Plan astral

Artiste : source inconnue

Artiste : source inconnue (merci de vous manifester si vous connaissez l’artiste)

Cela a été une sacrée journée. Premier cercle de femmes en co-création, où pour une fois je ne me laissais pas simplement portée en simple participante. C’est bizarre de se retrouver dans la position d’impulser et de proposer. J’ai ressenti beaucoup de brassage, beaucoup d’émotions remontées dans le cercle, qui faisaient également écho aux miennes. J’ai eu envie de pleurer, mais je n’ai pas réussi, ce n’est pas sorti, comme si je n’arrivais pas à me le permettre dans cette position-là.

Comme si aussi, ce qui me pesait sur le cœur était trop lourd et trop gros à accueillir dans ce tout début de cercle à peine formé. J’ai senti que ce n’était pas le lieu. Mais où est le lieu pour déposer ces émotions qui me pèsent ? Où est cet espace ?

Tu peux le créer, dans ton environnement astral protégé. Tu peux choisir un endroit où enterrer ces émotions pesantes, au pied d’un arbre et lui demander de s’en nourrir et de les recycler. Tu pourrais voir des choses y pousser dessus, des choses que tu pourrais te réapproprier sous une autre forme, plus accessible, plus compréhensible.

Il y a tellement de choses que je ne comprends pas en ce moment. Tellement de choses qui ne font aucun sens au niveau de ma conscience humaine. Des choses trop lourdes à accepter, à intégrer, et je me sens découragée et déboussolée.

Cette initiation de l’Ombre est comme un virage inattendu, un tournant à 90° auquel je ne m’attendais pas. Je ne l’ai pas vu venir, je ne m’y suis pas préparée. J’ai l’impression d’avoir changé de paysage et de ne plus m’y retrouver.

Pourtant ton nouveau paysage astral est devenu beaucoup plus agréable ?

Oui. Cet espace brumeux et tout gris a cédé la place à une grande prairie verte. Et c’est fou, depuis que Kalinda le garde, il n’y a plus la moindre entité. Pouf, c’est comme si cet espace s’était vidé d’un seul coup, il est totalement désert maintenant !

Les énergies de Kalinda ont augmenté le niveau vibratoire de ton espace astral et les entités qui s’y trouvaient et qui s’en nourrissaient ne le supportent pas.

Mais comment ça marche au juste ? Maintenant, je ressens ce plan astral comme immense et vide de présence. Mais aussi comme s’il m’appartenait tout entier. Un plan astral ne peut pas m’appartenir ? Ce n’est pas possible ?

Ce n’est pas « un » plan astral. C’est « ton » plan astral. Donc si, il t’appartient tout entier. C’est la zone de projection de tes énergies et de tes intentions. Celle aussi où tu peux laisser des âmes en transit, comme tu l’as vu.

Oui, j’ai remarqué. Mais c’est bizarre toutes ces âmes en attente qui font la queue devant ce passage de lumière. Je n’ai plus besoin de les faire passer volontairement ? C’est possible ça ? Je n’ai plus à les prendre en charge de façon consciente ?

Non, tu n’as plus à le faire. Maintenant que tu as nettoyé ton plan astral de toutes ces entités parasites, elles peuvent transiter sans soucis.

Donc je n’ai plus à les prendre en charge comme je le faisais juste avant ? Comme vous m’aviez encouragé à le faire ?

Ce n’est plus nécessaire, c’était une étape indispensable à la réappropriation de tes énergies, mais ce n’est plus nécessaire. Nous te le ferons savoir si une âme a besoin d’un accompagnement spécifique, nous l’accompagnerons vers toi. Mais cela devrait rester rare.

Ce que je ne comprends pas c’est la connexion entre plans astraux. Tout le monde a son propre plan astral, si je vous suis ? Une zone plus ou moins définie où sont projetées les énergies de la personne.

Le plus souvent cette zone est peu ou mal exploitée. Vous y laissez vos émotions refoulés, vos déchets énergétiques. C’est dans cette zone que s’accrochent les âmes errantes et les entités qui peuvent vous pomper.

Mais elles viennent bien de quelque part non ? Il existe bien des plans astraux communs ? C’est différent des corps énergétiques ? Comment ça marche ? Comment ça s’emboite ? C’est différent des émotions ?

Le mieux pour que tu le comprennes, c’est que tu l’expérimentes. Que tu essayes de sortir de ton propre plan astral, pour aller dans d’autres.

Mais comment je fais ?

Exactement comme quand on crée des passages en rêves lucides, avec des portes, des tunnels, des appels. Mais nous te conseillons de voyager accompagnée.

Oui, hors de question que je m’aventure je ne sais où toute seule, sans rien y comprendre.

Tu peux demander à Kalinda de t’appeler et de t’emmener, comme tout à l’heure. Mais cette fois ci en quittant ton plan.

Ah. Et ça ne le laisse pas vulnérable ?

Pas si tu décides d’en verrouiller l’accès lors de ton absence. C’est ton plan astral, c’est toi qui a les clés. Tu peux tout y projeter, tout y créer, tout y appeler. Du moment que tu as foi en ce que tu crées.

Hum… Bon, ok. Mais… à quoi ça sert ? A quoi ça sert d’avoir un plan astral ?

A quoi ça sert d’avoir un corps physique ?

Euh, à être incarné.

Et à créer dans la matière.

Un plan astral, cela permet de créer des « formes pensées » pour ensuite pourvoir les manifester dans le plan matériel.

Mais ça ce n’est pas au niveau du mental ça ?

Le plan astral lie le mental, l’émotionnel et l’énergétique. C’est un point de liaison qui permet la mise en place des intentions créatrices. Vous dites que la pensée est créatrice. Mais comme on te l’a expliqué, elle doit être liée à une émotion en adéquation, un peu comme une « charge énergétique »  que l’on insuffle pour donner vie à l’intention.

Car les émotions sont des énergies ?

C’est plus complexe que ça, mais les émotions sont véhiculées par des énergies. Et les énergies peuvent véhiculer des émotions, dirons-nous. Ce que vous appelez des « charges émotionnelles ».

Ah, et combinées à l’intention, c’est comme une flèche que l’on tire dans une certaine direction.

C’est le principe des actes magiques. Réunir une certaine charge énergétique et lui donner une cible par l’intention. Tout le symbolique et les rituels servant à permettre ces différentes étapes.

Oui, je vois l’idée. Donc c’est dans le plan astral que l’on fait ça ? Sans le savoir ?

C’est par le plan astral que passent vos énergies pour descendre de façon orientée dans la matière. Tu comprendras donc que si ton plan astral est dans un état très négligé, cela sera très difficile. Comment mettre en forme des intentions et les charger en énergies, si ces énergies sont pompés par des entités qui attendent sagement mais surement d’être nourries sans que tu en aies conscience ?

Oui, je vois le problème… C’est pour ça que je suis incapable de donner une direction et une impulsion globale à ma vie ?

Au-delà de savoir quelle impulsion donner, oui. Mais le problème est réglé.

Est-ce aussi simple que ça ?

Bien sûr que non. Il va falloir qu’à partir de maintenant tu veilles consciemment à prendre soin de ton espace astral, afin d’y maintenir des énergies confortables et de ne pas y attirer de nouveau toute sorte d’entités opportunistes.

Oui, lol, je me disais bien que sinon ça serait trop facile.

Ton espace astral est aussi un peu comme un tremplin. Il te permet d’avoir accès à certaines dimensions, à d’autres plans astraux, à d’autres informations. Il peut t’être très utile si tu apprends à naviguer à l’intérieur.

Mais quel intérêt aurais-je à le faire ?

Je vois que tu commences à adopter la façon de penser de l’Ombre. Quel effort à faire pour quelle récompense ? C’est une bonne question.

Disons que naviguer dans l’astral peut permettre d’identifier certains nœuds énergétiques, de voir à quoi ils sont reliés, comment et pourquoi. De remonter les fils de ces nœuds à travers l’espace et le temps, qui n’existent pas dans l’astral. C’est cela le principal intérêt. Tu te libères de cette contrainte-là. Tu te libères aussi de la lourdeur de la matière. Beaucoup plus de choses sont possibles, car tu peux les impulser par la volonté et les émotions, franchir les barrières de l’espace et du temps.

Disons que tu aies un nœud énergétique qui remonte à une vie antérieure. Tu peux aller naviguer pour remonter à l’origine de ce nœud, voir comment il s’est créé, pour mieux le dénouer.

C’est un sacré travail ça, dis donc. Et qui ne doit pas être très agréable.

Voilà pourquoi votre âme navigue souvent dans l’astral durant votre sommeil et dans votre inconscient. Pour aller chercher des informations et ramener une meilleure compréhension de certains problèmes, de certains évènements passés ou à venir.

Mais il est aussi possible de faire ce travail de façon consciente et volontaire. Pour une raison spécifique et avec un accompagnement adéquat. L’objectif n’est pas de forcer. Mais parfois, amener du sens et de la compréhension au niveau du mental peut soulager la personne, et aider son âme à avancer dans le travail inconscient qu’elle fait.

Oui, ça je le comprends bien. Donc tu veux dire qu’en voyageant dans l’astral, je serais capable d’aller chercher la compréhension du choix de mon âme à vivre dans cette vie des expériences répétées de harcèlement ?

Entre autre, selon certaines conditions et à un certain rythme. Ce n’est pas non plus instantané. Tu ne peux pas forcer la compréhension et surtout l’acceptation par ton mental. Cela doit se faire de façon progressive. Pour ne pas péter un câble. Comme Camille Fraise a eu accès de façon progressive à un certain nombre d’informations et d’expériences, afin de maintenir sa santé mentale intacte.

Oui, c’est clair, je comprends ça… Merci pour ces informations. Souhaites-tu me communiquer un dernier message particulier ?

Non, nous en reparlerons.

19 février 2017

Publicités

Apprendre à accueillir

Artiste : Guweiz

Artiste : Guweiz

Je suis étonnée. Je ne pensais pas qu’on pouvait mesurer un tel taux vibratoire. Je ne comprends pas comment il y peut y avoir un facteur 10 entre les différentes composantes d’un même taux global. Comment c’est possible ?

Le plus souvent c’est possible grâce à un guide ou une entité alliée qui t’appuie et te donne la puissance nécessaire pour pouvoir le supporter.

Même si littéralement, en état de méditation, cela m’assomme, comme si ma conscience décollait direct face à ça.

Il y a un phénomène de fatigue physique également. Comme je le disais, il n’est pas évidement d’adapter ton corps à de telles vibrations. C’est pour cela que ton initiation se fait de façon progressive.

Et que je n’ai pas dormi les nuits suivant des étapes décisives ? Comme si j’étais trop pleine d’énergie et que ma conscience ne pouvait pas partir en état de sommeil comme d’habitude.

Tu as l’impression que tu es consciente, mais c’est une demi-conscience, qui te permet de rapatrier les énergies via ton âme pour les intégrer à tes différents corps énergétiques.

Je n’ai pas réussi à maintenir ma conscience dans l’astral hier soir, trop fatiguée. Est-ce que finalement Kalinda a eu l’espace agrandi comme elle le souhaitait ?

Prends l’habitude de lui demander toi-même. Elle est juste à côté, c’est elle qui te permet de supporter un tel niveau vibratoire lié à l’Ombre.

Et toi, alors ? Pourquoi tu es là ? Et qui es-tu ?

Je suis là pour faciliter la transition, il est plus facile pour toi de te connecter de façon progressive pour laisser ton mental dériver et tes énergies s’acclimataient.

Alala, elle est arrivée… Je le sens, je m’endormirais presque devant mon écran tellement les énergies sont « écrasantes ». C’est particulier quand même…

Mais que sens-tu également ?

J’ai senti une ouverture se faire au niveau du chakra coronal aussi, et de la chaleur au niveau du chakra du cœur.

On est bien loin du ressenti que tu peux avoir en lien avec les entités du bas astral.

Oui, qui se traduit par une pression anormale au niveau du plexus solaire, chez moi.

Comme quoi, ce que l’on t’avait « appris » est faux : « les entités lumineuses se ressentent dans les chakras au-dessus et à partir du cœur, et en dessous ce sont des entités sombres, des âmes errantes etc ».

Je suppose que c’est une question de niveau vibratoire. Même dans l’Ombre on peut vibrer très haut, c’est juste que la qualité de l’énergie est différente. Moi je la ressens plus dense, mais je ne l’avais jamais vraiment expérimenté avant. Cela restait du domaine de la théorie.

Et maintenant cela devient de la pratique.

Oui, mais on dirait qu’un peu d’entrainement va être nécessaire pour mieux supporter ça au niveau physique. Vous ne pouvez pas arranger ça ?

Je le fais ce soir parce que tu es fatiguée, mais c’est à toi de travailler ça. Je ne le ferais pas tous les jours, car tu dois apprendre à pouvoir gérer ces énergies toute seule.

Et comment je fais concrètement ?

Plus tu parleras avec nous et avec Kalinda, plus tu t’habitueras à ces énergies. Néanmoins, tu peux tester un petit exercice pour améliorer ta réceptivité et ton intégration des énergies sombres sur le plan physique.

