêves. »
« Je ne veux pas de cette réalité que l’on me vend, c’est un mensonge vide de sens. »
« Je ne veux pas vivre cette vie d’adulte si ce n’est que pour survivre et étouffer mon cœur. »
« Je ne peux pas faire un travail vide de sens pour répondre aux exigences de la société. »
« Je ne veux pas participer à la destruction inconsciente de cette planète. »
« Je ne peux plus exploiter les végétaux comme s’ils n’étaient que des objets. »

Est-ce mon cœur d’enfant qui pleure ? Toutes ses émotions enfouies qui remontent ?
Je suis dans cet Entre-Deux et mon cœur semble incapable de le quitter. Je ne peux plus revenir en arrière et retourner dans la place que j’occupais, traiter le végétal et le monde comme s’ils étaient sans conscience. Je ne peux plus vivre une vie séparée du sacrée, qui met les choses, les gens dans une boîte, les prive de libertés et d’évolution. Mais vers quoi puis-je aller ? Je ne connais pas de lieux qui répondent aux exigences de mon cœur, à sa soif utopiste de pureté, de conscience et de beauté.

Écouter son cœur ? Mais pour aller où quand rien ne semble suffisamment Pure et Beau pour le satisfaire ? De cette Beauté qui célèbre la vie, comme la nature le fait si bien, de cette Beauté qui rayonne d’autrui quand les personnes laissent leur âme parler et leurs qualités nourrir les autres. De cette Pureté du cœur qui ne tolère que l’amour, le respect, la compassion et la foi, à l’opposé d’un monde où règnent le jugement et les apparences, la peur et la colère.
Je ne veux pas d’un monde gris. Je ne veux pas d’un monde où je me sens tellement incomprise, même par ma propre mère. Je ne veux pas d’un monde où l’on doit se battre pour préserver la Beauté et la Pureté. Je ne veux pas vivre dans un quotidien régie par la peur et la retenue.

J’aimerais oser Être, même si je ne sais pas qui je suis. J’aimerais courir dans les prés et rire à gorge déployée. J’aimerais savourer le soleil et écouter les arbres parler. J’aimerais vivre tranquillement, au rythme de la nature, et loin de la course effrénée de nos sociétés – qui nous poussent à produire toujours plus vite pour nous étourdir et nous déconnecter de la Réalité. Celle de la Vie, celle de la nature qui respire, celle du cœur qui chante, celle de la patience dans la maturation des fruits, celle du partage et de la compassion qui n’enlèvent rien et offrent tout. J’aimerais vivre à l’unisson du battement de la Terre, en écoutant le langage de ces animaux et de ces plantes, humble de cœur mais riche de sagesse.

J’aimerais qu’enfin cette lente agonie intérieure cesse pour renaitre à moi-même, légère et lumineuse, forte de mes parts d’ombres et de mes errances, riche de mes chutes et des leçons apprises. J’aimerais que cette Quête de Vision touche à sa fin, pour dévoiler un nouveau jour, plein d’espoir et de joie.

« Malheureusement, dans les sociétés contemporaines avancées, le langage symbolique est vu comme secondaire, et ce faisant, il n’y a pas à l’école d’ouverture ou d’éveil au mystère de vivre et à la beauté du monde, qui sont si essentiels pour créer un être humain complet. L’éducation de masse s’attache essentiellement à faire des jeunes de meilleurs travailleurs et néglige complétement ces questions beaucoup plus radicales qui se réfèrent au sens de la vie. Quand une culture ou une personne a perdu la capacité à comprendre le langage symbolique de l’âme, le besoin exprimé par celle-ci est finalement pris à la lettre. Mon cœur a faim : je me bourre ! Mon âme a soif : je bois comme un trou ! Mon être veut plus : je consomme ! Cette « littéralisation » est […] la base de toute dépendance. »
Quête de vision, Quête de sens, de Paule Lebrun

12 novembre 2016

Publicités

Le bleu de l’océan…

loose_yourself_in_me_by_destinyblue-d5iycuf

Que penses-tu de l’idée de donner l’adresse de ton blog à cet homme que tu as rencontré ?

Eh bien, j’y réfléchis depuis un moment. Je sentais que c’était prématurée avant, mais maintenant que je vais lire son premier livre ça change les choses. Et puis il m’a ouvert une si jolie porte. Je suppose qu’il l’a déjà ouverte à d’autre, enfin j’imagine, je ne sais pas quelle valeur il y met.

Est-ce autant que la valeur que tu mets dans ton blog ?

Je ne sais pas, je ne le connais pas encore assez… Mais j’imagine très bien que la musique a une place très importante dans sa vie.

Ton blog aussi a une place spéciale pour toi.

