Trouver sa voix

Artiste : Kuvshinov-Ilya

Je ne sais même pas par où commencer tellement c’est le bazar dans ma tête.  Au message reçu par Sylvie « On me dit de te rappeler que la foi est une flamme qui s’entretient et qui part de la foi en soi avant toute chose », je me sens profondément découragée. Pourquoi ?

Pourquoi certains jours, la foi en la vie semble couler de source et j’arrive à ressentir une forme de sérénité ? Et pourquoi d’autres jours, je ne sais même plus ce que veut dire le mot « foi » ? Et encore moins comment m’y connecter et raviver cette flamme ? Comme si je n’en avais plus la force, tellement je me sens parfois fatiguée et découragée. Comme si ce mot s’était vidé de son sens, à force d’errer dans cette nuit de l’âme et ce brouillard sans fin. Comme si l’absence d’amélioration face à la maladie malgré mes efforts l’avait vidé de sa substance.

Comment faire face quand on est submergé par un raz de marée de souffrance, de fatigue, de désespoir et de doutes ? Où trouver la matière pour entretenir cette flamme quand tout s’est écroulé autour de soi ? La perte de repères physiques, la perte d’un partenaire, la dégradation de ma santé, l’arrêt de ma vie professionnelle, l’altération de mon cercle social ?

J’imagine que la mort de tout ce que l’on croit connaitre,  de tout ce que l’on croit désirer, n’est là que pour mieux nous aider à renaitre à nous-même, nous pousser à l’introspection pour apprendre à vraiment se connaitre, et à ainsi mieux pouvoir suivre la voix de son âme.

Mais où est la mienne ? Pourquoi je ne l’entends plus ? Elle s’est soudain tût et je me retrouve dans un silence assourdissant, où seuls mes acouphènes me tiennent compagnie. Ne plus entendre la voix de ses guides quand on se sent plus perdue que jamais est difficile. Sentiments d’abandon, de douleur et d’incompréhension face aux appels à l’aide qui semblent rester sans réponse.

Comment prendre du recul sur ce que l’on vit lorsque l’on est constamment submergé de vagues émotionnelles douloureuses ? De tristesse, de solitude, de peurs et de doutes ? L’esprit cherche à rationaliser, à comprendre. Pourquoi ? D’où cela vient ? Quels sont les déclencheurs ? Mémoires émotionnelles qui remontent ? Travail d’épuration de la Kundalini ? Ou que sais-je d’autre ? Et pourquoi pourquoi pourquoi pourquoi pourquoi ? Comme s’il fallait que tout ait un sens pour supporter cette souffrance, une finalité, un objectif « ainsi je n’aurais pas vécu ça en vain ». Qui supporterait de vivre de la souffrance gratuite sans aucune utilité ?

Mais les émotions ne peuvent pas se rationaliser, car elles se vivent dans le cœur. Elles émergent et me submergent, peu importe leurs origines et le chemin qu’elles prennent. Elles effacent toute la sagesse et les guidances reçues, toute la patience et la foi en moi. Elles me retournent, et me laissent vidée, dans l’incompréhension, la solitude et le sentiment d’être impuissante. Impuissante à contrôler mon hypersensibilité, mes nuits et rêves agités, mon état de santé totalement aléatoire et fortement impacté par mes nuits.

Comment dans ces conditions trouver le calme et la foi pour prendre des décisions par rapport à mon orientation professionnelle ? Comment avoir le courage et la foi d’imaginer un chemin professionnel dans la relation d’aide à autrui ou la thérapie, quand je ne semble pas capable moi-même de faire face à la maladie, à l’hypersensibilité et surtout à mes propres doutes ?

J’ai une liste de métiers potentiels établie avec la psychologue du travail qui m’accompagne dans la démarche de réorientation demandée auprès de Pôle Emploi. Après de nombreux échanges et questionnaires, il est temps d’appliquer la méthode de « l’entonnoir », resserrer les possibilités pour mettre au point un projet professionnel cohérent, me renseigner sur le métier et les formations.

Mais je regarde cette liste et je me demande où est ma voie. Où est ma voix ? Je me sens comme paralysée, face à l’idée de choisir et de m’engager dans une direction, et ma peur de me tromper ressurgit. Ma peur de mal choisir, de ne pas en être capable, de ne pas réussir. Pourquoi rien ne résonne-t-il comme une évidence ? Pourquoi toutes les options ne me semblent que de longs parcours du combattant, pour lesquels je ne me sens pas prête ? Ma confiance en moi semble s’étioler plus que jamais, les doutes me submerger et la clarté me fuir.

Comment dans ces moments-là peut-on entretenir sa foi en soi-même ? Quel acte concret et quotidien peut-on poser chaque jour pour nourrir cette flamme, quand tout à l’extérieur semble peser pour l’étouffer ?

Parfois, j’aimerais bien que l’on me donne « la bonne réponse ». Peut-être est-ce pour cela que ma guidance s’est tût, c’est à moi de la trouver par moi-même. Personne ne peut choisir à ma place. C’est à la fois un beau cadeau et en même temps une lourde responsabilité. Comment choisir quand je ne sais pas ce que je veux ? Ni ce dont je suis capable ? Ni vers quoi je veux aller concrètement ?

Faire un pas au hasard ? Avoir la foi que je ferais le bon choix quel qu’il soit ? Je sais qu’en vérité, peu importe le chemin, c’est la façon dont on le vit qui importe. « Tous les chemins se valent », il n’y en a pas un bon ni un mauvais, ce ne sont que des expériences. Et comme la vie est évolution, rien n’est jamais figé, on peut changer d’avis, rebondir, évoluer. Alors pourquoi ai-je si peur de me tromper ou de ne pas être capable ? Comment guérit-on ce genre de manque de confiance en soi ?

21 juin 2017

Science sans conscience ?

Artiste : Yuumei

Comme vous avez pu vous en rendre compte, je ne suis plus très présente sur mon blog depuis quelques temps. Il y a maintes raison, mais globalement, je ne ressens pas l’élan ni le besoin d’écrire ici, et je ne souhaite pas forcer la chose. Mes guides sont aux abonnés absents, tout du moins, ne se montrent-ils pas et ne souhaitent pas se manifester quand je les appelle. On dirait que je traverse une de ces phases du style « on ne te répondra pas, c’est à toi d’apprendre par toi-même et de trouver d’autres solutions ». Soit, j’ai décidé de lâcher l’affaire, comme dit Camille, ça ne sert à rien de chercher à se prendre un mur.

Voilà pourquoi j’ai parfois le sentiment que la guidance que je reçois est très instable et aléatoire. Certains me répondront peut-être que, j’ai déjà de la chance de pouvoir écrire avec mes guides ponctuellement. Mais la réalité, c’est que ce n’est pas moi qui décide. Quand eux le veulent, ils vont trouver les moyens pour m’en donner envie ou m’y pousser. J’ai cette impression illusoire que c’est moi qui décide, quand écrire ou pas, mais c’est une construction totalement fausse de mon égo pour me rassurer. Car dans ces périodes de silence, il m’arrive mainte fois de penser à mon blog, ou d’avoir envie que quelque chose s’écrive, mais je ne ressens pas cet élan, cette énergie nécessaire pour le faire. Alors qu’aujourd’hui oui.

Est-ce une question de ressources énergétiques ? Peut-être. Il est vrai que, malgré mes méditations, mes nuits de repos, etc, j’ai souvent bien du mal à avoir le sentiment de réussir à me ressourcer. Ma santé est très chaotique, et mes expériences spirituelles semblent beaucoup l’impacter. Je n’ai toujours pas trouvé le moyen de corriger ça, de l’influencer, ni même de le comprendre ou de le prédire avant un travail énergétique spécifique. Des fois cela me rend chèvre. J’ai beau lutter, essayer de comprendre, de rétablir mon état, de demander guidance ou aide énergétique, et bien que dalle.