Ah, et c’est quoi ? Je ne suis pas trop sûre de correctement le canaliser avec cette fatigue plombante.

Fais-toi confiance. Si tu doutes de toi, connecte toi à ton espace de paix intérieure et ressens la stabilité en toi. Sois stable et droite, visualise ton canal clair et droit.

Vous ne voulez pas que je le canalise en fait ?

Ce n’est pas nécessaire de façon détaillée. De toute façon, il est propre à chaque âme et prend la forme dont l’âme a besoin. Donner une visualisation précise ne sert à rien, si ce n’est à embrouiller les personnes. En revanche, ce que tu peux partager, c’est de demander à sa propre âme d’appeler les énergies dont elle a besoin pour se renforcer et de les accueillir dans ses mains ouvertes avant de les boire avec son corps physique. Ainsi viendront les énergies nécessaires à la personne et uniquement celles-là.

Dans le type ainsi que dans la quantité, ce n’est pas bête…

L’Ombre est rarement « bête ». Nous ne faisons que des choses utiles.

Alors tout ça, cette initiation, cela a une utilité ? Un but ?

Oui, mais ce n’est pas comme ça que nous te le dirons. De toute façon, tu devras le découvrir par toi-même.

Bah, j’aurais essayé d’avoir l’info…

Oui, tu auras essayé.

Mais il va me falloir essayer un peu plus ?

Exactement. La facilité n’est pas donnée dans l’Ombre. Les progrès et les réussites sont à la mesure des efforts que tu y mets. Et parfois cela n’est pas suffisant. Parfois il y a une part d’impondérable, telles que les alliances que tu as pu nouer par le passé dans d’autres vies. Celui qui commencera son travail avec de puissants alliés sera nettement avantagé par rapport à celui qui n’en a pas. Mais avec du travail acharné, et du temps (compter des vies parfois), il pourra « rattraper » ce retard. Après tout, cet avantage n’est que le signe d’un travail intense mené dans d’autres vies pour forger ces alliances-là.

Et pourquoi me parles-tu de ça ?

Pour que tu prennes conscience de l’avantage que tu as à avoir certains alliés et serviteurs et surtout, que tu ne le gâches pas. Par peur ou par stupidité humaine. Ne t’avise pas de renvoyer des serviteurs par lesquels tu serais effrayée.

Pourquoi me dis-tu ça ? Suis-je censée être effrayée par une entité particulière qui serait en réalité un allié ?

Ne juge pas trop vite les apparences. Tu vas avoir une visite. Une visite qui sera déroutante. Nous t’invitons à l’accueillir du mieux que tu peux. Si tu es effrayée, demande à tes guides de te confirmer la nature du lien qui vous unit. Une chaine apparaitra si c’est un serviteur. Un bâton si c’est un veilleur. Une aura brillante si c’est un guide. Demande à ton âme de te montrer la réalité énergétique de votre lien. Si tu es toujours effrayée, nous t’invitons à appeler ton épée astrale. Si c’est une entité alliée, elle vibrera de façon spéciale, tu verras, d’une façon que tu ne pourras pas l’attaquer. Mais ne fais pas de bêtise. Sois respectueuse. Ne t’avises pas de froisser une telle entité, car cela ne serait pas en ta faveur.

Euh… c’est un peu inquiétant ce que tu me racontes là. Ahah, plus ça va et plus ça part dans un délire que je n’aime pas.

Je te rappelle que ce « délire », comme tu l’appelles, t’a permis de te sortir d’une bulle énergétique de soumission dans l’astral. Et d’éviter le suicide par influence d’entités de l’Ombre mal intentionnées. Alors tu ferais mieux de le prendre très au sérieux et d’être très attentive.

Vous n’être pas très drôle dans l’Ombre, dis donc… Je croyais que le Fou disait qu’il fallait savoir faire preuve d’humour et d’autodérision.

Pas quand cela consiste à fuir le sujet parce que tu es mal à l’aise.

Bon. Alors ne pas froisser l’entité super effrayante qui va se pointer vers moi. Où ? Quand ? Comment ? Et pourquoi surtout ?

Le pourquoi, tu le comprendras le moment venu. Disons que ce que tu as juste besoin de savoir, c’est qu’elle est là pour t’aider, et te faire prendre conscience d’autres réalités et d’autres fonctionnements énergétiques.

Bon… J’ai le droit de dire que c’est flou et flippant ?

Tu as le droit. Ta conscience humaine a du mal à rattraper le niveau de tes vies antérieures concernant l’Ombre. C’est toujours un point difficile pour vous quand vous avez choisi d’œuvrer en lien avec la Lumière dans une vie incarnée.

Je ne comprends pas trop comment me réapproprier ma puissance liée à l’Ombre peut m’aider à travailler en lien avec la Lumière. Franchement, là ça m’échappe complètement. Et je n’ai pas envie d’entendre « ce n’est pas grave, tu comprendras plus tard ».

Cela sera évident, quand tu te seras souvenu de tes capacités.

Hey, c’est le même type de réponse !

Non, c’est plus précis. Plus vite tu te réapproprieras tes capacités, plus vite tu comprendras. Cela veut dire que ça dépend de ton niveau de travail et d’implication. Tu veux une réponse, vas la chercher. Elle te sera accessible avec les efforts suffisants.

Youpi, merci la logique de l’Ombre… *grommelle*

C’est quand même mieux que de devoir attendre passivement un « je ne sais quoi », non ?

Oui, c’est mieux. Cela veut dire que les cartes sont dans mes mains. Bon, et je suis censée l’accueillir comment cette fameuse entité flippante ?

Déjà en l’appelant autrement que « flippante ». C’est ridicule et complètement déconnectée de la réalité qu’elle représente. Je sais que vous avez tendance à considérer toute chose étrangère à votre logique humaine comme effrayante. Mais vous devriez sonder les intentions d’une telle chose avant de vous enfermer dans un apriori.

Que veux-tu, conditionnements humains…

Cela se combat, cela se formate et cela se reboote avec les efforts appropriés. Accueille cette entité comme si elle était un ambassadeur pacifique, juste venu pour discuter et te montrer certaines choses.

Est-ce tout ce dont j’ai besoin de savoir ?

Non. Tu n’as pas besoin de montrer de signe particulier de respect ou de soumission. Mais tu ne dois pas non plus montrer de signe impliquant un sentiment de supériorité. Reste neutre, cela suffira. Tes énergies parleront pour toi-même, comme les siennes le feront.

D’accord… Je t’avoue que je suis surprise.

Tu peux demander à Kalinda de t’assister, si cela te rassure.

Mais tu sais, dans l’astral… Ma lucidité est un peu bizarre, elle est différente de celle que j’ai dans la réalité matérielle. Un peu comme en voyage chamanique. Je ne sais pas si je peux contrôler de telles choses.

Tu peux influencer par ton intention. Si tu décides de rester dans un comportement neutre d’ouverture à l’autre, cela devrait suffire amplement. Nous ne t’en demandons pas plus. C’est juste que cela va te demander de fournir un effort d’ouverture supérieur à celui que tu exerces habituellement.

Bon… Et vous ne voulez pas me dire quelle est la nature de cette entité ?

Apprends à la reconnaitre par toi-même. Tu sauras quand tu la percevras, mais si je la dis maintenant, tu vas laisser ton mental s’emballer et partir dans des projections erronées. Apprends à accueillir tel que les choses sont dans l’instant.

Ok, c’est compris. Merci des conseils.

18 février 2017

Kalinda

warrior___world_of_warcraft_by_wlop-daefvr0

Artiste : Wlop

[Me voilà de retour après quelques soucis internet !]

Je demande à parler à mes guides et alliés de l’Ombre. J’ai besoin d’apporter de la compréhension sur ce que j’ai vécu ces derniers jours… Et de recevoir des confirmations aussi sur ce que j’ai cru percevoir… Je ne suis pas une grande fana du tout des sorties dans l’astral et tout ça. Comment je peux savoir si c’est bien une sortie et pas mon mental qui déraille ?

De la même façon que tu peux dire qu’un voyage chamanique en est un.

Hum, cela ne m’éclaire pas du tout.

Parce que tes premiers voyages chamaniques étaient confus. Comme le sont tes premières sorties conscientes dans l’astral. Cela s’améliorera avec la pratique. Tu sauras vite faire la différence entre une sortie astrale, une simple visualisation et un voyage chamanique.

C’est une question de pratique alors ?

De pratique, et de discernement. Il te fait apprendre à ouvrir pleinement ton 3ème œil dans l’astral. Sais-tu pourquoi tu ne le fais pas ?

Parce que j’ai peur ? Le peu que j’ai perçu de mon environnement astral était vraiment très pourri et effrayant. Je comprends mieux pourquoi je fuyais la réalité de cet environnement-là. C’est méga effrayant de voir ça, sans pouvoir agir dessus.

Sauf que ce n’est pas le cas. Tu peux agir dessus. Comme tu l’as fait aujourd’hui.

Ce n’était pas juste un rêve ? Ni une visualisation un peu hallucinée ?

Ça dépend si tu considères qu’un rêve peut être une sortie astrale.

Mais je suis sûre que j’étais éveillée, et c’est même à cause de ça que j’ai émis l’intention d’y aller. Parce que je n’arrivais pas à me rendormir, je sentais une sorte d’appel.

A juste titre, puisque les veilleurs que tu as placé dans l’astral te signalaient une attaque.

Est-ce que l’attaque a vraiment eu lieu à ce moment-là ?

Le temps est une illusion dans l’astral. Il te suffit de vouloir te projeter à un moment précis pour y aller, surtout quand tu as déjà un allié qui est sur place, cela te sert d’ancrage pour mieux venir.

Hum…

En réalité, tu sais que tu as déjà toutes les réponses à tes questions. Tu voudrais que l’on te confirme, mais tu n’en as pas besoin. Apprends à te faire confiance. Apprends à croire en la réalité de tes ressentis et de tes projections astrales.

Alors on ne va pas écrire sur tout ce que j’ai vécu ces derniers jours ?

Non, ce n’est pas nécessaire. Tu n’as pas besoin d’attirer plus l’attention que ce que tu as déjà fait dans l’astral, par rapport aux personnes qui veulent te nuire. Crois-moi quand je te dis que c’est suffisant. Tout le monde n’est pas capable de créer un tel portail et une telle barrière.

Hummm… D’accord, on n’en parlera pas. Mais cela va-t-il se reproduire souvent ? Combien d’attaques astrales vais-je encore devoir repousser ?

Normalement aucune, notamment si tu demandes à ton dragon à 2 têtes de garder ton territoire astral.

Ah, alors, je n’avais pas rêvé ça non plus… Mais, je ne comprends pas, pourquoi est-ce qu’il est relié à moi par un collier et une chaîne ? Il m’est soumis ? Comment est-ce possible d’avoir une telle entité de l’Ombre qui m’est soumise ?

Parce qu’elle l’a décidé dans une de tes vies antérieures.

Elle s’est soumise de son plein gré ou je l’ai forcé ?

« Elle » a un nom, elle s’appelle Kalinda. Et tu peux lui parler directement.

Euh… Puis-je parler avec Kalinda alors ?  *s’incline devant le dragon apparu*

Que veux-tu savoir ?

Pourquoi as-tu accepté de te lier à moi ?

Parce que tu m’as fait une promesse. Nous avons passé un contrat.

Ai-je rempli ma part du contrat ?

Pas encore, petite d’homme, mais ne sois pas si pressée. Nous avons le temps, nous avons des vies entières de tes cycles d’incarnation pour mener à bien la tâche que nous nous sommes fixées ensemble.

Pourquoi portes-tu une chaîne alors ? Cela me dérange.

C’est pour que ceux qui m’observe comprenne que je te suis loyale. La vérité est que je pourrais très facilement briser une telle chaine. N’est-ce pas l’impression que tu as eu la première fois que tu m’as vu ?

Et bien, j’ai été surprise… En effet, tu semblais une entité de l’Ombre très puissante, et pas commode du tout, du tout. J’ai même eu un peu peur, parce que je ne savais pas si la chaîne était volontaire ou pas, ou si tu allais chercher à la briser et à te retourner contre moi.

C’est en effet ce que pourrait faire des entités puissantes soumises par la force. Mais ce n’est pas mon  cas, donc ne t’inquiètes pas.

Accepterais-tu de me dire sur quoi nous allons travailler ensemble ?

Cela viendra en temps voulu. Tu as encore du chemin à faire pour t’éveiller pleinement à ta puissance consciente. Mais on va t’aider un peu.

« On » ?

Moi et d’autres serviteurs sombres.

Quel message as-tu à me transmettre aujourd’hui ?

Fais-toi confiance. N’aie pas peur de ta puissance sombre. Nous serons là pour t’aider à la diriger, le temps que tu en retrouves la pleine maitrise, le temps que tu te rappelles.

Que je me rappelle quoi exactement ?

L’étendue de tes capacités et tes facilités à manipuler les énergies sombres.