Oui, une place qui a grandi… C’est enfin mon espace, j’en ai vraiment pris possession. Malgré que j’écrive avec un pseudo, j’y mets quand même des choses que je n’aurai jamais osé mettre avant.

Pourquoi as-tu envie qu’il lise tes textes ?

C’est une question difficile. J’y sens en surface un besoin de mon égo, une certaine sorte de fierté. Pas pour la « qualité » de mes écrits (parce que ce n’est pas ce que je recherche) mais plutôt pour lui montrer que moi aussi je construis à ma façon, avec des mots, pour moi-même ». Mais c’est bien plus que ça, car en profondeur, c’est révéler une grande part de moi. Que je n’ai pas encore appris à dévoiler à masque tombé.

***

Pourquoi chantes-tu cette chanson « Dark Paradise » avec autant de joie et de passion ?

Je ne sais pas… C’est vrai qu’elle parle de mort et de souffrance, de séparation, du manque de l’autre. Mais c’est comme si je comprenais, parce que j’ai la sensation d’avoir retrouvé quelque chose qui transcende ça…

Tu crois ?

Je ne sais pas… Je ne peux pas m’empêcher de penser à ce que j’ai lu sur les âmes jumelles. Et en même temps, je m’en fiche royalement de savoir si c’est ça ou pas. Parce que cela ne change rien à ce que je vis en ce moment. C’est indescriptible…

Comment penses-tu qu’il réagira quand il te lira ?

Je ne sais pas… Je ne sais pas du tout. Mais je ne veux pas lui donner accès à ce lieu pour avoir son avis/ses critiques/suggestions, mais AVANT TOUT pour lui ouvrir une porte. Une porte importante, ouverte pour lui uniquement. J’imagine que c’est aussi mieux assumer celle que je suis. Après tout, les proches qui connaissent mon blog se comptent sur les doigts d’une main.

Pourtant eux, tu n’as pas eu peur de leur réaction quand tu as commencé à publier nos conversations. Tu t’attendais aussi à ce que le style de personnes qui te lisent change complétement.

Eh bien, ces personnes-là, comme Petit Escargot, sont au-delà du jugement. Elles ne me rejetteraient pas pour ça, elles se réjouiraient plutôt de mes « avancées »  (si on peut appeler ça comme ça, lol). Mais c’est vrai que j’ai été agréablement surprise par les gens qui sont passés sur mon blog et ont laissé des commentaires. Il y avait des personnes qui écrivent aussi des blogs ou sont sur des forums spirituels, mais pas que ! Il y avait aussi des personnes avec des blogs de sujets « plus classiques » on va dire. Je me demande si ces personnes ont trouvé ce qu’elles cherchaient sur mon blog ? Peut-être qu’elles ne faisaient que passer.

Même si ça ne compte pas pour te pousser à écrire.

Non, c’est vrai… C’est juste pour m’aider à avancer. Dis comme ça, ça paraît narcissique, mais en même temps je n’ai pas de prétention autre que celle de m’aider moi-même. Et soit dit en passant, je trouve que c’est déjà pas mal ! lol.

S’aider soi-même… Comment ?

En écoutant, en s’écoutant. Ce que mon âme veut exprimer ne peut avoir que de l’importance. Comment défaire des nœuds sans en avoir conscience ? Je sais très bien que même si je veux faire face à la vérité, ma raison rejette tout un tas d’idées. Elle fait ça pour me protéger, pour me permettre d’avancer. Mais c’est comme traîner des chaînes et des boulets invisibles. Le bagage émotionnel et énergétique s’accumule. Et il est bon de l’alléger.

Alors tu es prête à revisiter ton passé ?

Je crois qu’en ce moment tout pointe dans cette direction… Avoir enfoui les souvenirs au fond de m’a conscience ne les a pas transmuté. Mais c’est vrai que rencontrer quelqu’un et lui raconter mon passé, vraiment (ça fait longtemps que ça ne m’était pas arrivé), me rappelle combien j’ai mis de choses de côté.

Ne serait-ce pas le bon moment pour t’en débarrasser ? Souviens-toi de ce qu’il a écrit… Entrer dans une relation libérée des charges du passé. Penses-tu que tu peux clamer la même chose haut et fort ?

Maintenant que tu le dis… Je n’y avais pas pensé comme ça, j’y pensais en tant que passif par rapport à des relations de couple, ce sur quoi je pense être plutôt ok (mais bon on est jamais sûr de son inconscient…). Mais si je dois remonter jusqu’à mon enfance, on n’est pas arrivé…

Et alors ? Est-ce que le temps presse ? Il est prêt à attendre.

Je n’aime pas trop cette idée.

Ou alors je peux te proposer un travail intense pendant une courte durée.

C’est-à-dire ?