Alors j’ai décidé de lâcher l’affaire. Parce que tout ça, ça me fatigue. Ça me fatigue de ne rien comprendre, de chercher à comprendre et encore plus de n’avoir aucune réponse ou des bribes incompréhensibles. Certaines personnes vivent très bien leur vie sans avoir conscience des réalités énergétiques cachées derrière notre monde physique. Je devrais bien y arriver aussi non ? Prendre les choses comme elles viennent, profiter des signes qui peuvent pointer leur nez quand mes guides le veulent. Ou bien des rêves ou messages à la volée. S’il y en a, tant mieux, sinon tant pis. Envoyer valdinguer les bouquins de théorie et de pratique en spiritualité.

J’ai décidé de ressortir ma console de jeux, de reprendre la guitare. Bref de faire d’autres choses. Parce que ça m’énerve de constater que quoi je fasse, mon intérêt se tourne toujours vers le spirituel. Pourquoi les boutiques qui m’attirent le plus sont quasiment toujours des librairies ésotériques ? Pourquoi quoi que je fasse, je me retrouve toujours à acheter des oracles, des bouquins en lien avec les plantes et/ou la spiritualité ? Quand je regarde ma bibliothèque, ça me fatigue aussi. De quoi donc sais-je parler au-delà de ça ? Pourquoi est-ce que j’ai le sentiment de m’ennuyer avec mes amis au bout de tout un we, si des questions spirituelles, philosophiques ou en lien avec la nature et les plantes, ne sont pas soulevées ? Des fois, cela me fatigue moi-même, cette faim insatiable de quelque chose dans ce domaine, mais quoi ?

Mes amies m’ont fait remarquer que j’apportais parfois des indices et des réponses intéressantes – qui à moi me semblent évidents, mais ne le sont pas pour tout le monde, en lien avec leur développement personnel. Peut-être, tant mieux pour elles, ça me fait plaisir de les aider. De mon côté à moi, je me sens tourner en rond. J’ai l’impression d’être inculte sur un grand nombre d’autres sujets – histoire, musique, cinéma, politique, fonctionnement de la société, etc… Et pourtant, bien que je sois confrontée à mon ignorance et que cela m’énerve, je n’en ai pas pour autant l’énergie ou l’envie d’aller me cultiver dans ces domaines-là. En soi, ce n’est pas grave, on ne peut pas tout connaitre. Mais j’ai parfois l’impression d’être une totale inculte dans une conversation banale de culture générale. Et là, je ne parle même pas du fait que suivre les actualités me plombent trop le moral, et donc que je suis rarement à la page sur ce sujet-là aussi.

Peut-on vivre dans une bulle coupée du monde ? De sa réalité sociétale, politique et scientifique ?

Depuis que je suis revenue de la Réunion, je me suis mise à lire les 2 ans de Science et Vie engrangés en mon absence. Et nombre d’articles me semblent carrément effrayants… Nanotechnologie pour contrôler des libellules et s’en servir de mini drone, culture de cellules humaines dans des embryons de porcs, projet pour cloner la personnalité et conserver le cerveau en vie après la mort, recherche sur les animaux génétiquement modifiés pour la production animale… Tout ça ne sont que quelques exemples piochés au hasard. Mais les chercheurs vont toujours plus loin, et se sont souvent ceux qui travaillent dans les Start Up ou des équivalents de Silicone Valley.

Alors, je ne critique pas en soi la recherche scientifique, la soif de progrès et de découvertes. Après tout, j’ai suivi une formation scientifique et je suis moi-même avare d’une meilleure compréhension de la physiologie végétale. La science est un de mes intérêts principaux.

Mais « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Et j’observe que toutes ces innovations et ces projets, qui questionnent notre moral, notre éthique, notre sens du « naturel » et du « normal » sont issus de travaux poussés par un fonctionnement capitaliste. C’est à la première Start Up qui aura l’innovation la plus efficiente et rentable, que reviendront les gains. D’où une course à l’innovation sans prise réelle de recul, sans étude des questions éthiques et morales. Et l’état (principalement les USA) et la législation, en charge de ses questions-là, sont évidemment à la ramasse, au vu de la vitesse d’évolution des technologies et des recherches.

Moi qui ai de base un esprit scientifique, j’avoue être de plus en plus gênée et dégoûtée par certains travaux scientifiques. Cela fait des années que je lis Sciences et Vie, mais je ne me souviens pas, par le passé, avoir lu des articles sur des thèmes de recherche si sensibles, écrit de façon aussi banalisée. Est-ce moi qui ai changé de regard ? Ou la science prend-elle réellement un tournant « capitalistique » alarmant (attention, je ne parle pas de la recherche publique ici) ? Est-ce simplement que je commence à me sentir dépassée, maintenant que je suis sortie du circuit de formation et que je deviens réfractaire aux nouveautés radicales ? Ou ai-je pris du recul sur la machine toute puissante que représente la Science dans notre société ?

Oui, la science est nécessaire et utile. Oui la science permet d’améliorer notre santé, nos conditions de vies et notre espérance de vie. Mais la science est-elle la réponse à tout ? De plus en plus, je suis persuadée que science sans « spiritualité » reste une science « superficielle ». Et quand je parle de « spiritualité », je ne parle pas de croyance ou de religion, mais de connaissances des systèmes énergétiques, des différents plans (éthérique, astral, mental, émotionnel, …), d’une autre vision de l’organisation de la vie, de l’existence d’êtres subtils, de l’existence de liens énergétiques et subtils invisibles qui impactent les choses entre elles. Comment comprendre réellement un système quand on ne prend en compte que la moitié de ses éléments, sous prétexte que les autres sont invisibles ? Comme si on ne regardait qu’une seule face d’une pièce. Grâce à la physique quantique, on n’a pu se rendre compte que les choses ne sont pas toujours si simples à l’échelle quantique qu’à l’échelle macro, que la réalité est trompeuse et qu’elle diffère de par la présence même d’un observateur.

Des fois, j’ai le sentiment que l’être humain se sent de plus en plus puissant et sûr de lui-même grâce aux progrès de la science, mais qu’il en oublie l’essentiel. Qu’est-ce que la vie ? Qu’est-ce que le respect de la vie ? Comment vivre en harmonie entre nous-même et avec notre environnement ? Quelle est le principal ? Notre confort, notre mode de vie, notre compréhension et notre contrôle du monde ? Ou notre joie de vivre, notre amour, notre présence au monde dans chaque instant ?

Serions-nous capable de couper un arbre, si nous avions rencontré son esprit et été touchés et soignés par lui ? Serions-nous capable de polluer un fleuve si nous avions joué avec les esprits de l’eau qui y vivent ? Serions-nous capable de traiter les animaux comme des objets à disposition s’ils nous avaient apporté leur sagesse et leur aide ?

J’ai toujours aimé la nature, et surtout les végétaux. Depuis toute petite. Mais je n’ai jamais posé un tel regard sur elle que depuis que je pratique le chamanisme et que je suis entrée en contact avec les esprits de la nature, récemment. Ils sont là, autour de nous, et à ceux qui savent les aimer et les respecter, ils sont capables d’apporter enseignement, sagesse et soins.

Et je suis triste de me sentir aussi écartelée entre ce monde humain moderne, notre société, et cette Nature et ses réalités subtiles. Comment trouver ma place dans cet entre-deux inconfortable ? Comment répondre aux réalités de ma société (gagner de l’argent pour vivre) tout en respectant mes valeurs profondes (respect de la nature et de la vie) ?

Par moment, ce monde humain me semble devenir fou. Et je me sens schizophrène : la paix dans mon jardin et auprès des esprits de la nature ; à l’opposé de la violence (psychologique, monétaire, physique…) et la lutte (pauvreté, lutte des classes, pour l’éducation, etc..) dans ma société, ma ville, ma vie professionnelle…

A choisir entre les deux, je préfère encore m’isoler dans mon jardin. J’ai plus de mal que jamais avec les choses superficielles, les discours négatifs, alarmistes ou insidieusement violent, les conversations mondaines, les exigences de la société. Je me sens comme en train de décrocher de cette réalité humaine. Mais est-ce vraiment la réalité ? Est-ce que le modèle que nous propose notre société – travailler pour consommer – est celui qui nous permet de Vivre, d’être et d’aimer sans entraves ?

