Dualité

hostile_serenity__print_version__by_nanomortis-daf3via
Artiste : NanoMortis

Aujourd’hui, j’ai le cœur lourd. J’imagine que ce n’est pas par hasard si ma sciatique revient en force et si je me suis réveillée avec un torticoli ce matin. C’est comme si tout à coup, je me ressentais rattrapée par la réalité, que j’avais cherché à fuir en me concentrant sur de l’organisation matérielle, en lisant des heures…

La réalité de mon départ me percute enfin, après le déni. J’ai récupéré cartons et du scotch marron, mais je n’ai pas commencé à trier et emballer mes affaires. Tout comme je n’arrive pas à mettre une annonce pour vendre mes meubles. Je me sens bloquée. Tout à coup, je réalise enfin que dans un mois, je ne serai plus ici… J’aurai quitté cette île, quitté mes amis, quitté le quotidien que je connais.

Pour aller vers un ailleurs incertain, un nouveau temps de transition, à la durée inconnue. On pourrait arguer, que retournant vivre au domicile familial, je connais déjà les lieux. Mais je vais y revenir tellement différente, après ces 2 ans à la Réunion et tout ce que j’ai vécu… Là-bas, plus d’amis, plus de repères. Du tri m’attend, retrouver des professionnels de santé pour m’accompagner, des activités… Me pencher sur mon futur professionnel.

Et tout à coup, je me sens tellement perdue.  Perdue face à mes soucis de santé, perdue face à l’absence de direction dans ma vie. Perdue de devoir quitter les personnes chères que j’ai rencontré ici, que j’aime profondément et qui m’aiment comme je suis, sans jugements et sans mensonges. Même si elles ne sont pas nombreuses, ces personnes-là sont très précieuses à mon cœur.

Une part de moi a peur de rentrer, de retrouver des jugements et du rejet face à l’importance de la spiritualité dans ma vie, de vivre de l’incompréhension. Une part de moi projette encore les comportements que mes parents avaient quand je vivais encore chez eux, ainsi que les miens… Pourtant tout est évolution, si moi j’ai changé, mes parents ont changé aussi, mes proches de métropole aussi. Il me faut déconstruire toutes mes croyances et mes aprioris négatifs, pour pouvoir accueillir les choses telles qu’elles sont devenues lors de mon absence.

Et je me sens fatiguée et effrayée par cette nouvelle déconstruction qui vient, qui se rapproche chaque jour un peu plus. Trier, jeter, donner. Ce ne sont que des aspects matériels, mais c’est exactement la même chose qui doit se faire sur les autres plans : mental, émotionnel et énergétique. Je n’ai jamais été douée pour vivre les transitions importantes, telle que celle-ci. Alors, je me demande, comment la vivre au mieux ? Comment m’y préparer pour qu’elle soit douce, simple et fluide ?

Je ne veux pas la vivre comme un choc, comme ce que j’ai vécu à mon arrivée à la Réunion. Une déstabilisation totale, la perte de tous mes repères : nature, étoiles, climat, culture, alimentation, absence des proches… Je vais le refaire en sens inverse, et même si je sais en partie ce qui m’attend là-bas, est-ce que je le sais vraiment ? N’est-ce pas l’occasion de revenir en posant un regard différent, en accueillant les choses sans jugements, telles quelles sont ? Sans attente et sans projection ?

Je pleure. Je pleure cette partie de moi qui va mourir en quittant la Réunion. Pourtant, c’est moi qui ai décidé de partir, de suivre le flot de la vie, de répondre à cet appel, même si je ne sais pas où il va me mener. Même si j’ai eu des messages me confortant dans ce sens. La Réunion n’était qu’une étape pour m’aider à mieux me réveiller, à guérir et à m’ouvrir spirituellement. Mais pour aller où ? Faire quoi ? On dirait que je n’ai pas fini de tâtonner dans le brouillard…

J’accueille cette tristesse, celle de quitter une terre qui m’a accueillie, chamboulée et nourrie. Celle de renoncer à la beauté d’une île Sauvage, faite de feu, d’eau et de terre, où les énergies sont si fortes et si belles. Celle de dire au revoir à de si belles âmes, rencontrées au hasard de mon chemin et avec qui j’ai pu partager tellement de choses dans l’amour et la compassion.

Je me sens déchirée en deux, entre ma terre natale qui m’appelle si fort : ses arbres, ses terres, ses plantes et ces animaux, ma famille, et la Réunion qui est devenue, doucement mais surement, ma terre d’adoption. Pourquoi toujours tant de tristesse et de dualité ? Quand je suis ici, la tristesse de l’éloignement. Et pourtant, alors que je m’apprête à partit, la tristesse de la séparation.

15 mars 2017

Publicités

Rayonner

pale_by_yuumei-daqbn74
Artiste : Yuumei, Pale

[suite de l’article d’hier]

Mais pourquoi ne voulez-vous pas me donner vos noms ? En canalisation, on dit que c’est le BA-BA, savoir à qui l’ont à affaire.