Tu as devant toi un solstice et deux semaines pour travailler. Si chaque nuit, tu analyses tes rêves, que tu médites et te penches sur ton passé, tu peux avancer. Et si je te proposais un rituel pour le solstice d’hiver ? Un rituel pour te remémorer, est ce que tu accepterais ?

Je ne sais pas si c’est une bonne idée… Pratiquer alors que je ne sais toujours pas maîtriser les énergies sombres qui m’entourent.

Tu peux te faire aider.

Par qui ?

Qui est la  « Dame de la nuit » sur qui tu peux compter ?

Hummm… ça  fait longtemps que je ne l’ai pas sollicitée, entendra-t-elle seulement mon appel ?

Tu n’as qu’à essayer. Tu sais, elle est patiente. Tu pars et tu reviens, tu manques à ta fidélité, mais dans ton cœur tu lui es liée. Rappelle-toi, tu lui as juré qu’elle serait ta première épouse, avant tout autre, même un homme incarné. Elle n’a pas oublié.

Hummm… Je n’étais pas un peu jeune pour m’engager ?

Souviens-toi de ces moments, c’est ton âme qui avait parlé. Je chantais de contentement. Parce que tu L’avais retrouvée.

Cette conversation prend décidément un tour imprévisible !

Soit, mais tu devrais t’en souvenir. C’est ton « prix à payer ». Tu ne dois pas oublier que tu lui es liée. Avant même l’ombre et la lumière. Finalement c’est ta Seule Vérité.

Et mon autre Dame ?

Tu Lui es partagée, tu Lui es aussi liée, sinon tu n’aurais pas pu vivre correctement ancrée. C’est un équilibre à trouver.

Mmmhh ça fait beaucoup tout ça. Est-ce que j’ai vraiment  « la place » dans mon âme pour aimer ?

Quelle question ! Du moment que tu en as conscience, du moment que tu le sais. Tu dois juste l’accepter. Alors les énergies en toi arrêteront de s’opposer. C’est cela qui t’épuise si fortement avec cette vague d’énergie douce que tu n’arrives pas à contrôler. Si tu arrives à construire un couple sans Les abandonner, un amour sans Les renier, tu as toutes les libertés.

Pourquoi ne sont-Elles pas venues me le faire comprendre Elles-mêmes ?

Tu es trop hors de portée, tu t’es beaucoup déconnectée de leurs énergies.

Je suis un peu hallucinée… Moi qui viens juste de dire il y a quelques jours que j’avais du mal avec le concept de Divinité… Voilà qu’on me rappelle que j’en ai deux auxquelles je suis liée ??!

Parce que c’est un concept trop étriqué. Il est vide de sens pour toi, tu te contentes juste de ce que tu vis, et les mots sont insuffisants pour parler. Après tout réfléchi… ne ressens tu pas la même douce euphorie quand tu les pries, que quand tu es avec lui ? Et tu viens juste de lui écrire que tu te sentais connecté à une part de Divin avec lui.

Oh my God !! C’est vrai ! Bien que ce ne soit pas du tout les mêmes énergies !  Je suis déboussolée… Qu’est-ce que je vais lui dire ? « Désolée, tu dois me partager avec des Divinités » ? LOL, c’est complètement absurde.

Et bien lui dire la vérité… Vous vous êtes promis de rester vous, Entiers. Ce n’est qu’une partie de toi à accepter. Et puis, peut être que lui aussi est partagé… Cela ne vous empêche pas de vous offrir l’un à l’autre, corps ET âmes en entier, il faut simplement accepter que vous ne devez pas vous « posséder ». Mais c’est bien ce que vous voulez… C’est peut être aussi une leçon que vous êtes venus expérimenter. Crois-tu pouvoir l’aimer sans le « posséder », comme tu dis ?

J’y crois… à la manière dont on vibre sur la même longueur d’onde… Après la raison ramène toujours sa fraise et veut me faire douter. Puis l’égo voudrait se vanter de dire « c’est le mien, cet homme formidable ! », qu’est-ce qu’il le voudrait ! Mais quand je suis avec lui, tout est simple, plus rien n’est compliqué. Mes doutes, mes peurs et mes questions s’éteignent. Je suis juste entière, présente et bien éveillée. Et je fais taire mon égo, parce que ce serait l’empêcher de s’épanouir lui, d’être qui il est et de GARDER sa liberté d’évoluer !

Certes, il faut accepter que tout est changeant, que peut être demain il ne sera plus le même. Mais comme nous construisons chaque jour notre relation, il n’y a rien dont on doit être effrayé, parce que tout est à construire chaque jour, mais sans jamais douter de l’intensité de nos émotions. Cette douce énergie reste constante, elle est comme une calme marée, qui parfois se retire tendrement pour mieux remonter. Mais elle est toujours là, comme un bruit d’écume en fond, un gout d’iode sur la langue. Et que nous marchions sur le sable ou la falaise, la mer reste là à perte de vue… Cette énergie est comme un vaste océan, inépuisable et étincelant.