Je n’ai pas de réponses à ces questions, et mon avenir professionnel me semble parfois bien noir dans un tel contexte sociétal – où je me sens comme un mouton noir. Je serais probablement prise pour une folle si j’avançais de tels propos auprès de la communauté scientifique, et même par la majorité des gens. Il est sûr que mon discours ne peut toucher qu’un petit nombre de gens, déjà avertis ou ouverts d’esprit. Devrais-je pour autant sacrifier mes valeurs et ma perception du monde ? Hors de question ! Plutôt mourir…

Il ne me reste donc plus qu’à trouver une forme de compromis… un pont entre les deux ?

6 juin 2017

Hyperacousie et stress [Endométriose]

 

Artiste : Picolo-kun

Je sors d’un RDV avec l’ORL et je suis dépitée… Depuis plus de 6 mois, mes acouphènes ne cessent d’augmenter, ainsi que mon hyperacousie. A un niveau qui en devient gênant : je ne peux plus aller au cinéma sans boule quiès, les bruits de travaux dans le quartier me collent la migraine pour la journée, je supporte de plus en plus mal d’aller dans des cafés et magasins avec de la musique d’ambiance. Et cerise sur le gâteau, depuis quelques temps, j’ai carrément des douleurs quand je suis exposée au son : quand mes parents écoutent la radio ou regarde la télé, le volume du son est beaucoup trop fort pour moi.

J’en ai parlé à ma nouvelle médecin traitant qui m’a envoyé voir un ORL. Coup de chance, j’ai eu un RDV très vite grâce à un désistement (sinon compter 3 mois d’attente). Et mes acouphènes ne sont pas liés à une perte d’ouïe, ce qui est rassurant. Evidemment, j’ai oublié de poser la question à savoir « est-ce que des allergies peuvent les augmenter ? » mais j’en reparlerais à ma médecin. Après un check up total, le verdict est : « je ne peux rien pour vous ». Pas de problème physiologique. On pourrait dire que c’est positif, oui mais alors quelle remède ? Comment me débarrasser de ses douleurs provoquées par le son ? A priori, cela relève plutôt de la sphère psychologique avec le coupable fréquent : « trop de stress, trop d’anxiété ». Son conseil : prendre des anxiolytiques. Pas vraiment la solution rêvée…

Voilà la 2ème fois dans la semaine que j’entends une personne du corps médical me parler de « stress ». La première fois, c’était ma nouvelle kiné, qui a émis l’hypothèse que ma sciatique serait provoquée par le stress que l’endométriose me cause, physiquement et psychologiquement. Donc, 2 personnes du corps médical qui appuie sur ça.

Sauf que jusque-là, je ne me sentais pas psychologiquement si stressée que ça. Le stress de mon ancien boulot et de mon supérieur ont disparu. J’ai un toit sur la tête et à priori je suis protégée des soucis financiers pour quelques mois à venir. Depuis que j’ai déménagé, ce souci-là a disparu aussi. Le problème c’est que j’ai du mal à voir pourquoi je serai stressée ! Ou alors, si je le suis, je ne m’en rends plus compte, tellement je suis habituée (et dans ce cas-là la source de stress remonterait à loin ?). Enfin, tout du moins habituée mentalement, car mon corps lui semble protester de tous les bords.

Et le résultat de la prise sang tombe : anémie. Comment ça anémie ? Je n’en ai plus eu depuis mon arrêt du gluten il y a un an ! Et ça revient quand je rentre en métropole ? Alors que je n’ai pas eu de perte de sang depuis plus de 4 mois ? Et qu’en plus ma consommation de viande a augmenté depuis mon retour ? Qézako ? Franchement, je ne comprends rien du tout…

Tout ça m’exaspère. Stressée moi ? Je le suis pourtant bien moins que mes parents avec leur boulot. Je me lève quand je veux, je ne cours nulle part, j’essaye de prendre mon temps. Je médite, passe du temps au contact de la nature. Comment je pourrais être stressée ?

Bon, c’est vrai… Je suis stressée à cause de la maladie. Rien que les douleurs physiques et les crampes sont sources de stress interne biologique (défini comme un stimulus à un niveau inhabituel sur une durée de temps trop longue). Et puis, il y a la part psychologique : comment intégrer les contraintes causées par la maladie à ma vie professionnelle, sociale et sentimentale ? La peur du rejet aussi, à cause de ces contraintes, que ce soit au boulot ou dans les relations… Celle de l’incompréhension, de la solitude générée. Et blablabla. C’est une réalité. Mais comment je suis censée désamorcer ce stress de fond, qui est là depuis des années et ne fait qu’augmenter avec le temps et l’apparition de nouveaux symptômes ? Erk, c’est un cercle vicieux…

Et puis, peut être que je suis stressée par l’incertitude de mon futur professionnel, étant donné que je n’ai aucune idée de ce que j’ai envie de faire : reconversion partielle ? Reconversion totale ? Formation ? Sortir du circuit classique de l’emploi ? Est-ce possible de trouver un poste de travail dans une ambiance de respect et d’épanouissement dans ce contexte de crise sociale (bonne pour les chantages et autres ambiances pourries de boulot) ?

A l’heure qu’il est, je m’interroge vraiment sur le type de modèle de travail qui me conviendrait le mieux : quel type de structure ? Quel fonctionnement managérial ? Quelles relations d’autorité ? Travail à mon compte ? À domicile ? Quelle politique d’entreprise ? Quelle philosophie derrière ? Quelle utilité sociale ou environnementale ?

Qu’est-ce qu’il me conviendrait le mieux, à moi personnellement ? A ma santé fragile, à ma soif d’apprentissage, à mon ennui facile et à mon besoin de créativité ? Mais aussi à mon besoin d’humanisme, de respect, de partage, d’écoute et de compréhension ? Et puis aussi : comment une médium, hypersensible, empathe, peut-elle s’intégrer dans le monde du travail et y trouver une place pour elle en valorisant ses qualités ? Et dernière question cruciale : comment conjuguer le boulot et vivre au mieux l’endométriose (souvent source de précarité professionnelle) ?

Franchement, je suis sûre que vous êtes d’accord, ça fait beaucoup de questions. Ah, cela me rappelle mon dernier post « tu réfléchis trop avec la tête et pas assez avec le cœur ». Mais que me dit mon cœur, les élans de mon âme ?

Et bien j’ai récupéré quatre dessins d’enfant avec mon âme. Qu’est-ce que j’en fais maintenant ? Deux indiquent une voie de cheminement spirituel, mais ce n’est pas quelque chose qui peut se développer directement dans un environnement professionnel. Et les deux autres : qézako ? Ça veut dire quoi des fleurs qui n’existent pas et un soleil ? Franchement, mes guides, je suis censée en faire quoi ? C’était juste pour me pousser à me remettre en lien direct avec mon âme ? Ce n’est pas une réponse ça !

Ce sont des réponses métaphoriques. Le soleil c’est l’épanouissement, la joie et la chaleur. Tes fleurs inconnues ce sont la subtilité ; la sagesse et la…

La quoi ? La médiumnité ? C’est ça que j’ai capté ? Ou la créativité ?

La créativité est une forme de médiumnité. La notion que recouvre ce dernier concept n’a pas de mot concret dans ton esprit, tu ne peux pas la traduire.

D’accord, donc la « … » me voilà bien avancée ! Ce terme recouvre aussi une notion de magie non ?

Comme la magie de l’émerveillement, mais aussi de celle qui lie toutes choses entre elles. C’est plus un concept qu’un mot, tu ne peux pas chercher à le résumer comme ça. Il te faudrait pleinement le ressentir en toi pour pouvoir vraiment bien le décrire.

Ah… De toute façon, je me sens paumée, alors un peu plus ou un peu moins. Avoir les élans de mon âme, c’est bien. Mais je ne vois aucunement comment les transcrire dans le monde du travail. Je veux dire, cela a peu à voir avec la réalité concrète de ce monde. Je sais, je me suis déjà cassée les dents dessus… Ça veut dire quoi, que ce n’est pas le moment de chercher un boulot et que je suis censée développer d’autres choses ? Je veux bien, mais comment je suis censée subvenir à mes besoins matériels et construire une vie matérielle ?