Cela serait vrai si tu ne demandais pas de façon spécifique à parler à tes guides via ta propre connexion à ton cœur. On ne peut pas tricher avec le Cœur. C’est pourquoi nos noms ne te sont pas utiles. Il vaut mieux que tu cherches la connexion en passant par les liens du cœur, que par un nom mentalisé. Car un nom sans association à une signature énergétique est une porte ouverte à toute sorte d’entités, certaines pouvant en effet se prétendre ce qu’elles ne sont pas.

Bon, de toute façon, je ne m’attendais pas à ce que tu me donnes le tien !

Tu aurais plus de bénéfices à chercher à caractériser mes énergies pour savoir les reconnaitre instantanément.

Comment on fait ça ?

Concentre-toi déjà sur les chakras dans lesquels tu ressens une énergie.

Le dos du chakra du cœur, mais cela ne m’avance pas trop, car c’est comme ça que je ressens l’énergie de nombreux guides.

Ensuite, en partant de cette zone, demande à voir le fil qui nous relie, il sera plus brillant que les autres. Suis le fil.

Je n’y arrive pas, c’est comme si le fil se tortillait et menait nulle part, comme si tu étais caché !

Visualise l’ouverture de ton 3ème œil.

Je vois des ailes grises. Tu es un ange du Milieu ? Pourquoi est-ce que je ressens un poids sur ma poitrine et un blocage à la gorge ?

Mes énergies amènent à faire remonter les émotions refoulées pour les transmuter, c’est une de mes spécificités.

Alors ce ne sont pas des signes négatifs ? Ce sont tes signes distinctifs ?

Entre autre, mes énergies sont un peu trop imposantes pour toi et ton corps a du mal à s’y ajuster. C’est pour cela qu’en règle générale, je préfère les masquer, cela facilite la communication sans trop t’épuiser. Je vais te laisser un objet qui te permettra de me reconnaitre en toutes circonstances. Ouvre les mains et intègre le bien dans ton esprit. Visualise le de façon claire, mais ne le décris pas ici. Lorsque tu seras en ma présence, cet objet astral se mettra à résonner, ainsi tu pourras vérifier qui je suis ou même m’appeler, sans que mes énergies soient pleinement déployées.

Merci. Puis-je te demander pourquoi tu es venu m’assister ?

Parce que nous l’avions décidé, même si tu n’en gardes pas la conscience.

J’imagine que c’est encore trop tôt, pour te demander ton nom ?

Un jour tu sauras. Le jour où tu n’auras plus peur de briller petite fille. Il y a différent types de lumière tu sais, comme il y a différent types de reliance. Tu t’imagines que briller, cela ne se fait que grâce à la reliance à la Lumière, même partielle. Tu imagines ça sous la forme d’un halo de blanc très pur et lumineux. Mais il existe d’autres façons de briller, qui ne sont pas moins forte et puissante. Juste différentes. Et qui peuvent aussi attirer l’attention, mais d’une autre façon.

D’une autre façon ?

Le Neutre absolu est capable de se nourrir de toutes les énergies et de toutes les émotions et de les transmuter en une force malléable et dirigeable à volonté. C’est très intéressant quand on a des objectifs précis en tête et que l’on a besoin de puissance pour les concrétiser. Malheureusement ou heureusement – selon vos standards – cela nécessite d’avoir un cœur pur et un cœur qui ne juge pas pour le déployer. Il faut être capable de tout accepter et de tout accueillir sans barrière. En réalité, vous êtes très peu à en être capable, et jamais sans un long travail sur soi-même, pour faire tomber les jugements et les réactions de rejet.

Car tout est. Et tout est juste. Selon cette réalité-là, tout est acceptable car tout n’est qu’une forme de l’énergie divine ayant pris une coloration. Le cœur neutre est capable d’accepter cette coloration et de la transmuter pour redonner à l’énergie son potentiel brut, l’énergie divine sous sa forme initiale. Or comme tu l’as si bien accepté, la Source est le Tout et le Rien, elle est l’Absolu et le Néant à la fois. Elle est Neutre en réalité.

Réalité qui m’avait choqué la première fois que je l’ai lu ailleurs. On se représente toujours le Divin comme quelque chose d’aimant, de positif et de constructif. Ce qui m’a d’ailleurs fait longtemps rejeté ce principe. Comment peut-on être amour et laisser des guerres exister, des gens mourir de famine, etc ?

Dieu est amour, comme Satan est le mal, c’est ça ? C’est typiquement un exemple de la dualité que vous incarnez sur Terre. Comme vous vivez cette dualité sur tous les plans, vous l’avez également projeté sur le plan divin, celui de la Source, mais cette projection n’est qu’une illusion. Illusion difficile à défaire, il est vrai. A partir du moment où l’on accepte cette réalité-là, beaucoup de choses ne sont plus source de conflits en vous, parce qu’alors il n’y a rien à expliquer, juste des choses et des émotions à accepter.

Le Neutre absolu, hein ? Cela devient très abstrait pour moi tout ça. Je vais laisser les infos reposer. Merci de ta présence.

20 janvier 2017