Attention, tout océan a ses abysses, ses tempêtes et ses marées. Ne penses pas qu’elle sera toujours stable et limpide. Et puis ne te fais pas balayer par la vague.

Je ne veux pas penser à ça, pas tant que cela ne sera pas nécessaire… Mais je pense que tous les deux, on veut naviguer dessus, ensemble. On a la foi. On s’est retrouvé, on n’est pas pressé, on va construire le plus magnifique des bateaux… un bateau capable d’évoluer. C’est tout ce dont il nous suffit pour avancer. Peu importe où cela va nous mener, car après tout, c’est la route naviguée qui compte et pas l’endroit où l’on va débarquer.

19 décembre 2013

Source image : DestinyBlue

Cursed ?

861db21546d28557021ce335e5b6d4dc

Je sens enfin ce poids qui pèse sur mon dos
Cette ombre sournoise qui me colle à la peau.

Je veux briser ces chaînes
Quitte à y perdre tous mes repères.
Je dépose à mes pieds les armes de la raison
Celles de la peur du rejet et de l’incompréhension.
J’accepte de quitter cet habit étroit de lumière
Pour tracer la voie qui est mienne.

7 décembre 2013
Source image : Yuumei

Peurs et ressentis

shay_darcy_commssion_by_yuumei-d4s7o9p

Es-tu prête à m’écouter maintenant ?

Oui… je me sens toute  vidée et démotivée maintenant. Cette énergie bizarre m’a coupé les pattes.

On va y remédier. Et si on reparlait de ce que je t’ai dit hier soir ?

Accepter d’avoir la clé de ma foi en moi-même ?

Oui. Comment t’es-tu senti depuis cette discussion ?

Je me suis sentie bien, j’avais le moral. J’ai remarqué que je gardais la tête relevée, les épaules redressées. Je me suis sentie plus légère, mieux.

…Quelques heures plus tard, après moult appels d’entreprise…

Alors, contente de tes recherches de stage aujourd’hui ?

Je n’ai pas eu de réponses positives mais j’ai l’impression d’avancer. J’ai récupéré des contacts pour envoyer CV et lettre de motivation. J’ai pu tester la manière dont les gens réagissaient. Tous mes appels sont passés comme des lettres à la poste. Avec douceur, gentillesse et attention (sauf un !).

Parce que c’est l’énergie que tu émettais. Et en étant consciente, cela va droit au but. Tu voulais montrer ton implication. Tu as été surprise d’être aussi bien reçue !

Oui, je m’attendais à me faire jeter vu que toutes les entreprises doivent crouler sous les demandes de stage… Mais j’ai vraiment découvert 2 pistes intéressantes.

Oui… Il va falloir que tu leur écrives en y mettant tout ton cœur.

Oui !  La piste de Bluebird est vraiment chouette. Je suis allée sur leur site, cette entreprise n’est pas si petite que ça et pourrait éventuellement prendre des stagiaires. Leur travail a l’air chouette et j’aimerai vraiment pouvoir mettre mes compétences au service de ce genre d’entreprises. Celles qui offrent le meilleur des plantes dans le respect de l’environnement et de l’être humain.

Tu leur écriras demain soir, tu en as assez fait pour aujourd’hui, et puis écoutes ton corps, il réclame du sommeil. Tu dois être en forme demain pour les travaux pratiques.

Oui… J’espère vraiment de tout cœur que ces pistes seront les bonnes. Plus ça va et plus l’éventail de choix diminue drastiquement…

Allez va, sois tranquille, on en reparlera.

Merci. Ah, j’ai une dernière question. Etait-ce bien toi avec qui j’ai parlé en début d’après-midi ? Le doute a fini par s’immiscer en moi, parce que je me sentais mal à l’aise et c’était une énergie agressive, différente de d’habitude.

Non. Tu dois faire attention, certaines entités peuvent profiter de ton ouverture pour se faire passer pour ce qu’elles ne sont pas. Or rappelles toi que tu viens d’essayer de libérer une personne de l’emprise d’une autre exercée par magie noire. Tu sais que ce genre de choses entraîne souvent une « contre-attaque ». Tu devrais faire plus attention.

Ce n’est pas la première fois… C’est bien d’ailleurs pour ça que j’ai hésité à intervenir. Mais le « hasard » était trop fort… Etre attirée dans un magasin où je n’avais rien à acheter et n’ai rien acheté, juste pour me voir parler à cette dame qui demandait de l’aide…

Tu aurais pu l’ignorer.