Chaque chose en son temps. Pour l’instant, tu n’as pas besoin de « subvenir à tes besoins matériels ». As-tu faim ? Es-tu frustrée ? Manques-tu d’argent ?

Non, mais cette situation ne sera pas éternelle.

Concentrons-nous sur le présent.

Il n’y a pas besoin d’un travail pour que le soleil brille dans ton cœur. Il n’y a pas besoin d’une direction professionnelle pour te connecter aux éléments.

Me connecter aux éléments ?

Essaye de rentrer un peu plus en contact avec les esprits des fleurs. Tu seras surprise. Elles ont peut-être des choses à t’apprendre « en attendant ».

En attendant quoi ?

Le reste.

Et bien, vous êtes bien cryptiques…

Un pas après l’autre. Pas plus vite. De toute façon, tu ne le peux pas.

Je vais être malade longtemps comme ça ?

Tu verras.

Bon, merci… ?

17 mai 2017

« Trop de questions dans la tête »

Artiste : Kuvshinov-Ilya

Cela va faire plus d’une semaine que je me traine comme une lamentable chaussette. Crise de fatigue chronique ? Crise d’endométriose ? Virus ? Allergies ou autre chose ? Processus énergétique ? C’est quoi ce bazar, j’aimerais bien comprendre pour mieux savoir comment réagir ! On ne se comporte pas pareil si on a attrapé la grippe, que si on a une montée de Kundalini par exemple…

On commence par aller chez le médecin pour vérifier que tout va bien au niveau physique.

Ah, j’aimerais bien ! Dire que j’ai mis un mois entier avant de trouver un médecin traitant ! Entre le fait de chercher quelqu’un d’un minimum compétent et recommandé face à l’endométriose, et des « on ne prend plus de nouveaux patients », des congés et des délais… J’ai rdv la semaine prochaine et cela va faire plusieurs semaines que j’ai posé le RDV, alors que j’étais juste fatiguée…

Franchement, dans ce genre de cas, je suis vraiment désespérée. Que suis-je censée faire si je n’arrive pas à trouver un fichu médecin traitant ? La même pour le kiné avec des délais de 3 semaines… Et je ne parle même pas du gynéco, pour lequel j’ai encore de l’attente et où je vais devoir me déplacer à 1h30 de route… Je ne pensais pas me heurter à un tel désert médical, alors que pourtant la ville où je suis est une des principales du département ! C’était plus facile à la Réunion, ce qui est un comble vu qu’on me disait « tu seras mieux suivi en métropole ». Que dalle, préjugés à la c**. Ça me donnerait presque envie de repartir, tiens ! Sauf qu’il n’y a pas de centre de cure thermale spécialisé en gynéco à la Réunion. Mais je me demande si je vais réussir à la faire cette cure…

Ah, ça me décourage tout ça. Ça m’énerve aussi. J’ai l’impression d’être laissée sur le bord de la route, d’être à la ramasse et de ne rien comprendre. Je demande guidance et soutien, des explications aussi et que dalle… J’aimerais savoir ce qu’il se passe, parce que je sens que ce n’est pas habituel. J’aimerais savoir pour mieux accueillir et m’adapter dans la façon de le gérer. C’est trop demander ? Qu’est-ce que vous faites mes guides ? Yoooouuuuhou c’est le moment de vous manifester !

J’en ai marre d’être larguée. Marre de devoir lâcher prise sans rien comprendre. Je suis rentrée pour prendre soin de ma santé, et celle-ci ne fait que se dégrader depuis, c’est de pire en pire ! Qu’est-ce que je fais mal au juste ? Je fais bien attention à mon régime sans gluten et sans lactose. Je n’ai même pas craqué alors que je vois mon père manger mon ancien fromage de chèvre préféré. Je prends bien mon traitement. J’essaye de soigner mon sommeil du mieux que je peux. D’alléger mes douleurs à coup de bouillote. Je me suis remise à méditer comme vous me l’aviez conseillé.

Je ne comprends pas, ça m’énerve, ça me désespère (oui, oui, je me répète, je sais). Ça me fait me sentir impuissante et bientôt je vais péter un câble ! Comble de l’ironie, alors que je me dis que j’aurais besoin d’une aide, une amie m’appelle pour m’en demander, car elle est à peu près dans le même état. C’est quoi, c’est les énergies du moment ? C’est pour ça que je ne fais que rêver de tempêtes dehors et de devoir fermer mes volets ?

Putain de bord** ! Pourquoi vous ne me répondez pas ? Il va falloir encore que je râle longtemps pour que vous vous manifestiez ? (oui, oui, ça s’adresse à mes guides, l’exaspération me pousse à la grossièreté, mais je vous rassure, c’est plutôt rare). Ça vous fait rigoler de rester en retrait sans rien me dire pendant que moi je galère toute seule ?

Franchement, il y a des moments comme ça où je me sens bien seule, même si je suis censée pourvoir parler avec mes guides, recevoir des messages, blablabla… Si je pouvais être médium uniquement sur commande, quand j’ai besoin d’explications, ça m’arrangerait bien tiens. Au lieu de ça, mon hypersensibilité me fait faire l’éponge face à mes parents, et ma médiumnité me fait capter des infos désagréables dont je me passerais bien.

Comme celle de ce soir. En descendant, j’ai remarqué que le bon de réduction, que j’avais laissé sur la marche de l’escalier pour le monter plus tard, avait disparu. Et j’ai su tout de suite. Ma mère l’avait embarqué en le prenant pour le sien (qui était pourtant rangé à l’autre opposé de la maison) et l’avait utilisé. En soi, absolument rien de dramatique. Mais ce geste inconscient m’a fait capté l’info que ma mère n’a toujours pas intégré que je VIS dans cette maison, et pas que je suis juste de passage. Elle se comporte encore sans le vouloir, par moment, comme si tout ce qui était dans cette maison était à elle, sans faire attention à distinguer ce qui m’appartient, de ce qui est à elle. Alors pour les objets très différents, ça se voit (et encore…) mais pour ceux qui sont identiques…

Je ne peux pas lui en vouloir, après tout, cela fait des années que je ne vivais plus à la maison. Et cela ne va faire bientôt qu’un mois que je suis de retour. Mais je sens qu’elle a beaucoup de mal à intégrer cette réalité. Pour elle, je ne suis de passage que quelques mois, je vais bientôt re-déménager. Alors que ce n’est pas mon intention, je ne me vois pas partir avant la fin de l’année, et je lui ai bien dit. Et la réaction émotionnelle de mon côté est disproportionnée. Parce que cela me renvoit à ma blessure de rejet par la mère. Une part d’elle n’arrive pas à intégrer l’idée que je vais rester, une part d’elle est pressée de me voir repartie. Même si c’est une part totalement inconsciente, cette réalité subtile me fait mal, parce que je la « sens », je la « sais ».

Je mets des mots dessus parce que j’y ai réfléchi et que j’ai essayé de retracer le chemin me menant à cette émotion et cette connaissance. Mais en vrai, elle a été instantanée. Dès que j’ai vu le coupon manquant, j’ai capté tout ça. Evidemment, il m’a fallu un peu de recul pour décrypter pourquoi j’ai eu une réaction émotionnelle si forte. Evidemment, j’ai vérifié la véracité de ce que j’ai capté : était-ce bien elle qui avait pris le bon ? L’avait-elle utilisé ? Etait-ce une confusion ? Oui, oui et re-oui. Elle m’a donné le sien à la place. Alors pourquoi cela n’a-t-il pas suffi à apaiser ces émotions violentes de tristesse ?