Je ne comprends pas pourquoi je possède de telles facilités.

Parce que tu as oublié qui tu es, mais ce n’est pas grave. Laisse-toi le temps d’appréhender qui tu es pas à pas, d’accepter ta puissance pas à pas. Tu as un grand potentiel, mais tu en es effrayée.

Je ne comprends pas qui je suis.

Tu ne peux pas comprendre si tu n’es pas prête à accepter, et tu as mis de nombreuses années dans cette vie ci pour accepter ta reliance partielle à l’Ombre.

Je croyais avoir une reliance au Milieu ?

Oui, mais dans de nombreuses vies, tu as par le passé vécu dans des reliances pleines à l’Ombre.

Ok, peut-être. Mais je ne comprends pas ce que cela m’apporte et à quoi cela va me servir.

Cela t’apporte de la puissance spirituelle, ainsi qu’un certain nombre de serviteurs, d’alliés et de guides sombres.

Et puis pourquoi j’ai autant de mal à discuter avec toi ? C’est laborieux, je n’aime pas ça.

Tu n’as pas l’habitude de parler avec des entités de l’Ombre à ce niveau de vibration. Cela demande un effort considérable d’adaptation de tes corps énergétiques. Plus la puissance est forte, plus les vibrations sont élevée, mais dans le Sombre. Tu n’as pas l’habitude de gérer de telles énergies de ce côté-là du spectre.

C’est pour ça qu’on n’a jamais parlé avant ?

Oui. Et c’est pour ça aussi que tes mesures du taux vibratoire au pendule ne fonctionnent plus comme avant. Tu ne peux pas garder la même échelle.

Quoi, il me faut un cadran avec 2 polarités ?

Non, il te faut un cadran plus large.

Je ne comprends pas.

Tu vas faire un cadran à 3 parties. Une zone pour les vibrations de l’Ombre, une pour celles du Milieu et une pour celles de la Lumière.

Mais tout ça n’est-ce pas la même énergie à des niveaux différents ?

En réalité, les qualités des vibrations ne sont pas les mêmes selon la reliance. Tu peux avoir un taux lié à la Lumière à une certaine fréquence et un autre taux pour l’Ombre en même temps, comme si tu pouvais décomposer le taux global.

Cela va à l’encontre de tout ce que j’ai lu.

En réalité les trois taux se confondent, ces vibrations se complètent, comme les composantes spatiales (x,y,z) d’une même vecteur. Mais si tu veux pouvoir continuer à mesurer de façon précise au pendule tes énergies, il va falloir que tu t’adaptes. Ton système ne marche pas pour capter le taux vibratoire liés aux énergies sombres. Fais-le et teste, tu verras. Tu n’auras qu’à demander mon taux vibratoire à moi, avec ton ancienne méthode et avec la nouvelle.

Quelle utilité ?

Tu peux voir le taux qui prédomine à un instant alpha. Sache que tes corps énergétiques s’adaptent naturellement à leur environnement énergétique. Donc si tes vibrations switchent à un haut taux vibratoire élevé dans l’Ombre, cela veut dire qu’il y a de fortes chances que tu sois en présence d’une entité de l’Ombre à un haut niveau vibratoire. Mais tu peux demander pour chaque type de vibration.

Pendant des années, tu as appris à monter ton taux vibratoire en lien avec la Lumière, puis ensuite le Milieu. Maintenant il faut que tu fasses le même boulot pour les vibrations liées à l’Ombre. Ton corps a beaucoup plus de mal, parce que cela lui parait « dense » avec la puissance. Cela le fatigue, il va falloir un peu de temps pour t’acclimater.

Ok, bon je fatigue. Je vais te laisser, merci. Ah, j’oubliais. Kalinda, est-ce que tu accepterais s’il te plait de garder et de protéger mon territoire dans l’astral ?

Oui. Mais il falloir que tu l’agrandisses pour me faire un peu de place.

Pourquoi prends-tu autant de place dans l’astral ?

Parce que ce sont mes énergies qui se manifestent en fonction du niveau vibratoire du lieu. Il est bas donc j’apparais grande.

Bon, bon, bon, il va falloir y remédier j’imagine. Je prendrais un temps pour le faire.

Fais-le vite.

Oui. Je te remercie.

17 février 2017

 

Le pouvoir de l’intention

greyhound_by_guweiz-da5c37k

Artiste : Guweiz

On dirait que décidément, cette histoire de passeuse d’âme, c’est le moment de la travailler. Entre le livre sur lequel je suis tombée à ce sujet, la rencontre d’une maman désemparée parlant de son fils capable de les sentir, une amie qui m’a sollicité en lien avec ça… C’est le sujet d’étude du jour. Je me demande si cela va durer longtemps ?

Que s’est-il passé ce soir lors de la méditation guidée que tu as proposée à ton amie ?

Et bien, on dirait que l’intention de purification a fait passer les âmes errantes présentes à proximité de mon environnement énergétique. Je n’ai pas eu besoin, cette fois-ci, de visualiser une zone de passage, d’envoyer de l’amour et de les encourager au cas par cas. Mais je n’en suis pas trop sûre. Qu’est-ce qu’il s’est passé au juste, pour que ce paquet d’âmes soit parti comme ça ? Mon pendule s’est trompé ? Mon radar est brouillé ? Je ne comprends pas ?

Et puis, c’est quoi cette histoire ? Pas d’entité du bas astral dans mon environnement énergétique, mais une qui prélève mes énergies à distance ? C’est quoi ce binz ? J’ai fumé la moquette ou encore une fois mon radar était brouillé ?

Ton radar ne peut pas être brouillé quand tu fais appel à tes guides pour te montrer ce qui est caché. Eux seuls peuvent lever certains voiles de dissimulation, si c’est justifié et nécessaire. C’est-à-dire, si on te prélève des énergies sans ton consentement.

Et alors ? Ça veut dire qu’on m’en prélève ?

Oui. Nous t’avons déjà parlé de lien énergétique créé à ton insu à travers une de tes failles. Puisqu’on te lit, ces personnes ont compris que ce n’est plus la peine de t’envoyer des âmes errantes, tu les prends de nouveau en charge.

Alors ils m’ont envoyé des entités du bas astral en pensant que je ne saurais pas les prendre en charge, c’est ça ? Pas de pot, vous m’avez permis de créé une arme astrale redoutable, et j’ai lu chez Sylvie, qu’il ne fallait pas hésiter à renvoyer de telles entités à la Source pour qu’elles puissent recommencer leur cycle d’incarnation, plutôt que de rester coincées dans des plans du bas astral peu agréables. Ce que je trouve plutôt bénéfique pour elles, donc je n’ai eu absolument aucun remord à les trancher en deux et les dissoudre dans la lumière de la Source.

Bien, ça c’est fait. Mais maintenant, que penser de cette entité du bas astral à distance ? Celle-là, on ne me l’avait jamais faite.

Bien sûr que si. C’est même pour ça que certaines années, tu as été très mal psychologiquement, parce que complétement vampirisée de tes énergies. Si votre taux vibratoire est influencé par votre état de bonheur (comprendre ici que le bienêtre physique et psychologique a un réel impact dessus), l’inverse est vrai aussi. Vous pouvez être malade ou déprimé parce que votre taux vibratoire est anormalement bas. D’où l’instabilité émotionnelle et mentale de ton amie à demi possédée durant toutes ces années. D’où les problèmes de dépression nerveuse de personnes harcelées par des entités du bas astral ou des âmes errantes sans qu’elles en aient conscience. Evidemment tous les cas de dépression nerveuse ne sont pas causés par ça. Mais certains oui.

Humm… J’en avais entendu parler, mais je ne pensais pas l’avoir vraiment vécu.

Avec le recul, tu sais que si. Mais tu n’arrives juste pas à l’admettre parce que ce n’est pas « rationnel », il n’y a pas de preuve matérielle et c’est difficile à expliquer. Un peu comme le harcèlement moral au travail, surtout quand il est masqué et que vous n’en prenez conscience qu’après coup. Et bien c’est pareil, mais cela ne rend pas le phénomène moins réel.

Bien, je suis prête à l’accepter. Alors combien d’années ai-je subi ce harcèlement énergétique sans le savoir ? Quand est-ce que ça a commencé au juste ? Pourquoi vous ne voulez pas me répondre ?

Tu n’es pas prête à l’entendre, mais ce n’est pas grave. L’important, c’est qu’au jour d’aujourd’hui tu es consciente du problème et tu es prête à le prendre en charge et à y faire face. « A partir du moment où vous le voulez, vous en êtes capable », les guides de Sylvie ont tout à fait raison. A partir du moment où tu poses la volonté de te débarrasser de toute forme de harcèlement ou de soumission énergétique, alors tu es capable de t’en libérer.

Ok. Alors, je pose ici l’intention ferme et volontaire de me libérer de toute forme de harcèlement énergétique ou de soumission énergétique. Je pose l’intention de me réapproprier l’ensemble de mes énergies et de ma propre puissance. Je ne tolérerai plus qu’aucune entité, âme errante ou personne incarnée ne prélève mes énergies sans mon consentement et mon choix éclairé.

Ça vous va comme affirmation pour travailler dessus ?

Tout dépend si tu les ressens profondément en toi. Est-ce qu’elles résonnent justes en toi ?

Ok, je reformule : « Je me libère de toute forme de harcèlement, et de toute soumission qui ne m’est pas bénéfique. Je me réapproprie l’ensemble de mes énergies et j’affirme ma puissance. Mes énergies sont impénétrables à toute entité, âme errante ou personne incarnée, sans un choix contraire éclairé de ma part. »

En fait, la phrase « Je me réapproprie l’ensemble de mes énergies et j’affirme ma puissance. » suffit amplement. De là découle en conséquence le reste. Une fois que tu te réappropries pleinement tes énergies, sans les refouler par peur de qui tu es, alors il n’y a plus rien de disponible à détourner, à prélever. En affirmant ta puissance, tu assoies tes énergies, et tu fais comprendre qu’il n’y a rien à venir chercher, quelle que soit la forme d’attaque choisie. Tu densifies tes corps énergétiques et à moins d’avoir une faille à traiter, tu ne laisses plus rentrer personne sans l’avoir décidé.

Toute de suite, tu deviens moins drôle à harceler. Et c’est sûr que ces personnes finiront par se lasser. Parce que de toute façon, nous resterons jusqu’à ce que cela soit une vérité.

Ok. Concrètement, comment je fais ?

Laisse le pouvoir de ton intention travailler cette nuit. Tu verras ce qu’il va se passer, ce que tu vas ressentir au réveil. Tu devrais te sentir différente.

Ok, on verra bien. Alors je vais me concentrer sur mon intention :

« Je me réapproprie l’ensemble de mes énergies et j’affirme ma puissance. »

Bonne nuit !

Passeuse d’âmes

Artiste : Yuumei

Artiste : Yuumei

Bonjour,

Je demande à discuter avec mes guides d’un sujet précis. J’aimerais que l’on parle ensemble du sujet des âmes errantes. Comment se fait-il que je me mette de nouveaux à les ressentir ponctuellement, et surtout à les attirer ? Je ne comprends pas ? Cela faisait un moment que ce n’était pas arrivé…

Cela faisait un moment que tu avais fermé la porte d’accès. Mais en ouvrant certaines autres, celle-ci s’est de nouveau débloquée.

Pourquoi ?

Plutôt que « pourquoi », tu devrais demander « comment ».

Comment ? Comment la porte s’est ré-ouverte ?

Tu l’as toi-même ré-ouverte, quand tu as décidé de faire passer les âmes errantes que ces personnes mal intentionnées t’avaient envoyées.

Je ne pouvais pas les laisser comme ça… Je trouve ça inadmissible de traiter ces âmes errantes comme des pions. En plus ce n’était que des âmes «affaiblis », des âmes d’enfants, de bébés, même un vieillard… J’avais déjà entendu dire que certaines personnes manipulant les énergies sombres se servaient de telles âmes… Arf, je connais moi-même quelqu’un de l’Ombre qui ne savait pas qu’on pouvait les faire passer, et donc en conservait une chez lui comme « gardienne ».

Mais je ne comprends pas… A quoi ça peut bien servir ?

Et bien d’un point de vue strictement pratique, à un tas de choses. Une âme errante que l’on contrôle peut servir à surveiller une zone, un accès astral et à « prévenir » son maître ; à transmettre des messages ; à alimenter un besoin en énergie pour un rituel ; à aller là où une personne physique n’est pas capable d’aller dans l’astral ; à pomper les énergies d’une personne désignée. A plein de choses en fait, mais tu devines bien que toutes ces choses ne prennent en aucun cas compte du libre arbitre de ces âmes errantes. Bien que cela arrive parfois.

Parfois, une âme errante ne veut pas partir, quelles que soient les conditions pour rester. Alors elle peut s’accrocher à des personnes pour prélever l’énergie nécessaire à son maintien dans des plans denses proches de la terre. Mais elles ont tendance à s’affaiblir. C’est là que certaines personnes peuvent venir à elles et leur proposer un marché. Un marché de soumission. Si l’âme errante se soumet à la volonté du praticien, alors celui-ci s’assurera qu’elle aura l’énergie nécessaire pour se maintenir dans le plan souhaité. Ainsi, toutes les âmes errantes ne sont pas que des « pions » dans le sens où elles ont fait le choix délibérée de se soumettre.