Oui certes… Mais alors j’ai pensé à moi et la période où j’étais aussi sous l’emprise de magie noire. J’ai mis tellement de temps avant de comprendre. En fait non, je ne l’ai su qu’après coup ! Par contre, je n’arrivais pas à me purifier des énergies et entités résiduelles. J’étais si désespérée pour avoir de l’aide extérieur ! Et c’est bien de l’aide extérieur qui m’a donné le coup de pouce dont j’avais besoin, bien que je ne sache toujours pas d’où elle venait… Je me suis mise à sa place, je me suis dit que je pouvais bien l’aider…

A ton propre détriment ?

Eh bien, j’ai pensé que j’étais capable de me protéger. Cette fois-ci je savais à quoi m’attendre, alors je me suis entourée d’une protection avant même d’intervenir. Je n’ai pas été prise au dépourvu comme l’autre fois où j’avais eu cette espèce de boumerang, l’attaque visant la personne soignée se reportant sur moi-même. Brrr… c’était flippant !! Décidément, mes expériences spirituelles ne sont pas toujours de tout repos. Mais c’est vrai que là, je me sens « salie » depuis cet après-midi. Cette énergie bizarre… c’était perturbant. Et au même moment les poules de la voisine se sont mises à attaquer la pierre de protection devant ma porte ! Ça c’est vraiment trop bizarre ! Ça fait déjà 2 mois que cette pierre est là et c’est bien la première fois que je les vois faire ça ! Des poules en plus !!

Ne te fies pas aux apparences. Qu’as-tu ressenti ?

Humm comme un vassal contenant autre chose… Une chose mal intentionnée, qui voulait rentrer dans ma maison. M’enfin, une poule comme « récipient » ? Mdr ! Là ça devient du fantastique.

Détrompe-toi. Tu as bien croisé des chats servant de vassal à des entités de très haut niveau, voire à un fragment de divinité. Pourquoi pas des poules ?

Pfff lol, ça me fait rire. Nan en fait c’est flippant ! Je ne les aime pas ces poules, elles passent leur temps à m’observer par les fenêtres, elles sont flippantes ! Puis de toute façon, il y a quelque chose qui cloche niveau énergétique avec la maison de la voisine… Bref, je vais renforcer mes protections et me purifier et ça ira mieux. Mais j’aimerai aussi qu’on se mette d’accord pour un signal clair de reconnaissance lorsque c’est toi qui me parle. Tu es intervenu pour bloquer cette entité qui me parlait non ?

Oui, c’est pour ça qu’à un moment, tu n’avais plus aucun signal… Elle t’a pompé de ton énergie, c’est pour ça que tu te sentais vidée. Quand tu t’es rendu compte de ton malaise et de l’étrangeté de cette énergie, c’est comme si une lumière c’était allumée dans ta conscience et j’ai pu intervenir.

Ne peux-tu pas me protéger de ça ?

C’est à toi d’être vigilante et de prêter attention à tes ressentis. Si tu as un doute, sers-toi de ton pendule pour me poser directement la question.

Bon il semblerait qu’il faille que je démêle 2 choses. Les poules et l’entité. Il semblerait que cette dernière n’était pas mal intentionnée.

Non, elle cherchait juste à te donner une leçon. A te faire peur.

Et tu l’as laissé faire ?

Parce qu’elle avait raison sur le contenu de sa leçon. N’oublies pas que je suis intervenue quand tu commençais à trop fatiguer. Cela ne t’a pas empêché par la suite de faire tes appels d’entreprise. Au contraire, cela t’a aidé à prendre conscience du niveau énergétique sur lequel tu étais branché et à te reconnecter à une énergie plus douce.

Bon… Je suis un peu confuse là. Pourquoi alors ai-je eu l’impression que c’était « ma voix intérieure ». J’aurai du clairement la distinguer, non ?

C’est une très bonne question ! Et la réponse est simple, tu développes tout juste ton « écoute »… Tu manques d’entraînement. C’est plus une sorte de claire-sentence, plutôt que de claire-audience. Tu dois apprendre à toucher et reconnaître ces énergies, à les identifier. En fait, la voix que tu entends n’est que la reconstruction par ton mental des énergies et sensations que tu captes.

Ah…. Je ne sais pas trop comment je dois le prendre… C’est pire que de la schizophrénie ? Lol

*soupir* Tu n’as pas bientôt fini de douter de moi ? Si tu persistes, va demander une consultation à Sylvie, demande-lui si je suis juste une voix de ton cerveau ou bien ton âme qui te parle. Est-ce que tu la croiras elle ?

Hummmm… Laisse-moi y réfléchir.

Soit, je te dis bonne nuit.

Bonne nuit, et merci.

2 décembre 2013

Source image : Yuumei

Vérité

4a032d765196115e1c8abf7f441bec73-d6qet9v

Bonsoir,

Enfin te voilà. Tu as repoussé ma voix tout le we, sous prétexte que tu préférais écrire. Pourquoi ne pas m’écouter en continu quand cela te vient ? Simplement ?