Parce que cela n’efface pas l’information que j’ai capté, et que je suis sûre qu’elle refoule elle-même. Une part d’elle n’a pas envie que je reste vivre à la maison. Je peux le comprendre. Dans son conditionnement, enfant à la maison = responsabilités, travail en plus, restriction de sa liberté gagnée. Ma mère a eu l’habitude de tout sacrifier pour nous quand nous étions petites. Pourtant, ce n’est pas ce que je souhaite. Je n’ai plus 9 ans, je participe aux tâches domestiques communes, je peux rendre des services, je suis autonome pour mes repas ou j’ai un plan B pour les repas communs s’il y a du gluten. Alors c’est vrai, quand je suis malade et coincée au lit, je suis d’une moins grande aide et mes parents écopent de mes courses à faire car je ne peux pas sortir. Mais je compte bien veiller à ne pas être un poids financier, à participer au paiement des charges.

Cela m’a frappé que ce petit « accident » ait eu lieu après leur avoir demandé à combien ils pensaient estimer ma part aux frais d’électricité et d’eau, pour que je leur fasse un virement mensuel. Alors que je tiens à leur montrer ma volonté de ne pas être une surcharge (au moins financière, à défaut de malade à aider de temps en temps) en tant qu’habitante de la maisonnée, voilà ce message incongru que je capte. Je suis censée en faire quoi au juste ?

Lui laisser du temps. Ta mère a besoin de temps pour s’adapter à la situation et pour comprendre que ses peurs et préjugés sur ton retour à la maison ne sont pas fondés. Elle n’est pas dans une période propice à la réceptivité. Ton père l’est bien plus, et tu as vu qu’il commence à prendre le pli. Il commence à lire toutes les étiquettes pour vérifier s’il y a du gluten ou du lactose.

Oui, j’ai vu et cela me touche. Je sais bien que les changements ne se font pas du jour au lendemain. Et j’ai bien noté ce que vous m’avez dit sur le fait de subvenir à mes propres besoins par moi-même. Qui sont en grande partie des besoins immatériels, de l’attention, de la bienveillance, de la douceur, du soutien moral, etc…

Je me rends compte que je porte des attentes sur eux, et qu’en plus, je ne fais pas forcément pour eux, ce que j’attends moi-même d’eux. Comme leur demander comment c’est passé leur journée. A vrai dire, je n’en ai pas vraiment besoin. Il suffit de les écouter et de les observer, et mon hypersensibilité fait le reste. Mais leur poser la question ouvre aussi la porte aux plaintes ou aux pensées formulées de façon négatives, surtout chez ma mère. Et ça, j’ai du mal à gérer… Vraiment du mal. Je suis déjà touchée de plein fouet par leurs énergies sans qu’ils parlent, alors avec… Quand elles sont positives, cela ne me gêne pas. Mais après une journée de boulot, c’est rarement le cas. C’est plutôt épuisement, stress, déception, anxiété, préoccupation pour les futures tâches à faire, dévalorisation, etc. Ma mère n’attend qu’une chose, c’est d’être à la retraite. Plus le temps passe et plus le travail devient difficile, car elle fatigue, mais aussi parce que les conditions de travail se dégradent dans son entreprise. Franchement, ça ne fait pas envie…

Ça ne fait pas envie, et au milieu de tout ça et de mes soucis de santé, je suis convoquée à un entretien par Pôle emploi ! Franchement, qu’est-ce que je vais bien pouvoir y dire ? SOS ma vie est en bordel, je ne sais plus du tout ce que je veux faire, et ma santé est pire qu’une roulette russe ?

Peut-être que les deux sont liés.

Méchant ! Ce n’est pas ce que j’ai envie d’entendre ! Tu es en train de me dire qu’il faut que je retrouve un boulot pour retrouver la santé ?

Non, ce que nous sommes en train de te dire c’est qu’il ne sert à rien d’attendre de retrouver la santé pour commencer à faire des projets et te projeter. Tu auras toujours une santé fragile, comme l’a si bien décrit Sylvie dans son article, que tu aurais pu copié-collé pour parler de ta propre santé. Ce n’est pas une raison pour t’arrêter dessus, suspendre indéfiniment ton futur professionnel. Si tu as le bon projet et que c’est le bon moment, il se fera, bonne santé ou pas. Tout ça, ce n’est qu’une excuse pour reculer des quatre fers.

Ouah, super… C’est moi qui vient pour pousser un coup de gueule et c’est vous qui m’engueuler parce que je ne me bouge pas assez pour mon projet professionnel ?

Il est temps que tu te remettes en mouvement, si ce n’est extérieur, au moins intérieur. Tu as créé de l’espace pour semer une nouvelle graine, il serait peut-être temps maintenant de la semer.

Et semer quoi comme graine ? Parce que je veux bien moi, réfléchir tout ce que tu veux. Mais je suis comme une girouette avec mille directions possibles. Comment en choisir une quand je ne sais pas ce dont j’ai envie ? C’est un casse-tête sans fin pour moi.

Tu n’as pas besoin d’y réfléchir, pas pour l’instant. Tu as besoin de le ressentir, au fond de toi, au fond de ton cœur. Tu as besoin de te laisser guider par ton âme. D’où les messages que tu reçois de rester en retraite, de t’occuper de toi, de te connecter à ton esprit intérieur. Ce n’est pas par plaisir que nous te coupons en grande partie du monde extérieur. C’est pour te pousser à te tourner vers l’intérieur et à écouter le message de ton âme. Il n’y a pas de meilleure guide qu’elle.

Et je suis censée deviner ça toute seule ? Vous ne croyez pas que ça serait plus efficace avec les sous titres ? Parce que franchement, laissez tomber, je peux être malade pendant 3 piges si vous ne m’aidez pas à comprendre l’origine du problème.

L’origine du problème. Et bien tu te réveilles chaque matin avec un fort mal de gorge : problème d’expression. Tu es épuisée et tu n’as plus d’énergie vitale : tes activités ne sont pas suffisamment nourrissantes. Ton hyperacousie s’est accentuée, d’après toi, ça veut dire quoi ?

Je ne sais pas, je me suis posée la question, mais je n’arrive pas à trouver la réponse.

Nous allons t’aider : tu entends trop de plaintes au sujet du monde du travail. A la télé, à la radio, dans la bouche de ta famille, mais globalement de toute la société. Le travail est associé à une corvée, pour beaucoup de gens, la grande majorité. Ce n’est pas ce que tu veux dans ta vie. Ce n’est pas ce que tu peux te permettre avec ta maladie.

Oui, ce dernier point, je l’ai compris. J’ai peu d’énergie et une santé fragile. Avec l’endométriose, j’ai besoin de beaucoup de repos et de récupération. Le peu d’énergie que j’ai passe souvent au quotidien dans le boulot. Si ce boulot n’est pas régénérant, qu’il me pompe tout, je m’épuise et je ne tiens pas le coup dans la durée… Mon équilibre est fragile et il faut vraiment que je trouve un moyen de le préserver au quotidien (enfin commençons déjà par le restaurer, ça serait bien).

Mais c’est une sacrée contrainte. Je ne me vois pas la remplir dans le monde classique du travail actuel. Je sais bien que certaines personnes arrivent à se créer le job qui leur convient sur mesure. Mais il faut quelque chose : une idée, un talent ou une facilité, une passion ou une forte motivation. Un élément moteur et surtout un concept, quelque chose qui donne une ossature.

Moi je suis à des années lumières de tout ça. Je ne sais même pas dans quel domaine je veux évoluer : la recherche, l’enseignement, le journalisme, le bien être ? Formation ou pas formation ? Vers quoi aller ? Comment ? Pfuit, c’est le vide absolu !

Il est trop tôt pour faire de telles projections. Si déjà tu essayais de capter l’élan de ton âme, ça irait mieux. Tu te poses trop de question avec la tête et pas assez avec le cœur.

Facile à dire dans notre société… « Tu te poses trop de question avec la tête et pas assez avec le cœur. » Et comment je fais pour poser des questions à mon cœur et à mon âme, hein ? Elle semble bien en standby cette dernière.

Parce que si tu ne l’écoutes pas, elle ne prend pas la peine de s’égosiller pour rien. C’est comme une plante qu’on arrose. Plus tu en prends soin, plus tu apportes de l’attention, plus elle se fait expressive.

Oui, je comprends l’idée, merci. Et concrètement ?

*sourire mystérieux* Demande à te connecter à elle et tu verras bien.

Bon, vois par toi-même, quoi. Ok, merci.