Évidemment, ce « choix » peut aussi résulter de manipulations de la part du praticien. Ou bien que les âmes errantes sont confuses sur leur état, car elles sont toujours en déni de leur propre mort, ou bien qu’elles soient trop affaiblies pour avoir vraiment le choix. Certaines aussi peuvent ne pas connaitre les autres alternatives possibles, celle notamment de monter vers la lumière, car elles sont trop engluées dans des émotions négatives pour imaginer que la Source puisse les accueillir dans l’amour inconditionnel, peu importe ce qu’elles ont fait par le passé.

En réalité, ils existent tout un tas de raison qui peuvent faire qu’une âme errante se retrouve « piégée » dans vos dimensions terrestres. C’est là que les passeurs d’âme interviennent, tu le sais.

Oui, mais je pensais que les passeurs d’âmes n’intervenaient que sur les âmes « perdues », celles qui restaient sans savoir, sans comprendre. Pas sur celles qui étaient « soumises » et encore cette idée là pour moi relevait de l’imagination fantastique !

Comment te sentirais-tu personnellement si l’âme de ta tante éloignée avait été « piégée » après son suicide ?

Mal évidemment. La plupart des âmes errantes que je « croise » sont des gens que je ne connaissais pas de leur vivant, donc je n’ai pas d’attache émotionnelle particulière. Mais avec mes proches, c’est une autre histoire. A partir du moment où j’ai su ce qu’était une âme errante et que je pouvais les faire passer, je me suis assurée qu’après chaque décès dans la famille, l’âme de la personne ne reste pas coincée ici-bas, et poursuive sa route.

Alors tu as aidé l’âme de cette tante à monter, malgré le choc du suicide.

Oui, et j’ai eu une visite d’elle en rêve après, pour me dire que tout allait bien, qu’elle était montée. C’était assez étrange par rapport au visuel de son corps à l’instant du décès, mais définitivement les énergies transmises étaient très claires, très douces et lumineuses. C’était un merci, je crois.

Mais je ne vois pas où tu veux en venir…

Chaque âme que tu fais monter a la même importance, même si tu ne connaissais pas la personne, tu dois garder ça dans ta tête et dans ton cœur. Tu ne dois pas oublier de faire preuve de compassion et de douceur. Repenser à ta grand-mère et à ta tante éloignée peut t’aider. Même face à des âmes récalcitrantes.

Comme l’âme de ce petit garçon qui se cachait dans mon environnement astral et ne voulait pas monter ?

C’est typiquement le genre d’âme qui ne veut pas passer et qui a donc accepté un contrat de soumission pour pouvoir rester.

Mais je ne comprends pas pourquoi il était là alors ? S’il ne voulait pas passer ?

Il était là pour te surveiller.

Me surveiller ? Ça veut dire quoi ? C’est totalement irréel pour moi tout ça ! On dirait un mauvais épisode de série B à la noix.

Tu te rappelles qu’à l’adolescence tu as eu des problèmes précis ?

Oui… Mais je ne veux pas parler de ça. Vu que je n’ai que des ressentis et pas de preuves physiques.

Ah, et le deal de drogues pour masquer d’autres activités et d’autres manipulations énergétiques, cela ne te parle pas ?

Je n’ai pas envie d’en parler, parce que c’est pareil, je trouve ça trop hallucinant pour être vrai…

Alors la personne qui donnait des soins et qui a refusé de te recevoir parce que je cite « il y a des entités trop sombres sur toi pour qu’elle puisse les faire partir » c’était une hallucination ?

Non, mais moi j’ai cru que c’était elle qui hallucinait. Je ne vois pas où tu veux en venir et je suis très mal à l’aise avec la tournure de cette conversation.

Nous voulons que tu fasses face à la situation présente. Nous voulons te faire comprendre que ce problème de harcèlement énergétique ne date pas d’hier, ni d’aujourd’hui. Qu’à vrai dire, tu as attiré l’attention de certaines personnes depuis un certain temps, bien que tu ais refusé de l’admettre.

Et pourquoi ?

Plutôt que « pourquoi », tu devrais demander « comment ».

Donc, si je résume, tu es en train de me dire que mes emmerdes d’aujourd’hui, sont liées aux mêmes personnes qu’il y a presque 10 ans ? Comment c’est possible ?

C’est la bonne question. Comment est-ce possible d’après toi ?

Je ne sais pas… Parce que je ne suis pas consciente des traces énergétiques que je laisse dans l’astral ?

Mauvaise réponse. Ce n’est pas tant une question de traces, que de liens énergétiques. Ces personnes ont créé des liens énergétiques à ton insu.

Mais comment est-ce possible ? Je croyais que nos énergies divines, notre flamme était inattaquable. Et qu’en plus, mes guides sont censés être là pour me protéger…

Votre flamme divine est inattaquable, mais pas les corps énergétiques qui l’entourent et la camouflent. Ceux-ci sont comme ton corps physique dans l’astral, ils servent notamment à vous protéger, mais aussi à contenir vos énergies en un réceptacle. Seulement, quand vous avez des failles énergétiques dans ces corps-là, certains peuvent en profiter, pour vous attaquer, pour vous apposer des liens indésirables.

Et les guides dans tout ça ? Pourquoi ils ne font pas quelque chose ? Pourquoi vous ne me dites ça que maintenant ?

Nous avons maintes fois cherché à attirer ton attention sur ton environnement astral. Mais effrayée comme tu l’étais par l’Ombre, tu n’étais pas prête à prendre mesure de cette vérité. Nous t’avons apporté l’aide dont tu avais besoin, mais c’est à toi-même de couper ces liens énergétiques et résorber la faille énergétique en toi. Il y a une limite à ce que nous pouvons faire pour toi, car alors tu ne prendrais pas en main ta propre puissance.

Quand vous avez une faille énergétique, il y a toujours une raison, toujours. C’est à vous de découvrir pourquoi, et comment la résorber. Nous sommes là pour vous aider et vous accompagner, mais pas pour vous priver de l’enseignement que cette situation est là pour vous apporter. Même si l’on en serait capable. Le but n’est pas là. Le but n’est pas d’aplanir tous les cailloux sur votre chemin pour qu’il soit beau et agréable. Le but est au contraire de vous aider à voir que cette montagne que vous croyez gigantesque n’est en réalité qu’un gros rocher à escalader. Et qu’en escaladant celui-ci, vous découvriez vos propres forces, ainsi que la capacité de voir votre chemin différent depuis le haut du rocher. C’est là notre rôle, et pas un autre.

Nous t’avons protégé maintes fois, des fois que tu ne saurais dire et que tu ne saurais compter. Mais à un certain moment, celui où tu es prête, nous devons laisser passer certains actes afin qu’ils t’atteignent pour que tu prennes conscience du problème. Te serais-tu penchée sur le sujet si tu n’avais pas subi des attaques ? Aurais-tu de toi-même sollicité une initiation de l’Ombre ?

Non, bien sûr que non, c’est évident…

Pourtant, c’est ce qui est nécessaire et bon pour toi. Parce que tu es toi, et que tu as besoin de découvrir cette autre part de toi.

Celle qui fait passer les âmes errantes ?

Celle qui est capable de faire passer des âmes errantes, alors qu’elles sont soumises à un contrat et qu’elles ne devraient pas pouvoir passer.

Ça veut dire quoi ?

Ça veut dire que, quelle que soit l’âme errante qui se présente à toi, tu es capable de l’aider à passer. Même si celle-ci est retenue par la chaine d’un contrat, même si celle-ci n’est pas « libre d’aller ».

En quoi cela est quelque chose de spécial ? Je ne comprends pas. Je suis sûre que d’autres personnes en sont capables, comme Sylvie ou Camille Fraise.

La majorité des passeurs d’âmes n’en sont pas capables. Même si effectivement, tu en connais d’autres qui le sont. En général, ce genre de personnes n’est pas très apprécié de la part de praticiens qui se servent de la magie et des énergies pour manipuler des âmes errantes. Vous représentez un danger potentiel, parce que vous êtes capables de libérer d’un coup toutes les âmes errantes qu’ils ont mis tant de temps à rassembler et à soumettre. Et le plus souvent, sans même vous en rendre compte.

Et c’est bien comme ça que tu as attiré l’attention de ces personnes, sans faire exprès, en faisant passer certaines de leurs âmes errantes soumises. Alors que toi tu cherchais juste à protéger les énergies de ton amie, qui avait un petit ami « douteux », dirons-nous, à l’époque.

Un pion lui aussi… Brr, je n’aime pas y repenser.

Non, comme tu n’aimes pas repenser à cette amie à toi, à demi possédée par un démon. C’était effrayant n’est-ce pas ?

Non, je n’aime pas, c’est très flippant. Je l’ai vu, dans ses yeux. Et elle n’en était pas du tout consciente, qu’il était encore à moitié là… Voilà ce qui se passe quand on joue à ce genre de choses. A invoquer un démon sans rien connaître, ni maîtriser… Pas étonnant qu’elle ait attiré un certain nombre d’évènements dans sa vie. J’espère qu’elle va mieux maintenant. Que mon autre amie a bien réussi à l’aider…

Comment a tourné sa vie après ?

Elle a enfin trouvé un job stable, un copain stable et non violent, un lieu de vie stable. Elle a pris du recul par rapport à sa famille très instable. Moins d’alcool et tout ça… Elle m’a semblé plus « normale » et plus heureuse.

Alors tu as ta réponse. Il ne faut pas croire que tout ce qui se joue sur les plans subtils reste du domaine de l’abstrait. Les énergies trouvent toujours un moyen de se matérialiser dans vos vies, autour de vous. Voilà pourquoi il est si intéressant pour une entité du bas astral ou de l’Ombre de posséder même partiellement une personne incarnée. Quelle belle porte ouverte pour pouvoir matérialiser ses énergies. Te rends-tu compte ? C’est très alléchant pour des entités tournant sur des plans proches de la terre mais ne pouvant pas avoir d’actions physiques, car cela demande trop d’énergie.

Oui, j’imagine que l’on ne s’en rend pas compte, nous, quand on est incarné. Mais je ne vois toujours pas où tu veux en venir.

C’est la même chose pour les âmes errantes. Vous ne vous rendez pas compte combien il peut être dure pour elles, d’être à proximité, sans pouvoir agir, sans pouvoir se faire entendre, sans pouvoir s’excuser ou bien s’expliquer. C’est pourquoi le rôle des passeurs d’âme est si important. Vous êtes des ponts, des ponts entre ces réalités subtiles et la réalité matérielle. Vous pouvez former des sons et des mots avec votre bouche, vous pouvez taper et écrire des textes avec vos doigts. Vous pouvez donner une réalité concrète à des énergies subtiles. Que cela soit en « bien » ou en « mal » comme vous dites, cela n’est pas donné à tout le monde, car il faut pouvoir le porter.

Et en quoi cela me concerne précisément ? Pourquoi ces explications ?

Si tu veux résorber ta faille énergétique, il va falloir que tu acceptes ton statut de passeuse d’âme. Il va falloir que tu intègres cette réalité à ta vie, car c’est en la rejetant que tu as créé cette faille-là. Aussi, pour quelque temps, nous te demandons de le faire en toute conscience, de façon volontaire et aimante, avec compassion et respect. Aide les âmes qui se présentent à toi à passer, et tu verras que cela ira mieux.

Ok, mais j’ai besoin que cela n’impacte pas mes réserves énergétiques. Je veux bien prendre le temps et faire l’effort, mais j’ai besoin de soutien énergétique, car le nombre ne cesse d’augmenter…

Nous te le donnerons. Il te suffit de solliciter l’archange Gabriel.

Et pas l’archange Michael ?

Et pas Michael, ou seulement quand tu as besoin de faire face à des âmes récalcitrantes ou « liées ».

Bon, ok, merci pour les informations… Je vais digérer tout ça.

11 février 2017

 

Peindre ses Ombres

Artiste : Yuumei

Artiste : Yuumei

Je n’aime pas du tout toutes les émotions qui sont remontées en moi aujourd’hui. Comme j’aime encore moins toutes ces crises d’angoisse nocturnes, ces cauchemars et ces insomnies revenus depuis une semaine. N’y a-t-il pas d’autre façon de travailler sur la reconnaissance de ces Ombres ?

Vous êtes rarement volontaires pour le faire vous-mêmes, même d’une autre façon.

Et alors, qu’est-ce que je fais une fois que ce je suis face à toutes ces émotions négatives ? Comment je fais pour avancer avec et pour en faire quelque chose de constructif ?