Parce que je veux garder un certain contrôle, j’aurai trop peur que cela dérive vers de la schizophrénie.

Voilà que tu as maintenant la tête « polluée » par cette chanson. Ça c’est une manœuvre de ton égo pour ne pas  m’écouter, il sait que j’ai des choses dérangeantes pour toi à te dire ce soir. Il m’a repoussé tout le we. Il te faut apprendre à lâcher prise. Je me manifeste au bon moment, quand tu es prête à entendre. C’est aussi simple que ça. Il n’y a pas de peur à avoir, pas de doutes à maintenir. Ecoute ton cœur, que te dit-il ? A-t-il peur de nos échanges ?

Un petit peu oui, parce que cela soulève beaucoup de questions, tellement de questions que je ne sais pas quoi en faire.

Non ça c’est ta tête qui parle. Ecoute ton cœur, ou ton enfant intérieur si tu préfères.

Eh bien, j’ai tout le temps envie d’écrire avec toi. Justement, il y a tellement de questions qui méritent d’être approfondies ! J’y pense souvent ! Je me dis « ah autrefois, je n’aurais jamais su quoi écrire ». C’est vrai, quand je lisais Sylvie, je me disais, mais comment fait elle pour avoir un sujet d’écriture par jour ? Et là pouf ! J’en ai 10 qui me passent par la tête ! Si j’avais plus de temps, qu’est-ce que j’aimerai écrire plus sur mon blog !

Oui, ton cœur y prend plaisir. Ça te fait du bien. Alors crois-tu vraiment que ce soit de la schizophrénie ? Souviens-toi ce que tu as lu sur le blog de Sylvie : « des voix étrangères et méchantes » qui passaient leur temps à lui dire des horreurs. Est-ce vraiment mon cas ?

Non, lol. Tu m’aides plutôt à mettre en ordre mes idées, comprendre ce que je ressens et ce que je vis. À prendre conscience de certaines choses, avoir des déclics. Mais c’est vrai que c’est effrayant ! J’imagine que je vais m’y habituer… Parce que c’est vrai que ça me plaît, ça me fait du bien ! Je crois  même que je craquerai à cause des cours sans ça.

Tu dois apprendre à te faire confiance, surtout en cette sombre période pour toi où tout est plus dur. Tu t’étais reconstruite avec l’appui d’Angélique. Puis cet appui c’est écroulé et tu as dû apprendre à te reconstruire mais dans un environnement protégé, un cocon douillet que tu t’étais constitué avec le temps à Angers. Maintenant ton cocon a disparu, tu dois de nouveau tout recommencer, sans appui autre que tes ressources intérieures. Et sans aucun appui extérieur. Toutes tes personnes les plus proches sont hors de ta portée ou presque. Comprends-tu ?

Oui, oui, je sais… J’ai moi-même « choisi cette épreuve » pour tester ma capacité à être entière. Ma capacité d’adaptation, et surtout ma confiance en moi.

Et alors, qu’en penses-tu ?

Ce n’est décidément pas très brillant ! Il en a fallu peu pour éparpiller par terre la confiance en moi durement acquise à Angers.

Ne sois pas si dure. Il n’en a pas fallu « si peu ». Tu es partie dans une nouvelle ville, une nouvelle école sans appui. Tu fais face à un rythme scolaire très intense, voir infernal pour toi. Tu es dans un contexte social défavorable à ton ouverture spirituelle. D’ailleurs, qu’en penses-tu ? N’as-tu pas remarqué ce phénomène ? Alors que depuis quelques années tu ne faisais qu’attirer à toi les personnes ouvertes à ce sujet ?

Lol, ça ce n’est pas drôle du tout. Es-tu en train d’essayer de me faire comprendre que j’ai aussi choisi cette  « épreuve » là ? Celle de devoir assumer ma spiritualité face à des gens fermés ?

Pas seulement assumer, ça tu sais le faire toute seule comme une grande dans ton coin. Assumer et dévoiler. Oser être celle que tu es. Penses-y. Pourquoi tu sens-tu maintenant à l’aise à parler de spiritualité sur ton blog ? Avant tu n’osais même pas en parler ! Tu te contentais à peine de publier des poèmes et textes inspirés de tes expériences spirituelles. Tu n’aurais jamais osé y publier les conversations intérieures que tu as avec ton âme ! D’après toi, qu’est-ce qui a changé ?

Je suppose que je suis prête à le faire… Je suppose que c’est le moment que j’assume ma part de spiritualité dans la vie de tous les jours. Sans la cacher de manière exagérée.

Ce qui m’amène à ce que je t’ai suggéré aujourd’hui sous la douche.