13 mai 2017

 

Un jour après l’autre…

Auteur : Les Rêves de Celia

Un jour après l’autre, il suffit de dessiner,

              d’écouter le chant des oiseaux, de sentir le soleil sur sa peau,                de goûter le parfum de l’eau.

Un jour après l’autre, il suffit de regarder,

les hirondelles passer, les feuilles des arbres s’agiter.

Un jour après l’autre, il suffit de trouver la paix dans son cœur

pour apprécier l’instant présent.

4 mai 2017

Se sentir soutenue

Artiste : Weewill

Cela m’a fait bizarre de retomber sur de vieilles lettres et mot échangés avec mes copines de collège et de lycée. Pas si surprenant, étant donné que je trie mes affaires d’adolescente laissées chez mes parents dans la chambre d’ado que j’ai quitté. Et j’ai un sacré rangement et ménage à faire. C’est fou ce que l’on peut accumuler avec le temps, et encore je ne parle même pas des personnes « qui gardent tout », dont c’est malheureusement mon cas. J’imagine que le parallèle émotionnel et énergétique est plutôt vrai. Il est certain que je suis du type éponge, et que j’ai du mal à me délester du passé et de ses blessures. Je me demande quel processus subtil est mis en branle dans un tel chantier physique…

Tout dépend de ton intention.

Et bien… Il est vrai que je n’avais pas formulé d’intention précise jusqu’à maintenant. Mais c’est simple. Je veux me délester des énergies et objets de mon passé qui ne me sont plus utiles. Je veux créer de l’espace pour y installer mes énergies telles quelles sont devenues, laisser une ouverture aux projets et aux possibles. Je veux me sentir respirer dans ma chambre aussi. Parce que pour l’instant, elle est encore pleine comme un œuf. Et optimiser le rangement, en imbriquant tout, je ne suis pas sûre que cela me satisfasse.

Tu as fait des progrès. Tu arrives maintenant à jeter ou à donner. A te poser la question « vais-je honnêtement reporter ce vêtement ? » Mieux encore « ai-je envie de reporter ce vêtement ? ».

Oui, je me suis rendue compte qu’il y a certains fringues que j’avais gardés depuis plus de 10 ans en me disant « et si jamais un jour, j’avais envie de les reporter ? ». La vérité c’est que, pour la majorité, ce n’est pas le cas. Pour quelques rares pièces, toutefois, il y a exception. Vu que j’ai arrêté de porter du noir, je peux remettre quelques vêtements.

Et c’était déjà tes préférés à l’époque.

Oui, c’est vrai. D’ailleurs, je suis dégouté, mon T-shirt préféré est trop petit, parce qu’entre temps, j’ai pris de la poitrine. Mais j’adorais ce motif rétro. D’ailleurs j’ai gardé le tissu pour tenter de faire quelque chose avec. Dire que je rentre de nouveau dans certains hauts que je portais à 13 ans… J’hésite entre trouver cela flippant et m’ébahir de ma nouvelle minceur !

Tu as perdu quelques kilos.

Oui, sans « rien faire ». Enfin, « à part » arrêter le lactose. Je suis revenue à un poids idéal, je dirais. Celui au début de mes études, avant que je ne commence à passer toutes mes frustrations sur la nourriture, ou bien à me récompenser pour mes efforts d’étudiantes… Je me trouve bien comme ça, mais je me demande si ce poids, enfin cette minceur va se maintenir. J’aimerais vraiment. Perdre des cuisses sans perdre des seins, c’est un miracle !

Peut-être est-ce aussi lié à ton changement de traitement hormonal.

Peut-être… Je ne m’explique pas trop cette fonte. Parce que je mange peut être un peu moins gras, mais pas tant que ça. Les graisses animales (beurre, fromage) ont été remplacées par des graisses végétales, mais j’en mange encore une certaine quantité. Mais bon, autant à la Réunion, cela allait. Autant depuis mon retour de métropole, il va falloir que je revois mes menus, que je cherche des recettes et que je trouve comment manger plus de fruits et de légumes de saison. Ça c’était plus facile là-bas. Et j’en ai déjà marre de ne manger presque que des pommes, même si je sais que c’est la saison qui veut ça, il est encore tôt pour le reste… En tout cas, j’ai faim, j’ai le sentiment de ne pas manger assez « solide ». Mais en même temps, je n’ai pas envie de cuisiner. Et sans envie, c’est galère…

Qu’est-ce qui pourrait te faire plaisir ?

Un super plateau de fruits frais en tout genre ? De la mangue fraiche ? Oh non, je sais !!! Des supers avocats de la Réunion, c’est la pleine saison là-bas et c’est une tuerie. Ici avocats et bananes sont bien fades. Je le savais en rentrant. Je savais que ça serait comme ça, mais j’ai du mal à rebondir, à remplacer les aliments, à me motiver pour aller faire des courses et cuisiner.

Tu devrais aller au marché avec ta mère ce samedi, cela te donnerait des idées sur les fruits et légumes de saisons. Et de là tu pourrais chercher des recettes adaptées.

Ouais, c’est une bonne idée… Même si cela ne me motive pas plus que ça. J’ai du mal à cuisiner chez mes parents. Je ne sais pas pourquoi, j’ai besoin de me sentir « chez moi ». Et ce n’est pas « au calme », parce que la journée, ils travaillent. Mais j’aime utiliser mes ustensiles de cuisines, mes ingrédients, avoir mes placards. Et même si j’ai négocié de récupérer un peu de place pour ranger mes affaires, je suis bien loin d’avoir l’espace que j’avais à la Réunion. Je suis limitée pour ranger mes ingrédients, donc pour les acheter. D’autant plus que comme j’ai un régime sans gluten et sans lactose, je dois utiliser un certain nombre de choses spécifiques.

Mes parents ne semblent pas du tout être prêts à s’adapter à ce genre de régime. Je ne leur en veux pas, si ma santé ne l’exigeait pas, je n’aurais jamais arrêté moi aussi. Mais ce n’est pas forcément évident tous les jours de les voir manger « normalement », ou encore de voir que ma mère a peur de tester des recettes sans gluten communes (même si je l’aide à cuisiner).

Alors je peux cuisiner pour moi-même. Mais ils vont forcément avoir envie de gouter et donc je vais partager. Sauf qu’eux, ils ne pourront jamais partager leurs plats, et cela va me frustrer… Échanges dans un seul sens…

Mais les échanges ne se limitent pas uniquement aux plats cuisinés.

Non je sais… Pourquoi est-ce que je me sens blessée qu’ils ne veuillent pas faire d’efforts pour cuisiner sans gluten et sans lactose ?

Ils en font à leur manière…

Pourquoi suis-je frustrée qu’ils ne se sentent pas concernés ?

Parce que tu as envie de te sentir soutenue au quotidien.

Pourquoi ai-je ces attentes auprès d’eux ?

C’est humain d’avoir des attentes.

Mais qu’est-ce que ça veut dire ?

Ça veut dire que tu attends de l’extérieur ce que tu dois t’offrir de l’intérieur. Tu ne te sens pas soutenue par rapport à ton régime alimentaire et par rapport à la maladie. Pourquoi ? Pourquoi faudrait-il que ce soutien vienne de l’extérieur ? Ne peux-tu pas te l’offrir toi-même ?

Comment peux-tu te l’offrir toi-même ? Que faudrait-il que tu fasses pour te sentir soutenue de l’intérieur ? Que ne fais-tu pas qui ferait que tu te sentes prise en considération, par toi-même, à travers tes actes ? Réfléchis-y.

Alors oui, cela demande des efforts. Cela demande que tu te bouges et que tu agisses pour ton propre bien être, plutôt que d’attendre que cela vienne de l’extérieur. Les gens préfèrent attendre passivement, parce que cela est moins fatiguant, c’est moins de responsabilités également. Mais pourtant, tu es la mieux placée pour satisfaire tes propres besoins. Réfléchis-y.

Fais la liste des actions « pour me sentir soutenue face à la maladie ». Qu’attendrais-tu de la part d’une personne extérieure ? Que peux-tu faire par toi-même ?