Tu pourrais les peindre, les transmuter par la création artistique. Comme l’idée qui t’est venu l’autre jour. Alors que tu ressentais ce désespoir aussi vaste et profond que l’univers, tu t’es dit « et pourquoi, ce vide effroyable, je ne le peindrais pas, pour le sortir de moi ? »

Oui… Je n’ai pas trouvé le courage de le faire le jour même. Mais j’ai compris que c’était important, vu la façon dont cela m’est revenu en tête et en pleine nuit… J’ai commencé cette toile aujourd’hui. Mais le support est tout petit, je ne me souvenais pas que ces cartons entoilés étaient si petits… Impossible de représenter la vastitude du Vide sur un si petit format !

Ce n’est pas grave, ce n’est pas la taille qui compte, ni même la peinture ou la technique que tu utilises, c’est l’essence de ce que tu veux peindre qui compte.

Vous pensez souvent à tort, qu’être artiste, c’est créer quelque chose de beau. Mais en vérité, c’est exprimer qui vous êtes, ce que vous ressentez au fond de vous-même. Sans fard, ni blush, dans l’authenticité et l’honnêteté. Même si c’est « glauque », même si c’est sombre, sanglant ou violent. Du moment que c’est ce qui vous traverse à l’instant. L’art n’est rien d’autre qu’une façon d’exprimer les énergies en vous. Cela peut être vos émotions, sombres comme lumineuses, les idées qui vous inspirent et vous mobilisent, mais cela peut être aussi des énergies canalisées, celle de vos guides, des mondes visités, des énergies reçues ou demandées comme par Camille Fraise.

Etre artiste, c’est être un canal, d’une autre façon. Et l’art est pour toi la meilleure façon de transmuter les énergies lourdes que tu portes encore en toi. Pas besoin d’aller trifouiller au fin fond du passé, de creuser dans « le sale » et la souffrance. Il te suffit de reconnaitre les émotions présentes qui existent, même si elles sont « négatives », de les accueillir en les posant sur la toile pour les transmuter.

C’est pour ça que j’ai cette envie si forte de créer et de dessiner, sans savoir quoi, ni pourquoi ?

Si tu te focalises sur les émotions que tu ressens au présent, si tu les accueilles telles qu’elles sont et comme elles viennent, tu auras toujours de l’inspiration. Toujours. Mais pour cela, il faut accepter d’accueillir en soi-même ses « ombres ». Et c’est cela le plus difficile. Souvent, vous avez du mal à les laisser sortir, parce que vous ne trouvez pas ça « beau », parce que vous dites « mon Dieu, c’est vraiment ça, ce qui se cache au fond de moi ? » en oubliant que vous être un canal. Vous n’êtes pas ce que vous peignez, même si ce que vous peignez peut être une partie de vous.

Hum… Je ne saisis pas bien la subtilité, mais je comprends qu’il faut que j’ose accueillir ce qui sort, même si c’est sombre et même violent…

Toutes ces émotions qui te désespèrent et dans lesquelles tu te sens enfermée, peins les. Tu verras que cela sera libérateur. Il n’y a pas besoin d’être Picasso ou Van Gogh pour peindre, il vous suffit d’avoir les matériaux de base, un support, de la peinture ou de l’aquarelle ou même des feutres. Et d’Oser ! Osez-vous lâcher, « gribouiller » à grand coups de feutre, peindre frénétiquement, avec les mains, les doigts, sans modèle, sans objectif de résultat. Juste pour le processus, juste pour exprimer cette émotion, cette énergie, cette chose insaisissable en soi, qu’aucun mot ne saurait apaiser. Oser crier avec vos couleurs, vos gestes, vos émotions. Pour certains, mettre un type de musique précis pourrait aider à vous lâcher, à faire sortir l’émotion, à la « splasher » sur votre toile.

C’est pour vous-mêmes que vous le faites. C’est un cadeau à soi. Et si vous n’aimez pas ce qui sort, laissez-vous du temps. Gardez les toiles quelques part, jusqu’à ce qu’un jour vous soyez prêtes à les montrer à des personnes de confiance. Ce jour-là, cela voudra dire que vous aurez pleinement accepté ces petites parts de vous, ces parts d’ombre que vous aviez tellement de mal à exprimer.

Merci.

9 février 2017

 

Se protéger

Artiste :

Artiste : Moonywolf

Pourquoi est-ce que je suis malade ? Je n’en reviens pas… C’est pour ça que je me sens aussi mal et démoralisée depuis ce matin ? Ça a commencé avec un mal de gorge hier soir, et voilà que j’ai de la fièvre. Je ne comprends pas. Et forcément quand je suis épuisée, je perds ma concentration et mes réflexes, et je suis rentrée dans ce foutu plot en béton avec ma voiture. Est-ce que j’étais déjà malade à ce moment sans m’en rendre compte ?

Tu étais déjà malade au réveil. C’est pour ça que tu étais d’aussi mauvaise humeur, tu aurais dû t’écouter.

Je pensais juste que c’était une passade, parce que je n’ai encore quasiment pas dormi cette nuit. Alors je n’ai pas fait attention à mes cernes et à mon teint pâle. Je me suis dit que c’était le manque de sommeil, et que j’allais juste y aller tranquille. Ça faisait des semaines que je n’étais pas allée au marché, par flemme ou par fatigue. Je me suis dit, « allez, bouge-toi ! »

Et tu as heurté un plot en béton sur le trottoir en revenant du marché…

Oui, je n’ai rien compris, je ne l’avais pas vu dans le démarrage en côte car il était après l’angle à 90°. Ma voiture a fait un saut et un gros « boum » et voilà… Au final, plus de peur qu’autre chose. Ce n’est qu’un peu de tôle froissée, ça ne se voit pas beaucoup.

C’est ce que tu te répètes. Ce n’est que de la tôle froissée. Mais comment te sens-tu ?

Et bien choquée émotionnellement. Etant hypersensible, ce genre de petit accident m’atteint puissance 10. J’ai beau raisonner la partie mentale pour éviter les pensées négatives, le tsunami émotionnel, je ne peux pas le contrôler.

Si tu peux. En étant connectée à ton espace de paix intérieure.

Peut-être, mais je vais te dire. C’est bien beau d’avoir réussi à m’y connecter au cours d’une méditation. L’ancrer et le ressentir en pleine conscience dans son quotidien, c’est une autre paire de manches ! Et si c’était encore un de vos tests pour mesurer ma maitrise émotionnelle, et bien voilà, je l’ai foiré les doigts dans le nez ! Et je me sens déjà fatiguée par tout ça. A quoi bon une initiation de l’Ombre, quand ma vie n’a aucun sens et que je n’ai aucune direction à lui donner ?

C’est justement pour cela qu’une initiation de l’Ombre est nécessaire. Pour te sortir de ton marasme émotionnel. Te reconnecter à ta Volonté et ta Puissance et à terme te permettre d’avancer.

Pour aller où ?

Là où tu dois aller.

Alors vous ne me direz vraiment rien ? Pas un indice, pas un panneau ? Rien ?

C’est à toi de trouver. Nous te donnons plein d’indices, mais le temps n’est pas encore venu que les pièces de puzzle fassent sens. Concentre-toi sur ton quotidien, et sur cette initiation. Tu avais promis que tu écrirais tous les jours, mais tu ne l’as pas fait hier. Pourquoi ?

Parce que j’étais trop fatiguée.

Pourquoi ça ?

Parce que j’ai passé un certain temps au téléphone avec une connaissance, à répondre à ses questions et à lui donner des conseils.

Et qu’est-ce que cela t’a apporté ?

Je n’ai pas répondu à ses questions pour que cela m’apporte quelque chose.

Je répète ma question : et qu’est-ce que cela t’a apporté ?  Ne te mens pas à toi-même, car nous savons la vérité. Nous voulons que tu la formules. Exprimes ta vérité, peu importe ce que cela implique.

Et bien, des prises de conscience sur certains points… Que j’avais accumulé une certaine expérience sur les notions de soin VS guérison, de soins énergétiques, de travail d’accompagnement de l’âme, de compréhension des messages apportés par les maladies, etc, grâce à mon propre vécu. Qu’une part de moi avait soif de transmettre. Mais qu’en même temps, j’ai été étourdie par cette nouvelle position que je n’avais jamais vraiment expérimenté avant, sous cet angle enseignant-élève. J’ai perdu mon alignement, et j’ai trop donné de moi-même.

Et tu avais mal à la gorge après cette conversation. Cela t’a affaibli physiquement. Ta mauvaise nuit de sommeil ne t’a pas permis de récupérer de cette perte énergétique.

Et maintenant que c’est dit, tu as peur que la personne concernée culpabilise, car elle te lit.

Oui…

Pourtant, tu sais que ce n’est pas de sa faute. Il n’y a que toi-même qui connais tes propres limites physiques, surtout avec ta maladie. C’est à toi de t’imposer, et de savoir dire « stop, ça suffit pour aujourd’hui ». Tu n’as aucune obligation de donner non plus.

Dans la reliance à l’Ombre, on ne fait rien gratuitement. Chaque action entreprise a un but, celui de t’apporter quelque chose en échange, de te permettre d’évoluer tout en te respectant toi-même et autrui. C’est une question d’efficience et d’efficacité, rien de personnel face à autrui. C’est économiser et savoir quand donner, pour recevoir en retour, même si parfois de façon indirecte.

Dans ton cas, toi qui a très peu d’énergie physique, tu as tout intérêt à comprendre l’intérêt d’une telle vision. Pas parce que tu n’es pas capable de donner ni que tu n’as pas un grand cœur. Mais parce que tu dois apprendre à te préserver. Chez toi, chaque perte énergétique trop forte est synonyme de symptômes physiques quasi-immédiats. L’inverse n’étant pas vrai.

Tu ne peux pas, au jour d’aujourd’hui, te permettre de donner sans recevoir de la part de personnes qui te sont quasi-inconnues. Mais également auprès de tes proches. Tu dois apprendre à doser et te respecter, car sinon tu seras très vite dépassée et malade en permanence. Et cela est d’autant plus vrai que tu vas retourner vivre auprès de ta famille et de tes amis.

C’est un enseignement fondamental : la protection de soi-même.

Car si les autres peuvent t’attaquer énergétiquement, c’est parce que tu ne te protèges même pas de toi-même et de tes comportements destructeurs ! Donner sans compter lorsqu’on n’a quasiment rien n’est pas respectueux de soi-même. C’est une croyance fausse.

« Charité ordonnée commence par soi-même ». Crois-tu que Mère Theresa aurait été capable d’aider autant d’enfants dans le besoin si elle avait été constamment alitée ?

Non, je comprends l’image que tu veux me véhiculer.

Protèges toi, apprends à dire non, à poser des limites. Cela s’appelle prendre soin de soi, et se respecter. Et si tu le fais avec ton alimentation physique, pourquoi ne le ferais-tu pas dans tes échanges émotionnels et énergétiques avec autrui ? Comme avec ton supérieur, personne ne sera là pour ramasser les morceaux, quand après coups tu seras seule et malade. Veux-tu revivre ce que tu as ressenti aujourd’hui ?

Non.

Alors prend en considération ce que nous te disons.

Mais comment faire en pratique ?

N’ignore jamais un mal de gorge. Cela veut dire, chez toi, que tu ne t’es pas respectée. Tu as alors besoin de beaucoup de douceur pour compenser l’impact énergétique de cette propre violence que tu t’es faite à toi-même, sans en avoir conscience.

Ah, d’où la violence extérieure manifestée avec cet accrochage de voiture… Je ne comprenais pas… J’ai analysé mon schéma mental inconscient après coup. J’avais senti l’impact venir juste avant, mais je n’ai pas contrebraqué en me disant « ce n’est pas grave, ce n’est qu’un trottoir », comme si j’étais indifférente à ce qui arriverait, comme si je me punissais pour quelque chose, plutôt que de chercher à éviter le choc et prendre soin de moi. Sauf que finalement, ce n’était pas juste un trottoir, le choc a été violent et ma voiture a été abimée…

Cette indifférence, ce « laissé aller », ayant causé cet accident, est le miroir extérieur de la façon dont tu te traites intérieurement dans tes relations énergétiques à autrui. Tu ne peux pas te dire, « ce n’est pas grave, ce n’est que X temps passé à aider un tel ».

Nous serons très fermes sur ce point-là : tu n’as pas aujourd’hui la capacité physique d’aider autrui comme tu le souhaiterais, malgré tes connaissances acquises. Tu le sens inconsciemment, c’est bien pour ça que tu ne te sens pas du tout prête à donner des soins à autrui, encore moins à chercher un statut de thérapeute. Si tu veux aider autrui, publie tes articles sur ton blog. Si quelqu’un veut te poser une question sur son contenu, qu’il le fasse ici. Ce sera ça ou rien. A prendre ou à laisser. Nous n’avons pas le temps que tu te disperses au jour d’aujourd’hui, si tu veux pouvoir avancer sur ta propre voie.

Hum… « Nous n’avons pas le temps ». Combien de temps va durer cette initiation ?

[XX] jours. Utilises-les bien, ce n’est pas une opportunité à sous-estimer. Alors ne prévois rien de trop fatiguant pendant cette période-là. Laisse-toi du temps libre et fais-toi confiance pour avancer. Nous ne travaillons pas seulement quand tu écris, mais aussi pendant tes méditations et tes nuits.