Non mais c’est un peu gros ça…

Laisse-moi seulement t’en parler pour que tu puisses y réfléchir. D’accord ? Donnes-moi ton accord, je ne suis pas là pour te forcer, mais pour t’aider.

D’accord… J’en ai déjà les tripes nouées.

Mais non, c’est ton enfant intérieure qui est toute excitée. Tu sens bien que ça éveille quelque chose en toi cette idée. Ta raison est juste là pour douter et remettre en question. C’est normal et c’est bien ce qui prouve que tu es saine d’esprit.

Bon tu vas arrêter de tourner autour du pot !

Bien, c’est très bien ça. Rappelle-toi toujours cette pensée que tu as appelé à l’instant, ce leitmotiv que tu t’es fixé «je préfère faire face à la vérité, aussi dure soit elle ». Surtout concernant la connaissance de toi-même.

Oui, ça peut paraître dur. Ça me paraît parfois dur envers moi-même. Mais je n’ai pas de pitié envers les illusions quand j’ai la force d’y faire face. C’est pour ça que je préfère tellement qu’on me dise une mauvaise nouvelle plutôt que me mentir. Je peux faire face à la vérité. À n’importe qu’elle vérité, je l’espère. J’ai beaucoup de mal à faire face au mensonge, que je ne comprends pas.

C’est ta nature qui veut ça. Tu es limpidité. Du moins, tu y tends, il te reste encore du travail ;)

Lol, beaucoup de travail tu veux dire ! Ce n’est pas grave, c’est le chemin qui compte et pas l’arrivée.

Tu sais que ça peut paraître très prétentieux ce que tu dis « je peux faire face à n’importe quelle vérité ».

Et bien quand je suis à ce niveau vibratoire là, cela m’apparaît simplement comme une vérité. C’est simple et profond. C’est comme une pierre de fondation tout au fond de moi, une conviction intérieure qui vient de très loin. « Je suis capable de faire face à n’importe quelle vérité ». Est-ce là ce qu’on appelle la foi en soi-même ? Je ne le réfléchis pas, je ne l’admets pas, je ne doute pas, je le sens, c’est tout.

Bien, tu touches à la corde intérieure de la confiance en soi. Tu y as découvert une première porte d’accès. Il va maintenant falloir t’apprendre à l’utiliser, à l’ouvrir et la fermer, la comprendre et l’anticiper. Tu progresses. Comprends-tu l’importance de ce constat ?

Oui, je progresse. Je progresse bien plus vite qu’autrefois…

Je suis venue pour ça. Il est temps que tu avances d’un pas. Tu as besoin d’un peu d’aide pour ce défi là, et je suis là pour ça.

Parfois je me demande si tu n’es pas un guide plutôt que mon âme. Pourtant, tu as bien « ma » voix, c’est comme un souffle, une voix mentale sans son, rahhh je ne sais pas comment le décrire.

Ne cherche pas. C’est simple comme ça. Qui te dit que ton âme ne peut pas être ton guide ? L’âme est faite pour te guider sur le chemin qui est le tien. Elle est venue pour accomplir sa mission et apprendre sa leçon. Pour évoluer. Mais toi, ta conscience et ta raison ont oublié tout ça, il te faut renouer avec elle, renouer avec moi. Il n’y a qu’ensemble que nous avancerons sur ton chemin.

Je commence à fatiguer.

Oui il est temps d’aller te coucher.

Mais nous n’avons même pas parlé du sujet qui fâche.

Ce n’est pas grave, ça viendra. Chaque chose en son temps, il te faut déjà assimiler ce que tu as écris ce soir. Tu dois admettre que tu possèdes la clé de ton propre pouvoir intérieur. Il ne tient qu’à toi d’en ouvrir la porte. Est-ce que tu oseras ?

Brrrr, ça m’en fait des frissons partout. C’est un peu grandiloquent comme tournure de phrase. « Est-ce que tu oseras ? » Tadadadammm… Comme dans les films, lol !

Moque-toi si tu veux. Pourtant la gravité de ce choix reste la même. Viens me voir quand tu sauras.

Arggh c’est vache ça. Ça veut dire que si je veux parler du reste avec toi, je n’ai pas le choix.

Il me semble que tu as réclamé à l’univers des carottes plutôt que des bâtons. Alors estime-toi heureuse ;)

Oui, bon d’accord lol, je ne me plaindrais pas. Je vais réfléchir à ce que tu m’as dit. Bonne nuit.

Et n’oublie pas de prendre soin de toi.

Merci. Maintenant j’ai envie de chanter  =)

La vie est légèreté, alors chante ma belle, chante chaque journée la joie dans ton cœur.