Réalise également une liste d’actions « pour me sentir soutenue dans mon régime sans gluten et sans lactose ». Ecris cette liste comme si c’est ce que tu attendais des autres, de tes parents, de tes amis. Apprends à discerner les attentes que tu as, et derrière décrypter les besoins réels, afin d’apprendre à les satisfaire par toi-même.

Ok, merci des conseils. Mais là tout de suite, cela n’apaise pas ma tristesse.

Accueille là. Tu as le droit de te sentir triste, parce que tu te sens seule face à la maladie et ses conséquences. Alors même que tu es rentrée au sein de ta famille. Tu espérais que ce serait différent. Mais chacun donne ce qu’il peut, et tes parents sont occupés par ailleurs à gérer leur travail et leur propre santé. L’autonomie c’est apprendre à satisfaire ces propres besoins, même si tu vis en communauté. L’un n’empêche pas l’autre. Quand vous vivez seuls, vous êtes obligés d’apprendre à le faire. Pourtant, c’est tout aussi important de savoir le faire en communauté.

Oui… Merci.

3 mai 2017

Joie !

Artiste : Yuumei

Je suis super contente de ma journée au festival de chamanisme. J’y ai eu quelques belles surprises, auxquelles je ne m’attendais pas, et je ne regrette vraiment pas d’y être allée, même si physiquement cela a été un peu éprouvant pour moi. Je pense aussi que c’était un bon plan d’y aller un jour de semaine pour éviter la foule du we. Évidemment, un jour c’est trop court, au vu du nombre de chamanes rassemblés de tous les pays du monde et de celui des ateliers proposés. Mais, voilà, je suis contente ! Je ne repars pas frustrée, mais avec plein de cadeaux dans ma besace.

L’un de ceux-ci est un nouveau hochet. Je n’en cherchais pas, mais celui m’a choisi et m’a attiré. Et j’ai rigolé, parce que le chamane mexicain qui l’a fabriqué m’a expliqué que ce type de hochet (il n’est pas rond comme la majorité) était censé mimé le bruit de la pluie et qu’il était spécifiquement fait pour travailler avec les énergies de l’eau. Ce qui est encore plus drôle, c’est que là-bas, devant le stand, son bruit m’a paru tout doux. Alors que quand je l’ai fait sonner seule chez moi, il m’est apparu faire un bruit réellement fracassant ! Dire que je ne voulais pas de tambour, car je trouve le son trop violent, et bien je crois que je suis servie niveau puissance, lol.

Enfin voilà, je suis très contente ! Mon hochet est magnifique (il est peint avec du bleu et blanc, et à de jolies lanières de cuir décoratives), mais en plus il m’a montré qu’il avait envie de chanter avec moi. Et encore mieux, il a été béni et accepté par un certains nombres de mes esprits alliés et animaux totem. Ce qui fait chaud au cœur et est assez particulier. Quand j’ai décidé de le purifier et de le consacrer, ce n’est pas vraiment ce que j’avais en tête. Mais voilà, c’est ça la beauté du chamanisme, on apprend à lâcher prise et se laisser porter à partir d’une intention de départ, en suivant la guidance offerte qui se présente. Parfois elle est spartiate voire inexistante, des fois elle est riche et précise. Mais elle n’est jamais deux fois la même et c’est une des choses qui rend le chamanisme si vivant.

Je voulais donc adresser un grand MERCI à l’univers et à mes guides et esprits alliés.

Et partager un peu de ma joie avec vous !

Que l’amour et la joie puissent remplir votre cœur ! Et la santé faire vibrer votre corps !

30 avril 2017

La vie est surprenante

P1040999b

Sur la plage de Ti Sable, la Réunion. Auteur : Les Rêves de Célia

La vie est surprenante. Voilà quelque temps que je me demandais si j’irai ou pas à ce festival de chamanisme dont on n’arrête pas de me parler. Comble des choses, tous mes plans pour sont tombés à l’eau les uns après les autres, et j’avais fini par faire une croix dessus. Et puis, finalement, au dernier moment… un covoiturage « tombe de nulle part ».

Et bien en route pour l’aventure ! Je vous dis à bientôt !

Vivre ensemble

Artiste : Sylar

Je vais finir par croire que je suis abonnée au réveil de mauvaise humeur depuis que je suis de retour au domicile familial… Et je ne peux m’empêcher de me demander « pourquoi ça ne va pas ? » chaque matin de plus que je me lève avec une envie de pleurer…

Et bien pleure.

Et ensuite ? Je n’ai pas envie de rester dans cet état et cette morosité… Mais j’ai bien du mal à le lever.

Est-ce que méditer t’a fait du bien hier ?

Oui, ça a rempli mon cœur de soleil. C’était agréable de sentir le vent dans mes cheveux courts, d’écouter le bruit des oiseaux. Mais il fait froid ce matin pour aller dehors…

Tes hormones ont besoin d’un peu d’aide pour se réguler. Tu es en phase d’acclimatation et ton corps a du mal à se réadapter à ton environnement. La méditation permet de libérer de la sérotonine et des hormones de bien être, d’où l’effet apaisant et euphorisant. C’est pourquoi nous t’invitons à méditer dans la nature tous les jours, pour un temps donné cela va t’aider dans ta transition.

Mais pourquoi je me sens comme ça ?

Parce qu’il y a de nombreuses choses qui remontent, au contact de tes parents, mais également de toutes les affaires et énergies que tu as laissé en plan en partant. Ce n’est pas forcément facile de « revenir » et de se confronter au contact de tout ce que tu as accumulé comme bagages avant ton départ à la Réunion.

Qu’est-ce que ça t’a fait, quand ce policier t’a demandé, lors de ta demande de procuration, si tu avais été à tel collège, pour te dire ensuite qu’il était de la promo juste en dessous de toi ?

Ça m’a fait bizarre. Je me suis dit « ah, alors il a presque le même âge ? Et lui, il est là, à travailler derrière un bureau de police, alors que moi je suis là, sans travail, revenue vivre chez mes parents… » Une partie de moi même n’a pas pu s’empêcher de m’auto-juger et de me rabaisser. Et je me suis demandée « qu’est-ce qu’il pense de moi ? »

Il aurait pu croire que tu étais en vacances au domicile familial. Qu’est-ce qui t’a poussé à croire qu’il savait que tu étais au chômage ?

Rien, c’est vrai… Parfois j’ai l’impression d’avoir cette étiquette sur le front « inutile à la société ».

Pourquoi cela te dérange-t-il tant ?

Ce n’est pas tant que cette étiquette me dérange, plutôt que celle de ne pas avoir le sentiment d’être à ma juste place. Même si je ne sais pas laquelle c’est… Si même elle existe. C’est peut-être simplement un sentiment intérieur à développer « où que je sois, je suis à ma juste place ». Mais pourquoi est-ce que je n’arrive pas à me sentir comme ça ? Ou plutôt, comment est-ce que je peux faire pour dépasser ce sentiment ?

C’est mieux. Toujours préférer les comment au pourquoi. Un « pourquoi » ne te donnera pas forcément la solution, alors qu’un « comment » te permet d’agir, d’être active et de ne pas rester dans une position de victime à attendre que les choses s’arrangent. La journée d’hier t’a prouvé que même en te levant de très mauvaise humeur, avec une nuit incomplète à cause de la sciatique, tu peux trouver un sentiment de paix intérieure et te sentir mieux. Et même finir la journée avec des fous rires.

C’est vrai que rire fait du bien, cela faisait longtemps que je n’avais pas eu une crise de rire comme ça à en avoir mal aux abdos, même si c’était au détriment de ma mère.

Mais ce n’était pas méchant comme moquerie.

Non, la situation était simplement cocasse, et elle ne l’a pas si mal pris que ça.

L’aurais-tu aussi bien pris à sa place ?

Je ne sais pas. Je me serai probablement offusquée avant de me joindre à la crise de rire.

L’auto dérision est importante. Savoir rire de tout et de rien, c’est important. Surtout quand vous êtes chamboulés par vos émotions et vos hormones. Le rire apporte un bien être, comme la méditation, il permet la libération d’hormones favorables à celui-ci. Nous n’inventons rien, tu l’as déjà lu dans des revues scientifiques.