Oui, j’avais remarqué. D’ailleurs, je ne vais pas pouvoir tenir ce rythme de sommeil là tant de jours…

Couche-toi tôt. Discipline-toi. Ta priorité, c’est ta santé, donc ton sommeil. Quoi qu’il arrive et peu importe qui t’appelle. C’est l’occasion de reprendre un rythme stable. C’est l’occasion de te remettre en phase avec ton environnement.

C’est vrai que les réunionnais sont plutôt des lèves tôt… J’ai entendu ton conseil.

N’attends pas d’avoir une raison pour te lever. Lève-toi pour trouver une raison d’avancer. C’est en pensant ainsi que tu attireras à toi les énergies favorables. Tu peux mettre en place une discipline tout en t’écoutant et en te respectant.

C’est là où j’ai du mal tu vois… Je me lève tard, parce que je me sens fatiguée, mais je n’arrive pas toujours à savoir si c’est parce que j’ai mal dormi, parce que j’ai une crise de fatigue chronique, ou bien simplement parce que je n’ai pas le moral et que je devrais me bouger.

Peu importe la situation, rien ne t’empêche de faire preuve de douceur. Tu n’es pas obligée de te lever exactement à heure fixe précise tous les jours. Tu peux t’adapter à ton état. Prends un temps le soir pour te connecter à ton corps et lui demander « de combien d’heures de sommeil ai-je besoin pour me reposer et respecter mon corps ? ». Prendre soin de son sommeil, c’est aussi prendre soin de soi. Comme toutes les personnes ayant une blessure d’amour de soi-même, cela demande un travail et un réel effort. Il faut mettre un place une discipline, des outils pour aider.

Nous savons que c’est un sujet qui te préoccupe, et qui a aussi fait l’objet de question d’une de tes lectrices. Nous reviendrons dessus à l’occasion, car c’est un très vaste sujet en réalité. Et de la qualité de vos nuits, dépend la qualité de vos jours, sois en persuadée. Donc, une des meilleures façons d’améliorer rapidement votre qualité de vie est d’améliorer votre qualité de sommeil. A bon entendeur.

Merci.

4 février 2017

Transmuter la colère

Artiste :

Artiste : Guweiz

Ça y est, mon contrat de rupture a été signé. Après des semaines et des semaines à en avoir parlé, c’est un fait concret, avec un morceau de papier signé. Mais plutôt que de me sentir heureuse et soulagée, je me sens effrayée. C’était mon but de ces derniers temps, quitter des conditions de travail toxiques qui ne me convenaient plus. Et maintenant ? C’est la porte ouverte sur un grand vide, un horizon des possibles. Je devrais être excitée, motivée, avoir mille idées et envies. Mais ce n’est pas le cas. Je me sens envahie d’émotions contradictoires, de tristesse et de peurs.

Je suis libre. Mais libre d’aller où ?

J’ai décidé que je ne voulais plus suivre la voie de mon mental, des « il faut », des attentes parentales, des jugements de la société, des « ça serait parfait sur mon CV ». Pour apprendre à suivre la voie du Cœur et donc l’appel de mon âme. Mais que me dit cette dernière ? Rien. Elle ne m’offre qu’un bref aperçu du tout petit prochain pas à faire, dans mon désert couvert de brume. Alors j’avance pas à pas, un jour après l’autre, sans savoir où je vais, ni pourquoi. Ni même si cela a un sens. Et c’est effrayant ! Il n’y a pas de panneaux de destination finale, et je n’ai aucune idée de l’endroit vers lequel je me dirige.

Ce qui est bien une particularité de la reliance et de la guidance du Milieu. Tâtonner, essayer, chercher, se tromper maintes fois, avant d’être capable, longtemps plus tard, de faire le choix qui nous correspond. De mettre après coup les pièces de puzzle ensemble et de comprendre le schéma qu’on a suivi et la cohérence qu’il y avait derrière sans qu’on le sache. C’est avec le recul que les choses prennent sens.

Qu’est-ce que j’aimerai avoir ce recul sur ma vie au jour d’aujourd’hui ! Alors qu’elle me semble ne ressembler à rien. A un tas de « que de souffrances » accumulées sur un blog. Pour me mener où ? Nulle part, parce que c’est ça l’illusion, il ne faut pas chercher à aller quelque part, à atteindre quelque chose, mais « simplement » à Etre. A trouver la paix en soi.

Objectif qui parfois semble quasi impossible pour une hypersensible. Comment trouver la paix, quand on est constamment en train de faire des montagnes russes avec nos émotions ? Qu’un rien, une phrase, une image miroir, une situation inattendue peut appuyer sur nos blessures et d’un seul coup provoquer des « états d’âme » à l’apparence insurmontable ? Et la vie se fait un malin plaisir à nous mettre ces miroirs partout sur notre chemin, pour nous donner les secousses nécessaires à notre évolution.

Mais voilà, on n’est aussi que des êtres humains. Et parfois on fatigue, on vacille, on se décourage. Etre hypersensible c’est épuisant. Si vous saviez la charge énergétique que l’on dépense à chaque fois que notre corps émotionnel est percuté par nos propres émotions, mais aussi celles des autres. Et à ne pas y manquer, aujourd’hui, en passant récupérer mes papiers, j’ai été frappée de plein fouet par la colère de mon supérieur, sur un sujet qui ne me concernait même pas. Mais il a craché son venin, comme un serpent colérique, devant moi et cela est passé à travers mes barrières.

Pourquoi la méthode du cube n’a-t-elle pas marché ? Bon, je sais pourquoi, je n’ai pas mis assez de concentration et d’efforts dans la création de ma barrière. Je l’ai fait à l’arrache, en me disant que cela suffirait, parce que je ne pensais pas voir mon supérieur, puisque sa voiture n’était pas là. Résultat, ça n’a pas loupé, je me suis mangée ces pics émotionnels de plein fouet. Je vous le dis, reliance au Milieu, la moindre erreur vous vous la mangez dans la figure…

Surtout lorsqu’on t’a donné la technique. Tu n’avais pas d’excuse pour ne pas la réaliser correctement. Tu as été négligente. Tu peux faire mieux que ça.

Oui, j’ai compris… Vous n’avez pas jugé nécessaire de limiter l’impact énergétique pour moi…

Il faut que tu te rendes compte de l’importance de la gestion de tes corps énergétique et émotionnels par toi-même. Ce n’est pas te rendre service que de te choyer. Nous ne serons pas toujours là pour ramasser les dégâts derrière toi. Tu dois apprendre à être autonome et à gérer par toi-même toutes les charges émotionnelles que tu laisses pénétrer dans ton champ énergétique.

Ah… la douceur de l’Ombre. Qu’est-ce que cela veut dire, « nous ne serons pas toujours là pour ramasser les dégâts derrière toi » ?

Nous ne sommes pas tes guides attitrés, nous sommes venus accompagner ton initiation à l’Ombre, selon un certain pacte passé (avant ton incarnation).

Ohhh… vous êtes des Démons ?

Nous ne dirons pas ce que nous sommes pour ne pas t’effrayer.

Pourquoi ça ?

Nous ne sommes pas des entités de l’Ombre qui se rencontrent à tous les coins de rue. Mais nous te sommes redevables d’un service, aussi nous respectons notre engagement à te Servir.

Ohh, j’aime encore moins ça.

Tu as été une grande combattante, par le passé, mais tu l’as oublié avec ton incarnation. Nous sommes venus te le rappeler. Ta puissance n’appartient qu’à toi, et il est dommage que tu l’ais muselé par peur de qui tu es.

Et qui je suis ?

Une guerrière de l’Ombre.

J’ai mal entendu, je crois ?

Si tu as autant de respect pour Camille Fraise, ce n’est pas pour rien. Dans une autre vie, vous avez combattu ensemble.

Euh… Comment pourrais-je avoir été une guerrière de l’ombre dans une autre vie si mon âme a une reliance au Milieu ? Là, je me sens très mal à l’aise par rapport à ce que tu me dis.

Nous te montrerons. Remets ta pierre pour clarifier les rêves sous ton oreiller et nous te montrerons des fragments de tes vies antérieures.

Je ne comprends toujours pas.

Pourquoi as-tu à avoir peur du futur, alors que tu possèdes entre tes mains la puissance de te battre ? Pourquoi avoir peur de l’adversité, alors que tu peux faire face à n’importe quelle menace ? Pourquoi avoir peur d’oser Etre alors qu’une force puissante coule en toi ? De quoi as-tu peur ? Qu’est-ce qui te retiens ? Pourquoi t’es-tu laissé endormir de cette façon ?

A une époque de ta vie, tu as su te battre. Tu as su te battre mentalement et subtilement pour défendre une personne que tu aimais. Tu as su te battre pour surmonter ton addiction à la scarification.

Par amour pour cette personne. Je sais me battre pour les autres. Mais je ne sais pas me battre pour moi-même.

Quel dommage petite fille. Pourquoi serais-tu capable de te battre pour quelqu’un d’autre que tu aimes, et pas pour toi-même ? A moins que tu ne t’aimes pas suffisamment pour avoir le courage de te défendre ? De la même façon que tu as la flemme de prendre au sérieux ta protection contre les charges émotionnelles ?

Que veux-tu que je te réponde ? Que vous aimez mettre le doigt là où ça fait mal ? Je sais que c’est une de mes failles. Mais je ne sais pas comment la résoudre.

Accepte ta part d’Ombre, accepte la Guerrière en toi. Tu ne te considéreras alors plus jamais comme faible, malgré ton hypersensibilité et ton Cœur grand comme un océan. Tu reconnaitras ta force, tu sauras que tu es capable de surmonter n’importe quel obstacle, peu importe la difficulté de la vie. Si les épreuves que tu vies sont de plus en plus dures et te poussent dans tes derniers retranchements, c’est pour te forcer à te reconnecter à cette part de toi.

Cette part de toi que tu as renié en blessant involontairement certains proches à toi. Parce qu’incapable de contrôler ta rage et ta colère contre toi-même, tu la reportais sur autrui pendant ton adolescence.

Ce n’est pas une fatalité. Comme nous te l’avons expliqué, combattre n’est pas synonyme d’attaquer. Il s’agit de canaliser. Canaliser la force de l’attaquant. Canaliser ta propre puissance. La colère peut se transmuter en énergie constructive, elle n’a pas de raison de rester une force destructrice.

Parfois la destruction est nécessaire, afin de faire tomber des préjugés, des barrières, des restrictions inutiles apposés par votre mental, votre éducation et votre société. Mais cette destruction-là ne se fait jamais dans une intention de violence, mais d’évolution. Et même si vous ne le percevez pas, elle est alors finement encadrée par vos guides, afin de ne pas dépasser les limites supportables.

Oui, enfin ça c’est votre vision… Parce que les limites du supportables, c’est subjectif. Vous n’êtes pas dans un corps incarné avec un corps émotionnel !! C’est toujours plus facile d’observer de l’extérieur *grmf* ça me fait grincer des dents. Si je savais comment « accepter la guerrière en moi », cela fait longtemps que je l’aurais fait ! Sans blague !

Plutôt que de te plaindre, tu pourrais canaliser cet énervement. Nous te proposons d’apprendre à créer une arme astrale grâce à laquelle tu transmuterais ces émotions « négatives » en puissance de combat.

Et ce n’est pas dangereux ça ? Une telle arme ne risque-t-elle pas de se retourner contre moi-même ou d’être utilisée à mauvais escient sous le coup de la colère ?

Tout d’abord, nous t’apprendrons la technique et il sera important que tu la respectes à la lettre. Mais tu ne la publieras pas ici, car en effet, un mauvais usage pourrait causer des dégâts énergétiques.

Ensuite, pour pouvoir utiliser une telle technique, cela nécessite plusieurs prérequis :

  • Avoir un cœur « pur » et par là, j’entends : aimant et profondément respectueux de la vie. C’est un cœur qui n’est pas capable de se défouler sur autrui, parce qu’il aime chaque flamme divine et chaque chose vivante et qu’il les respecte trop pour les blesser sans nécessité absolue. Mais pour cela, il faut être capable de l’écouter et de le suivre.
  • Avoir un mental qui ne juge pas. Il ne faut pas s’arrêter aux vues de l’Ego. Dépasser tout jugement est une de clés qui permet de se connecter à la flamme divine des autres et donc d’être en lien avec une forme d’amour inconditionnel.
  • Connaitre la puissance des émotions : on vous apprend dans la spiritualité classique, qu’il faut vous détacher des émotions pour devenir comme le sage. Mais dans l’Ombre, on se sert des émotions comme d’un carburant que l’on transmute pour nourrir la Volonté. Cela nécessite évidemment de savoir les identifier, se distancier d’elles pour ne pas se laisser diriger par elle.

Euh, sur ce dernier point, j’émets des réserves. Je ne suis pas sûre d’avoir une distanciation suffisante avec mes émotions !