1er décembre 2013

Source image : Kaytseki

Le cadavre de ton âme

Je me demande parfois où git le cadavre de ton âme, celle que tu as écorchée, ignorée, laissée pour morte sur la route de tes illusions. La route était elle plus facile sans elle ? Sans le poids de ton être et la conscience que tu te fourvoyais ?

Je me demande combien de temps encore tu resteras sur ce chemin sans issue, égaré à toi-même sans l’ombre d’un espoir, celui d’être, être Toi. Crois tu que demain sera meilleur sans identité ? Sourd à ton cœur et tes passions vespérales, comme tu dois avoir soif. Soif de repos et d’oubli pour la torture que tu infliges à ta chair et à ton cœur bafoué.

D’où jaillissait le ruisseau de ton inspiration, autrefois si fécond ? Qui a tari la source de ton incroyable Être si ce n’est ton abandon de toi-même ?

Je me demande et j’attends, aussi impuissante qu’une montagne à mouvoir les océans.

J’attends. Demain peut être la pluie réveillera tes paupières pour ouvrir ton regard sur un monde neuf.

© Witchlight Dreams
9 decembre 2012

Les yeux sont le miroir de l’âme

Et soudain ces yeux furent un abîme sans fond, un gouffre appelant mon âme à s’y précipiter de toute force. Ils brillaient d’un éclat de désespoir mêlé à la rageuse force de l’amour.
Un autre monde avait pénétré en elle, et je percevais le changement si subtil et pourtant si gigantesque d’énergie que j’en étais déstabilisée à seulement la regarder.

Les yeux sont le miroir de l’âme, et en cet instant, il le fût plus vrai que jamais. Hypnotisée par cette porte grande ouverte sur son Esprit, je ne pouvais détacher mon regard. Je me trouvais alors projetée dans le tourbillon de ses émotions intérieures sans pouvoir m’en décrocher.
Hypnotisée par l’appel de son âme, qui criait à l’aide, je restais décontenancée. Que pouvait-ton faire pour aider une âme qui s’ignore elle-même à sa conscience ?
Que faire pour répondre à cet appel impérieux, quand cette belle femme ne semblait pas connaître les mystères de son propre Être intérieur ?

Vaincue par mon impuissance présente à incarner la guérison de l’âme sur la terre ferme, je restais muette. Tétanisée par mon immaturité à soigner l’âme, sans l’aide d’esprits bienveillants, je ne pouvais que regarder immobile.
Quel cruel don que de voir sans pouvoir transformer !
Qu’il est parfois dur d’apercevoir au-delà de la réalité !

© Witchlight Dreams
9 décembre 2012

Ouvre les yeux

 

La vraie solitude n’est pas celle de vivre seul.
La vraie solitude, celle qui est comme un écho sourd et profond, une blessure qui ne guérit jamais, est dans le cœur.
Et elle demeurera en toi, bien que tu sois accompagné, tant que tu ne te seras pas retrouvé.

Ta solitude éternelle est celle de ton âme, que tu as refoulée et ignorée.
Celle de ton cœur qui crie à l’amour.
Mais pas l’amour des autres, comme tu le penses. Non, quelque chose de plus fondamental pour vivre debout, les deux pieds bien ancrés dans le sol et la tête dans les étoiles.
Cette chose, c’est l’amour que tu te portes à toi-même.

Ne vois tu pas qu’il est vain de chercher à l’extérieur, ce que seul toi peut t’offrir et qui doit venir de l’intérieur ?
Ne vois tu pas que tu ne peux trouver ce soleil de vie que dans le silence de ton esprit ?
Que dans la calme tranquillité d’un périple sans personne pour te perturber ?

La solitude te déchirera encore et toujours,
Tant que tu n’auras pas accepté les multiples facettes que tu es,
Tant que tu n’auras pas réunis le « je semble » et le « je suis ».

C’est dans l’union avec soi même, son soi intérieur
Que fond le sentiment, profond et irascible de cette solitude de l’être,
comme la neige au premier jour ensoleillé du printemps.

Tu auras beau courir pour ne pas penser
T’entourer de gens pour te sentir aimer
Te mentir à toi-même pour ne pas l’affronter,
ce gouffre béant ne cessera de grandir et de te déchirer.

Et bien qu’encerclé de bonheur et de paix,
tu ne pourras échapper
À ce sentiment de détresse intime et mélancolique
sans qu’aucune raison logique ne l’explique.

Ton âme HURLE, entends la !
Cesse de te trahir toi-même
Pour une illusion de félicité vaine.

Sois sage et raisonnable
Entends-la avant qu’elle n’en arrive à ses extrémités,
Et souffle ton château de cartes branlant
Pour exploser ton mensonge en mille éclats,
T’enfonçant, pour ton propre bien, encore plus bas,
Dans les affres de ta solitude.

Car c’est de tes ténèbres que naitra ta propre lumière.

© Witchlight Dreams
18 novembre 2012