Oui, mais c’est vrai que le lire et l’expérimenter aussi concrètement sont deux choses différentes.

Vivre en communauté, c’est aussi avoir cette possibilité. Il est bien plus difficile de rire tout seul.

Surtout, quand comme moi, on n’aime pas spécialement regarder des vidéos d’humoristes ou de chats qui se cassent la figure. Je sais qu’on peut trouver plein de choses sur internet pour rigoler. Mais je n’aime pas trop ça, je préfère le rire spontanée, issu d’une situation vécue.

A chacun sa façon de faire. Cela n’a pas tellement d’importance, à partir du moment où tu as identifié ce qui est bon pour toi. Alors dis-moi, qu’est ce qui est bon pour toi ?

Pouvoir passer du temps avec les gens que j’aime, à profiter et à rire des petites choses du quotidien.

Penses-tu donc que vivre seule est ce qui te correspond le mieux ?

Je ne sais pas… On va dire que je suis « farouche », j’aime mon indépendance, ma liberté, avoir mon espace, être seule aussi pour me poser, méditer, écrire.

Mais est-ce que vivre ensemble empêche de faire ces choses ?

Ça dépend… cela impose des contraintes, c’est sûr. Mais finalement, je me rends compte qu’au-delà des tâches communes, c’est surtout moi qui ai du mal à m’écouter. A oser m’isoler quand j’en ai besoin, à faire ce qui me plait, même si l’autre fait autre chose. J’ai toujours cette espèce de déformation, cette plasticité qui me fait m’adapter à l’environnement qui m’entoure. Parfois c’est bien, parce que cela me permet de faire des choses que je n’aurai pas faites seule et qui finalement sont agréables. Mais parfois aussi, je me retrouve à ne pas faire ce dont j’avais envie et à être grognon.

Comme ce matin, un exemple stupide. Moi je voulais regardais les dessins animés du dimanche matin et glander sur le canapé. Parce que c’est dimanche, et que je n’ai pas fait ça depuis des années, vu que je n’ai jamais eu la télé dans mes apparts (par choix ceci dit). Mais mon père devait travailler son mémoire, et il a installé son bureau dans le salon, donc je n’ai pas pu regarder la télé pour ne pas le gêner. Si je comprends bien son besoin de travailler (après tout, j’ai passé du temps à le conseiller et le relire), je me rappelle que moi, quand je devais étudier, j’allais dans ma chambre. Or il existe dans cette maison une pièce appelée bureau utilisée quasiment exclusivement par mon père pour ses loisirs. Je ne comprends pas pourquoi il ne va pas dans cette pièce pour obtenir la tranquillité qu’il souhaite… Je n’ai rien osé dire parce que c’est « leur maison » mais cela n’a vraiment pas participé à ma bonne humeur…

Pourquoi n’es-tu pas allée dans la lingerie, où il y a une 2ème petite télé ?

Parce qu’il n’y a pas de canapé, seulement une chaise de bureau très inconfortable pour ma sciatique. Et je suis désolée mais le glandage du dimanche matin, cela se fait sur le canapé, sinon ce n’est pas du « glandage »… Je sais que c’est un exemple futile, mais c’est typiquement un exemple anodin de cas où je dois faire passer mes propres besoins et envies au second plan, alors qu’il y aurait d’autres solutions pour que tout le monde ait ce dont il a besoin… Voilà pourquoi je préfère souvent vivre seule.

Et as-tu demandé à ton père pourquoi il ne travaillait pas dans le bureau ?

Non…

Il va te falloir faire des efforts de communication.

J’ai exprimé à mon père mon envie de regarder la télé. J’étais même prête à couper le son et mettre des sous titres, mais évidemment, il n’y en avait pas pour l’émission que je voulais… Il m’avait parlé d’un casque pour le son, mais quand je lui ai demandé où il était, il a été incapable de répondre… et je ne l’ai pas trouvé.

Si tu ne proposes pas de solution ou de compromis de façon explicite, cela ne sera pas suffisant. Il va falloir que tu fasses un effort d’adaptation.

Des fois, je n’en ai pas envie… Des fois, je suis trop fatiguée ou trop de mauvaise humeur pour faire preuve de tact… Voilà pourquoi, encore une fois, vivre seule est plus facile par moment.

Mais fuir le vivre ensemble par facilité n’est pas une solution durable. Tu dis que tu ne t’imagines pas vivre en couple avec quelqu’un, et en même temps tu te sens profondément triste par ce constat. Mais peux-tu vivre avec quelqu’un d’autre, si déjà tu n’es pas capable de cohabiter avec tes parents, qui sont, par définition, censées être les personnes les plus aimantes et les plus tolérantes de ton environnement incarné ?

… Que veux-tu que je réponde à ça ?

Fais un effort, pas pour faire plaisir à l’autre, mais pour respecter tes propres envies et besoins. A défaut de trouver une solution, être au moins sûre qu’ils ont été exprimés et entendus. C’est pour toi que c’est important sur le long terme, pour ne pas faire naître et accumuler de la frustration, ce qui te rendra agressive et difficile à aborder. Le vivre ensemble se cultive au quotidien. Faire preuve de bienveillance avec ses amies et les personnes rencontrées dans un cadre concis, tel que les cercles de femmes, c’est une chose. Mais faire preuve de la même bienveillance, au quotidien, dans son cadre de vie, avec ses proches, c’est autre chose. Surtout quand on est fatiguée, de mauvaise humeur, chamboulée par les hormones…

Je sais, je garde un souvenir terrible de ma dernière cohabitation en couple, sous un traitement hormonal complètement inadaptée…

Est-ce pour ça que tu as peur de vivre avec quelqu’un ?

C’est plutôt pour cela que je doute d’être vivable au quotidien pour autrui… C’est un peu un des effets secondaires de l’endométriose… Pics d’humeur, fatigue chronique, irritabilité… et je ne parle pas des insomnies. C’est déjà dure à vivre pour moi, alors quelqu’un à coté ? Je n’ai pas de bouton magique pour « tadam » tout à coup me sentir bien et être agréable avec autrui.

Pourtant il existe, il te suffit de le trouver. Au-delà de l’influence de tes hormones, il existe des façons de les contrebalancer et de chercher à les équilibrer. Ton état n’est pas une fatalité. Je le rappelle, la maladie n’est pas une fatalité, ni une excuse pour se complaire dans la facilité. C’est vrai, cela va te demander plus d’efforts qu’une personne lambda. Mais qu’importe ? Si ces efforts-là t’apportent un mieux-être, pourquoi ne pas les entreprendre ? C’est avant tout pour toi que tu dois faire les choses et les efforts. Pas pour « être vivable pour autrui », mais pour toi te sentir bien et ne plus te réveiller avec l’envie de pleurer.

Je comprends, merci. Mais j’ai toujours envie de pleurer, lol.

Va parler avec ton père, va essayer de trouver une solution qui satisfasse tout le monde. Tu verras que cela va te soulager et que tu comprendras que tes besoins peuvent être pris en compte.

Et s’il ne m’écoute pas ou balaye ma demande parce qu’elle est « futile » ?

Rien n’est « futile », si tu en as vraiment envie et si l’absence d’une chose crée une réelle frustration, alors ce n’est pas futile. Même si cela le semble d’un regard superficiel. Regarder les dessins animés le dimanche matin sur le canapé, c’était un rituel familial de ton enfance et de ton adolescence. Par cette envie, tu as besoin de renouer avec et de comprendre quelque chose d’important par rapport à ton propre passé. Il y a une raison derrière, même si tu ne peux pas encore la saisir. Nous te disons simplement de suivre tes envies. D’elles découleront des enseignements intéressants, dont tu as besoin. Les envies profondes ne sont pas un hasard. Aussi diverses, surprenantes et incompréhensibles qu’elles soient, nous te demandons de les accueillir, car elles sont là pour te permettre d’expérimenter et d’apprendre. Il serait vraiment dommage de t’en priver.

Merci.

23 avril 2017