Tu te sous-estimes. Peut-être pas concernant la tristesse, mais tu as passé le test concernant la colère. Tu as su cette semaine faire face à cette colère irrationnelle et puissante qui t’a animé en réaction à l’activation d’une de tes failles. Tu l’as d’abord contenue, sans la diriger vers d’autres personnes. Puis tu l’as redirigé pour passer en mode guerrière et prendre la décision d’accepter l’initiation qui t’a été proposée et le manifester en intention concrète. Enfin tu as questionné ta colère, tu as cherché à comprendre son origine, son message, l’émotion cachée derrière.

Oui, et le soufflé est retombé suite à ça. Ce qui m’a fait me dire qu’en effet, je m’étais nourrie physiquement de l’énergie de cette colère. Mais cela me pose question. Si tu utilises la charge émotionnelle de la colère pour une action astrale, alors tu renonces à l’enseignement que t’apporte cette émotion sur une de tes blessures ?

Bien au contraire. Tu peux transmuter cette énergie dans l’astral, et questionner quand même l’émotion. Elle sera juste vidée de sa charge énergétique, et cela aura donc moins de répercussion sur ton corps énergétique, donc moins de fatigue après coup.

Hum. Donc tu me dis que c’est une action gagnant-gagnant ?

Seulement si tu es capable de mettre en place dans ta vie tous les prérequis cités. C’est pourquoi nous avertissons les lecteurs qui souhaiteraient tester par eux-mêmes : ne tentez pas ce genre d’exercice sans la guidance personnelle appropriée. L’Ombre n’est pas un jeu, et le retour de bâton d’une action énergétique non maitrisée pourrait faire mal.

Pourquoi alors vous m’autorisez à en parler ici ?

Parce que tu en as besoin. Pourquoi publies-tu ?

Je ne sais pas… Pour donner une réalité concrète à mes textes ? Pour les ancrer dans la « matière » même si c’est de façon virtuelle ? A vrai dire, je ne m’explique pas le besoin que je ressens de publier mes échanges avec mes guides. Je pourrais les laisser dans mes dossiers privés.

Et à quoi cela servirait-il ?

Drôle de question. Cela me sert avant tout à moi. Donc concrètement, une fois que j’ai l’info, ça devrait être suffisant, non ?

Il est plus facile d’accepter la médiumnité quand on comprend la façon dont cela sert pour soi-même. Mais la vérité, c’est que la médiumnité sert toujours à autrui, même si vous pouvez avoir beaucoup de mal à l’accepter au départ. Donc tu ressens le besoin de publier, même si tu ne comprends pas encore en quoi cela aide autrui. Ce n’est pas grave.

En plus, j’ai cru comprendre que les guides de l’Ombre apprécient rarement qu’on étale leurs enseignements. Ils n’aiment pas ça, ils préfèrent rester discrets.

Nous ne sommes pas des guides de l’Ombre et tu as une reliance au Milieu. Tu as plus de libertés, même si elle aura ses limites dans les partages. La logique et le raisonnement oui, les prises de conscience oui. Mais les techniques précises, non. Nous ne donnerons pas les armes aux personnes mal intentionnées qui pourraient te lire. Les connaissances s’acquièrent. Ce qui te sera donné, ne sera obtenu que si tu l’as mérité ou bien parce que tu l’auras déjà apprivoisé dans une vie passée. Certains enseignements ne seront que des rappels.

Bon, je reste sidérée par cette tournure des évènements…

Remets toi de ta surprise et avance, c’est ce pourquoi tu nous as sollicité. Maintenant que c’est fait, tu ne peux qu’avancer, il n’y a pas de retour possible en arrière.

Soit, je vous remercie.

1er février 2017

 

Le combat n’est pas l’attaque

Artiste :

Artiste : Ihirotang

J’ai longtemps cherché quelle était ma forme de reliance au Divin, était-ce à travers la Lumière, le Milieu ou l’Ombre ? Attention, ici Ombre et Lumière n’ont rien à voir avec les termes de Bon ou de Mauvais [jugements purement de l’ordre du mental humain]. Ce sont juste des chemins différents choisis par l’âme pour avancer et retrouver son unité avec la Source. On va dire que la reliance donne une coloration sur la façon dont l’âme évolue, en choisissant de vivre la source à travers l’Amour ou la Volonté. Mais celle qui vous en parlera le mieux, et qui m’a permis de mettre des mots sur mon vécu, c’est Sylvie, et je vous invite à faire un tour sur son blog si la notion de reliance vous intrigue (cet article est un bon début :  Ce canal  )

Au-delà de cet aparté, autant vous dire que la reliance à l’Ombre suscite de nombreux préjugés (associé au mal, à l’égoïsme, à la soif de pouvoir, à la manipulation et la domination), y compris chez moi puisque je pourrais vous en sortir des tartines, sans même savoir d’où me viennent ces stupides idées reçues. Autant vous dire que quand j’ai appris les différentes formes de reliance, mon mental avait clairement envie d’avoir une reliance à la Lumière. Sauf qu’on ne choisit pas notre type de reliance, enfin c’est notre âme qui l’a choisi, et ce il y a perpète, souvent au début ou en cours de cycle d’incarnations semble-t-il. Et je me suis prise une sacrée porte dans la figure quand j’ai voulu m’accrocher à l’idée d’une reliance à la Lumière.

J’ai mis beaucoup de temps avant d’accepter l’idée d’avoir une reliance au Milieu. Parce que le Milieu, c’est putain de compliqué – vous m’excuserez le terme. En gros, c’est là où vos guides vous demandent le plus de vous débrouiller tout seul. Cela ne veut pas dire que vous n’en avez pas, ou que vous n’êtes pas guidés, mais que vous devez vous débrouiller par vous-même pour accéder aux guidances, et pour comprendre un certain nombre de choses. Et la pire de ces choses je crois, c’est le discernement. Parce qu’un mauvais choix entraine alors des retours de bâton, jusqu’à ce que l’on comprenne nos erreurs. On n’est pas choyés et aidés pour réparer les erreurs comme Sylvie le témoigne dans sa façon de vivre sa reliance à la Lumière.

Mais dans tous les cas de reliance, il ne faut pas croire qu’être médium est une partie de plaisir. Ce n’est pas parce que l’on a des capacités médiumniques, que l’on s’est reconnecté pleinement et entièrement avec son Esprit, au point de l’incarner à chaque instant. Au contraire, cela nous pousse souvent à devoir sacrément bosser sur notre égo, nos blessures émotionnelles, nos failles énergétiques, et ce n’est pas tous les jours faciles – soyons honnêtes. Cela apporte son lot de qualités, comme son lot de difficultés, car il faut souvent gérer une quantité d’informations (énergétiques, qui vibrent aussi sur le plan émotionnel) plus importantes qu’une personne sans. Parfois certaines expériences peuvent être très déplaisantes (âmes errantes agressives, larves et vampires énergétiques, énergies très denses et plombantes dans certains lieux, attaques énergétiques etc).

Tellement qu’il est assez fréquent que de jeunes médiums soient effrayés, malmenés, choisissent de renier leurs capacités face à ces difficultés. Qui a envie de se prendre la tête avec ça, quand d’autres gens de votre âge font la fête ? Vous l’aurez compris, je fais partie de cette classe-là. Mais l’appel de l’âme est plus fort que celui de l’égo, et à un moment on doit bien admettre cette petite particularité, si l’on veut entamer le processus d’acceptation entière de soi-même. Et donc apprendre au passage à vivre avec ! Je suis médium, et alors ? Finalement, cela fait juste de moi quelqu’un avec un plus dans un certain domaine, quand d’autres sont des cuisiniers nés, des artistes ou sont super doués en math. Evidemment, ces dernières qualités sont plus faciles à faire valoir dans notre société actuelle, lol.

Et je ne sais même plus où je voulais en venir.

Tu voulais en venir au fait, qu’on peut avoir une reliance donnée, mais cependant des guides provenant de toutes les reliances. Par exemple, avoir une reliance au Milieu, mais des guides liés à l’Ombre, le Milieu et la Lumière.

Oui… Cela parait logique, surtout avec une reliance au Milieu, où finalement on oscille plus facilement entre les différents enseignements des deux reliances complémentaires. Je le sais sur le papier. Mais l’accepter en pratique, c’est autre chose vois-tu.

C’est pourquoi tu as toujours fui devant tes guides de l’Ombre.

Encore une fois, et je ne m’en cache pas, je ne suis en effet pas très à l’aise avec eux. Pourtant, j’ai pu voir la beauté d’une reliance à l’Ombre. Mon ex-compagnon était de ce type, et je n’ai jamais rencontré un homme aussi respectueux des autres et de leurs opinions, aussi tendre et aimant. Les deux ne sont pas incompatibles. C’est aussi la personne à la Volonté la plus forte que je connaisse, il a tout acquis à la sueur de son front, avec un travail acharné et constant. Ce qui est assez impressionnant je l’avoue.

Et qui t’a en partie séduite.

Oui, j’apprécie la Volonté déployée avec sagesse et respect. Que ce soit le respect de soi même, d’autrui ou de toute forme de vie.

Alors qu’est-ce que tu reproches à l’Ombre ? Qu’est ce qui t’empêche de t’ouvrir pleinement à la guidance d’un Ange sombre ?

Et bien… Qu’est-ce que je n’aime pas cette question. La peur évidemment. Les préjugés aussi, même si j’ai travaillé à les déconstruire. Disons que je n’aime pas l’idée de devoir répliquer à une attaque par une attaque.

Alors tu préfères te faire saigner à blanc, comme dans ton rêve, plutôt que de te défendre ? Où est le respect de soi là-dedans ?

J’ai appris que la violence n’était jamais légitime.

Ah oui ? Alors tu dirais à une femme qui se fait menacer de viol et frapper qu’elle n’a pas le droit de se défendre avec ses poings ?

Non, je ne dirais pas ça. Si on m’agresse physiquement, il est hors de question que je reste inerte. Je répondrais avec les poings.

Et pourquoi en serait-il différemment sur un plan énergétique ? Pourquoi te laisserais-tu lacérer à coups de sabres ? Juste parce que cela n’a pas de réalité matérielle ? Mais qui est fatiguée après ? Ou se retrouve à devoir gérer l’impact émotionnel d’une telle violence formulée à son égard ?

C’est moi… Et oui, cela me pèse moralement.

Qu’as-tu appris de l’Aïkido ?

Que c’est un art martial pacifique et respectueux, qui vise seulement à retourner l’énergie de l’attaquant contre lui-même.

Et bien, il est temps de mettre en pratique cet enseignement dans les plans subtils. C’est un tort de penser que le combat est synonyme d’agressivité. Tu peux être une combattante respectueuse de la vie et d’autrui, les deux ne sont pas incompatibles. Tu peux même être une combattante POUR la vie. Il n’y a rien de mal à combattre. Voilà ce qui te retient à rendre les coups.

Il est temps que tu prennes conscience de cette limitation, car il ne te sera pas possible de faire face à ces attaques sans ça. Je le répète, le combat n’est pas synonyme de mal. Le combattant sage est celui qui possède le plus de force, car il a le choix de quand combattre et comment combattre. Tu peux désarmer un ennemi, comme le blesser superficiellement ou plus profondément, ou bien le tuer.

Tu peux combattre dans la paix intérieure, le calme et l’amour. Tu peux combattre pour protéger quelque chose qui te tient à cœur et est menacé. Tu peux combattre pour celui qui n’a pas la possibilité de se défendre. Le combat n’est pas synonyme d’attaque. Le meilleur combattant est même celui qui n’a pas besoin de sortir son arme, en réussissant à désamorcer un conflit par un autre moyen, la parole bien souvent, le regard, le charisme, les énergies qu’il dégage.

Mais comme le monde est vaste et que la Source vous a donné le libre arbitre, celui d’expérimenter toutes les possibilités, certains d’entre vous choisissent la violence, la domination et la soif de pouvoir. Alors ils utilisent le combat à ces fins-là. Ce qui crée cette image si négative du combat chez vous.

Pourtant, n’as-tu pas eu dans ton adolescence des modèles de combattantes ?

Si, l’un d’elle, ma préféré, Ellana est une combattante très douée. Et d’autres aussi…

Celles qui font face à la menace, aux attaques, qui se tiennent debout sur leur deux jambes et sont capables de se défendre. Mais aussi celles qui sont capables de contre-attaquer pour défendre quelque chose qui leur est cher.

Tout est toujours une question de but. Si tu combats avec dans ton cœur la flamme de l’amour et de la justesse, crois-tu que cela soit en désaccord avec ton âme ? L’Ombre c’est cela. C’est savoir défendre ses valeurs tout en respectant son Ame. Ce n’est pas tombé dans la violence par soif de pouvoir et en suivant l’égo de façon aveugle.

Dans toute religion, tu trouveras une force combattante. Prends par exemple le Christianisme et l’archange Saint Michael avec son épée. Il est parfois nécessaire de trancher la tête du dragon, pour pouvoir permettre à cette énergie de renaitre sous une forme libérée, qui ait de nouveau un choix d’évolution possible. Comme le décrit Camille dans son post.

Même dans le Bouddhisme ?

Dans le bouddhisme, le combat est immobile, il se joue contre les désirs et les aspirations de l’égo. Le dragon est intérieur à chacun, même s’il peut se refléter à l’extérieur.

Hum… je ne connais pas assez cette spiritualité pour pouvoir le dire ou pas.

L’important n’est pas là. L’important est de comprendre que tu peux et dois te saisir de ta facette de guerrière. Parce que cet aspect fait partie de toi. Il fait partie de chaque femme à vrai dire et de chaque homme. Il doit simplement être compris et dirigé en conscience. Lutter pour maintenir un commerce face à une situation de crise économique est un combat. Lutter contre une maladie et les pensées négatives associées est aussi un combat.

Le combat peut être mené sur de nombreux fronts et pour de nombreuses raisons. L’important étant qu’il soit mené selon le Cœur, qui exprime la volonté de l’âme. Ainsi, tu pourras te libérer de la peur de te voir dominer par ton égo et de tomber dans la soif de puissance. Nous pouvons te le dire, si tu prends ce chemin-là, nous serons les premiers à venir t’aider à remettre à sa place ton égo.

Oui, j’ai remarqué ça aujourd’hui… et vous ne faites pas dans la dentelle.

Nous faisons dans l’efficace, nous ne prenons pas de pincette, ou rarement, et c’est ce que tu n’aimes pas dans la guidance de l’Ombre. Nous ne tolérons pas les apitoiements et les jérémiades.

C’est si joliment dit… Je peux comprendre que vous soyez directifs et que vous ne passiez pas par quatre chemins pour mettre en avant une faille. Mais simplement, j’aimerais que vous preniez en considération que je suis une personne incarnée hypersensible. Et que certains chocs émotionnels ou mentaux peuvent se répercuter profondément et la résonance rester longtemps… La manière d’amener les choses peut faciliter l’acceptation. Il serait donc d’autant plus efficace et rapide de le prendre en compte dès le départ.

Soit. Nous t’avons entendu. Cela ne veut pas dire que nous serons moins directifs, mais nous veillerons à ce que l’impact émotionnel soit minoré afin d’accélérer le processus d’assimilation.

C’est déjà ça, lol ! Merci ! Et merci pour cette leçon sur le combat.

La prochaine fois, tu pratiqueras.

Oh… youpi ?

31 janvier 2017

 

La vérité crue

Artiste :

Artiste : Kuvshinov-Ilya

On dirait que c’est une période difficile pour plein de gens, notamment d’autres médiums que je lis. Peut-être les énergies sont-elles perturbantes ?

La prochaine nouvelle lune est proche et elle sera forte. C’est une bonne idée de participer au cercle de femme de méditation. Cela permettra d’ancrer des énergies de changement en toi.

Et d’accueillir l’archétype de l’Adolescente, la part féminine de nous qui vit le changement et la construction de soi ? C’est un concept intéressant. Je sais définitivement que j’ai mal vécu l’émergence de la mienne durant mon adolescence. Je n’acceptais pas mon corps, mon père rejetait l’apparition de ma féminité et la transformation de mon corps et cela m’a beaucoup marqué. Je me sentais en mal d’amour alors que j’étais harcelée et moquée au collège…

Et pourquoi parler de ça me donne des crampes soudaines aux ovaires ?

Tu évacues des énergies, laisse faire. C’est normal que ce soit difficile, désagréable et fatiguant. Un certain nombre de petites prises de conscience te sont venues ces dernières semaines.

Alors, sais-tu pourquoi tu écris sur ton blog ?

Et bien j’en ai pris conscience ce matin en lisant un des millionièmes commentaires de Mélissa sur le blog de Sylvie. Qui crie à l’aide, encore et encore, sans fin. Et j’ai réalisé que moi aussi je faisais ça sur le blog de Sylvie avant, même si c’était d’une autre manière et moins visible ou invasif…

Finalement, je me suis mise à écrire ici ce que je vivais et ressentais simplement pour m’exprimer et me soulager sans avoir à polluer le blog des autres, sans avoir à l’imposer aux autres. Ainsi ceux qui lisent sont ceux qui trouvent un écho dans mes mots, dans mon vécu. Ils le font par choix. Et pas parce que j’ai envahi l’espace de quelqu’un d’autre…

Donc en gros cet espace te permet de décharger tes propres énergies sans affecter autrui c’est ça ?

Oui, mais pas seulement. Parce qu’une fois que j’ai déposé ces émotions, ces ressentis et ces énergies devant moi, alors je peux travailler dessus. J’arrête d’attendre désespérément que quelqu’un me donne la solution, j’arrête d’attendre d’être sauvée par une personne extérieure. J’imagine que c’est une manière de construire et d’avancer à ma façon. Même si elle me semble très maladroite.

Qu’est ce qui te fait dire ça ?

Je ne sais pas… Je sais que mes mots font écho auprès de quelques personnes, et j’en suis heureuse. Mais quand je lis d’autres personnes, je me trouve bien maladroite, bien confuse… J’ai l’impression de passer mon temps à me plaindre et de ne pas écrire des choses constructives.

Et tu te dévalorises. Parce que tu te compares à autrui. Mais les autres ont trouvé leur spécialité comme tu dis, pour Camille Fraise c’est le rêve lucide, pour Sylvie c’est le channeling de connaissances spirituelles. Alors que toi tu écris sans but et de façon aléatoire. Juste pour vider ton trop plein d’émotion, ton empathie et ton hypersensibilité que tu gères mal.

Tes écrits n’ont aucun objectif envers les autres, ils sont justes là pour t’apaiser toi. Tu ne peux donc pas attendre qu’ils aient la même profondeur ou la même portée. Ce n’est pas comparable…

Je sais bien mais… Je ne sais pas comment l’exprimer…

Tu voudrais déjà avoir construit quelque chose qui t’apporte une reconnaissance en lien avec le plan spirituel. Mais pourquoi ça ? Parce que tu ne te sens pas acceptée pour cette partie-là de toi. Quelque part tu cherches une forme d’approbation ici. Or, pas de chance, il n’y a personne pour t’en donner ?

… Je ne sais pas qui tu es comme guide sombre, mais je ne te trouve pas très doux… J’ai envie de pleurer et c’est comme ça que tu me soutiens ?

Mon objectif n’est pas de te faire pleurer, mais de t’aider à voir la vérité, même si elle est douloureuse. Tu n’arrivais pas à voir la raison pour laquelle tu écrivais sur ton blog, tout simplement parce que tu ne voulais pas l’admettre. Tu sais déjà que ce n’est pas pour aider les autres, mais pour t’aider toi. Or tu pourrais très bien écrire, sans publier sur un blog et le garder pour toi, non ? Pourquoi ne le fais-tu pas ? Pendant des années tu as écrits des poèmes et des textes sans forcément les publier. Alors pourquoi ? Parce que tu es incertaine, parce que tu manques de confiance en toi. Que tu as envie que les gens te disent « ouah, c’est fou ce que c’est vrai, moi aussi je vis ça » ou bien « courage, tu peux y arriver », ou seulement qu’il donne foi à ta vérité en acquiesçant. Pourquoi regardes-tu si tu as des visites de Martinique ? Parce que tu aimerais bien que parfois Sylvie te lise et approuve ce que tu dis. Mais pourquoi le ferait-elle ? Elle sait d’ailleurs qu’elle ne le doit pas. C’est pitoyable…

Comment ça « c’est pitoyable » ? Je ne vois pas pourquoi je laisserai quelqu’un me dire ça, même un pseudo guide ou une entité !

C’est pitoyable, parce que tu continues de te lamenter sur toi-même et d’attendre une aide et un soutien de l’extérieur. Et au lieu de le faire sur le blog d’autrui, tu le fais sur le tien. Es-tu contente maintenant de savoir pourquoi tu écris ici ?

Je n’aime pas ta façon de me parler, je n’aime pas ta façon de me provoquer et de me bousculer.

Et oui, tous tes guides ne t’apportent pas de la « douceur » bien que tu aies largement ta part de libertés. Et un peu trop celle de te lamenter à mon goût. Au lieu de te plaindre en long et en large, tu ferais mieux de travailler.

Mais c’est la seule façon que j’ai trouvé pour me connecter à mes guides et échanger. Celle d’ouvrir mon cœur, je n’y peux pas grand-chose s’il est rempli de tristesse et de désespoir en ce moment… Je n’aime pas ta façon de faire.

Parce que je parle crument et mets le doigt sur des choses qui ne te plaisent pas ? Des fois ça te fait du bien, ou disons que c’est plus rapide pour te faire avancer. Tu as parfois besoin d’être un peu secouée, pour t’insurger, redresser la tête et protester. Alors tu as un peu plus la niaque pour avancer, plutôt que d’être passive et de rester dans ton malheur.

Tu n’es pas obligé de continuer à me parler, mais moi je ne suis pas comme tes autres guides.

Tu m’as plutôt l’air d’un génie farceur et j’ai l’impression qu’on a déjà échangé une fois par le passé et que je n’avais pas apprécié.

C’est vrai, mais tu devrais relire cet échange et voir ce que tu en as tiré d’utile. A vrai dire, c’est plus un marché qu’on a passé. Et tes guides ne me laisseraient pas approcher si je te mettais réellement en danger. Je viens juste te chahuter, « sore dake desu » comme tu dirais en japonais. Prends-le comme un jeu pour moi, celui de voir jusqu’où je peux te pousser.

Et qu’est-ce que tu en retires ? Je ne comprends pas vraiment.

Pourtant, tu n’es pas trop étonnée. C’est vrai que tu t’es braquée la première fois. Mais je ne viens qu’exceptionnellement. Disons que la période aux énergies un peu chaotiques m’est favorable pour me manifester auprès de toi. Tes repères sont chamboulés, tu es fatiguée, donc moins sur tes gardes. Tu n’es pas très facile à approcher tu sais, comme une souris très vite effrayée, qui se réfugie derrière ses guides, même si elle ne les sent pas. Tu es vraiment une trouillarde en fait.

« Pitoyable », « trouillarde », c’est tout ce que tu as à me dire ? Parce que si c’est l’opinion que tu as de moi, je ne vois pas pourquoi tu t’embêtes à venir me parler et à perdre ton temps avec moi. Ce n’est pas comme si je t’avais appelé. Ni comme si j’avais demandé à me faire insulter… Je ne me sens pas bien, et tu crois que ce que tu dis va me motiver ?

Non, cela va t’énerver, et raviver un peu la flamme de la guerrière en toi. Parce qu’apprendre à accueillir et à recevoir c’est bien. Etre dans l’amour et la lumière et tout ça blablabla c’est bien. Mais cela ne t’aide pas à manifester ta volonté. Tu peux apprendre à accueillir et être femme, tout en étant combative. Là où tu confonds les choses, c’est de penser que le combat ne se fait que par l’attaque et l’agressivité. Il peut aussi se faire dans la douceur, la subtilité, l’esquive et le détournement des énergies de l’attaquant. Pour ça il faut pleinement accepter et accueillir ces énergies agressives pour les retourner efficacement. Disons que je suis là pour te secouer quand tu te laisses un peu trop aller. Tes guides me laissent te parler, parce qu’ils savent que c’est utile, et qu’ils ne sont pas capables d’être aussi crus, les trouillards.

Je vois que tout le monde en prend pour son grade.

Je suis le Fou, celui qui ne respecte ni les hiérarchies, ni les convenances. Celui qui secoue les croyances, celui qui fait pleurer et rire en même temps. Celui qui n’a cure du temps et celui qui aime observer les gens trébucher. Car c’est en tombant qu’on apprend à se relever. Cela peut te sembler cruel, mais je ne suis pas une entité humaine, la cruauté se situe à d’autres niveaux pour moi, je ne vois que l’utilité. Or l’expérience est la meilleure des alliées. Tu commences seulement à le comprendre. Une « mauvaise » expérience n’en est pas une, si en réalité elle t’a permis d’apprendre quelque chose. C’est pour ça que tu étais contente de l’essai de cette voiture, même si finalement tu ne l’as pas achetée.

Je préfère quand tu parles sérieusement, plutôt que quand tu critiques et insultes à tour de bras.

En réalité, ce sont les deux faces d’une même pièce. Tu ne peux pas être sérieuse, si tu ne sais pas rire et provoquer par l’humour. Car le sérieux constant mène à la rigidité et à un égo sans humilité. Etre capable d’accepter de se dire soi-même pitoyable quand on ne fait que de se lamenter permet deux choses : 1) l’humilité 2) la lucidité. Rien n’est plus faux qui celui qui croit savoir. Rien n’est plus vrai que celui qui se sait aveugle.

J’ai l’impression que tu as retiré un masque de clown…

Je te l’ai dit, je suis le Fou. Tu ne peux pas me cerner, parce qu’un jour je suis triste, l’autre je suis heureux. Un moment je suis bête, l’autre je suis sage. Sans qu’aucun des deux ne soit vrai. Rien ne sert de chercher à comprendre. Je te laisse méditer ces paroles.

3 mars 2016